Cérémonie…

30 janvier 2023

.

.

« … Madame Yamamoto. Je n’ai jamais su son prénom et n’ai jamais eu seulement l’idée de le lui demander.

À l’entrée, les deux caractères de son nom sont écrits au pinceau sur une jolie planche. En plus petit, il est fait mention de son école de thé : Urasenke.

Je fais coulisser la porte qui s’ouvre au milieu d’un muret, entre dans le jardin de mousse et buissons et m’arrête devant le camélia. Il m’attendait. Je le soupçonnais samedi dernier de n’avoir pas encore livré toute sa beauté, toute de rouge et de vert profonds. Cette fois, il est magnifique. Il est au maximum.

Sa vue me transporte. Voilà de quoi se mettre dans un bon état d’esprit. Pour profiter du thé, il ne faut pas être morose. On peut cependant être triste : la beauté apaise la tristesse. La beauté simple du thé vide le cœur pour s’y installer et y prendre toute la place…

.

LE THÉ N’EST PAS VRAIMENT une cérémonie. Il n’en a pas la pompeuse solennité. Ce n’est pas la messe ou le rituel d’une quelconque religion.

Le mot connaît un destin semblable au mot « bureau », qui désigne selon les cas la pièce ou le meuble, au mot « café », à la fois bistrot et breuvage ; pareillement, le thé matcha est une décoction et c’est aussi le moment et le lieu où on la prépare et où on la boit.

On parle de « Voie du thé », Sado, d’ « eau chaude pour le thé », cha no yu, ou d’une « partie de thé », chaji, si l’on y propose aussi un repas léger.

« Cérémonie » est un mot trop rigide pour désigner un exercice aussi multiforme, fait de gestes simples et précis qui n’ont d’autre finalité qu’eux-mêmes, pensés et codifiés pour être strictement efficaces, nécessaires et suffisants et qu’on doit idéalement réaliser sans y penser et d’un cœur léger.

Si l’exécution est parfaitement menée, les mains et le corps semblent échapper à la gravité, fonctionner seuls. Le temps devient alors disponible, recouvré. On l’a tout à soi, on le maîtrise, et quand le bol de thé est enfin prêt, on a l’impression qu’il est arrivé là tout seul. Il est le résultat d’un acte parfait. C’est comme dans le tir à l’arc, la calligraphie ou la peinture à l’encre ; si un geste est mal fait, on ne peut pas le recommencer…

.

« Ichigo ichie », me dit-elle. Cette « première bouilloire » a été pour elle « l’heureux moment d’une rencontre ». C’est à la faveur du thé qu’elle m’a rencontré et qu’elle se trouve là, maintenant, chez moi.

C’est une déclaration d’amour qui ne dit pas son nom.

Elle me regarde avec un beau visage épuré, sans expression ni froideur, aussi impassible qu’un masque, ce qui donne à sa déclaration une force inconnue. L’amour et les sentiments personnels ne se manifestent pas de la même façon, ici. Plus ils sont intenses, moins ils sont exprimables… »

.

Un petit livre d’une centaine de pages à la jolie couverture crème et sépia, l’objet est une invite au raffinement.

L’auteur y raconte les souvenirs d’une époque où, résidant et travaillant à Kyoto, il s’initiait à la Voie du thé chaque samedi matin. Il est un jour très ému par une rencontre, celle d’Itchie Shimitzu, une jeune femme aux traits fins et délicats, vêtue d’un magnifique kimono.

L’auteur nous décrit les lieux et les situations par petites touches, les personnages se livrent mais restent délicieusement énigmatiques, la quête de la beauté est présente dans une succession de « tableaux » où les petits pas, les étoffes raffinées, les gestes parfaits sont d’une merveilleuse fluidité face à d’autres réalités du quotidien.

Cette nouvelle nous emmène dans une parenthèse de la vie, le temps y est comme suspendu, l’esprit et le cœur naviguent dans les doux méandres d’une mémoire entre « Juste un mot » et « Un dernier mot ».

Un agréable moment de lecture, accompagné d’un délicieux Thé blanc au citron Yuzu (Thés de la Pagode) que je vous recommande aussi…

.

Extraits de : « De thé et d’amour »  2021  Hubert Delahaye.

