Archive pour la catégorie ‘plumes légères’

Sereines émotions…

dimanche 25 septembre 2022

.

.

Arpenter des chemins de solitude, exercer son œil à percevoir les plus petits détails : un rai de lumière dans un ciel encombré, un oiseau qui volète près d’un buisson frissonnant, de fines rides sur le visage de la Dame du Lac

.

.

Douce balade dans un air vif, elle efface les tristes pensées, les remplace par de sereines émotions. Rien n’est acquis, rien n’est définitif, il faudra faire remonter ces images pour panser les maux, mettre en mots le chant éternel de la nature, entretenir sa flamme au plus profond de notre être, renaître à soi-même plus fort, riche d’un savoir nouveau. Les fées veillent sur notre berceau, elles nous accompagnent, nous inspirent, nous incitent à rester centré malgré le courant…

.

.

Premières neiges sur les monts, poudroiement des sommets, le passé est recouvert, place à la présence du présent.  Les brumes se dissipent, les cieux s’épurent.

Plus bas, une fleur de rosier sauvage, une retardataire, nous attendait pour signer ce livret de beauté sans fin. Encore un cadeau !

.

.

« La rosée goutte, goutte 

voulant rincer enfin 

la poussière de ce monde »

Matsuo Bashô

Photos BVJ – Dans les Dolomites – septembre 2022.

…..

Sortir des brumes…

BVJ – Plumes d’Anges.

Éphémères bouquets…

lundi 22 août 2022

.

.

« … Si je pouvais t’offrir le bleu secret du ciel,

Brodé de lumière d’or et de reflets d’argent,

Le mystérieux secret, le secret éternel

De la vie et du jour, de la nuit et du temps,

Avec tout mon amour, je le mettrais à tes pieds.

Mais moi qui suis pauvre et n’ai que mes rêves,

 Sous tes pas je les ai déroulés.

Marche doucement, car tu marches sur mes rêves… »

William Butler Yeats.

.

.

.

.

.

.

« … La vie passe à la vitesse d’un cri d’oiseau. Et puis il y a cette lenteur hypnotique des nuages. Cette poitrine ouverte dans le bleu et ce cœur enneigé qui s’offre à notre cœur… »

Christian Bobin.

Photos BVJ – Août 2022 – Suisse.

…..

Prendre soin de nos rêves…

BVJ – Plumes d’Anges.

Intelligence des fleurs…

dimanche 24 juillet 2022

.

On la surnomme Belle aux cheveux dénoués ou encore Cheveux de Vénus,

nous dit Maurice Maeterlinck dans son Langage des fleurs

NIGELLA DAMASCENA,

une grande dame, d’une infinie poésie…

.

.

Graines « aéroportées » depuis un pays voisin (merci A. et J-P.),

graines-offrandes accompagnant le merveilleux rite des bons vœux de l’an neuf,

graines semées joyeusement…

La première année, seules des tiges ornées de feuilles finement découpées virent le jour.

« Patience, patience » semblait dire la Nature, vous ne maitrisez pas tout,

vous ne pouvez décider de tout,

il faut être patient pour voir le miracle s’accomplir.

Une gestation, que dis-je, un réflexion souterraine devait se faire…

.

.

La seconde année, le feuillage s’étoffa, là apparurent de précieux boutons.

Ils prirent bonne taille, une fleur, puis deux puis trois… naquirent.

.

.

Les pétales d’abord blancs prirent une teinte d’un doux bleu qui s’accentua au fil des jours.

.

.

Les Nigelles de Damas s’épanouissaient.

Pures beautés aux étamines dansantes, d’une sublime délicatesse,

elles nous accompagnèrent plusieurs jours et lentement se fanèrent.

.

.

Elles se métamorphosèrent alors sous nos yeux ébahis

en petits ballons verts qui grossirent, grossirent puis séchèrent avec leur dentelle végétale.

De minuscules fentes apparurent,

dessinant au sommet de chaque capsule une étoile à cinq branches. 

Des graines brunes s’envolèrent…

Incroyable rythme, l’horloge cosmique est là, son cycle est parfait : magie toujours renouvelée, abondance.

.

Si nous mettions nos plus belles idées en terre, si nous les cultivions amoureusement,

sans doute donneraient-elles aussi de précieux trésors.

L’Univers se plait à vibrer, soyons à son diapason.

.

.

« La couleur du poème dépend de la quantité de lumière

Qui se réverbère en son encre.

Elle change au gré de l’heure, de l’age et de la langue.

