Archive pour février 2018

Jour gris…

jeudi 22 février 2018

.

.

« … il fait froid, gris, on se demande d’où jaillira l’étincelle, l’émotion, car elles viendront de manière somptueusement inattendue comme toujours.

Jour si long, depuis que des journées a disparu la lumière du jour, affaiblissement du regard porté sur les choses ? de la vue ? de la rétine ? ou, pourquoi pas, des rayons du soleil ! La nature s’affaiblirait-elle au même rythme que nous ou la devancerions-nous sur le chemin d’une perte où elle nous accompagnerait obligeamment en nous donnant le change : c’est elle qui s’exténue et rétrécit, pas nous. Pourtant, la nature en nous, rivée à nous, lorsque les bourgeons s’ouvrent, est là pour te dire, à toi l’élu et à toi seul, que tu es l’unique être capable de percevoir l’entièreté de leur poussée et de leur beauté intransigeante, généreuse, beauté de la turgescence, beauté des efflorescences, beauté de la grâce rêveuse des corolles, des étamines et des pistils différemment agencés selon les espèces et beauté transparente de leur nom : asphodèle, boule-de-neige, bouton-d’or, chrysanthème, digitale…

Qu’est-ce-que savoir, qu’est-ce-que vieillir ?…

.

… Je connais un chat qui s’appelle Vladimir. Il est blanc et peureux. Son comportement n’a rien à voir avec son prénom guerrier. Il entre de biais, frôle les murs, qu’il hume, mais s’échappe prestement si on veut lui mettre la main dessus. Il n’est pas possible de le caresser. Un jour, allongée dans ma chambre, en convalescence, quelque chose a soudainement changé dans la consistance de l’air ou du silence : j’ai ouvert les yeux, Vladimir était là, beauté blanche, immobile, tel un hibou, assis sur la couette au pied du lit. Me regardant, comme s’il attendait quelque chose qui ne venait pas. Il avait profité d’une porte mal enclenchée sur le couloir. Il y a eu là comme un échange. Je ne sais plus lequel de nous deux a dit « Miaou »… »

.

Mon chat à moi s’appelait Pompilius, Pompon pour les intimes, il était gris, un peu sauvage, il allait avoir 18 ans au début de l’été mais il est parti le 20 février… La maison semble incroyablement vide, le rayonnement de la présence d’un chat est immense. Dehors un petit oiseau chante, peut-être pour me rassurer? me dire que tout va bien de l’autre côté du miroir, c’est juste la vie qui s’étire et se transforme, bientôt reviendra le printemps. Plus on avance en age, plus l’on me semble fragile, pourtant la sagesse voudrait le contraire, il y a encore du travail à faire sur soi…

.

Extrait de : « Au gré des jours »  Françoise Héritier  1933-2017.

Illustrations : 1/« Poussière dansant dans la lumière »  Vilhelm Hammershoi  1864-1916 (illustration déjà utilisée ici) 2/« Oiseau chanteur »  Christoph Ludwig Agricola   1667-1719.

…..

Au gré des jours et des nuits, la vie chante différemment, c’est sa richesse…

BVJ – Plumes d’Anges.

Petite musique…

lundi 19 février 2018

.

.

« … Un bouquet à la main : la joie…

.

… Les mains de l’espérance, tu les appelles les mains ensoleillées

.

… La bonté suprême : la main qui donnerait son cœur…

.

… On offre par le cœur. On tend l’offrande par la main. La main est le relais du cœur…

.

… Honorer les mains qui ont du cœur…

.

… Détrompe-toi, il ne s’agit pas pour toi de vivre comme eux, montre en main. Tout au contraire, va de ton pas, de ta petite musique, ne cède pas aux sirènes de la vitesse, ne te soucie ni de l’ornière ni du résultat. Laisse ta main brouiller les pistes, dessiner des ébauches, inventer son destin. Ne te soumets jamais aux gains dérisoires… »

.

Extraits de : « La main de personne »  1997 Joël Vernet  .

Illustrations : 1/détail de « La madone aux œillets »  2/détail de « La madone au diadème bleu »  Raphaël  1483-1520.

…..

Donner et recevoir les caresses de la vie…

BVJ – Plumes d’Anges.

Fidélités…

jeudi 15 février 2018

.

.

« Les loyautés.

Ce sont des liens invisibles qui nous attachent aux autres – aux morts comme aux vivants -, ce sont des promesses que nous avons murmurées et dont nous ignorons l’écho, des fidélités silencieuses, ce sont des contrats passés le plus souvent avec nous-mêmes, des mots d’ordre admis sans les avoir entendus, des dettes que nous abritons dans les replis de notre mémoire.