Illustrations : 1/« Nature morte »  Leon Wyczolkowski  1852-1936  2/« Dans le jardin »  Matilda Browne  1869-1947.

…..

Emprunter les voies paisibles…

BVJ – Plumes d’Anges.

Changement…

23 janvier 2023

.

.

« … « Le sourire est à l’image de la Délivrance…

Sourire, parole, création sont les attributs de l’homme…

Comment peux-tu reconnaître ta voie, si tu ne souris pas ? J’habite dans le sourire…

Le sourire est la prière de chaque petite cellule. » *

 

C’est magnifique de sentir le sourire comme une prière, la prière de chacune des cellules de notre corps sacré… Et quel est le rôle du corps dans la Délivrance, aussi selon l’enseignement des médecines sacrées ?

 

Sans le corps, la Délivrance n’a pas de sens. Toutes les parcelles de la création doivent être délivrées, reliées, transfigurées ! L’ange révèle que :

« Le corps n’est rien d’autre qu’Amour devenu matière. Est-ce que nous le vivons ? » *

« Le corps est formé pour vous depuis le commencement des temps. Le corps n’est pas destiné à l’usage que vous en faites. » *

« Chaque organe de ton corps est l’image d’une force de l’univers, et c’est d’elle qu’il reçoit sa force. » *

« Le battement du cœur de l’univers est un avec le battement de ton cœur. » *

En écho à cette parole, Gudea invoquait déjà à l’époque sumérienne en 2140 av. J-C. : « Comme les enfants d’une même mère, nous sommes unis dans son cœur de lumière ». Quelle révélation ! Le corps n’est ni « enveloppe », ni « lieu de péché » , mais un creuset alchimique, un temple, un lieu de résonance, de don d’amour, de lien, de transformation. Un lieu de transfiguration et de transmutation de la chair. Chaque corps est pétri d’amour, comment l’avoir oublié ?

 

De quelle transformation, transmutation, transfiguration s’agit-il ?

 

L’ange nous rappelle que « l’Homme est le grand transformateur  » * . Pour faire une soupe, je transforme mes carottes, cèleris et poireaux par la cuisson. Mais quel feu faut-il pour transformer ma déception en espérance et ma frustration en confiance ? L’ange propose un changement de regard : « Le mal est le bien en formation, mais pas encore prêt. » *

Cela commence par une mise en mouvement. Si je déverse ma colère et claque la porte, je n’ai rien transformé du tout. Mais il est possible de percevoir un élan de transformation dans chaque situation, qui est comme un levier secret, qui permet une mise en mouvement d’une situation stagnante vers son élévation, vers son évolution, vers sa rencontre avec une autre polarité qui l’oriente.

L’ange précise : « Si tu élèves tout, tu tiens dans ta main la Joie éternelle. » * C’est une traversée des ténèbres, pour en pétrir la lumière. Dans chaque évènement se cache un ferment. C’est à moi de le trouver, ce qui est difficile, tant je suis engloutie dans la souffrance, dans la séparation. Comment trouver la face de lumière d’une épreuve ? Pour cela une constante vigilance et inventivité nous sont demandées. La vie devient passionnante si, au lieu de juger et de rejeter l’épreuve, nous devenons son « disciple », et essayons de déchiffrer son enseignement, pour qu’elle devienne un lieu de transformation ascensionnelle… »

* Extraits de : « Dialogues avec l’ange« 

.

.

Un lumineux petit livre dont la lecture éveille la conscience.

Les évènements qui surgissent dans nos vies

nous obligent à apprendre de nos erreurs,

à réévaluer nos certitudes, voire à les abandonner.

 Quelques mois ou années plus tard,

nous sentons en nous une élévation subtile,

nous visitons un étage supérieur de notre château intérieur.

Changer notre regard sur le monde,

ne pas céder à la tentation de commenter tout ce dont on nous abreuve,

s’extraire de ce magma néfaste,

ne pas se laisser absorbés par les drames et difficultés familiales ou amicales,

être en empathie, écouter,

réfléchir et créer par nos attentions et petits gestes quotidiens,

un autre futur. Nous avons ce pouvoir immense,

si nous cherchons à l’intérieur de l’épreuve le noyau de lumière.

