Archive pour la catégorie ‘plumes à rêver’

Délicatesse…

mercredi 13 février 2019

.

.

« … Le livre dont je m’inspirais était le Kôyagire daisanshû, la plus ancienne copie connue de poèmes Kokinshû. Puisque d’après l’Ainée, contempler de belles choses était un moyen de progresser, je passais mes journées à le feuilleter, au lieu de lire des livres pour enfants…

.

… – Quelle est votre saison préférée, Madame Barbara ? ai-je demandé sans quitter la mer des yeux.

– Toutes, a-t-elle répliqué du tac au tac. Au printemps, les cerisiers sont beaux et en été, on peut se baigner. À l’automne, on mange plein de bonnes choses, et l’hiver, le calme règne et les étoiles sont magnifiques. Moi, je suis une gourmande incapable de choisir. Alors printemps, été, automne et hiver, j’aime toutes les saisons…

.

Derrière les arbres nus, dépouillés jusqu’à la dernière de leurs feuilles, les étoiles brillaient. C’est alors que Madame Barbara a lancé :

– Je vais te confier quelque chose qui va t’aider, Poppo.

– Comment ça ? ai-je demandé.

– C’est la formule secrète du bonheur, que j’ai appliqué toute ma vie, a-t-elle dit en riant.

– Apprenez-la moi !

– Eh bien, il faut se dire à l’intérieur : « Brille, brille. » Tu fermes les yeux et tu répètes, « Brille, brille », c’est tout. Et alors, les étoiles se mettent à briller les unes après les autres dans les ténèbres qui t’habitent, et un beau ciel étoilé se déploie.

– Il suffit de répéter « Brille, brille » ?

– Oui, c’est simple, hein ? Et ça fonctionne n’importe où. Quand tu fais ça, les problèmes, les chagrins, tout s’efface sous un joli ciel plein d’étoiles. Vas-y, essaie…

.

… Plutôt que de rechercher ce qu’on a perdu, mieux vaut prendre soin de ce qui nous reste. Et puis… a-t-il ajouté. Si quelqu’un vous a porté sur son dos, la prochaine fois, à vous de le faire pour quelqu’un d’autre. Moi aussi, ma femme m’a souvent soutenu. C’est pour ça que maintenant, je peux le faire à mon tour. Et ça, c’est déjà bien… »

.

.

Un livre d’une incroyable douceur : une jeune fille revient sur les lieux de son enfance,  après la mort de sa grand mère, l’Ainée . Reprenant le métier de celle-ci, elle s’applique à l’exercer avec sérieux et  délicatesse. Elle retrouve le fil d’une jolie histoire, la leur, pleine d’amour et de générosité. Elle tisse petit à petit des liens d’une belle humanité avec ceux qui se présentent à elle, le monde n’est que découvertes, la paix peut prendre place et l’univers s’élargir, une lecture lumineuse…

Extraits de : « La papeterie Tsubaki »  2018  Ogawa Ito.

Illustrations : 1/« Vases, éventail et Amours-en-cage »  Hubert Vos  1855-1935  2/« Poèmes et fleurs »   Konoe Nobutada  1563-1614.

…..

Donner du sens…

BVJ – Plumes d’Anges.

Légèreté des jeunes êtres…

vendredi 8 février 2019

.

.

« … Je saute à pieds joints dans les flaques. N’y voyez pas malice, c’est mon bonheur ! J’aurai trois ans en juillet : je marche sur le ciel.

Je cours derrière les papillons et bavarde avec les fourmis.

Si j’avale à petites gorgées l’eau de mon bain, ne vous affolez pas : je suis un buveur d’eau tiède. J’aime ce qui est doux et chaud. Après tout, le temps n’est pas si lointain où j’étais une espèce de poisson, nageant dans le ventre de maman.

Pardonnez-moi si j’arrache les pétales des fleurs et fais tomber les livres de la bibliothèque.

Je vide et je remplis. Je construis et détruis. Je fais, puis je défais. J’ai compris qu’en cette vie l’on doit répéter sans cesse les mêmes gestes…

.

Je voudrais respirer les mots comme on respire le parfum des fleurs. Les cueillir sur le papier et les disposer en bouquets dans des vases si transparents qu’on en oublierait l’eau. Alors on se prendrait à croire que ces mots-fleurs coupés se tiennent debout tout seuls… Le livre dont je rêve, ce serait cela : un bouquet de fleurs parfumées plantées dans une eau invisible. Une sorte de miracle. Comme on en rencontre précisément dans les livres. Des fleurs sans histoire et sans ombre. Et pourquoi pas sans tiges, suspendues comme des étoiles au ciel. Ou comme des papillons…

.

