Archive pour la catégorie ‘plumes gourmandes’

Fruits du pêcher…

jeudi 11 août 2016

.


.

« … (En Chine), selon les textes anciens, la Reine-Mère de l’Ouest descendit un jour sur terre et offrit à l’empereur Wu Di – qui vivait sous la dynastie des Han de l’Ouest (206 av. JC – 8 ap. JC) –  quatre pêches de l’immortalité, chacune assurant six cents ans d’existence. Après les avoir mangées, l’empereur conserva les noyaux afin de faire pousser lui-même les fruits et gagner la vie éternelle. Mais la Reine-Mère de l’Ouest lui fit savoir que les  pêches ne poussent pas ici-bas, la terre n’étant pas assez fertile pour porter l’arbre jusqu’au mûrissement du fruit, soit six cents ans. Manger des pêches signifie depuis faire vœu de longue vie… »

Extrait de : « Bonheur, bonheurs » 2003  Viviane Sung.

À chacun ses rêves, à chacun ses vœux… J’en fais un, celui que vous régaliez de ce bon et beau gâteau…

.


.

GÂTEAU AUX PÊCHES ET AU SIROP DE VERVEINE –

Ingrédients :

Pâte : 2 grosses pêches blanches, 150 g. de sucre vanillé (à réaliser soi-même en laissant pendant quelques jours du sucre en poudre et un bâton de vanille dans un bocal fermé), 150 g. de farine, 150 g. de beurre, 3 œufs, 50 g. de poudre d’amandes, 1 sachet de levure, 1 c. à soupe de crème fraîche .

Sirop : 1 poignée de feuilles de verveine citronnelle, 50 g. de sucre, 1 noix de beurre.

Réalisation :

Battre les œufs et le sucre vanillé jusqu’à obtention d’un mélange mousseux, ajouter la farine, la levure, le beurre fondu tiède, la crème fraîche et la poudre d’amandes. Quand la pâte est bien lisse, la verser dans un moule beurré.

Couper les pêches en morceaux, sans enlever la peau les disposer sur la pâte. Enfourner 45 minutes environ à 180° (200° dans mon four).

Dix minutes avant la fin de la cuisson, mettre la verveine dans une casserole avec un verre d’eau et le sucre. Faire bouillir pendant à peu près 8 minutes, ajouter le beurre hors du feu.

Sortir le gâteau du four, l’arroser de sirop. Laisser tiédir puis démouler…

.


Recette inspirée d’une proposition du blog « 4 Saisons en cuisine ».

Photos BVJ.

Illustration botanique de  Royal Charles Steadman 1875-1964.

…..

Tout est éphémère… savourer la saison et ses fruits sublimes…

BVJ – Plumes d’Anges.

Légèreté sérieuse…

jeudi 5 mai 2016

.

.

« Seuls ceux qui prennent avec légèreté ce que le monde prend au sérieux

peuvent prendre au sérieux ce que le monde prend avec légèreté. »

Zhang Chao « De l’importance de vivre »  Lin Yutang.

.

AUJOURD’HUI, ME VIENT UNE SÉRIEUSE ENVIE DE LÉGÈRETÉ…

J’AI CONFIANCE EN LE MONDE ET ME TOURNE

VERS UNE DOUCEUR QUI FAIT PLANER

TOUT GOURMAND QUI SE RESPECTE…

.

.

– FONDANT AUX FRAMBOISES –

Ingrédients : 125 g. de mascarpone – 60 g. de beurre mou – 100 g. de sucre en poudre (vanillé pour moi) – 2 œufs – 200 g. de farine – 50 g. de poudre d’amandes – 1 sachet de levure – 1 pincée de sel – environ 200 g. de framboises fraiches.

.

Réalisation : Fouetter le beurre, le mascarpone et le sucre. Ajouter les œufs un par un, puis la farine, la poudre d’amandes et le sel. Bien mélanger, incorporer « négligemment » les fruits, sans trop remuer. Verser dans un moule à cake beurré, enfourner 40 minutes à 180° (50 minutes dans mon petit four à 200°). Laisser tiédir avant de démouler délicatement, décorer avec du sucre glace, servir nature ou avec de la confiture, un peu de glace à la vanille…

et surtout apprécier ces bonnes choses et les partager avec les gens qu’on aime, ce sont des instants tellement précieux !

.


Recette inspirée d’une recette du NET.

Illustration : « Framboises rouges »  Ellen Isham Schutt 1873-1955.

Photos BVJ.

…..

Se distraire voluptueusement…

BVJ – Plumes d’Anges.

Framboiser gaiement…

mardi 29 mars 2016

.

.