 

Incolore au commencement, quand il n’est encore qu’une inspiration vague.

D’un blanc de page vide, il tend vers le gris en rêvant son encre prochaine.

Aube indécise sur le papier. Tels brouillards ou fumées qui montent.

C’est pourtant vers le bleu qu’il s’enlève le plus souvent.

Accroissant son ciel et son eau, entrouvrant sur la page une vague idée d’azur… »

.

Jean-Michel Maulpoix – Extrait de : « La couleur du poème »

.

Photos BVJ – 2022.

…..

Vivre dans l’harmonie du monde…

BVJ – Plumes d’Anges.

Secrets remèdes…

lundi 4 juillet 2022

.

.

Tout n’est-il pas reflet d’une réalité ? Rien n’est définitif,

la danse de la vie nous offre ses multiples chorégraphies…

.

.

Sorte de conversation entre Ciel et Terre, de cœur à cœur,

langage éphémère et silencieux,

il faut de la présence à soi pour percevoir des mots, décrypter le message…

.

.

Dans quelle souterraine chapelle serait caché le code qui nous donnerait accès au sens ?

Nul ne peut encore le dire, un jour, peut-être…

.

.

S’attacher simplement à la seule beauté du moment,

à sa fragilité qui en fait un trésor, on le gardera en soi tel un bijou,

une perle rare. Précieuse mémoire…

.

.

Le remède aux maux du monde semble simple,

il est lumière, poésie, couleurs, rêveries, parfums, sons…

Le Créateur puise en ses entrailles,

il restitue une succession d’Œuvres d’Art,

là est le divin cadeau,

gardons l’œil ouvert, transmettons, rayonnons…

.

.

« Les mots que l’on n’a pas dits sont les fleurs du silence « 

Proverbe japonais (trouvé sur Instagram).

Photos BVJ – Alpes suisses et italiennes – Juin 2022.

…..

Sentir là, l’univers tout entier…

BVJ – Plumes d’Anges.

Clin d’œil…

lundi 27 juin 2022

.

.

La Nature est extraordinaire, elle invente de merveilleuses histoires, son imagination est débordante…

Imaginez un oiseau au plumage indigo et brillant, ourlé de lignes de noir mat, à l’œil d’un bleu profond tirant sur le violet, au bec jaune près pale, un oiseau de bonne taille. C’est un mâle, il se nomme le JARDINIER SATINÉ

Sa belle est tout autre, ses plumes sont d’un doux vert-gris, brodées de beige et de brun, le bec est noir, l’œil bleu profond…

Ils vivent dans les forêts humides d’Australie et de Nouvelle-Guinée., suivent un régime végétarien auquel sont ajoutés des insectes pendant la période de reproduction.

.

.

Au printemps, les mâles veulent séduire. Sieur oiseau entreprend la construction d’un « berceau ». Pour cela,  il délimite un espace rectangulaire qu’il recouvre d’herbes sèches puis érige deux parois courbes en plantant des brindilles sur quelques dizaines de centimètres.

Une fois l’édifice réalisé, il se fait décorateur du lieu en y apportant plumes, coquilles, fleurs, feuilles… plutôt de couleur bleue, madame aime le bleu. Aujourd’hui, il ajoute au trésor de menus objets en plastique, terribles « bijoux » des temps modernes comme les capsules de bouteilles d’eau, « oubliées » par les hommes.

Il effectue alors une parade, danse en émettant d’incroyables vocalises, sortes de mantras d’amour. Dame oiselle visite les berceaux des différents prétendants, choisit le plus beau,  prend son temps,  admire, écoute, s’éloigne un peu, revient et enfin s’installe sous le voûte, l’accouplement peut avoir lieu.

Puis la femelle s’envole, elle ira construire un nid en forme de coupe dans lequel seront déposés de un et trois œufs, les oisillons naitront, elle s’en occupera seule..

Le mâle lui, continuera ses parades extraordinaires pour tenter de séduire d’autres dames…

.

Prenez quelques minutes,

allez admirer cette fabuleuse parade amoureuse —>  ICI

.

.

« Pour faire le portrait d’un oiseau

Peindre d’abord une cage

avec une porte ouverte

peindre ensuite

quelque chose de joli

quelque chose de simple

quelque chose de beau

quelque chose d’utile

pour l’oiseau

Placer ensuite la toile contre un arbre

dans un jardin

dans un bois

ou dans une forêt… »

Jacques Prévert dans Paroles – la suite –>  ICI

Illustrations : 1/  et 2/ « Jardinier satiné  » – mâle et femelle – Nicolas Huet le jeune et J-Gabriel Prêtre  XIXème  3/« Les oiseaux d’Australie »   Gracius J.Broinowski  1837-1913.

