Richesse des couleurs…

14 juillet 2024

.

.

« … Mon père qui était un médecin de l’armée coloniale britannique a été choqué par une scène qui m’est restée dans l’esprit. Nous étions dans le bus et le conducteur, un français, à un moment donné, a arrêté son bus, il a contrôlé les passagers ; or il y avait là un pauvre vieux qui n’avait pas de quoi payer son trajet. Le chauffeur a fait descendre ce pauvre paysan marocain sur la route, c’était en plein champ, il est descendu. Mon père m’a dit : « Tu vois, ça, c’est la colonisation, il faut mettre fin à ce système parce que ce n’est pas normal qu’on ne partage pas avec un homme âgé et qu’on ne l’aide pas en lui accordant le passage dans le bus. » C’est donc en allant à Marrakech que j’ai aperçu les injustices de la colonisation…

.

… L’Afrique, ce continent qui fut fracturé et malmené par l’histoire (…). Les hommes et les femmes de ce continent ont besoin de se connaître, de se reconnaître.

En traversant les frontières, la littérature permet cette connaissance, cette reconnaissance. Dans l’échange, dans l’aventure, nous cessons d’être des étrangers, nous partageons des rêves, des idées, des mots, des sentiments. Nous apprenons à être ce que souhaite le romancier et peintre marocain Mahi Binebine, des voisins, et qui sait, un jour peut-être comme le souhaitait le grand Martin Luther King dans sa célèbre formule : « Nous avons appris à nager comme des poissons, nous avons appris à voler comme des oiseaux, mais nous n’avons pas appris l’art tout simple de vivre ensemble comme des frères et des sœurs. » Grâce à la littérature, grâce à ces voix multiples, nous avons les armes qu’il faut pour lutter contre ceux qui, malgré les enseignements de l’histoire, revêtent aujourd’hui les loques trouées du racisme et de la xénophobie…

.

… L’idée de l’engagement est venue de mon père mais je me souviens également de ce que racontait ma mère ; lorsqu’elle s’est mariée, elle s’est résolue à quitter la France, à partir vivre en Afrique pour le suivre. Ses amis ont tous réagi par des remarques de type : « Mais tu vas vivre dans un pays de sauvages. » Elle leur a répondu : « C’est vous les sauvages, je crois que je vais apprendre beaucoup en Afrique. » Elle voulait dire que l’aveuglement, l’égoïsme, l’indifférence de ses amies parisiennes lui semblaient être la vraie sauvagerie, le vrai manque de civilisation… »

.

Ce petit livre de Jean-Marie G. Le Clézio est une riche réflexion à propos de la littérature et du pouvoir des mots. L’auteur raconte au fil des pages des souvenirs marquants, des situations vécues sur lesquelles ou contre lesquelles il s’est construit. Homme solitaire, profondément humain, frère de cœur des opprimés, engagé dans l’écriture – la seule chose qu’il sache faire – par petites touches, contre l’injustice.

Né à Nice pendant la guerre, il a connu les privations, il a vu la détresse des enfants et des personnes âgées « qui sont les premières victimes dans les conflits. » Âgé de huit ans, déjà doté d’un esprit curieux, il part rejoindre son père, médecin au Nigéria, accompagné de sa mère et de son frère. Il quitte «  la France dévastée pour l’Afrique, terre d’abondance et de vraie liberté « , il en reste ébloui. Mais il découvre le système colonial, ses abus et ses maltraitances, les guerres entre les communautés montées les unes contre les autres par des européens avides…

Jean-Marie G. Le Clézio nous parle des rencontres, des hasards de la vie, des lectures, de la nature, de sa beauté, des artistes et écrivains femmes et hommes qui ont une vraie importance à ses yeux… Tout cela est le terreau qui l’amène à l’écriture et au travers des mots et des histoires, à son engagement. Il y a toujours à apprendre des autres, merci à la littérature de faire circuler des textes importants pour élever l’homme dans son humanité.

.

Extraits de : « Identité nomade »  2024  Jean-Marie Gustave Le Clézio.