– Dessine-moi un poème !

Papa trace un rectangle sur la page et le remplit d’étoiles :

– Un poème, c’est une fenêtre qui brille. On voit le monde à travers… On peut aussi s’enfuir par là…

.

La pluie est une jolie dame, pieds nus dans l’escalier. Sage et gracile, elle se repose sur chaque objet. Encore demeure-t-elle peu, vernis infime, pellicule précaire. Le monde est propre, il étincelle. Feux de la pluie. Quantité de minuscules planètes déboulent ainsi dans l’herbe comme les œufs blancs des papillons.

Elle ne se divise pas. Venue de nulle part, elle retourne chez elle. Douceur de la pluie dans la paume : rêve d’une poignée de pluie.

Chuchotis et tressaillements, furtives confidences, mailles, tissu, lacis, bruits doux et voix ; il faut pour dire le marivaudage de la pluie de grosses voyelles rondes en forme de gouttes d’eau. Le ciel sepose des questions bleues après l’averse… »

.

.

Il faut un grand talent et beaucoup d’amour pour faire un tel Exercice de style, tout n’y est que poésie.  L’auteur fait ici un cadeau à son fils mais aussi à lui-même. Avoir dans sa tête et dans son cœur ce qui faisait de nous des enfants est un trésor… Un très joli moment de lecture que je vous recommande.

Extraits de : « Journal d’un enfant sage »  2010  Jean-Michel Maulpoix.

Illustrations : 1/« Visages d’enfants »  Hannah Frosterus-Segerstrâle   1867-1946  2/« Hydrangeas et autres fleurs »  Giovanni Segantini   1858-1899.

…..

Chausser nos yeux d’enfants…

BVJ – Plumes d’Anges.

Élan…

lundi 4 février 2019

.

.

« … « Une galette en tableau n’apaise pas le faim », dit Dôgen dans l’un de ses sermons du Shôbôgenzô, reprenant à son compte la parole d’un ancien maître de l’Empire du Milieu, assertion qu’il triture en des gloses bizarres, jusqu’à en faire une proposition contraire : une galette apaise la faim du corps, mais seule une galette en peinture atteint à cet indicible qui satisfait la faim spirituelle. Voilà une manière de dire que, sans l’élan qui nous porte vers le monde, le monde en soi n’est rien. C’est pourquoi si vous attendez passivement du monde une révélation vous pourrez attendre votre vie entière. C’est quand vous allez au monde que le monde vient à vous. L’éveil est dynamique. Il y faut une énergie. Et c’est cette énergie, si on parvient à l’éveiller, qui transcende la passivité de la déprime…

.

Dans un monde où les cervidés apparaissent à l’orée du bois, où les saumons remontent les ruisseaux, on doute moins du sens de la vie. Ces apparitions, ces présences, ce sont les nourritures psychiques dont l’homme a besoin. Un humain a besoin de vivre en résonance d’âme, que ce soit avec des sources, des arbres vénérables, des rochers, ou des animaux sauvages. Peut-être est-ce de vivre sans qui rend l’humanité si misérable…

.

.

C’est quand l’existence surmonte un à un les obstacles que le sens vivant d’une vie prend forme. Dans la morne plaine, le cours de l’eau est sans obstacles, il s’affadit et s’envase. Il croupit. Telles sont les promesses d’une vie facile : en voudrait-on ?…

.

comme lorsqu’on grimpe une montagne, passée la crête, c’est un grand paysage vide qui se révèle, où le rouge du levant est d’une beauté où l’on s’absorbe. Vous avez certes faim, vous avez froid et mal aux jambes, mais ces douleurs sont sans réelle importance. Ce que vous vivez est un ravissement de l’âme qui n’est pas seulement de l’ordre d’une expérience esthétique, d’une atteinte au sublime. Si vous regardez bien, à ce moment là, il n’y a plus personne. C’est comme si vous respiriez du divin dans l’éther. En étant de l’être de Dieu,pour parler comme maître Eckhart, votre être de misère s’est dissipé. C’est ce qu’il faut comprendre en redescendant de la montagne, pour en garder la marque en ce monde imparfait… »

.

.

