Archive pour novembre 2017

Qui suis-je ?…

mardi 21 novembre 2017

.

.

« Cher Boèce…,

En m’attardant auprès de votre géniale maïeuticienne, j’ai noté comment elle excelle à nous rediriger vers l’essentiel. Alors que nous pouvons aisément nous oublier dans la lutte, dans la lamentation, l’envie ou le regret, elle nous prie de revenir à nous. « Qui es-tu ? ». Mine de rien la question peut déconcerter car, lorsque nous avons épuisé les banalités d’usage, il reste à affronter un vide.

Une parabole tirée de la philosophie hindoue rejoint l’intuition de votre guérisseuse. N’y voyez aucun exotisme. Une femme meurt et arrive auprès du Maître de l’univers. Son divin interlocuteur lui demande : « Qui es-tu ? » Et la défunte de répondre : « Je suis la femme de l’épicier. » Dieu, fin psychologue, renchérit : « Qui es-tu ? » La fidèle épouse en vient à dire qu’elle s’est mariée avec M.Y. Dieu s’en moque et, sans relâche, poursuit son interrogation. La dame, après avoir successivement décliné sa profession, le nombre de ses enfants, son age, ses loisirs, les hauts faits de sa vie, ne parvenant guère à se définir, demeure muette. Certains esquivent souvent la question par un « J’ai trente ans d’expérience ». Et Dieu pourrait leur rétorquer que l’expérience ressemble à un peigne qui ne sert quaux chauves.

Plus sérieusement, en nous conviant à un exercice de présence, l’historiette soulève la périlleuse tentation qui nous incline à nous réduire à nos actes. Si l’identification aliène, il est fécond de s’interroger : qui suis-je aujourd’hui ? Que reste-t-il sous les rôles ? Qu’est-ce-que l’essentiel d’une personne ? Avant tout, il sied d’oser désapprendre en revisitant nos habitudes, nos modes de pensée, nos préjugés… « 

.

Extrait de : « La construction de soi »  2006 Alexandre Jollien.

Illustrations : 1/« L’esprit de l’automne »  2/« Paysage avec vaches »  Albert-Pinkham-Ryder  1847-1917.

…..

Être plutôt que faire…

BVJ – Plumes d’Anges.

Dégustation…

vendredi 17 novembre 2017

.

.

« … Il faut que chaque instant soit bien plein. De gestes, de surprises, de bagarres,

de gens, de rires, d’imprudences et de cris. De tout, mais plein.

L’attente est un accroc dans le droit fil de la solitude, un désert sans espace à traverser

seul. Alors il faut se peupler de l’intérieur. On croit que j’attends tristement, que

je m’ennuie à rester ainsi immobile, silencieuse. Mais non, je fais la vache. J’ai la panse

pleine de choses avalées sans précaution mais tellement serviables et nourrissantes,

toujours disposées à meubler un petit creux. Mes instants de goinfre je les verse dans

mes instants de gouffre. Alors je déguste bouche à bouche avec ma mémoire… »

.

Extrait de : « Les soleils rajeunis »  1977  Anne Bragance.

Photos BVJ.

…..

Se délecter de nos belles mémoires…

BVJ – Plumes d’Anges.

Chemin d’amour…

lundi 13 novembre 2017

.

.

« … Mais le pigeon ne se trouvait pas bien avec les autres animaux de la décharge, de la même façon que le vieil homme ne se trouvait pas bien avec les autres êtres de son espèce dans les villes des hommes, pas plus qu’avec les autres clochards.

Alors parfois il s’éloignait, parcourait de longs trajets dans l’espace – car c’était un pigeon voyageur – et regardait en bas pour voir ce qu’il y avait dans le monde.

Et puis un jour, tandis qu’il passait de son vol bancal dans le ciel, son œil avait été attiré par une corolle bigarrée de sacs et de haillons tout autour d’un vieil homme couché sur un trottoir, comme mort.

Il avait ralenti son vol. Il était descendu. Il s’était posé à terre tout doucement, sur sa patte abîmée.

Il avait regardé le vieil homme qui semblait dormir, tournant deux ou trois fois la tête, l’œil rond.

Mais le vieil homme ne dormait pas.

Il avait entendu le léger bruit de ses ailes et il s’était alors retourné lui aussi pour regarder le pigeon.

Il s’était levé un peu sur son coude, avait farfouillé dans un sac en plastique plein de croûtes de pain sec qui tintaient comme des morceaux de bois.

Il en avait émietté une et l’avait laissée tomber près du pigeon.

Puis il avait refermé les yeux.

De ce jour-là, le pigeon l’avait élu son seul ami au monde.

Et il en avait été de même pour le vieil homme…

.

… – Moi j’étais là, tout seul, dans le froid, dans la rue… Pourquoi m’as-tu cherché ?