Illustrations : 1/« Jonquilles dans un pot vert »  2/« Bouquet de fleurs rouges »  Pierre Bonnard  1867-1947.

…..

Apprécier la richesse des racines multiples…

BVJ – Plumes d’Anges.

Fleurs du ciel…

7 juillet 2024

.

.

« Fais-toi croître à toute heure en indépendance,

mais accompagnée de bienveillance, de sincérité, de modestie. »

.

.

« Quand la contrainte des circonstances te laisse désemparé,

rentre en toi-même aussitôt et ne perds pas la mesure plus longtemps qu’il n’est nécessaire.

Tu seras d’autant plus maître de l’harmonie que tu y reviendras plus fréquemment. »

.

.

Établir un calme mental…

il nous faut accepter les choses telles qu’elles sont,

nous ne maitrisons pas grand chose, nous ne pouvons agir que sur nous-même.

Fleurissons avec sérénité…

.

Citations de Marc Aurèle extraites de « Pensées pour moi-même ».

Photos BVJ – Juillet 2024.

…..

Cueillir les bonheurs fugitifs qui fleurissent dans le ciel de la vie…

BVJ – Plumes d’Anges.

Singeries et renardies…

30 juin 2024

.

.

« Les animaux, au décès d’un lion,

En son vivant prince de la contrée,

Pour faire un roi s’assemblèrent, dit-on.

De son étui, la couronne est tirée :

Dans une chartre un dragon la gardait.

Il se trouva que, sur tous essayée,

À pas un d’eux elle ne convenait.

Plusieurs avaient la tête trop menue,

Aucuns trop grosse, aucuns même cornue.

Le singe aussi fit l’épreuve en riant ;

Et, par plaisir, la tiare essayant,

Il fit autour force grimaceries.

Tours de souplesse, et mille singeries,

Passa dedans ainsi qu’en un cerceau.

Aux animaux cela sembla si beau

Qu’il fut élu : chacun lui fit hommage.

Le renard seul regretta son suffrage,

Sans toutefois montrer son sentiment.

Quand il eut fini son petit compliment,

Il dit au roi : je sais sire une cache,

Et ne crois pas qu’autre que moi le sache.

Or tout trésor, par droit de royauté,

Appartient, sire, à votre majesté.

Le nouveau roi bâille après la finance,

Lui-même y court pour n’être pas trompé.

C’était un piège : il y fut attrapé.

Le renard dit, au nom de l’assistance :

Prétendais-tu nous gouverner encor,

Ne sachant pas te conduire toi-même ?

Il fut démis : et l’on tomba d’accord

Qu’à peu de gens convient le diadème. »

.

Astres et désastres continuent à obscurcir le ciel de notre quotidien,

que penser ? que dire ? que faire ? qui croire ?

Dans cet immense brouhaha au sein duquel nous nous trouvons,

un processus semble à l’œuvre.

Lequel ? Jusqu’où ? Jusqu’à quand ?

Nul ne le sait pour l’instant.

Gardons confiance en la vie

et tendons vers la meilleure version de nous-même.

.

Fable de Jean de la Fontaine  1621-1695  « Le renard, le singe et les animaux ».

Illustrations : 1/ « La nuit »  2/ « La révolution des planètes »  Augusto Giacometti  1877-1947.

…..

Exprimer ce que nous voulons vraiment…

BVJ – Plumes d’Anges.

Paisibilité…

23 juin 2024

.

.

Racistes

« Voilà ce qu’ils disent :

l’anémone est plus intelligente que la rose

le sable est plus beau que le chat

et la pierre a toujours été

supérieure au potiron.

Ils reprochent au noir

d’être plus noir que le blanc

comme on reprocherait au feu

d’être plus chaud que la neige

et au miel d’être plus sucré

que la vague.

Et s’ils ont peur de leur ombre

c’est qu’ils se doutent un peu

que haïr l’étranger

c’est avoir peur de soi. »

.

– grande gentiane jaune –

.

– bugle pyramidale –

.

– rhododendron –

.

– oseille des Alpes –

.

– fougère –

.

.

.

– globulaire –

.

– myosotis –

.

– gentiane des neiges –

.