Encore une lecture vivifiante ! Ce n’est pas un roman mais une suite d’instants de vie qui se succèdent, racontent les lieux, les activités du jour et de la saison, les points de vue de l’esprit et de l’âme. L’auteur est riche d’un passé et de multiples expériences qu’il met en lien avec le présent. Merci à celles qui avaient parlé de ce livre, il y circule une précieuse énergie…

Extraits de : « Ma vie dans les monts »  2018  Antoine Marcel.

Illustrations : 1/ »Paysage »  et 2/ »Arbres »  Karoly Patko  1895-1941  3/ »Jouer avec les couleurs »  William Henry Holmes  1846-1933.

….

Aller vers le monde…

BVJ – Plumes d’Anges.

Grand fracas…

lundi 21 janvier 2019

.

.

« … La salle de rédaction a d’abord été ce plan fixe d’un film opaque et mystérieux, pas encore tragique, ni vraiment commencé ni vraiment fini, un film dans lequel je jouais sans l’avoir voulu, sans savoir quoi jouer ni comment, sans savoir si j’étais premier rôle, doublure ou figurant. La scène brutalement improvisée flottait dans les décombres de nos propres vies, mais ce n’était pas la main d’un projectionniste qui avait tout arrêté : c’étaient des hommes en armes, c’étaient leurs balles ; c’était ce que nous n’avions pas imaginé, nous les professionnels de l’imagination agressive parce que ce n’était tout simplement pas imaginable, pas vraiment. La mort inattendue ; l’éléphant méthodique dans le magasin de porcelaine ; l’ouragan bref et froid ; le néant…

.

La nécessité, tout accepter, et le devoir, l’accepter avec autant de gratitude et de légèreté que possible, avec une gratitude et une légèreté de fer, allaient me conduire à rendre immuable la seule chose qui pouvait, et devait, l’être : mon caractère en présence des autres. Les chirurgiens allaient aider la nature à réparer mon corps. Je devais aider cette nature à fortifier le reste. Et ne pas faire à l’horreur vécue l’hommage d’une colère ou d’une mélancolie que j’avais si volontiers exprimées en des jours moins difficiles, désormais révolus. Je me trouvais dans une situation où le dandysme devenait une vertu…

.

… « Chers amis de Charlie et de Libération,

Il ne me reste pour l’instant que trois doigts émergeant des bandelettes, une mâchoire sous pansement et quelques minutes d’énergie au-delà desquelles mon ticket n’est plus valable pour vous dire toute mon affection et vous remercier de votre soutien et de votre amitié. Je voulais vous dire simplement ceci : s’il y a une chose que cet attentat m’a rappelée, sinon apprise, c’est bien pourquoi je pratique ce métier dans ces deux journaux – par esprit de liberté et par goût de la manifester, à travers l’information ou la caricature, en bonne compagnie, de toutes les façons possibles, même ratées, sans qu’il soit nécessaire de les juger.  »

Sept jours après l’attentat, j’ai publié dans Libération l’article qui débute par ces lignes… »

.

J’avoue avoir tourné les 512 pages de ce livre avec une certaine appréhension. Je suis parvenue à la dernière, enrichie par la volonté de ceux qui souffrent ainsi dans leur chair. Les actualités nous parlent des disparus dans ces actes odieux mais jamais de ce par quoi passent les rescapés blessés qui deviennent vite des oubliés anonymes. Pourtant ils doivent affronter d’incroyables chirurgies et des douleurs sans nom, ils restent marqués à jamais par le sceau de la tragédie.

Ce texte est sobre, sans haine ni colère, plein d’une grande et belle humanité, on sent comme une victime doit se concentrer  pour mobiliser en elle toute  l’énergie réparatrice, on sent comme les soignants doivent prendre sur eux pour imaginer des solutions et  apaiser les angoisses, celles des patients et les leurs,  on sent comme famille et amis sont importants pour aider une possible reconstruction. Chacun a ses « trucs », là l’auteur s’aide de la musique, de la littérature, de la poésie, de l’écriture…, sa culture est grande.

C’est une lecture forte, très forte, on ne souhaite qu’une chose : que toutes ces victimes fleurissent à nouveau dans leur nouvelle existence…

.

Extraits de : « Le lambeau »  2018  Philippe Lançon.

Illustrations : 1/« Éruption du Mont Bandai » Inoué Yasuji    1864-1889  2/« Branches de cerisier »  Alice Bailly  1872-1938.

…..

Avoir compassion après de grands fracas…

BVJ – Plumes d’Anges.

Lumineuse végétalité…

jeudi 10 janvier 2019

.

.