Framboiser gaiement, cela vous tente ?

Imaginez un gâteau dont la réalisation s’avère rapide comme un ÉCLAIR,

un gâteau léger comme un NUAGE,

doux comme une ÉTOILE (celle du poète bien sûr !)

et beau comme une nouvelle PLANÈTE…

La bonne nouvelle est qu’il existe,

nos rêves célestes lui ont donné vie dans notre « réalité » terrestre !!!

Une petite recette concoctée à partir de deux trouvailles du net,

l’une s’intitulait : « Gâteau aux framboises qui a un succès fou fou fou »

et l’autre « Gâteau léger aux framboises ».

La vie est magique !

.


.

– FRAMBOISIER LÉGER –

Ingrédients : (pour un moule de 24 cm) 150 g. de sucre vanillé (à réaliser soi-même en laissant pendant quelques jours du sucre en poudre et un bâton de vanille dans un bocal fermé), 3 œufs, 150 g. de farine de blé, 30 g. de farine de maïs, 1/2 sachet de levure, 1 yaourt nature, 50 g de beurre, un zeste de citron bio râpé, 250 g. de framboises surgelées.

Réalisation : Battre les œufs et le sucre jusqu’à ce que le mélange blanchisse. Ajouter le yaourt, les farines et la levure, le zeste de citron. Bien mélanger, verser dans un moule beurré, disposer les framboises encore surgelées, puis le beurre en copeaux. Enfourner à 180° (200° dans mon petit four) pendant 45 minutes. Démouler délicatement cette merveille, après refroidissement saupoudrer de sucre glace et décorer de quelques framboises.

AMAZING !!!

.

.

« Tu n’as pas réussi

À faire de tous les instants de ta vie

Un miracle ?

Essaie encore. »


Extrait de : « Maintenant » Eugène Guillevic  1907-1997.

Illustration : « Framboises » Ivan Gorokhov 1863-1934.

Photos BVJ

…..

Chanter la légèreté…

BVJ – Plumes d’Anges.

Exquise pomologie……

lundi 1 février 2016

.

.

« Il y a des endroits dans mes montagnes où poussent des pommiers sauvages. Qui sait d’où sont venues les graines qui les ont fait naître ? (…)

C’est un arbre qui peut atteindre dix mètres de haut et vivre jusqu’à quatre-vingts ans ; son fût est irrégulier, sa chevelure abondante et très fournie en feuilles quand elle est bien exposée au soleil. L’écorce, qui commence par être rougeâtre, tire ensuite vers le gris et a tendance à s’écailler en vieillissant ; ses branches sont robustes et s’éloignent presque horizontalement du support (branches étalées) ; les rameaux sont verdâtres et duveteux pour devenir ensuite glabres et roussâtres.

Les feuilles sont alternées et variables, avec un pédoncule long de un à trois centimètres, elles sont dentées, duveteuses quand elles sont jeunes, coriaces et nues par la suite, avec des nervures bien marquées. Les fleurs, hermaphrodites, en corymbes, sont faites de cinq pétales blancs et roses, les étamines, munies d’anthères jaunes, sont apparentes. La pomme est un fruit arrondi, ombiliqué aux deux pôles, ses couleurs varient du vert au jaune, du strié au tacheté de rouge, ou au rouge uniforme ; son diamètre est de deux à quatre centimètres.

Le pommier sauvage est réparti dans toute l’Europe et en Italie on le trouve des Alpes à la Sicile… »

.

Extrait de : « Arbres en liberté – Le pommier » Mario Rigoni Stern 1921-2008.

.

Parler ainsi des arbres,  quel doux rêve !

Ces mots talentueux inspirent et invitent à la gourmandise,

laissez-vous donc tenter…

.

.

MOELLEUX AUX POMMES ET À LA FRANGIPANE

.

Ingrédients :

pour le gâteau : 150 g. de farine – 100 g. de sucre – 100 g. de beurre fondu – 1 yaourt nature – 2 œufs battus en omelette – 1 sachet de levure chimique.

pour la frangipane : 60 g. de poudre d’amandes – 50 g. de beurre mou – 50 g. de sucre – 1 œuf – 2 c. à soupe de rhum ambré (facultatif) – 2 gouttes d’extrait d’amande amère – 2 ou 3 pommes.

.

Réalisation :

Mélanger farine, levure et sucre. Creuser un puits au centre, y verser yaourt, beurre fondu et œufs battus. Mélanger énergétiquement. Verser cette préparation dans un moule de 24 cm beurré et réserver.