Ce sont les lois de l’enfance qui sommeillent à l’intérieur de nos corps, les valeurs au nom desquelles nous nous tenons droits, les fondements qui nous permettent de résister, les principes illisibles qui nous rongent et nous enferment. Nos ailes et nos carcans.

Ce sont les tremplins sur lesquels nos forces se déploient et les tranchées dans lesquelles nous enterrons nos rêves… »

.

Ainsi commence ce court roman à la fort belle écriture.

Il se lit d’un trait,

on ne peut pas le poser,

c’est un souffle,

c’est un cri,

aucun jugement n’est porté sur quiconque,

s’y mêlent conjointement douceur et douleur,

 lumière et ombre,

présence et absence,

visible et invisible… par touches impalpables.

Une lecture puissante

et une lumineuse dernière phrase  !

 

Extrait de : « Les loyautés »  2018  Delphine de Vigan.

Illustrations : 1/« Écolier »  Albert Anker  1831-1910.

…..

Aides ou freins, les loyautés cisèlent notre être…

BVJ – Plumes d’Anges.

Une drôle de blague, tout de même…

lundi 12 février 2018

.

.

« … Longtemps, j’ai erré dans une forêt obscure. J’étais presque seul. Peu de voisins, pas d’amis. Pour ainsi dire pas de parents. (…) quelques lunes à peine plus tard (…) Je réfléchissais. Je parlais de plus en plus vite. Les mots m’amusaient. Le monde était beau. Et il y avait autre chose à découvrir que ma forêt primordiale et les arbres où je grimpais. Nous marchions.

Longtemps je m’étais déplacé de bas en haut et de haut en pas. Maintenant je marchais droit devant moi, la tête haute, impatient et curieux. Le soleil n’en finissait pas de se lever devant nous. Je découvrais avec ahurissement, avec admiration un monde nouveau dont je n’avais aucune idée : des peuples, des langues, des villes, des religions, des philosophes et des rois…

.

Tantôt homme, tantôt femme, je suis, vous l’avez déjà deviné, je suis l’espèce humaine et son histoire dans le temps. Ma voix n’est pas ma voix, c’est la voix de chacun, la voix des milliers, des millions, des milliards de créatures qui, par un miracle sans nom, sont passés par cette vie. Je suis partout. Et je ne peux pas être partout. Je vole d’époque en époque…

.

Je n’en finis pas d’alterner le bien et le mal – ou ce qui vous apparait à vous, pauvres de vous, comme le bien et le mal. Je n’en finis jamais d’enchaîner ce que vous appelez mes « grandes dates » et les incidents les plus minuscules de votre vie quotidienne qui relèvent aussi de moi. Je monte jusqu’aux étoiles, je descends jusqu’au ruisseau. Je passe des triomphes, des catastrophes, de tous les bouleversements , de la naissance et de la ruine des civilisations à vos problèmes de santé ou d’argent – qui vous occupent, je peux le comprendre, beaucoup plus que la fin de Troie ou la chute de l’Empire d’Occident – et à vos chagrins d’amour…

.

Partout, l’amour est à l’œuvre pour permettre à mon règne de n’avoir pas de fin…

.

Je suis le temps. Et je suis vous. Au-dessus du temps et au-dessus de vous, au-dessus de l’univers et au-dessus de moi, y-a-t-il quelque chose d’autre ?

Rien peut-être ? Ou seul Dieu peut-être ?… « 

.

Extraits de : « Et moi, je vis toujours »  Jean d’Ormesson  1925-2017.

Illustrations : 1/« Hêtraie » Gustav Klimt  1862-1918   2/« Parapluies sous la pluie   »  Maurice Prendergast  1858-1924.

…..

La race humaine, une drôle d’histoire dont il vaudrait peut-être mieux rire ou sourire…

BVJ – Plumes d’Anges.

Élargissement…

jeudi 8 février 2018

.

.

« Qui n’a pas ressenti que tout ce qui nous éclaire, nous ouvre à plus de vie, à une meilleure compréhension de nous-même et de l’autre, de nos désirs, de nos rapports, se traduit en fin de compte par un sentiment d’accroissement et d’élargissement ? Et je pense qu’il nous est arrivé à tous de sentir, de constater même, que la rencontre avec une œuvre d’art, l’articulation active qui se noue, immédiatement ou progressivement entre elle et nous, peut nous faire accéder à plus de force et de confiance à des moments obscurs ou opaques, nous montrer une ouverture pour l’esprit, pour tous les mouvements de la vie qui tournaient en rond ou étaient paralysés par l’adversité, par notre aveuglement. »

.