« … « L’être humain est une partie d’un tout que nous appelons « l’Univers », une partie limitée par le temps et l’espace. Il fait l’expérience de lui-même, de ses pensées et de ses sentiments comme d’évènements séparés du reste. C’est là une sorte d’illusion d’optique de la conscience. Cette illusion est une forme de prison pour nous, car elle nous limite à nos désirs personnels et à notre affection pour quelques proches. Notre tâche devrait consister à nous libérer de cette prison en élargissant notre cercle de compassion, de manière à y inclure les créatures vivantes et toute la nature dans sa beauté. »… »

Lignes écrites par Einstein en 1950 au rabbin Robert Marcus, ancien officier américain,

l’un des libérateurs du camps nazi de Buchenwald.

.

Il se passe dans l’invisible des relations profondes entre les hommes et les plantes. L’auteur relate ici de nombreuses expériences, les siennes et celles menées par des scientifiques, les observations qui en découlent sont assez stupéfiantes.

L’itinéraire est passionnant, les émotions cachées des plantes nous interpellent et nous ne pouvons nous-mêmes, qu’en être émus. Il nous faudrait vivre harmonieusement avec la nature,  les plantes sont généreuses et trop souvent obligés de se défendre face aux actions humaines. Les multinationales et les politiques entravent ou ralentissent terriblement les belles recherches dans ces domaines. Les hommes sont sourds et aveugles, pour s’assurer des profits, ils ne respectent rien. La terre qui leur a été prêtée souffre, la mécanique cosmique est parfaite, de la belle horlogerie !

Didier van Cauwelaert nous montre là un chemin vers la VRAIE ÉCOLOGIE.

.

Extrait de « Les émotions cachées des plantes »  2018  Didier van Cauwelaert.

IIlustrations : 1/ »Yucca Filamentosa »  2/ »Fleurs »  Pierre-Joseph Redouté 1759-1840.

…..

Nous sommes un merveilleux TOUT, en prendre conscience…

BVJ – Plumes d’Anges.

Faire un bon voyage…

lundi 7 janvier 2019

.

.

« … « Allô, docteur, comment se dépêtrer dans une vie qu’on sait devoir s’achever ? »

Cette peur de claquer, ce désir de mettre la main sur le cours d’une existence, de thésauriser, commence très tôt. Subrepticement se met en place une espèce de mentalité d’expert-comptable qui nous interdit de vivre sans but ni esprit de profit. Tout doit rapporter, fructifier. Même la vie spirituelle est assignée à une performance : nous rendre meilleurs. Pourtant, rien ne nous appartient. Absolument tout nous est prêté. Voir que tout est passager, éphémère, qu’on n’y peut rien, nous décharge de la responsabilité de tout maîtriser. Nous sommes embarqués, nous faisons route, c’est tout. Pas de bagages inutiles… Le patron de l’agence de voyages, ce n’est pas nous…

.

… La joie se recueille au cœur de cette vie bancale, fragile, tragique, éphémère. J’ai une amie qui dit : « C’est le bordel, mais il n’y a pas de problèmes. »

– Et qu’est-ce-qu’elle propose quand c’est le bordel et que c’est réellement un problème ?

– Rien. Justement, la joie, j’ai l’impression que c’est déjà accepter que des pans entiers de la vie resteront sans remède, qu’ils ne trouveront peut-être jamais de solution et que ça ne va pas forcément s’arranger.

– Tu y arrives, toi ?

– Bien-sûr que non !…

.

Chaque matin, je me réveille avec plein de projets, m’obstinant à aller mieux.. C’est naturel et c’est bien. Rien ne contredit davantage le dire oui que la résignation, le fatalisme, l’immobilisme. Cependant, faire la paix avec l’imperfection du monde, l’ambivalence des paysages intérieurs, le tragique, c’est ici et maintenant que ça se passe. La joie inconditionnelle, c’est la joie dans ces conditions, avec les boulets, les casseroles et une foule d’imprévus. Au fond, il s’agit de se faire à l’idée que ça ne va vraisemblablement pas s’arranger, que nous sommes embarqués dans une aventure dont l’issue nous échappe. C’est là que l’ego, dans sa folle volonté de maîtrise doit s’éclipser sauf à nous faire souffrir à jamais…

.

Ce soir j’ai rencontré madame et monsieur tout le monde, non des êtres à part, différents, extraordinaires, anormaux, pour employer ces foutues catégories du « on ». Ces visages ne portaient aucun stigmate, aucune étiquette. Nulle part sur leur front, il était écrit : « accro au sexe », assoiffé de tendresse », « coutumier des prostituées »… Ces êtres déchirés, coupés en deux peut-être, me délivrent une leçon magistrale : il existe toujours en la femme et en l’homme une part indemne, infiniment libre, qu’aucun traumatisme ne saurait bousiller. Laissons-la éclater, rayonner ! … »

.