Préparer la frangipane : battre le beurre mou et le sucre jusqu’à obtenir une crème mousseuse. Ajouter la poudre d’amandes, l’œuf, l’extrait d’amande amère et éventuellement le rhum.

Fouetter, verser ce mélange sur la précédente préparation. Bien étaler avec une spatule.

Éplucher les pommes, les couper en fines rondelles, les « citronner », les disposer sur la surface du gâteau.

Enfourner environ 50 minutes à 180° (60minutes dans mon four), laisser refroidir avant de déguster…

.

Recette trouvée sur le net (mesinspirationsculinaires.com)

Tableau : « Petits pommiers en fleurs »  Gyula Agghazy 1850-1919.

Photos BVJ.

…..

Faire briller le quotidien…

BVJ – Plumes d’Anges.

Visitandine…

samedi 16 janvier 2016

.


« Visite andine »,

j’aurais vraiment aimé vous conter la Cordillère des Andes et ses trésors

mais je n’ai malheureusement jamais visité ce lieu riche en mystères…

Non, je vais vous parler d’une gourmandise,

un sublime petit gâteau que d’autres nomment Financier.

(N’éprouvant aucune passion pour ces nouveaux dieux autoproclamés,

c’est à dire les financiers, je préfère appeler ces pâtisseries de leur autre nom,

les Visitandines.)

Leur  intérêt gustatif est indéniable

et, deuxième avantage,  la recette permet d’utiliser des blancs d’œufs

lorsqu’on ne sait qu’en faire, pas mal, non ?

N’ayant, au fond de mes placards ,

les moules adéquats pour 25 pièces,

j’ai OSÉ un « gros » gâteau,

– gros est peut-être un bien grand mot ! –

c’était très bien, accompagné d’une compote de pommes

sucrée à la cassonade avec zestes de citron et vanille…

.

.

VISITANDINE(S) À L’ORANGE

Ingrédients : 2 blancs d’œufs, 65 grs de beurre, 100 grs de sucre glace, 65 grs de poudre d’amandes, 40 grs de farine, 1 orange bio.

Réalisation : Dans une jatte, mélanger sucre glace, poudre d’amandes et farine, ajouter beurre fondu, jus et zeste d’orange.

Bien remuer puis battre les blancs d’œufs en neige rapidement et les incorporer au précédent mélange. Verser cette pâte dans de petits moules individuels remplis aux 2/3 ou dans un moule style moule à cake. Enfourner environ 15′ à 200° (220° dans mon petit four) pour les petits gâteaux, un peu plus pour le grand, piquer avec la pointe d’un couteau pour vérifier la cuisson et laisser refroidir avant de démouler.

.

Recette trouvée un jour dans un journal féminin.

Tableau : « Près de Santa Rosa des Andes, au Chili »   Edward Gennys Fanshawe 1814-1906.

Photos BVJ

…..

Croquer la vie gourmandement…

BVJ – Plumes d’Anges.


Or Ange…

vendredi 27 novembre 2015

.

.

« … Un jour pourtant un jour viendra couleur d’orange

Un jour de palme un jour de feuillage au front

Un jour d’épaule nue où les gens s’aimeront

Un jour comme un oiseau sur la plus haute branche… »


Poème de Louis Aragon « Un jour un jour » chanté par Jean Ferrat en 1966 – Refrain.

.

Une couleur dynamique et joyeuse, ne serait-elle pas la bienvenue pour

saupoudrer de la gaîté en nous ?

Et lorsque que » la langue des oiseaux » nous chante L’OR, nous chante l’ANGE, la tonalité

n’en est que plus chaleureuse…

Le fruit merveilleux qui porte ce nom a toutes ces qualités, il est conseillé d’en user

chaque matin…

ou à un autre moment de la journée, dans un merveilleux gâteau, sobre et délicieux,

laissez-vous donc tenter par une recette inspirée de celle de Pierre Hermé :

.

.

LE CAKE À L’ORANGE

Ingrédients : 150 g de sucre roux, 190 g de farine tamisée, 95 g de crème fraiche, 70 g de beurre fondu, 3 œufs, le zeste de 2 oranges bio, 1/2 sachet de levure, 1/2 pincée de sel.

Pour le sirop : le jus des deux oranges, 40 g de sucre.

Réalisation : Râper le zeste des oranges, ajouter le sucre et les œufs, fouetter vigoureusement. Incorporer la crème et le sel, fouetter, puis verser petit à petit farine et levure, fouetter encore, incorporer le beurre en deux ou trois fois.

Verser dans un moule à cake beurré et enfourner environ 45 minutes à 180° (200° dans mon four).

Dix minutes avant la fin de cuisson, chauffer le sucre et le jus des oranges jusqu’à épaississement, arroser le gâteau encore chaud de ce sirop.

