Archive pour mai 2017

La liste de nos envies…

mercredi 24 mai 2017

.

.

Santé, joie, amour, harmonie, tendresse,

solidarité, amitié, lumière, beauté, paix,

silence, ensemble, écoute, soleil,

montagne, mer, forêt, nature, contemplation, repos,

 bienveillance, nouveau, souplesse, connaissance,

nourriture saine, intuition, créativité,

partage, voyages, livres, musique,

sourires, couleurs, gratitude, belles histoires…

 

Mots à vivre,

à répéter, chaque jour,

pour que le meilleur advienne…

Qu’auriez-vous envie de rajouter ?

.

Illustrations : 1/« Paysage dans la Forêt Noire » Hans Thoma  1839-1924   2/« Littoral sur la mer baltique »  Hermann Eschke  1823-1900.

…..

Bien établir la liste de nos envies…

BVJ – Plumes d’Anges.

Être bien…

lundi 22 mai 2017

.

.

« … on ne peut jamais se prémunir des éventuelles souffrances, car elles font partie de

la vie. Vouloir y échapper est impossible. La vie est faite de pain noir et de pain blanc.

Chacun doit l’accepter comme part entière des règles du jeu de l’existence ! Résister à

cette réalité ne fait que renforcer le mal-être. C’est pourquoi les sages apprennent à

agir sur ce sur quoi ils ont prise, non sur le cours extérieur des évènements mais sur la

façon de les appréhender. (…) Pour le sage, la tempête peut bien faire rage en surface,

en profondeur, le calme règne toujours… Le secret, c’est de reprendre le contrôle de

votre mental et de décider que même les choses désagréables, vous les vivrez bien. De

voir du positif même dans le négatif. Vous verrez, c’est une façon d’aborder l’existence

qui change tout… »

.

Extrait d’une petite lecture légère dans « l’air du temps », qui comporte néanmoins quelques pistes de réflexions intéressantes  : « Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une »  2015  Rapaëlle Giordano.

Illustrations : 1/« Brahma sur son Oie »  Dessin anonyme du XIXème  2/ »Jeu de l’oie » du XIXème.

…..

Réfléchir à notre façon d’aborder les évènements de la vie…

BVJ – Plumes d’Anges.

Parfum de noblesse…

vendredi 19 mai 2017

.

.

Si ce somptueux rosier se montre si généreux en fleurs et en parfum,

n’est-ce pas par gratitude face aux bons soins que prodiguent

certains jardinier et jardinière ?

Il en est de même entre les hommes.

Si notre attention est bienveillante,

si notre regard porté sur l’autre est plein d’amour,

le meilleur nous est rendu au centuple

et nos vibrations s’élèvent joyeusement.

Ainsi va le monde, il faut s’en souvenir…

 

.

Photos BVJ

…..

Cultiver de nobles pensées…

BVJ – Plumes d’Anges.

Feu de la vie…

dimanche 14 mai 2017

.

.

« … Certains mots sont probablement aptes à changer le monde, ils ont le pouvoir de nous consoler et de sécher nos larmes. Certains mots sont des balles de fusil, d’autres des notes de violon. Certains sont capables de faire fondre la glace qui nous enserre le cœur et il est même possible de les dépêcher comme des cohortes de sauveteurs quand les jours sont contraires et que nous ne sommes peut-être ni vivants ni morts. Pourtant à eux seuls, ils ne suffisent pas et nous nous égarons sur les landes désolées de la vie si nous n’avons rien d’autre que le bois d’un crayon auquel nous accrocher…

.

Celui qui ne poursuit aucun rêve court un grave danger

.

L’homme est une créature étonnante. Il lutte contre les puissances naturelles, triomphe de difficultés apparemment insurmontables, il est le seigneur de la terre et pourtant, il maîtrise aussi peu sa pensée que les gouffres qu’elle recouvre, qu’abritent ces abîmes, comment se forment-ils, et d’où nous viennent-ils, ces profondeurs obéissent-elles à des lois ou bien l’homme traverse-t-il la vie avec, au fond de l’âme, un périlleux chaos ?…

.

… Vie, qu’es-tu donc ? Peut-être la réponse se love-t-elle au creux de la question, de l’étonnement qu’elle recèle. La clarté vitale s’affadit-elle pour se transformer en ténèbres dès-lors que nous cessons de nous étonner, de nous interroger et que nous envisageons la vie comme une banalité ?… »

.

Extraits de : « Entre ciel et terre »  2007  Jon Kalman Stefansson.

Illustrations : 1/« Sibérie au mois de mars-Etude »  Witold Pruszkowski  1846-1896  2/« Coin de jardin »  Augustin Satra  1877-1909.

…..

Entretenir le feu de la vie…

BVJ – Plumes d’Anges.

Ombre et lumière…

mercredi 10 mai 2017

.

.

« …le monde le plus étrange n’est pas celui dans lequel nous vivons, mais celui que nous avons créé…

.

… quand on comprend qu’on ne peut pas être détruit parce qu’on est fait de lumière, alors la peur est absente de nos vies…

.

 « On ferme les yeux des morts avec douceur, c’est aussi avec douceur qu’il faut ouvrir les yeux des vivants. »

Jean Cocteau

.