Un livre courageux sur l’addiction. L’auteur nous emmène dans son intimité, il traite du chemin de l’attachement vers le détachement. J’ai beaucoup aimé cette phrase « C’est le bordel, mais il n’y a pas de problèmes », être dans la tempête, dans le chaos mais s’occuper à voir « l’étoile qui danse » et à rechercher « la grande santé »

.

Extraits de : « La sagesse espiègle »   2018   Alexandre Jollien.

Illustrations : 1/ « Allegro »  2/ « Prélude et fugue »  Mikalojus Konstantinas Ciurlionis  1875-1911.

…..

Faire là paix avec la réalité de notre monde…

BVJ – Plumes d’Anges.

Vœux…

dimanche 30 décembre 2018

.

.

« Je fonce vers l’horizon

Qui s’écarte

Je m’empare du temps

Qui me fuit

J’épouse mes visages

D’enfance

J’adopte mes corps

D’aujourd’hui

Je me grave

Dans mes turbulences

Je pénètre

Mes embellies

Je suis multiple

Je ne suis personne

Je suis d’ailleurs

Je suis d’ici

Sans me hâter

Je m’acclimate

À l’immanence

De la nuit. »

.

« Multiple » poème extrait de «Rythmes»  – Andrée Chédid   1920-2011.

.

Souhaitons-nous une vie unique et multiple à la fois,

souhaitons-nous de trouver notre juste place dans le monde,

souhaitons-nous d’élever joyeusement et poétiquement nos pensées vers les étoiles,

souhaitons-nous d’incarner ce qui nous tient à cœur,

souhaitons-nous de créer de nouvelles énergies…

Qu’en pensez-vous ?

Très belle année 2019 à toutes et à tous, que vos souhaits soient enchanteurs…

.

Illustrations : 1/« Passion »  Kawabata Ryushi  1885-1966  2/« Ibis rouge »  Anna-Maria Sybilla Merian  1647-1717.

…..

Réenchanter nos existences…

BVJ – Plumes d’Anges.

Fil lumineux…

lundi 3 décembre 2018

.

.

 » …Sur la pointe des pieds

Inspiré, mieux que prophète. Tout d’instinct, mieux qu’illuminé.

Oh rien de tapageur, tout en hydroglisseur, pas de cris, pas de heurts. Ce ne sont que révélations en strates et, du regard jusqu’au cœur, tu récoltes et embaumes le chagrin, la vaillance et cueilles le nectar de l’Homme que tu croises.

Déchiffrer, lire les vibrations, les ondulations, tous les petits mouvements secrets de l’âme, la musique ou le chant enroué de l’enfance aimée ou malmenée. En sourdine toujours, sur la pointe des pieds, tu croises le souffle des mères angoissées, la dure loi des pères contrariés… Et dans l’œil vacillant quelques fois tu déniches la brèche par où les lourds sanglots triomphent des pudeurs.

C’est un talent bien délicat que d’être un traducteur des émotions cachées…

.

… Brins de vie

Si notre vie, ses raisons d’être, ne tiennent qu’à un fil, alors au-moins qu’il soit d’or d’argent ou de platine, chaque brin tressé, heure par heure, avec un véritable amour d’orfèvre…

.

… Le beau grand Nord

Curieux ces jours non inspirés où flotte la pensée comme un animal mort noyé dans un étang.

J’ai appris à attendre que revienne la vie. C’est plus fort qu’elle, il faut toujours qu’elle repointe son nez après s’être enfouie au plus profond de son terrier.

Là, en bon braconnier, tu la chopes au collet, cette vive belette qui ne supporte pas que l’on puisse entraver ses moindres libertés. Tu ne la lâches plus. Elle se débat, montre les dents, griffes dehors, nerveuse et agitée, ondulant de toute sa colonne vertébrale, puis file droit devant dès que tu la détaches.

Tu n’as plus qu’à la suivre en courant entre les noisetiers, les ronces, les sureaux, les bouleaux et les fraises des bois. Elle t’indiquera, chaque fois, même si tu la perds de vue, heureux et essoufflé, où se trouve le Nord, le beau grand Nord intact de tes désirs retrouvés… »

.

.