– anémone –

.

– pétasite paradoxal –

.

.

Renaître

« Certains soirs on s’endort

comme une pierre lasse

cerné par le malheur

et l’on voudrait s’oublier

sous l’eau très lente du sommeil

 

on tire un drap sur son front

pour se cacher du monde

 

on ne veut

ni le rêve ni l’ombre

ni l’œil têtu d’une lampe

 

surtout ne pas sentir la peur

qui nous marche sur le ventre

comme un chat

 

et l’on s’éveille au matin

un soleil entre les doigts. »

.

.

La nature aux mille facettes – sublimes mais parfois cruelles –

a dispersé son manteau neigeux

et prépare joyeusement le festin des animaux de pâturage.

La diversité est grande, la richesse infinie, nous allons de surprise en surprise.

 Restons calmes, restons paisibles,

soyons dans la conscience pure pour trouver la meilleure voie.

Poèmes extraits de « Sans frontières fixes »  2001  Jean-Pierre Siméon.

Photos BVJ – Dans les Alpes françaises et italiennes – juin 2024.

…..

Entretenir une douce flamme en soi…

BVJ – Plumes d’Anges.

Large vision…

16 juin 2024

.

.

« …Là où l’esprit est sans crainte et où la tête est haut portée ;

Là où la connaissance est libre ;

Là où le monde n’a pas été morcelé entre d’étroites parois mitoyennes ;

Là où les mots émanent des profondeurs de la sincérité ;

Là où l’effort infatigué tend les bras vers la perfection ;

Là où le clair courant de la raison ne s’est  pas mortellement égaré dans l’aride

et morne désert de la coutume ;

Là où l’esprit guidé par toi s’avance dans l’élargissement continu de la pensée et de l’action –

Dans ce paradis de liberté, mon Père, permets que ma patrie s’éveille… »

dans « Le jardinier d’amour »  – Rabindranath Tagore 1861-1941.

.

« … Celui qui plante des arbres tout en sachant qu’il ne pourra pas

profiter de leur ombre vient de commencer à comprendre le sens de la vie… »

dans « La maison et le monde » – Rabindranath Tagore 1861-1941.

.

.

« Les hommes vont répétant le mot : Paix ! Paix !

alors qu’il n’y a pas de paix dans leur cœur.

La paix ne peut régner dans l’ensemble du monde

que si elle existe d’abord chez les individus. »

.

« L’amélioration humaine ne viendra ni des textes législatifs,

ni des mouvements sociaux,

mais seulement de l’irrésistible progression individuelle

basée non sur la matière, mais sur l’esprit. »

dans « L’énigme du Grand Sphinx »  Georges Barbarin  1882-1965.

.

Quel sage pourrait apparaître et calmer cette folie du monde ?

Vaste question… mais les vraies questions

que nous pourrions nous poser seraient – peut-être – :

Et nous, sommes-nous sages, réfléchis, paisibles,

fraternels, généreux, sincères, respectueux… ?

Ne faut-il pas polir certains angles en nous, limer quelques aspérités ?

Tout commence avec nous, tout vient de nous,

seul notre « travail » intérieur permettra à ce sage de venir, en son temps…

Qu’en pensez-vous ?

Photos BVJ (arbre à orchidées et ciel duveteux) – juin 2024.

…..

Élargir notre vision…

BVJ – Plumes d’Anges.

Douces exhalaisons…

8 juin 2024

.

.

« … LE TILLEUL

Arbre de justice, parce que c’est autour de lui que les sages se réunissaient.

.

Chaque année, au mois de juillet, je cueille en abondance leurs fleurs, que j’étale au grenier sur une claie et, quand elles sont bien sèches, je les range dans des bocaux en verre à l’abri de la lumière. Les soirs d’hiver, après le dîner ou juste avant de me coucher, je prends une tasse d’infusion de fleurs de tilleul avec une cuillère de miel de sauge des îles dalmates : une excellente boisson qui apporte le sommeil et facilite la respiration.