.

Illustration : « Orange Navel »  Deborah Griscom 1840-1911.

Photos BVJ

…..

Se dynamiser joyeusement…

BVJ – Plumes d’Anges.


Sobre dessert…

mercredi 21 octobre 2015

.

.

Le Dictionnaire de la langue française d’Emile Littré offre, au mot invisible, parmi trois, la proposition suivante :

« Devenir invisible, disparaître subitement sans que personne s’en aperçoive. Il était là tout à l’heure, il est devenu invisible. On dit dans le même sens qu’un objet est devenu invisible, quand, venant de le voir ou de le toucher, on ne peut plus le retrouver. »

Et bien, figurez-vous gentes Dames et Messires, que cette aventure vient tout juste de m’arriver. Ayant confectionné avec amour une merveille aux pommes pleine de légèreté, une bande de gourmands l’a faite disparaître en quelques secondes…

« Incroyable ! » me direz-vous « mais vrai ! » vous répondrai-je…

Je ne me laisserai point abattre et recommencerai dès potron-minet ou… un peu plus tard, non mais !!!

Et si vous voulez vous régaler vous-aussi, n’hésitez plus,

ce n’est « que du fruit », comme on dit dans le midi…

une recette à « tomber dans les pommes » !!!

.

.

GÂTEAU INVISIBLE

(c’est son vrai nom, parce que, aux dires de certains autres, il y a beaucoup plus de fruits que de pâte…)

.

Ingrédients : 3 œufs – 80 g. de sucre roux – 30 g. de beurre 1/2 sel – 15 cl. de lait – 105 g. de farine – 9 bonnes pommes.

.

Réalisation : Fouetter les œufs et le sucre jusqu’à ce que le mélange blanchisse.

Ajouter, tout en bien mélangeant, le lait, le beurre fondu et la farine.

Peler les pommes, enlever trognons et pépins,les couper en tranches fines, les incorporer petit à petit à la pâte.

Verser dans un moule à manqué beurré (24 cm) et enfourner 60/70 minutes à 200° (220° dans mon petit four).

Démouler avec délicatesse après refroidissement et saupoudrer de sucre glace.

.

Illustration : « Deux pommes »  Edouard Manet 1832-1883.

Photos BVJ.

…..

Se bien nourrir…

BVJ – Plumes d’Anges.

Mûres mûres…

dimanche 9 août 2015

.

Délice des mûres et autres fruits rouges…

Fruits des bois, nostalgie de l’enfance ou nostalgie des vacances ?…

.


.

« … J’ai vu des riches pauvres parce qu’ils désiraient sans fin

Et des pauvres riches car ils ne désiraient pas plus que ce qu’ils pouvaient avoir…

.

Je veux retrouver le goût des mûres des chemins de mon enfance

Écraser des fraises dans ma bouche

Avaler le jus des framboises et le sentir descendre chaud dans ma gorge

Respirer la fleur du sureau

Mâcher le brin d’herbe

Mettre le bouton-d’or sous le menton d’une femme en robe d’été

Lui apprendre à faire des poupées avec des coquelicots

Manger des groseilles

S’arracher la peau aux épines des groseilles à maquereau

Cueillir des noisettes

Croquer dans le ventre d’une pomme

Augmenter ma salive avec son jus

Devenir moi-même pomme puis pommier

M’allonger dans l’herbe

Voir le ciel derrière la danse des brins

Cligner des yeux et les fermer à cause de la clarté du soleil

M’endormir le dos épousant la terre de mon destin… »

Extraits de :« Le recours aux forêts » 2009  Michel Onfray.

Illustration : « Rubus articus » Carl Axel Magnus Lindman 1856-1928.

.

Hello, hello, mais c’est dimanche,

si nous fêtions ce jour de retrouvailles avec joie et gourmandise ?

Partons ensemble…

.


.

FONDANT AUX FRUITS ROUGES

.

Ingrédients : 350 g de fruits rouges, 150 g de farine, 100 g + 3 c.à soupe pour le second mélange de sucre roux, 10cl de lait, 3 œufs, 30 g de beurre + 80 g  de beurre pour le second mélange, 1 sachet de levure chimique, quelques gouttes d’extrait d’amande amère.

.

Réalisation :

première préparation…

Fouetter 2 œufs et 100 g de sucre jusqu’à obtention d’un mélange mousseux.

Incorporer farine, levure, lait et 30 g de beurre fondant.