Extrait de : « Apprentissage » précédé de  « Approche de la parole«    2004   Lorand Gaspard.

Illustration : « Le Grand Canyon »   Eliott Daingerfield   1859-1932.

…..

Aller encore et toujours vers la beauté du monde…

BVJ – Plumes d’Anges.

Culture…

lundi 5 février 2018

.

.

« … J’ai vu le jour à Saïgon, là où les débris des pétards éclatés en mille miettes coloraient le sol de rouge comme des pétales de cerisier, ou comme le sang des deux millions de soldats déployés, éparpillés dans les villes et les villages d’un Vietnam coupé en deux.

Je suis née à l’ombre de ces cieux ornés de feux d’artifice, décorés de guirlandes lumineuses, traversés de roquettes et de fusées. Ma naissance a eu pour mission de remplacer les vies perdues. Ma vie avait le devoir de continuer celle de ma mère…

.

... L’Histoire du Vietnam, celle avec un grand H, a déjoué les plans de ma mère. Elle a jeté les accents de nos noms à l’eau quand elle nous a fait traverser le golfe du Siam, il y a trente ans. Elle a aussi dépouillé nos noms de leur sens, les réduisant à des sons à la fois étrangers et étranges dans la langue française. Elle est surtout venue rompre mon rôle de prolongement naturel de ma mère quand j’ai eu dix ans…

.

Mes parents nous rappellent souvent, à mes frères et à moi, qu’ils n’auront pas d’argent à nous laisser en héritage, mais je crois qu’ils nous ont déjà légué la richesse de leur mémoire, qui nous permet de saisir la beauté d’une grappe de glycine, la fragilité d’un mot, la force de l’émerveillement. Plus encore, ils nous ont offert des pieds pour marcher jusqu’à nos rêves, jusqu’à l’infini. C’est peut-être suffisant comme bagage pour continuer notre voyage par nous-mêmes. Sinon, nous encombrerions inutilement notre trajet avec des biens à transporter, à assurer, à entretenir.

Un dicton vietnamien dit : « Seuls ce qui ont des cheveux longs ont peur, car personne ne peut tirer les cheveux de celui qui n’en a pas. » Alors, j’essaie le plus possible de n’acquérir que des choses qui ne dépassent pas les limites de mon corps… »

.

Extraits de : « ru »  2009  Kim Thuy.

Illustrations : 1/« Visage de Ah-Ho »  Helen Hyde  1868-1919  2/« Azalée rose »  Leon Wyczolkowski 1852-1936.

…..

Cultiver notre capacité d’émerveillement…

BVJ – Plumes d’Anges.

Des femmes…

vendredi 2 février 2018

.

.

Tout près de moi… tout près de nous… des femmes, des femmes en souffrance, des femmes combatives face à un mal sournois , des femmes dont on ne peut qu’admirer le sourire et la belle humeur.

Que faire pour les aider ?

Les écouter, faire silence peut-être, puis tenter de rire ensemble de certains tracas, se raconter les soubresauts du printemps, la promesse des bourgeons sur l’arbre, la fleur qui lentement éclos, la joie des jeux d’enfants, la musique qui enchante le cœur…

.

.

J’aurais envie de leur glisser ces mots de Pascal Quignard :

« C’est de l’intérieur de soi que vient la défaite. Dans le monde extérieur il n’y a pas de défaite. La nature, le ciel, la nuit, la pluie, les vents ne sont qu’un long triomphe aveugle. »

 Refuser la défaite, oserai-je leur dire ?

Les mots me semblent vains, ils ne viendront jamais à propos dans leur combat.

Simplement leur tenir la main et regarder loin,

regarder haut la beauté du monde et des cœurs,

nourrir leurs rêves, leurs projets,

partager ces doux moments ensemble…

et apprécier le jour présent qui nous offre, à nous, une belle santé.

.

Illustrations : 1/« Beauté révélée »  Sarah Goodrige  1788-1853  2/« Illustration de crabes (détail) »  Maria Sibylla Merian  1647-1717  3/« Fleur de magnolia »  Pierre-Joseph Redouté  1759-1840.

…..

Apprécier la grande valeur d’une bonne santé…

BVJ – Plumes d’Anges.