Les propriétés médicinales de ces fleurs sont connues depuis les temps les plus anciens : elles contiennent des sucres, du tanin, de l’acide malique, de l’acide tartrique et de l’huile essentielle. Tous ces éléments réunis ont des propriétés sudorifères, antispasmodiques et sédatives. Certaines fois les abeilles elles-mêmes, lorsqu’elles récoltent avec insistance le nectar de certains tilleuls, sont comme assoupies et se couchent dans l’herbe à l’ombre de l’arbre…

.

.

… Le fût du tilleul est droit et élancé ; dans les endroits froids, on a remarqué qu’il se ramifie en fûts secondaires ; chez les sujets jeunes, l’écorce est lisse, de couleur gris-brun, mais avec les années il se fissure en se craquelant verticalement et prend une couleur plus sombre. Chez les individus isolés, les branches qui sont robustes et de couleur plus soutenue que le tronc, ne sont pas très éloignées du sol ; dans les bois, en revanche, comme chez presque tous les arbres, la ramure se rassemble vers le haut…

.

.

Le feuillage est fourni, arrondi, harmonieusement disposé. Les feuilles qui mesurent quatre centimètres sur sept, sont caduques, en forme de cœur, avec un apex pointu ; elles sont dentelées mais lisses à la base, avec des nervures bien marquées, d’un vert intense, plus claires et couvertes d’un léger duvet au revers. Mais quels jaunes dorés ne nous donnent-elles pas en automne ! « Le cercle d’or du tilleul est comme une couronne de mariée » dit Pasternak dans l’un de ses poèmes…

.

.

... Les fleurs sont hermaphrodites, d’un beau blanc ambré que la pluie d’été rend lumineux ; leur pédoncule est fixé à une bractée oblongue : les sépales forment une corolle et les cinq pétales entourent de nombreuses étamines.  Elles fleurissent vers la mi-juillet et, au cours des journées favorables par leur température et leur humidité, elles sont fouillées et butinées une à une par des myriades d’insectes…

.

.

… Le miel de tilleul est si parfumé et son arôme si puissant qu’il ne plaît pas à tout le monde. Les fruits, ovales et ligneux, mesurent un centimètre environ ; les graines contiennent une huile dont l’aspect et la saveur rappellent celle de l’olive.

Le bois est blanc ivoire, brillant, presque soyeux, homogène et tendre ; il ne se fend pas (on peut le tailler dans tous les sens) et il se prête plus que tout autre bois à la sculpture. En outre les vers ne t’attaquent pas. C’est en bois de tilleul que sont faits les sabots hollandais, les cadres sculptés, les ornements de meubles et les hauts reliefs… »

.

Merveilleux moment où l’on peut se nourrir du parfum envoûtant du tilleul,

il s’insinue dans chaque recoin du jardin et nous happe dès le lever.

Mais cette année, je n’entends pas le bourdonnement incessant des insectes pollinisateurs,

leur présence et leur danse d’une fleur à une autre sont – pour l’instant – absentes…

Seraient-ils fatigués par le bruit du monde actuel ?

Auraient-ils envie que les sages se réunissent à nouveau autour d’eux ?

Affaire à suivre…

.

Extraits de : « Arbres en liberté »  – Le tilleul –  Mario Rigoni Stern  1921-2008.

Photos BVJ – juin 2024.

…..

Être sous le charme du tilleul et savourer l’instant…

BVJ – Plumes d’Anges.

Sublimité…

1 juin 2024

.

.

L’Italie est un pays-musée. Les villages, les campagnes, les montagnes, les villes sont constellés d’édifices anciens d’une incroyable beauté et d’une grande richesse. Ici est un aperçu d’un lieu dont l’extérieur en briques ne laisse présager le trésor intérieur. La Basilique San Vitale, sise à Ravenne – ville qui fut un temps capitale de l’Empire romain d’occident et qui, plus tard, devint le centre du pouvoir byzantin. Elle fut construite sous le règne de Justinien et Theodora au VIème siècle.

.

.

Quel souffle mystérieux a guidé les architectes, les maçons, les artistes pour la création de cette Basilique ?

.

.