Verser cette pâte dans un moule beurré et chemisé, disposer les fruits rouges en les enfonçant légèrement, enfourner 25 à 30 minutes à 180° (200° sur mon petit four).

deuxième préparation…

Battre un œuf avec 3 c. de sucre en poudre, incorporer l’extrait d’amande amère et 80 g de beurre fondant.

Quand la première cuisson est terminée, verser ce mélange et enfourner à nouveau 20 minutes.

Laisser refroidir le gâteau dans le four, le décorer avec des fruits rouges frais

et écouter son murmure intérieur avec délectation…

.

.

Interprétation personnelle d’une recette du net.

Photos P.J.

…..

Être riche de choses simples…

BVJ – Plumes d’Anges.

Merveilleux moelleux…

lundi 20 avril 2015

.

.

« … Connais-tu le pays où fleurit l’oranger,

Le pays des fruits d’or et des roses vermeilles,

Où la brise est plus douce et l’oiseau plus léger,

Où dans toute saison butinent les abeilles,

Où rayonne et sourit, comme un bienfait de Dieu,

Un éternel printemps sous un ciel toujours bleu… »


La délicatesse des vers de Goethe est à l’image de celle de ce gâteau…

Pour fêter la saison nouvelle,

son exquise légèreté vous fera chavirer vers un monde enchanteur,

vous ne regretterez pas le voyage…

.

.

MOELLEUX À L’ORANGE

(recette de Martha Stewart)

.

Ingrédients : 1 tasse ( 240 ml) de farine tamisée – 1/2 tasse + 2 c.à s. de sucre en poudre – 1/2 c.à c. de levure chimique – 1/2 c.à c. de bicarbonate de soude – 1 pincée de sel – 1/2 tasse de beurre fondu – le zeste et le jus d’une orange bio – 1 yaourt au lait entier – 2 petits œufs.

.

Réalisation : mélanger tous ces ingrédients dans l’ordre d’énumération. Verser cette pâte dans un moule beurré et enfourner 30 à 35 minutes à 180° (200° dans mon four). Démouler et saupoudrer largement de sucre glace après refroidissement.

.

Tableau : « Orange »  Rafael Romero Barros 1832-1895.

Photos BVJ

…..

Réveillons en nous les charmes de la gourmandise…

BVJ – Plumes d’Anges.

Lumineux voyage…

jeudi 29 janvier 2015

.


.

« … Lorsque nous étions réunis à table, et que la soupière fumait, maman disait parfois :

« Cessez un instant de boire et de parler ».

Nous obéissions. « Regardez-vous » disait-elle doucement.

Nous nous regardions, sans comprendre, amusés.

« C’est pour vous faire penser au bonheur » ajoutait-elle.

Nous n’avions plus envie de rire. « Une maison chaude, du pain sur la nappe, des coudes qui se touchent, voilà le bonheur » répétait-elle à table, puis le repas reprenait tranquillement.

Nous pensions au bonheur qui sortait des plats fumants, qui nous attendait au soleil, dehors, et nous étions heureux.

Papa tournait la tête, comme nous, pour voir le bonheur jusque dans le fond du corridor, en riant, parce qu’il se sentait visé. Il disait à ma mère : « Pourquoi tu nous y fais penser à ce bonheur ? »

Elle répondait : « Pour qu’il reste avec nous, le plus longtemps possible… »

.

Extrait (trouvé sur le net) de : « Les pieds nus dans l’aube » Félix Leclerc 1914-1988.

.

Que diriez-vous d’un lumineux voyage au pays des papilles ?

Mes ancêtres du bout de la terre faisait ce gâteau,

et j’avoue que plus j’avance en age, plus je le trouve extraordinaire,

il a le goût du bonheur !!!

.

.

FAR BRETON

.

Ingrédients : 250 g de farine, 200 g de sucre roux, 1 litre de lait entier cru, 4 oeufs, une pincée de sel, environ 250 g de pruneaux (trempés 2  heures dans du thé), 2 cuillères à soupe de rhum, un peu de beurre pour le plat.

.

Réalisation :

Battre les œufs et le sucre dans une terrine, ajouter petit à petit (pour éviter que ne se forment des grumeaux) la farine et le lait puis le sel et le rhum. Verser dans un plat en porcelaine ou en terre émaillée largement beurré, disperser les pruneaux et enfourner environ 10 minutes à 220 ° et 50 minutes à 200°. Laisser refroidir dans le four, porte fermée. Vous pourrez le servir avec une bolée de cidre, le bonheur n’en sera que plus grand !

.

Illustration : « Atlas-Carte de Bretagne et de Normandie »  Gerardus Mercator 1512-1594.

Photos PJ.

…..

Faire silence pour entendre le souffle du bonheur…

BVJ – Plumes d’Anges.