– J’ai deviné qui tu es, je t’ai reconnu…

Il se taisait.

– Je suis née pour faire quelque chose de grand, je sens en moi la grandeur…, dit-elle encore au bout d’un moment, subitement, d’un trait, dans le noir. Ensemble nous allons faire quelque chose de grand. C’est pour ça que je suis née, c’est pour ça que je t’ai cherché et que je t’ai trouvé…

.

.

Cette nuit-là non plus la fille merveilleuse ne comprit pas pourquoi ce pigeon était venu chez elle, ni d’où il venait, ni ce qu’il était venu lui dire avec ce long voyage entre la mort et la vie qui l’avait laissé à l’agonie sur la coursive.

Mais peut-être que, sans s’en rendre compte, elle comprit quelque chose, qui peut le dire… (…)  Ça fait combien de temps ? se demanda-t-elle. Qu’est-ce qui est arrivé à ma vie ? Pourquoi avant j’étais quelqu’un et puis je suis devenue quelqu’un d’autre ? (…) Elle éprouva alors une énorme douleur, car elle s’était rappelée tout à coup qu’il y avait, enfouie en quelque point inaccessible de sa vie, cette rencontre impossible qu’elle avait recherchée, puis qu’elle avait trahie, ce trésor perdu. Et ce n’était pas seulement lui qu’elle avait trahi, mais elle-même, y compris la partie la plus secrète et la plus haute d’elle-même…

.

Ils se prirent par la main, sans parler, et se mirent à marcher en silence dans les rues de l’infinie ville des morts qui se réveillait sous un manteau de neige.

Ils n’entendaient que le bruit de la neige qui se tassait sous leurs chaussures trouées.

Au dessus de leur tête, le pigeon volait de plus en plus invisible et lointain, dieu sait vers quelle nouvelle ville ou vers quels nouveaux mondes, tout en haut dans le ciel, là où se formaient les tourbillons de neige. Puis il disparut… »

.

Extraits du bel et étonnant livre : « Fable d’amour »  2015  Antonio Moresco.

Illustrations : 1/« Élevages de pigeons »  – planche 5 –  Gottlob Neumeister  XIXème  2/Carte du XVIIIème – 2 de cœur  – Edition J.S.Haymard   3/ détail d’un tableau  de Piero di Cosimo  1462-1521.

…..

Nous sommes tous nés pour faire quelque chose de grand…

BVJ – Plumes d’Anges.

Graines d’enfances…

vendredi 10 novembre 2017

.

.

« …  À cet instant, une autre pensée traversa l’esprit de la mère.

« Tu étais une enfant à la larme facile, tu sais. Voir tomber les pétales du camélia d’hiver te faisait pitié. Tu les ramassais, tu les mettais dans une enveloppe ou entre les pages d’un livre… Je ne t’ai jamais vu les balayer et les jeter.

– Oui, quand j’étais petite.

– Tu confectionnais souvent des coussins avec des pétales séchés de différentes fleurs, les camélias, les daphnés, les violettes. (…) Tu étais une enfant si attentionnée, si minutieuse…

– Père aimait les coussins dont les fleurs avaient des parfums doux.

– Tu lui as même fabriqué un oreiller avec ces fleurs. Il a d’ailleurs eu du mal à s’y habituer.

– Oui, c’est vrai, je m’en souviens bien. – « Pourquoi cet arbre est-il arrivé dans notre jardin et y donne-t-il des fleurs ? Il aurait très bien pu pousser et fleurir dans une montagne, dans un bois ou dans le jardin de quelqu’un d’autre n’est-ce pas ? » Te souviens-tu d’avoir posé cette question à ton père d’un air très sérieux ? Sur le coup, il n’a pas su quoi répondre et il t’a dit : « Eh bien, il a eu envie de fleurir chez nous afin de devenir mon oreiller. » « Ah bon ! as-tu répondu. Alors l’arbre et les fleurs doivent être contents. » Il a ri, il t’a caressé les cheveux…

.

– Les enfants disent des choses compliquées.

– Les enfants trouvent tout curieux, dit Ineko, et dès qu’ils commencent à trouver une chose curieuse, l’ensemble de ce qui les entoure, les choses concrètes comme les phénomènes leur paraissent totalement mystérieux. Qu’est-ce-que c’est que ça ? Et pourquoi ça existe ? Ils ne comprennent pas…

.

Comme je détestais la tombée de la nuit quand j’étais petite, j’ai demandé à Père : « Pourquoi y a-t-il la nuit ? Il m’a répondu : « Parce que s’il n’y avait que le jour, ni Inéko ni moi ne pourrions dormir. » Je m’en souviens. « Alors, qui nous a donné la nuit ? » « Eh bien, ce doit être le dieu qui endort les humains. » « C’est le dieu du sommeil ? Il est comment ? Où se trouve-t-il ? » « On ne peut pas le voir puisqu’on dort. »…

.