Dès l’entrée dans le lieu, notre regard scrute le sol tout en mosaïques marbrières, puis s’élève à hauteur d’yeux et découvre les curieux dessins que le marbre gardait en lui silencieusement, ce sont des placages dits en « livre ouvert ».

.

.

Il s’élève encore, notre visage tourne en tous sens ; apparaissent des voûtes légères et féériques qui dialoguent majestueusement entre elles, des piliers sobrement travaillés, des arcs à des hauteurs vertigineuses, des vitraux d’albâtre.

.

.

.

.

.

.

.

Ce spectacle « aérien », comme vaporeux,  nous prépare à une fête céleste, il nous attire vers la lumière des ors et des couleurs.

.

.

.

.

.

Le décor d’origine en mosaïques sur fond d’or n’est plus présent que dans la chapelle absidiale : un arc de triomphe avec médaillons représentant le Christ, ses apôtres et les deux fils de Saint Vital, l’Empereur Justinien et l’Impératrice Theodora –  panneaux profanes et religieux se côtoient – une voute spectaculaire aux motifs de feuillages, fleurs, fruits, petits animaux, oiseaux…

.

.

.

Si vous passez par Ravenne, capitale mondiale de la mosaïque, vous pourrez découvrir d’autres nombreux trésors…

.

.

« Enlacez votre savoir avec celui des poètes, secourez-vous mutuellement. »

« Le cercle, le carré, voilà les lettres alphabétiques que les auteurs emploient dans la texture des meilleurs ouvrages. On a fait des poèmes épiques, des élégies. On chante les dieux. On élève des temples à la valeur, à la force, à la volupté, on construit des maisons et les édifices les plus ignorés de l’ordre public. »

Claude-Nicolas Ledoux – architecte urbaniste utopiste.

.

Photos BVJ -Basilique Saint Vital à Ravenne – mai 2024.

…..

Faire chanter notre temple intérieur…

BVJ – Plumes d’Anges.

Célébrer…

23 mai 2024

.

.

Plalangère à fleurs de lys

(Bâton de saint Joseph)

.

Encore une gourmandise liée à une histoire de lune…

Luminaire qui préside à la nuit, la lune irradie sa douce lumière sur le monde.

Pleine, elle nous invite à explorer l’inconnu, éclaire notre esprit, 

nous fait découvrir un nouvel espace en nous-même,

un espace insoupçonné à explorer pour agir,

bien centré en notre cœur et guidé par notre intuition.

Elle est la grande inspiratrice, riche de ses cratères et de ses mers…

.

Que diriez-vous, à l’avant veille de la fête des mères, de la matérialiser en un dessert,

un instant de douceur,

un instant de partage, un merveilleux gâteau à couper en quartiers ?

Vous ne refuserez pas, j’en suis certaine.

.

.

Le gâteau nantais

.

Ingrédients : 40 g. de farine, 1/2 paquet de levure chimique, 125 g. de beurre en pommade, 150 g. de cassonade, 100 g. de poudre d’amande, 3 œufs, 30 g. de rhum.

Pour le glaçage : 65 g. de sucre glace, 1 g. de rhum.

Réalisation : Mélanger le beurre et sucre, ajouter les œufs puis la poudre d’amande, la farine et la levure tamisées, le rhum. Verser la pâte dans un moule de 18 cm. de diamètre et enfourner 40 minutes à 180 ° – j’ai ajouté 10 minutes de cuisson.

Démouler le gâteau après refroidissement, le recouvrir du glaçage et le mettre au réfrigérateur pour que ce dernier durcisse.

Il n’y a plus qu’à savourer !

.

« – Envoi –

Prince merci, que cette joie

Retombe sur tous amplement

Et se tourne à l’heure du choix

 

Vers le sourire de maman. »

.

Poème de Lucien Forno dans « Lucien est de sortie «  2024.

.

.

Je vous souhaite de vivre une belle pleine lune et une belle fête des mères.

.

Recette cueillie sur Instagram…

Photos BVJ – mai 2024.

…..

Célébrer dans la joie…

BVJ – Plumes d’Anges.

Mont Sacré…

15 mai 2024

.

.