Soyons curieux et inventifs !

.

Extrait de : « Traverser l’épreuve avec gratitude »  2022  Marguerite Kardos.

Illustrations : 1/ 3/ « Capucines »  2/ « Paysage de plaine »  Gustave Caillebotte  1848-1894.

…..

Sourire avec gratitude…

BVJ – Plumes d’Anges.

Présence au monde…

16 janvier 2023

.

.

« … Pour « habiter poétiquement le monde », selon la belle formule de Hölderlin, inutile de rejoindre les îles Fortunées ou l’embouchure de l’Orénoque : ici, dans ma ville ou sur ma haie, près de ce corps, sur cette piste de danse, l’émerveillement peut naître de moments simples, de cette déroute qui est à la portée de chacun pourvu que l’esprit y soit disposé par ouverture et attention. Alors se manifeste  ce que je propose de nommer une surprésence, notion qu’on doit comprendre dans un double sens : présence considérable des objets, apparaissant soudain dans une lumière extraordinaire quelle que soit leur valeur intrinsèque ; et, répondant à cette présence du monde, la surprésence désigne la capacité de se tenir dans un état de présence extrême au monde, qui le fait advenir dans son éclat.

Ainsi entend-on, grâce au terme de surprésence qui caractérise à la fois le monde et le sujet dans l’état d’émerveillement, que celui-ci ne résulte pas d’un penchant benoît à la joie. Ce n’est pas le ravi de la crèche qui s’émerveille mais, capable de vigilance et de concentration, le voyant portant sur le monde un regard qui l’éclaire…

.

Mais on peut aussi considérer, comme Spinoza, que construire la joie est notre principal travail, que l’émerveillement est une aptitude philosophique désirable, et donc œuvrer pour s’en rendre capable. Il faut pour cela une conversion douce, un changement de valeurs : une transformation du rapport au temps, l’accès à la lenteur, la culture de la solitude et de l’attention. Alors l’émerveillement, qui est une des formes de la joie, devient accessible, notre relation avec le monde se réenchante et l’émerveillement répand sa lumière, comme une protestation contre les ténèbres et le désespoir. Il est besoin de peu pour ce réenchantement, la modestie lui sied si l’on sait être poète de sa vie, c’est-à-dire si l’on sait se faire voyant et vigilant. (…)

À présent je peux révéler un fait dont je ne suis pas responsable mais qui m’enchante depuis toujours, un heureux hasard du cadastre : le champ sur lequel pousse mon chêne se nomme « le Paradis »… »

.

.

Belinda Cannone nous livre une réflexion profonde sur le fait de s’émerveiller. En essaimant des souvenirs, des images, des sons, elle nous propose une voie, celle de la présence extrême au monde, accessible à tous et à tous moments. « Regarde » dit l’enfant en pointant son doigt vers un petit quelque chose, « Écoute » fait-il décelant dans l’univers le chant d’un oiseau… L’enfant prend le temps d’éprouver le monde et de partager son étonnement face au nouveau. L’auteure célèbre aussi des comportements qui forcent l’admiration, des œuvres qui magnifient un instant de beauté, des évènements qui, arrivés par surprise, vont graver en nous une trace à jamais émerveillée… En lisant ce texte, une énergie nouvelle nous enveloppe, nos yeux s’illuminent, nos propres souvenirs remontent et le paysage qui nous entoure semble s’illuminer…

Il fut difficile de choisir des extraits du livre, tout est si bien perçu, raconté dans une écriture superbe. J’ai beaucoup pensé à Christian Bobin, qui avait l’énorme talent de déceler une force sublimement poétique dans le modeste et le minuscule.

Ce beau livre est accompagné de photographies en noir/blanc/sépia ( empruntées au fonds de l’ARDI à Caen), petites flammes ancrées dans les mémoires, révélatrices d’une émotion passée toujours vivante au présent.

Je vous invite vraiment à vous laisser apprivoiser par cette énergie bienfaitrice qui propage la joie…

.

Extraits de : « S’émerveiller »  2017  Belinda Cannone.

Illustrations : Dessins anonymes japonais  à l’encre – XIXème.

…..