…..

S’envoler vers la beauté du monde…

BVJ – Plumes d Anges.

Interlude…

dimanche 5 juin 2022

.

.

« Le silence nettoie, purifie, opère un détachement entre l’essentiel et l’accessoire, entre le temporel et l’impérissable, il permet de se délester de l’illusoire et de l’encombrant. »

Marie-Madeleine Davy

.

.

« Le silence a sa propre éloquence, parfois plus précieuse que les paroles. »

Elizabeth Kübler-Ross

.

.

« Le silence unifie, rassemble, centre et relie. Il ouvre la profondeur à la paix intérieure. »

Marie-Madeleine Davy

.

.

Faire silence, se ressourcer dans la beauté, une fois encore…

Décision de plus en plus nécessaire,

voire indispensable pour continuer à

arpenter les chemins de la vie et élever nos pensées…

Ressentez-vous ce même besoin ?

Photos BVJ – Alpes – Petit lac au Col de la Lombarde – Mai 2022.

…..

Rechercher nos propres chemins de paix…

BVJ – Plumes d’Anges.

Doux billet…

samedi 28 mai 2022

.

.

Jour de fête,

lumineux paysage intérieur,

les pensées refleurissent dans une lointaine mémoire,

je me souviens du poème appris à l’école,

du collier de pâtes alimentaires,

du bouquet de fleurs champêtres,

de l’œuvre d’art aux mille couleurs fabriquée avec cœur,

du petit déjeuner soigneusement préparé,

du gâteau plein d’amour pour le dessert,

de cette belle histoire racontée chaque année avec ferveur,

que d’émotions dans ce parfum d’enfance !

Vos souvenirs ressemblent-ils aux miens ?

Je souhaite une joyeuse fête à toutes les mamans du monde,

passées, présentes et à venir.

.

.

« Le papillon : Ce billet doux plié en deux cherche une adresse de fleur. »

Jules Renard dans « Histoires naturelles »  1896.

Illustrations : 1/« Journée d’été »  William Keith  2/ « Fleurs et papillons »  William van Aelst  0627-1682.

…..

Chérir ce moment de fête ou son doux souvenir…

BVJ – Plumes d’Anges.

Le bien caché…

lundi 9 mai 2022

.

« …Chaque matin, les hommes et les femmes qui prennent soin de la parcelle du réel

qui leur est confiée sont en train de sauver le monde, sans le savoir… »

Christiane Singer  – 1943-2007.

.

.

Nos armures se délitent…

.

.

Nos cuirasses se fendent…

.

.

Nous semblons perdre des plumes,

là sont les signes annonciateurs d’un indispensable changement…

.

.

Étirons nos membres engourdis,

oxygénons nos cerveaux endormis,

accueillons la lumière,

recréons qui nous sommes…

.

.

Il n’y a pas de temps à perdre,

faisons renaître en nous nos propres couleurs,

celles de la vie qui court dans nos veines.

Soyons maîtres de nos réflexions, de nos décisions,

ne suivons pas les routes encombrées,

préférons les chemins de traverse, les chemins de paix,

prenons du recul,

purifions nos intérieurs,

évacuons les vibrations négatives,

et surtout :

restons des êtres paisibles, des êtres libres…

.

.

« … C’est le moment de construire le monde.

Nous avons chacun la responsabilité d’une parcelle de l’univers… »

Christiane Singer  – 1943-2007.

 

Photos BVJ —> Eucalyptus.

…..

Choisir des relations de cœur à cœur…

BVJ – Plumes d’Anges.

Rose à l’âme…

mardi 3 mai 2022

.

.

« Je ne sais si vous avez déjà examiné la manière dont vous écoutez – que ce soit un oiseau ou le vent dans les feuilles, le bruit de l’eau vive, peu importe – ou l’attention que vous portez à quelque dialogue intérieur, ou à une conversation tenue au sein de diverses relations avec vos amis intimes, votre femme ou votre mari.

Si nous nous efforçons d’écouter, cela nous parait extrêmement difficile, car nous ne cessons de projeter nos opinions et nos idées, nos préjugés, notre acquis, nos inclinations, nos pulsions ; lorsque tout cela domine, c’est à peine si nous écoutons ce qui est dit. Cet état là est sans valeur aucune. On n’écoute – et donc on n’apprend – que si l’on est dans un état d’attention, un état de silence dans lequel tous ces échos antérieurs sont tenus en respect et se taisent. »

Krishnamurti – extrait d’une causerie de 1967 trouvée sur le net.

