Archive pour janvier 2020

Grand tour…

jeudi 23 janvier 2020

.

.

« … D’un chemin à un autre, d’un continent à un autre, il n’y a parfois qu’un embranchement au détour d’une conversation fructueuse joyeusement partagée au rythme de la marche. Celle de ce jour-là allait m’amener à la découverte d’un chemin de pèlerinage bouddhiste faisant le tour de la plus petite des quatre grandes îles de l’archipel japonais, du nom de Shikoku…

.

… Chemin d’émancipation de mes automatismes de pensées, d’affranchissement de mes toxines et pollutions mentales. Mouvement de libération de mes entraves, de mes attentes, de mes schémas de fonctionnement, de mes assujettissements à des codes sociaux, de tous les carcans qui m’étreignent, de mes certitudes, de mes modes de pensée, des formatages érigés en moi par des traditions, de mes asservissements à une idée conditionnée, de mes identifications à des rôles ou à des fonctions. Étape de désencombrement de mes peurs, de mes inhibitions, des mémoires qui parfois parlent à ma place…

.

… Intérieurement, je remercie. Je m’incline devant le miracle de cette existence qui m’est offerte. Joie de ce temps qui m’est donné sur cette terre. Du plus profond de mon être, je remercie d’abord ma présence au monde. Puis je laisse mon attention parcourir chaque partie de mon corps et lui exprime ma reconnaissance pour son soutien à mon cheminement. Soyez remerciées, mes jambes, de m’avoir conduite jusque-là sans encombre ; soyez remerciés, mes pieds, pour le nouvel élan que vous impulsez à chaque pas ; soyez remerciés, mes yeux, d’imprégner en moi tant de merveilles…

.

… Vivre pleinement l’expérience de l’instant. L’itinéraire devient ainsi de plus en plus introspectif. Chaque jour de marche, telle une nouvelle expérience spirituelle. L’Illumination, ne serait-ce pas transformer l’obscurité tapie en nos profondeurs en lumière, s’abandonner à cette alchimie spirituelle qui consiste à reconnaître nos zones sombres pour les métamorphoser en perles d’or ? « Tu m’as donné ta boue et j’en ai fait de l’or* » Illumination… Prendre conscience de notre nature divine et se tourner, tel le tournesol, vers la Lumière dont nous sommes issus, vers cet astre qui nous guide… »

* Charles Baudelaire « Les fleurs du mal ».

.

Un petit livre bienveillant qui ouvre l’esprit et le cœur.

Ce n’est pas le bouddhisme qui a la première place ici.

Le lieu – une ile -, une chaleur écrasante, la langue japonaise non comprise et non parlée,

une tout autre culture avec des codes à l’opposé des nôtres…

Tous les ingrédients sont réunis pour briser « l’armure » de la marcheuse,

casser les rythmes et les illusions du quotidien.

L’auteure nous raconte par petites touches ses transformations intérieures,

ses rencontres improbables.

De jolies réflexions, de nombreuses citations rendent le chemin très vivant,

j’ai « parcouru » ces 1200 kilomètres avec  grand plaisir… et sans la moindre fatigue !

Dominique en avait très bien parlé –>

Aifelle en avait parlé –>

.

Extraits de : « Comme une feuille de thé à Shikoku »  2015  Marie-Edith Laval.

Illustrations : 1/ »Chat » détail d’une peinture de Hishida Shunso  1874-1911  2/ »Fleurs des quatre saisons »  Sakai Hoitsu  1761-1828.

…..

Briser notre armure…

BVJ – Plumes d Anges.

Aridité féconde…

lundi 20 janvier 2020

.

« Toute la journée

Sans un mot

Le bruit des vagues »

.

.

Ici est un lieu de grande aridité,

la roche blanche – surface rugueuse, striée, pulvérisée –

y est maitresse et le pas difficile,

la côte est bordée d’une eau d’un bleu ultra-foncé,

où danse sans relâche la houle…

.

.