Merveilleux émerveillements…

BVJ – Plumes d’Anges.

Flux de lumière…

9 janvier 2023

.

.

« … Durant tout le mois d’avril, le cerisier de notre jardin a été en fleur. Les longues branches noueuses, constellées de blanc, se détachaient devant la fenêtre de notre chambre, s’élevant vers le ciel. C’était d’une beauté. Chaque matin, avant de partir à l’hôpital, je prenais quelques secondes pour le regarder. Regarder n’est pas le terme exact : je m’en absorbais, m’en nourrissais. Je me transportais en songe à l’intérieur de l’arbre et m’y répandais, m’y fondais, m’y étalais de tout mon long. Mes bras touchaient le ciel et les racines de la terre, mon ventre se frottait à l’humus. Je buvais la sève, les fleurs, le bois, les odeurs, je me barbouillais de joie.

Puis, à nouveau j’étais dans la chambre, derrière la fenêtre, à nouveau j’étais debout, dans le corps d’une femme de quarante-sept ans qui s’apprêtait à prendre un escalier, à ouvrir une porte de maison, à partir pour une chambre d’hôpital où l’attendait un petit garçon – son petit garçon. J’étais remplie de beauté vibrante. Quelques minutes plus tard, au moment d’entrer dans le bunker, je convoquais la vision du cerisier en fleur…

.

… Lorsque Adam, au cours de sa première cure de chimio, a été plongé en aplasie profonde, nous sommes entrés dans l’attente : on nous avait parlé de deux ou trois semaines en moyenne pour qu’il sorte d’aplasie, alors nous comptions les jours. Chaque jour passé était, pensions-nous, un pas de plus franchi vers la lumière. Il s’agissait de passer chaque heure, chaque jour, chaque nuit sans qu’Adam attrape d’infection, et donc, pour nous, d’apprendre à être à l’intérieur de cette attente, à la traverser en n’attendant rien, précisément.

S’efforçant simplement que la journée ait existé pour Adam : que quelque chose d’elle, même minuscule – une histoire, une phrase, une chanson -, ait déposé sa vibration en lui. Il s’agissait d’apprendre le non-vouloir. Apprendre à repousser la peur. Apprendre à être dans l’instant, uniquement dans l’instant : la lutte se passait au présent, pas dans quelques semaines. Le « dans quelques semaines » n’existait pas. Il ne fallait pas relever la tête et tenter de l’apercevoir au loin : il était inatteignable. Il faisait battre le cœur trop douloureusement. Le seul temps qui existait, c’était l’instant présent. L’instant à passer sans embûche…

.

… Il faut veiller sur la lumière…

.

... Étrangement, alors que les frontières dedans/dehors étaient encore plus marquées qu’au cours des quatre premiers mois d’hospitalisation, il me semblait davantage sentir la présence des autres, leur souffle. Ils étaient là, dérivant en orbite au-dessus de nous, tel un chœur parfaitement harmonieux alors que pourtant ils étaient peu à se connaître, et leur chant limpide, vibrant, s’élevait jusqu’à nous. À eux tous ensemble ils avaient façonné, à la force de leur amour, comme un épais tapis de mousse qu’ils me tendaient inlassablement pour que je puisse, de temps à autre, m’allonger et reprendre mon souffle, humer des odeurs de vie, des odeurs organiques, me souvenir qu’au-dehors existaient encore le monde et sa joie… »

.

Quelle histoire forte, quel amour déployé !!!

Le 17 mars 2020, quand le gouvernement français décide le confinement général et que les médias déversent leurs informations anxiogènes, une famille vit un drame absolu. Le petit garçon de l’auteure, un mois avant son cinquième anniversaire, est hospitalisé en urgence atteint d’une leucémie foudroyante.

Là est le récit d’une mère qui va se battre aux côtés de son fils, nuit et jour, dans un contexte plus que difficile. On comprend son besoin irrépressible de poser des mots sur les 158 jours passés en ce lieu clos. La lumière qui se dégage de ce texte est incroyable, c’est un cri d’amour, un hommage à tous ceux qui les ont accompagnés sur ce chemin terrifiant, c’est une ode au courage de ce petit homme, de sa famille, de quelques amis, des soignants, tous leur ont donné la main – une main parfois invisible…

D’une page à l’autre, elle décrit le quotidien, effleure les moments douloureux avec pudeur et choisit de raconter les lumineux détails qui jonchent le chemin, les beaux échanges, les petites victoires, les étincelles qui enluminent une journée. J’avoue mon admiration, être ainsi dévastée et ne retenir que l’embrasement des étoiles est une performance inouïe pour la lectrice que je suis, gratitude infinie !!!