Magnifique recueil de « billets » ! L’écriture de cet auteur est fort belle, ses Mots courent au fil des pages poétiquement et puissamment, ils nous ouvrent à un univers précieux et exigeant, simple et profond à la fois.

Un livre de chevet à lire et à relire, un opus à partager et à offrir…

Extraits de : « Des Mots de Contrebande, (Aux inconnus qui comme moi…) » 2018  Alain Cadéo.

Illustrations : 1/ « Champ enneigé au matin »  2/ « Fleur de camélia dans un vieux bol chinois »  John La Farge  1835-1910.

…..

Tisser le lumineux fil de notre vie…

BVJ – Plumes d’Anges.

Souvenirs heureux…

lundi 26 novembre 2018

.

.

… « L’univers

Du chat

L’autre univers »

.

« Le chat ne heurte pas les lois,

Il les contourne »

.

« Échappé

Au naufrage cosmique,

Le chat

Fait sa toilette »

.

« Comme quoi

Le mystère est apaisant

Quand il se manifeste

Jour après jour

Par le silence »…

.

Petits compagnons à l’existence si brève… que de leçons à apprendre de vous !

J’ai eu plusieurs chats dans ma vie dont une Doudou, elle m’accompagnait partout. Son pelage était blanc ombré de gris-beige, ses yeux bleus, elle était d’une infinie douceur… je l’ai aimé de tout mon cœur. Le jour de son départ, curieusement, m’est venu immédiatement à l’esprit « J’ai eu la chance de la rencontrer et de partager dix années avec elle », j’ai éprouvé de la tristesse bien évidemment mais Doudou n’a pas disparu, je la sens toujours très présente en moi.

La vie est étrange, le silence aussi peut nous parler…

.

Extraits de : « Mammifères »  Eugène Guillevic   1907-1997.

Illustration : 1/ « Nature morte au chat »  Georg Schrimpf  1889-1938  2/ « Cupidon et Psyché » – détail – François Gérard  1770-1837.

…..

Entendre le chant du silence…

BVJ – Plumes d’Anges.

Ultimes questions…

jeudi 22 novembre 2018

.

.

« … PERSONNE NE NOUS A DEMANDÉ, ni à vous, ni à moi, ni à aucun être vivant, si nous souhaitions passer quelque chose comme un long week end sur une des huit planètes qui tournent autour de notre Soleil. Vous m’avouerez que c’est violent. Notre vie ne nous appartient pas. Nous ne l’avons ni voulue, ni choisie, ni même acceptée. Elle nous est donnée – ou plutôt prêtée – de force. Elle nous est fourguée en usufruit. Ou peut-être imposée.

Tout est réglé et décidé sans nous. Charmant. Nous ne sommes pour rien dans notre entrée sur la scène de la vie…

.

À NOS REGARDS DU MOINS, Dieu est un mystère. Dieu n’a pas d’autre existence que celle que nous nous efforçons de lui prêter. Personne ne l’a jamais vu. Chacun peut s’en passer. Dieu est assez peu probable. Dieu a toutes les apparences d’une illusion consolatrice. Dieu est invraisemblable.

C’est là que se dissimule peut-être une des clés de l’affaire. Dieu est invraisemblable – mais pas beaucoup plus que tous les miracles que nous avons vu défiler sous nos yeux écarquillés : la goutte d’eau, le grain de sable, la poussière minuscule d’où sort tout ce qui existe, la lumière, l’expansion continuelle de l’espèce, le temps dont nous ne savons rien, l’histoire, cette stupeur, la vie, une nécessité peuplée de hasards, pas beaucoup plus invraisemblable que le monde étrange où nous vivons tous les jours et qui nous paraît si évident… »

.

Jusqu’à son dernier souffle, Jean d’Ormesson s’est questionné avec joie,

fantaisie et espièglerie.

Ce livre, après « Comme un chant d’espérance » et « Guide des égarés« ,

ferme une trilogie.

Cet homme en perpétuelle effervescence tente une fois encore d’allumer des étoiles

dans le ciel de l’existence.

J’ai senti son œil bleu pétillant d’intelligence et son sourire malicieux m’accompagner

tout au long de cette lecture,  merci à ce grand Monsieur,

pour ce dernier cadeau,

un très beau cadeau, une belle plume !

Extraits de : « Un hosanna sans fin »  2018  Jean d’Ormesson.

Illustration :  « Constellations et signes du zodiaque »     Francesco Bottucini  1446-1498.

…..

Allumer des étoiles jusqu’à notre dernière heure…

BVJ – Plumes d’Anges.