.

.

« La vie est bien trop courte pour perdre son temps à se faire une place là où l’on en a pas, pour démontrer qu’on a ses chances quand on porte tout en soi, pour s’encombrer de doutes quand la confiance est là, pour prouver un amour a qui n’ouvre pas les bras, pour performer aux jeux de pouvoir quand on n’a pas le goût à ça, pour s’adapter à ce qui n’épanouit pas. La vie est bien trop courte pour la perdre à paraître, s’effacer, se plier, dépasser, trop forcer. Quand il nous suffit d’être, et de lâcher tout combat que l’on ne mène bien souvent qu’avec soi, pour enfin faire la paix, être en paix. Et vivre. En faisant ce qu’on aime, auprès de qui nous aime, dans un endroit qu’on aime, en étant qui nous sommes, vraiment. »

Alexandre Jollien.

.

.

« Je crois en la couleur rose. Je crois que le rire est la meilleure façon de brûler des calories. Je crois aux baisers, beaucoup de baisers. Je crois qu’il faut être forte quand tout semble aller mal. Je crois que les filles joyeuses sont les plus jolies. Je crois que demain est un autre jour et je crois aux miracles »

Audrey Hepburn.

.

Que tous ces roses divers et variés fleurissent ensemble,

la diversité est une richesse et non une occasion de se combattre.

Écouter l’autre calmement, sans arrière pensée aucune,

accepter l’autre, quelles que soient ses différences,

offrir sa joie, sa légèreté et sa confiance en la vie…

C’est un travail de chaque jour, de chaque seconde,

qui fera la paix en nous et ainsi la paix dans le monde.

À tenter, absolument, il me semble.

Photos BVJ – Cerisiers du Japon – mai 2022.

…..

Modifier notre perception du monde…

BVJ – Plumes d’Anges.

Douze…

jeudi 28 avril 2022

.

.

« La poésie fait son nid d’une main à peine ouverte,

elle peut suivre les lignes de la paume

et aussi vivre dans un poing.

Elle est ce souffle inattendu qui patientait en toi,

ce temps posé sur l’instant, mais qui dure.

Si tu veux la dresser, change de livre,

délaisse les gens qui veulent la définir.

Elle aura toujours le coup d’aile d’avance

de l’oiseau quand tu veux l’attraper.

 

Un poème ne t’attend pas.

Il est là, même où tu l’ignores.

Il ne se veut pas forcément plus brillant

qu’une bruine qui s’amuse ou un soleil qui tombe.

Un poème ne fait pas pousser les fleurs :

c’est une parole entre deux lèvres

qui ne sauvera peut-être pas la Terre,

mais qui s’entendra,

se fendra d’un aveu, d’un amour, d’un combat.

Elle chantera encore quand d’autres s’agenouillent

ou s’enfuient devant la foule des bras tendus.

 

Aujourd’hui, tu vas écrire, me confies-tu.

Alors, vas-y, jette-toi dans la beauté.

Au bout d’une page, ou de quelques vers,

il y a parfois le début d’un univers.

Je te regarde : ce matin, tu te sens si poème

que tu crois pouvoir toucher, pour dire le monde, l’infini d’une seconde. »

.

« Poème pour l’enfant au bord d’une page »

Carl Norac.

.

Ne sommes-nous pas tous des enfants au bord d’une page ?

La poésie est vaste, si vaste, elle se rencontre au détour d’un chemin,

dans un regard, dans une mélodie, elle se cueille à toutes le saisons…

si on le désire vraiment…

.

Douze, pourquoi douze ?

Douze est un nombre sublime nous dit-on, il représente un cycle,

il y a douze signes du zodiaque – quel beau chemin – ,

il y a douze heures entre minuit et midi, douze heures entre midi et minuit…

Ce blog a douze ans aujourd’hui, la vie n’est plus la même

mais nous devons encore et toujours  suivre ce fil de poésie,

ce fil de lumière et d’espérance, lui seul nous donnera la force.

Belle semaine et merci à toutes et à tous, donnons-nous la main !

.

Illustration : 1/ « Le gâteau d’anniversaire » – détail – Pancraz Körle  1823-1875  2/ « Madame Sada Yakko » (actrice et danseuse tragique japonaise)  Ruppert Bunny  1864-1947.

…..

Faire un avec la poésie…

BVJ – Plumes d’Anges.