C’est une leçon de vie qui raconte dans une fort belle langue, l’épreuve traversée. L’émotion est vive mais cette lumière toujours présente l’emporte, c’est une lecture splendide.

.

Extraits de : « D’une aube à l’autre »  2022  Laurence Tardieu.

Illustrations : 1/ « Forget-me-not »  Mary Vaux Walcott  1860-1940  2/ « Printemps » – détail –  Alois Tott  1870-1939.

…..

Remercier le vivant et la belle humanité…

 

BVJ – Plumes d’Anges.

An nouveau…

31 décembre 2022

.

LE PASSÉ EST DERRIÈRE NOUS, SEUL IMPORTE LE PRÉSENT.

.

.

LE PRÉSENT EST NOTRE LUMINEUX CADEAU…

N’OUBLIONS PAS DE METTRE DES COULEURS DANS NOS REGARDS ET DANS NOS VIES…

N’OUBLIONS PAS D’AIMER, DE CRÉER, DE RIRE, DE RESSENTIR ET DE FLEURIR…

N’OUBLIONS PAS D’ALLUMER DES RÊVES POUR ÉCLAIRER DES CHEMINS NOUVEAUX

EN 2023 !

.

.

« … Regardez votre corps dans sa valeur

en eau et minéraux, cette même eau

qui bientôt (ce qu’un arbre

appelle bientôt) sera

soulevée dans les cœurs ascensionnels

d’une forêt, rendue au soleil

dans un regard feuillu. Et le reste !

Tout en débranchements muets, vous êtes la cendre

parfaite et blanche comme l’os : la légèreté

des flocons, la chute sur les courants ascendants

vers le souffle désincarné d’un oiseau.

 

Regardez vos éléments recomposés

en morceaux de ciel, s’élevant

sans regret car vous n’avez pas manqué

de chance. Tombée pour la dernière fois

en dépression, sur les mauvaises personnes, amoureuse.

Vous avez conclu le meilleur marché.

Vous avez atteint des sommets

ou pas. Ce qu’il y a encore d’inachevé

vous pouvez le glisser comme un sac de billes

dans les mains d’un enfant

qui n’en sera pas plus avancé.

 

Imaginez votre joie dans cette élévation.

Répéter autant de fois que nécessaire. »

.

« Apprendre à voler (en dix mille leçons faciles) « 

2022  Barbara Kingsolver.

.

Apprenons à voler de nos propres ailes !

Bel an nouveau à toutes et à tous,

merci à vous d’entretenir la petite flamme de ce modeste blog…

.

Illustrations : 1/« Chardonnerets et Linottes »  Louis Figuier   1819-1894  2/« Étude d’Iris » – Sophia L.Crownfields – 1862-1929  3/ « Colibris » John James Audubon  1785-1851.

…..

Se faire « tout beau », se faire « tout neuf », allumer nos couleurs ….

BVJ – Plumes d’Anges.

An de nativité…

24 décembre 2022

.

.

« … Ce suave lointain reparaît dans l’amour ;

Il redonne à nos yeux l’étonnement du jour ;

Sous ses deux ailes d’or qu’il abat sur notre âme,

Des prismes mal éteints il rallume la flamme ;

Tout s’illumine encore de lumière et d’encens

Et le rire d’alors roule avec nos accens !

 

Des pompes de Noël la native harmonie

Verse encore sur l’hiver sa grâce indéfinie ;

La cloche bondissante avec sa grande voix,

Bouge l’air en vibrant : Noël ! comme autrefois ;

Et ce ciel qui s’emplit d’accords et de louanges,

C’est le Salutaris et le souffle des anges !