Les Monts Sacrés –  Sacri Monti – ont été édifiés en Italie du Nord, sur des hauteurs, aux XVIème et XVIIème siècles. Il y en a 7 dans le Piémont et 2 en Lombardie. Ce sont des compositions architecturales formées de jardins et de chapelles décorées. Ces dernières abritent des trésors qui racontent l’histoire de Jésus, celle de Marie, des Saints… Après la Contre-Réforme, ils devinrent des sortes de « catéchismes » en trois dimensions.

.

.

Chapelle 1

.

Celui de Varallo fut le premier Mont Sacré, fondé par le frère franciscain Bernardino Caimi, qui avait été gardien du Saint Sépulcre à Jérusalem ; à son retour il eut envie de reproduire les lieux saints de la Palestine et les évènements liés à la vie de Jésus, ce qu’il fit réaliser dès 1486.

.

.

Adam et Ève (détail) – Chapelle 1

.

Au fil du temps naquirent quarante cinq chapelles, abritant des scènes bibliques peintes à la fresque et des sculptures à taille humaine, de nombreux personnages en terre peinte, avec pour certains de vrais cheveux et des yeux de verre, des animaux, des végétaux.

.

.

Visite à Sainte Élisabeth (détail) – Chapelle 3

.

.

L’arrivée des rois mages (détail) – Chapelle 5

.

.

On découvre les scènes au travers de lucarnes, taillées dans des dentelles de bois ou de simples grillages.

.

.

La présentation au temple – Chapelle 8

.

.

La fuite en Égypte (détail) – Chapelle 10

.

.

Chapelle 16

.

Un chemin très doux se dessine d’une chapelle à l’autre, de beaux jardins dans le style Renaissance mettent en valeur le site.

.

.

Jésus au tribunal de Ponce Pilate pour la première fois (détail) – Chapelle 27

.

Le réalisme des scènes est époustouflant, c’est parfois très beau et parfois terrible.

Des artistes réputés participèrent à ce projet, le premier fut le peintre et sculpteur

Gaudenzio Ferrari

plus tard Bernardino LaninoTanzio de Varallo

.

.

Jésus au tribunal d’Érode (détail) – Chapelle 28

.

.

La crucifixion (détail) – Chapelle 38

.

.

La descente de la croix (détail) – Chapelle 39

.

.

La pitié (détail) – Chapelle 40

.

.

Le visiteur accède à ce lieu à pied ou en téléphérique depuis Ravallo (durée du trajet : 1 minute !). L’intérêt est à la fois artistique et historique, le réalisme de ces œuvres ne peut laisser indifférent, elles sont hautement singulières.

Nous avons eu la chance de le visiter en y étant totalement seuls et avons pu prendre le temps d’en admirer les détails.

.

.

Au sommet se trouve la Basilique Santa Maria d’Assunta.

.

.

« Le début est un mystère, la fin une révélation. Mais dans l’intervalle, il y a les émotions qui sont les vraies richesses de la vie. »

« Parlons tranquillement de la vie puisque nous n’y comprenons rien. »

Christian Bobin  1951-2022.

.

Quand on part, tout est bien.

Quand on revient, tout est bien.

La vie est parfaite…

Photos BVJ – Mai 2024 , sous un ciel orageux…

…..

Embrasser la vie, tout simplement ?…

BVJ – Plumes d’Anges.

 

Vagabondage…

7 mai 2024

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

« Un éclair ne vit

à lui seul dans sa lumière,

qu’un instant, ce que dure

son chemin, du nuage jusqu’à l’arbre désiré

avec lequel il s’unit.

La poésie – pareille s’avère.

Seule, dans sa propre lumière

elle dure ce que dure

la distance du nuage jusqu’à l’arbre,

de moi jusqu’à toi elle dure. »

.

Lucien Blaga – poète roumain –  1895-1961.

« La poésie » Poème extrait de  « Ce qu’entend la licorne « 

.

Je suis en vacances entre la Suisse et l’Italie et vous dis à bientôt…

.

Photos BVJ – Suisse et Italie – mai 2024.

…..

Apprécier la lumière de chaque jour nouveau…

BVJ – Plumes d’Anges.