Les arbres rares et rabougris ont même subi les affres d’un incendie,

il n’en reste que de chinoises ombres…

.

.

Dans cet univers anguleux nous est offert une autre géométrie.

Un visage de pierre, en sommeil, bouche bée,

 cercle parfait n’abritant encore nulle présence vivante

qui se fera bientôt réceptacle d’une graine apportée par le vent.

Respiration du monde…

.

.

telle cette petite végétation qui s’adapte

et cherche à casser ces rythmes austères…

.

.

En s’approchant plus près encore,

on voit ses réserves, elle se fait plante « grasse »…

.

.

À chaque pas, le regard aiguisé nous offre un trésor,

 cadeau de la nature.

Et l’on se dit, que même les chemins de vie les plus caillouteux

et cabossés peuvent révéler la grâce,

il suffit d’ouvrir un peu plus grand nos yeux pour que tout s’illumine…

.

.

« Me voici

Là où le bleu de la mer

Est sans limite »

Haïkus de Taneda Santoka  –  1882-1939.

Photos PJ et BVJ – De Callelongue vers les Calanques – Massif de Marseilleveyre.

…..

Marcher, admirer, remercier…

BVJ – Plumes d’Anges.

Douceur d’hiver…

jeudi 16 janvier 2020

.

.

Dans le ciel bleu de janvier étincellent les premières fleurs des amandiers,

elles semblent des dentelles,

dansent et sautillent, tissent la poésie.

Leur cercle de famille s’élargit ,

la fête tambourine devant nos yeux ébahis,

des fleurs encore des fleurs pour fêter l’allongement des jours.

Quel doux moment, un émerveillement,

et des cadeaux futurs : les amandes, fruits sublimes,

vous pouvez me croire,

j’en croque chaque jour une douzaine, depuis des années,

– surtout pas des californiennes –

avec ferveur et gourmandise…

Pour remercier la vie et la beauté de l’instant,

laissez-vous tenter par une douceur hivernale,

vous ne le regretterez pas !

.

.

– GÂTEAU ORANGE/RICOTTA/AMANDES –

Ingrédients : 1 orange, 250 g. de ricotta, 150 g. de poudre d’amandes, 100 g. de beurre mou, 120 g. de sucre, 4 œufs, 1 sachet de sucre vanillé.

Sirop : 1 orange et 50 g. de sucre en poudre.

Réalisation : Séparer les blancs des jaunes, fouetter ces derniers avec le sucre, ajouter le beurre mou, la ricotta, la poudre d’amandes, le sucre vanillé, le zeste et le jus de l’orange.

Monter les blancs en neige, les incorporer délicatement à la préparation. Verser dans un moule recouvert de papier sulfurisé et enfourner environ 40 minutes à 180° (200° dans mon petit four). Attendre quelques minutes et démouler.

Pendant ce temps, préparer le sirop : presser le jus d’une orange, ajouter 50 g. de sucre, porter à ébullition et arroser le gâteau.

Recette trouvée sur le site marmiton.

Illustration : « Verger en fleurs »  Emil Carsen  1853-1932.

…..

Croquer la vie…

BVJ – Plumes d’Anges.

 

Éblouissement…

samedi 11 janvier 2020

.

.

« … Il n’y a que des miracles dans cette vie, et notre aveuglement en est un, le plus grand. Dans cette librairie à Paris, j’ai regardé les visages et j’ai soudain compris que nous vivions tous à bas rythme, et j’ai vu que si nous vivions vraiment la librairie aurait été en feu, incendiée de visages pareils à des soleils…

.

… Ce n’est pas moi qui voit les choses. Ce sont les choses qui me donnent leurs yeux. Les images pures, personne ne les invente. L’âme de l’arbre se sépare un instant de l’arbre, vient sur la page, écrit le poème sur l’arbre et signe Ronsard…

.

… Il n’existe pas d’ « intelligence » artificielle. La racine de l’intelligence, son centre invisible à partir de quoi tout rayonne, c’est l’amour. On n’a jamais vu et on ne verra jamais d’ « amour artificiel »…

.