Et puis, comme une lampe aux rayons blancs et doux,

La lune d’un feu pur inondant sa carrière,

Semble ouvrir sur le monde une immense paupière,

Pour chercher son Dieu jeune, égaré parmi nous. (…)

 

On a si peu de temps à s’aimer sur la terre ! 

Oh ! qu’il faut se hâter de dépenser son cœur !… »

.

Extrait de : « Les pleurs – Révélation »  Marceline Desbordes-Valmore  1786-1859.

.

« … Où donc est le bonheur ? disais-je. – Infortuné !

Le bonheur, ô mon Dieu, vous me l’avez donné.

 

Naître, et ne pas savoir que l’enfance éphémère,

Ruisseau de lait qui fuit sans une goutte amère,

Est l’age du bonheur, et le plus beau moment

Que l’homme, ombre qui passe, ait sous le firmament… »

.

Extrait de : « Les feuilles d’automne – XVII »  Victor Hugo  1802-1885.

.

.

Faire la PAIX au plus profond de soi… J’entends son doux murmure s’élever aux sommets.

Partager la LUMIÈRE qui nous a mis au MONDE… Elle nous accompagne chaque jour.

Se serrer dans les bras, fermer les yeux,

ressentir le SOUFFLE de notre HUMANITÉ et les vibrations de l’AMOUR,

ouvrir les yeux, apprécier l’énergie d’un REGARD nouveau.

Joyeuses fêtes de fin d’année à toutes et à tous.

Illustrations : 1/ « Procession d’enfants »  2/ « La Nativité »  Zanobi di Benedetto Strozzi  1412-1468.

…..

BVJ – Plumes d’Anges.

Percevoir l’or du monde…

Parures…

18 décembre 2022

.

.

.

« … Ce moment partagé, nous nous en souviendrons

Un jour, comme d’un mont par delà les nuages,

Où tout demeure en soi et se change en son autre :

Arbre en fleur chant de source, feuille au vent papillon… »

.

.

.

« … Le sort de la bougie est de brûler.

Quand monte l’ultime volute de fumée,

Elle lance une invite en guise d’adieu :

« Entre deux feux, sois celui qui éclaire ! »… »

.

.

.

Bijoux de givre ou de glace, sculptures éphémères,

offrandes annonciatrices d’une fête :

 la nature ouatée chante de blancs cantiques,

le retour prochain de la lumière est murmuré

par les cristaux immaculés .

On entre dans ces paysages en recevant une pluie de mots

sagement posés sur un souffle de mémoire, elle attendait son heure.

Un ruisseau semble réciter un poème,

une douce avalanche tranche le silence…

La beauté vaporeuse illumine, le charme est absolu,

ah, que la sérénité enchante notre cœur !

Extraits de : « Enfin le royaume »  2018   Francois Cheng.

Photos BVJ – Cirque du Fer-à-Cheval  –  décembre 2022.

…..

Attendre patiemment le retour de la lumière…

BVJ – Plumes d’Anges.

LA demande…

5 décembre 2022

.

.

« … Lorsqu’ils allaient dans les fermes ils l’emmenaient avec eux, ils allaient chercher l’huile ou les quartiers de bœuf et de porc qu’elle mettrait en saumure, ils prenaient le chemin qui longeait le fleuve et plus loin après les bourgs rejoignaient la forêt, l’été était chaud, sans vent, ni la moindre brise venue des coteaux, la route s’étirait entre les seigles et les blés, longeait le fleuve immobile, après les taillis gagnaient l’horizon et le ciel blanc de chaleur…

.

.

Quand l’automne arriva c’est à peine s’ils s’en aperçurent, il faisait si doux qu’ils laissaient le soir le feu s’éteindre. Un peu avant la Toussaint le ciel s’obscurcit. La tiédeur demeurait, une tiédeur humide qui rabattait les fumées sur les toits, empoisonnait de moiteurs les jardins et les terrasses, le petit bois vers la rivière. Il y eut une tristesse, la certitude qu’avec l’été autre chose s’achevait.

Ce fut elle qui le pensa, sans mots le fit comprendre…

.

.

Il oublia l’ange, délaissa les carnets, c’est à peine s’il sortait. Il demanda aux élèves de porter les anatomies, il reprenait la ligne d’un muscle ou d’un nerf, rougissait une membrane, une déchirure, il expliquait aux élèves, disait que pour peindre un corps d’homme ils devaient connaître ce qu’il y avait sous la peau, os muscles et nerfs, ils devaient connaître l’invisible… »

.