– Il y a fleurs et fleurs. « La voix des bambous montre le chemin, les fleurs de pêcher illuminent l’esprit. »… »

.

Extraits de : « Les pissenlits » livre inachevé de Yasunari Kawabata 1899-1972.

Illustrations : 1/ »Petite fille tenant des fleurs roses »  Helen Hyde  1868-1919   2/« Oiseau et camélia »  Hiroshige  1797-1858.

…..

Prendre soin des graines d’enfances…

BVJ – Plumes d’Anges.

Des mots…

mardi 7 novembre 2017

.

.

PETITE RÉFLEXION LÉGÈRE

.

Dans la vitrine d’un magasin de prêt à porter féminin de « style chic et classique »,

quelques mots écrits en lettres noires sur un grand panneau blanc,

avec une belle typographie…

.

allure : n.f. – Qualité d’une personne qui se distingue par son goût et sa classe innée dont le style vestimentaire et la manière de se mouvoir s’apprécient au premier coup d’œil.

Exemple : « la distinction de son allure »  (André Gide)

authentique : adj. (du latin authenticus) – Sincérité indiscutable, exprimant une vérité profonde de l’individu loin des habitudes superficielles et dont la forme et le contenu ne peuvent être mis en doute.

élégance : n.f. (du latin elegantia) – Un style personnel basé sur la grâce, le chic et le bon goût dans leur plus pure expression.

Exemple : S’habiller avec élégance.

distinguée : adj. – Qui est remarquable tant par ses manières gracieuses que par sa manière de s’habiller.

Exemple : Une mise distinguée.

audace : n.f. (du latin audacia)  – Force intérieure qui pousse à oser, à entreprendre les projets les plus hardis avec maîtrise et confiance.

Exemple : les audaces de la mode.

charme : n.m. – Séduction et fascination qu’exerce sur nous une personne ou une chose tout aussi bien que l’effet qu’une telle qualité produit sur quelqu’un.

Exemple : le charme de la nouveauté.

humour : n.m. – Forme d’esprit qui consiste à présenter la réalité de manière à en dégager les aspects insolites, conduisant au comique, parfois à l’absurde, toujours au rire.

Exemple : avoir le sens de l’humour.

.

… je me suis alors demandée : les dames achètent-elles ces vêtements

parce qu’elles ont un coup de cœur ?

parce que cette marque a un certain prestige à leurs yeux ?

parce que ces mots flatteurs sont censés définir l’acheteuse ?

parce que … ?

Notre société actuelle aime manipuler les mots et envoyer certains messages accrocheurs

dans un but mercantile bien évidemment, on a beau être vigilant(e), on peut succomber

certaines fois à cette pression invisible, alors qu’on se croit libre…

Ah la la, que dure est la vie !!!

 …

Enluminure d’alphabet humain de Robinet Testard – XVème siècle

…..

Être vigilant pour garder un peu de notre liberté…

BVJ – Plumes d’Anges.

Enchanteur…

vendredi 3 novembre 2017

.

.

Merveilleuse exposition ! Aminautes de France, de Navarre ou d’Ailleurs, si vous passez par le Sud de notre pays, sachez qu’il se déroule à Toulon une sublime exposition consacrée à Jean Giraud/Moebius. On y retrouve des planches originales issues de ses B.D., des dessins, des peintures, des tirages numériques, des films, des sculptures… le tout présenté dans une admirable mise en scène.

.

.

Il y a dans le travail de Jean Giraud beaucoup de réalisme et de féérie suivant les sujets traités. Tantôt de l’encre de Chine – à la plume ou au pinceau – tantôt de l’aquarelle, de la gouache, de l’acrylique ou des encres. Une œuvre foisonnante, une palette de couleurs époustouflante, un sens du détail et un soin apporté au trait inouïs. L’imagination déborde, les doigts d’or de l’artiste épousent son cœur et son esprit, on sent un être humble et plein d’humour. Je ne connais pas bien le monde de la Bande dessinée, mais je n’ai qu’une envie, celle de plonger dans l’œuvre de Moebius. L’exposition a été présentée à la Fondation Cartier en 2012, souhaitons ardemment qu’elle voyage vers d’autres villes, voire d’autres pays.

Je suis toujours bouleversée par le talent des hommes et par cette capacité extraordinaire de certains à explorer diverses sphères, à s’inspirer du monde tout en en donnant une version renouvelée. J’ai beaucoup de gratitude pour ces êtres-là et je leur dis MERCI du fond de mon cour.

.

.

Si vous souhaitez en savoir plus sur cet artiste, je vous invite à suivre ce lien.

Illustrations : 1 et 2 empruntées à Nice Matin, 3 empruntée au site des Collèges du Var –  Jean Giraud  1938-2012.

…..

Se laisser transporter…

BVJ – Plumes d’Anges.