… Un arbre s’est arraché un bras pour donner une porte à l’abbatiale. Une montagne ou une carrière ont donné des vertèbres pour que naissent les piliers. Le sable des rivières s’est dépouillé de sa blondeur pour colorer les murs. Des abeilles ont travaillé sans salaire pour qu’il y ait des bougies. La grâce est le fruit de milliers d’effacements… »

.

Lecture époustouflante, elle est un feu de joie.

104 chapitres comme les 104 vitraux de l’abbatiale de Conques, 

l’auteur est sous le choc de la vision ,

les mots nous sont offerts,

l’âme de Conques est venue jusqu’à nous et a signé Christian Bobin…

.

Extraits de : « La nuit du cœur »  2018  Christian Bobin.

Illustrations : 1/ « Étude de nuages »  2/ « Étude de rose »  Frederic Edwin Church  1826-1900.

……

Vivre et transmettre la lumière…

BVJ – Plumes d’Anges.

Prendre conscience…

lundi 6 janvier 2020

.

.

« … Transparence a été créée sur l’idée que l’individu ne peut échapper à ce qu’il est et que toute personne doit être en mesure de tout savoir sur son interlocuteur, qu’il s’agisse de raisons sentimentales, mais aussi de raisons professionnelles. Très vite nous avons été sollicités pour accompagner les recrutements, les embauches.

La confusion entre l’être et l’avoir nous a confrontés au cours des années à des individus qui avaient de plus en plus tout en étant de moins en moins, ce qui n’a pas facilité nos travaux car il était, compte tenu du lissage des personnalités, difficile de connaître réellement celui qui existait derrière celui qui possédait. Être pour avoir sans rien faire est devenu le triptyque de la révolution numérique qui a succédé sans difficulté au travail-famille-patrie ou liberté-égalité-fraternité…

.

… Le citoyen américain, comme le citoyen européen, s’exprimait sur tout, à partir de son terminal qui lui permettait de voter en permanence sur une grande variété de sujets, ce qui donnait l’illusion d’un pouvoir populaire, sachant que les moyens mis en œuvre pour manipuler cette opinion dépassaient considérablement ceux dédiés à l’éduquer, à la former. L’individu avait ainsi le sentiment de participer directement à chaque décision concernant la vie de sa cité ou de son pays. Le phénomène majoritaire battait son plein, tandis que les autres pouvoirs, ceux des médias, de la politique et du renseignement, convergeaient pour donner de l’importance à certaines informations destinées à influencer les votes… »

.

.

En 1968, on rêvait d’un autre monde, de paix et d’amour, on peignait des fleurs et des papillons partout, on écoutait des musiques planantes tout en fumant des herbes exotiques…

Cent ans plus tard – Marc Dugain situe volontairement son roman en 2068 – le numérique a pris le pouvoir, l’homme s’est asservi volontairement, il s’est totalement livré, Google sait tout de lui, et une petite start-up devenue grande émerge en pays d’Islande, porteuse d’un projet fou…

Un roman d’anticipation qui nous entraine dans une histoire singulière

et nous fait réfléchir sur beaucoup de nos comportements humains.

L’homme pourra-t-il survivre à la crise climatique ?

Y-a-t-il un avenir pour un monde basé sur la production et le consumérisme ?

Un monde aux mains des grandes multinationales qui imposent le mal d’un côté

et ses remèdes de l’autre ?

Un monde de moutons qui suivent sans lever la tête les modes mercantiles ? 

À lire, il y a urgence, c’est prenant, c’est intelligent… et la chute, superbe !

.

Extraits de : « Transparence »  2019  Marc Dugain.

Illustrations : 1/« Nous »  et  3/« Portait d’Aldagisa » (poétesse, épouse du peintre)  Ismael Nery  1900-1934  2/ « La ville »  Mikalojus-Konstantinas Ciurlionis   1875-1911.

…..

Refuser la société du toujours plus…

BVJ – Plumes d’Anges.