C’est le tableau d’une fin de vie, rude pour une servante que nul n’a jamais vue ou regardée, éprouvante pour un homme fatigué. En tournant les pages écrites dans une langue raffinée, on entre dans des tableaux de la Renaissance, mille détails sont décrits avec douceur, le temps  s’écoule lentement. On ne sait l’identité des deux personnages principaux, mais on la suppose.

Elle, qui observe, est observée par celui qu’on devine être Léonard de Vinci, quelquefois – rarement – il lui parle et la choie. Les jours se succèdent, chaleur, humidité, froid, brumes, rencontres, disparitions, non-dits… Entre eux, tout semble n’être que regards et murmures. Un soir elle ose lui faire une demande, surprenante, elle aurait, s’il y accède,  l’impression d’avoir été utile dans son existence – bien au-delà de ce que fut son quotidien – , utile à l’artiste devenu riche de l’essentiel – sa présence au monde, ses souvenirs, ses trois meilleurs tableaux rapportés d’Italie… Il ne peut plus peindre, il dessine particulièrement des dessins anatomiques.

La vie s’est écoulée, s’est dépouillée, seuls restent les petites choses  – parfois si importantes – les silences qui parlent, l’attention à l’autre et la vie qui décide.

Là est un précieux petit livre, là est une autre époque, là est un brin d’humanité…

.

Extraits de : « La demande »   1999  Michèle Desbordes.

Illustrations : 1/ 4/ « Repos pendant le fuite en Égypte »  – détails de paysages –  2/ 3/ « Saint Jérome dans le désert »  – détails de paysages –  Atelier de Joachim Patinier  1480-1524.

…..

Se dépouiller de l’inutile…

BVJ – Plumes d’Anges.

Dernière lumière…

1 décembre 2022

.

.

« …Il y a un temps où ce n’est plus le jour, et ce n’est pas encore la nuit.

Il y a du bleu dans le ciel, mais c’est une couleur pour mémoire, une couleur pour mourir.

On voit ce qui reste de bleu et on n’y croit pas.

La dernière lumière s’en va. Elle a fini son travail qui était d’éclairer les yeux

et d’orienter les pensées, et maintenant elle s’en va… »

.

Extrait de : « Souveraineté du vide suivi de Lettres d’or »  2015  Christian Bobin.

.

« … Ce matin, j’ai assisté derrière la vitre à un opéra silencieux de geais,

si beau que, pendant quelques minutes, il eût été sacrilège d’écrire ou même de penser… »

.

« … J’ai rêvé que j’étais assis en plein ciel sur une chaise de paille devant une table criblée de taches d’encre.

La navigation dans les airs se faisait doucement, à peine si la table parfois s’inclinait légèrement, sans que rien n’en tombe… »

.

Extraits de : « Un assassin blanc comme neige »  2011  Christian Bobin.

.

.

« … Quand le soleil lassé se couche, nos projets s’enflamment, c’est l’été indien de l’âme… »

.

« … L’écriture est une résurrection… »

.

Extraits de : « Le muguet rouge » 2022  Christian Bobin.

.

« … Nous avons mille visages qui se font et se défont aussi aisément que les nuages dans le ciel.

Et puis il y a ce visage du dessous. À la fin il remonte – mais peut-être parce que ce n’est pas la fin.

Peut-être qu’il n’y a jamais de fin – juste ce déchirement sans bruit des nuages dans le ciel inépuisable… »

.

Extrait de : « La grande vie »  2014  Christian Bobin  1951-2022.

.

.

Certains Êtres – rares et précieux – orfèvres ailés ciselant le monde avec délicatesse,

effleurent la Terre puis s’envolent,

nous laissant de doux mots d’oiseaux à caresser des yeux, à lire sans relâche.

La vie est éphémère, fragile ; l’amour mêlé à l’écriture tissent brin à brin

des capes de soie pour envelopper nos nuits parfois si sombres

et honorer une présence extrême au monde.