L’ombre gagne du terrain parce qu’on parle moins de la lumière. La déprime a la cote, le trash bat les records d’audience, et si quelqu’un se trouve quelques charmes à la compassion, il passera pour un doux allumé. Voici la victoire paradoxale de l’ombre : le monde ne va pas plus mal qu’autrefois, il irait même plutôt mieux, mais personne n’est au courant. C’est plutôt malin, non ? On a même réussi à faire croire que le bonheur appartient aux riches et que cette richesse aux biens sans envergure est devenue un but honorable pour tous…

.

cette question que chacun se pose : « Où allons-nous après la mort ? » n’est absolument pas la bonne. La question serait plutôt : « Qu’avons-nous à faire tant que nous sommes là ? »…

.

Toutes les études menées récemment accréditent que le monde dans lequel nous vivons est en fin de course. Il nous faudrait retrouver au plus vite notre principe de base d’une vie où nous sommes une part de l’autre, tous en interconnexion. Quand les Occidentaux observent un tableau, ils décrivent le personnage central, mais quand les Orientaux prennent le relais, ils parlent du contexte tout autour. Pour que tout aille bien pour le groupe, il nous faudrait en tout domaine choisir des solutions qui tiennent compte de l’autre…

.

L’évolution a commencé, mais elle est longue et lente, à la mesure de notre grande peur. L’après-vie appartient aux religions et notre vie corporelle aux médecins. Deux colossales maisons se partagent ainsi un pouvoir indiscutable et jamais remis en jeu sur la totalité de notre vie, et elles ont tout intérêt à ne jamais laisser passer des informations déstabilisantes, fussent-elles extraordinaires pour leurs disciplines. Entre les deux propriétaires, pas de lien, une hostilité même. Pour les religions, un corps impur, un fardeau qui doit disparaître ou nous perdre, pour les médecins, pas d’âme, des organes qui pensent...

.

N’est-ce pas merveilleux de se dire que dépendre les uns des autres, c’est être un petit grain de sable qui a du pouvoir dans une grande immensité que nous pouvons faire briller ? Ce serait un peu comme chanter dans une immense chorale. Bien-sûr, on n’est qu’une voix. Mais ce chant qui s’élève, cette beauté qui fait pleurer et dont nous sommes une partie, n’est-ce pas l’essentiel ? Et savoir que les désirs les plus intenses qu’on peut éprouver peuvent soulever des montagnes ? Et se dire qu’on peut appeler un être de lumière pour être secouru, n’est-ce pas un bel espoir ?…

.

Extraits de : « Les Brumes de l’apparence »  2014  Frédérique Deghelt.

Illustrations : 1/ « Ile de Rugen »  Carl Gustav Carus-Nobbin  1789-1869  2/Paysage du Japon (détail) – Peinture anonyme du XVIIème.

…..

Parler de la lumière…

BVJ – Plumes d’Anges.

Vœu simple…

dimanche 7 mai 2017

.

.

« … Appelé à la fenêtre par les fleurs immaculées du cerisier : « viens voir l’éternité qui passe et qui t’oublie, viens vite ! »

Un seul regard sur le pré en ravit toutes les fleurs.

L’herbe est remplie de diamants. Ils s’évanouissent quand on veut les prendre…

.

L’âme des pivoines ne se donne pas, elle explose en plein vol sous mes yeux qui n’en découvrent que les débris glorieux, blancs, rouges et roses.

Si les paupières des nouveaux-nés, la dérive des nuages ou la fleur de sel des poèmes nous chuchotent quelque chose de l’éternel, c’est parce qu’elles sont cet éternel…

.

… Aujourd’hui l’humain mime l’humain. L’air de la sympathie est joué mais quand on s’approche il n’y a personne. L’humain s’éloigne.

Présenter à une troupe de pivoines joufflues un bébé fraîchement éclos reste un délice incorruptible… »

.

Extraits de : « Éclat du solitaire »  2011  Christian Bobin.

Illustrations : 1/« Pivoines et papillon »  Johan Christoffer Bayer  1738-1812   2/« Optimiste »  Lawrence Alma Tadema 1836-1912.

…..

Faire vœu de bienveillance universelle…

BVJ – Plumes d’Anges.

Exquisité…

mercredi 3 mai 2017

.

.

Se changer les idées…

.

.

Sortir du cercle éprouvant de l’actualité…

.

.

Rêver, balader, créer, se détendre, se délecter…

Il le faut pour garder notre sérénité et rester présent au monde que nous désirons.

.

« Vapeurs printanières

Dissoutes dans l’air

La lumière du soleil »

Le chat poète dans « Haïkus du chat » 2017   Schinbô Minami.

.

Allez, allez, un peu de douceur dans ce monde de brutes…

.

– GÂTEAU RICOTTA-CITRON-POMME –

(Gâteau de Louisa)

.

Ingrédients : 125 g. de beurre mou, 150 g. de sucre (plutôt roux), 3 œufs, 150 g. de farine, 250 g. de ricotta, 1 zeste de citron bio finement râpé, 1 sachet de levure chimique, 1 pincée de sel, 1 pomme.

.

Réalisation : Battre le beurre et le sucre, ajouter les œufs, fouetter ce mélange

pendant quelques minutes pour qu’il devienne mousseux.

Incorporer la farine, la ricotta, le zeste de citron, la levure, le sel et enfin la pomme râpée.

Verser dans un moule beurré, enfourner 40minutes à 180°, vérifier la cuisson.

(200° dans mon petit four – Personnellement, j’ai ajouté 10 minutes de cuisson).

Laisser tiédir puis démouler. Saupoudrer de sucre glace et…

VOUS POUVEZ DÉGUSTER  CETTE  EXQUISITÉ !

.

Recette trouvée sur le merveilleux blog Chic, Chic, Chocolat.

Photos BVJ.

…..

Savourer des moments délicieux…

 BVJ – Plumes d’Anges.