La lumière de la poésie se pare d’un bouquet de roses,

un jour l’une d’elle semble s’évanouir, rien n’est perdu elle embrase le ciel.

Merci à ces enchanteurs pour leurs éclats adamantins, merci l’ami Bobin…

Photos BVJ.

…..

Rendre grâce aux poètes…

BVJ – Plumes d’Anges.

Objets de curiosité…

27 novembre 2022

.

.

Imaginez-vous vagabondant dans les sublimes paysages des Grisons en Suisse, vous vous dirigez vers le COL de JULIER, des vaches y passent leurs « vacances d’été ». Tout à coup, au sommet, à 2300 mètres d’altitude, votre regard est happé par une construction insolite.

Là où les romains avaient édifié un temple dédié à Jupiter, se dresse une tour pentagonale en bois d’épicéa des Alpes, haute de 30 mètres, peinte en rouge sang de bœuf, percée sur 5 niveaux de fenêtres cintrées – l’ouvrage semble inspiré de La Colonne dans le Parc du DÉSERT de RETZ à Chambourcy, villa du XVIIIème qui se réduit à une tour en partie ruinée. Ici, elle doit résister à des conditions météorologiques extrêmes : vents violents, neige… Cette tour a été conçue par WALTER BIELER  (1937-2019), ingénieur spécialisé dans les constructions à ossature bois. C’est un bâtiment éphémère qui sera démonté en Août 2023, ses éléments pourront être réutilisés ailleurs.

La ROTE TURM a été imaginée par GIOVANNI NETZER, natif de Savognin, théologien, historien de l’art et homme de théatre. Il a créé le FESTIVAL ORIGEN (origen signifie genèse en rheto-roman), qui a pour vocation de réinterpréter le monde et d’accueillir des spectacles et des artistes du monde entier dans des lieux insolites et reculés. Des premières mondiales ont eu lieu ici, le paysage environnant devient le fond de la scène.

Durant les quatre premiers jours de décembre 2022, les concerts matinaux du RORATE s’y tiendront. Des chants traditionnels de l’Avent en latin seront interprétés par Anne Christine Wemekamp, Maria Goetze, Marlen van Os, Stedla Brüggen, Marjolein Stots, mais la programmation ne s’arrête pas là…

« Les concerts du Rorate au Col de Julier s’inspirent de la liturgie de l’Avent. Aux heures sombres de décembre, avant l’aube, la Tour Rouge résonne de chants latins inspirés de textes prophétiques qui racontent un sombre Avent, l’espoir de l’achèvement du monde et du retour de la lumière du soleil. »

.

.

Dans cette région d’autres projets sont menés par ORIGEN. Il y a par exemple la WEISSE VILLA. Elle fut construite en 1856 dans le village grisons de MULEGNS  par le confiseur Jean JEGHER. Parti à Bordeaux, ville où il fit fortune avec son art, puis gagné par la nostalgie de ses origines, il revint dans son village natal, sa famille et lui – les « barons du sucre » – exportèrent leurs sucreries extravagantes jusqu’en 1940.  Jean Jegher fit bâtir la « Villa blanche », aujourd’hui classée au Patrimoine culturel. Proche du col, seul axe de passage entre les Grisons et l’Engadine, les véhicules endommageaient régulièrement les façades. En Août 2020, une opération spectaculaire eut lieu : le déplacement de quelques mètres de cette bâtisse, il se fit en musique, avec projection d’images sur les murs, spectacle assuré par ORIGEN.

.

.

Le festival ORIGEN apporte la culture dans des régions reculées, cette villa tient lieu de Café. Un hôtel récemment inauguré – le POST HOTEL LOWE – a été entièrement restauré et puis il y a cet incroyable projet – une sorte de confiserie géante – qui devrait voir le jour en 2023, la WEISSE TURMElle sera imprimée numériquement sur place, elle racontera des histoires, accueillera diverses installations artistiques… pendant 5 ans. Suivez les liens qui se cachent sous les mots soulignés pour en savoir plus…

Belles imaginations et belles créations, quand elles portent la beauté à ses sommets, elles nous élèvent…

.

Photos P.J. et BVJ.  Août 2022.

…..

Oser nos rêves, faire preuve d’ingéniosité…

BVJ – Plumes d’Anges.