Archive pour la catégorie ‘plumes à rêver’

Orient d’une Rose…

mardi 10 novembre 2020

.

.

« … À quarante ans, Rose n’avait presque pas vécu. Enfant, elle avait grandi dans une belle campagne, y avait connu les lilas éphémères, les champs et les clairières, les mûres et les joncs de ruisseau ; enfin, le soir, sous des cascades de nuages dorés et de lavis roses, elle y avait reçu l’intelligence du monde. À la nuit tombée, elle lisait des romans, de sorte que son âme était façonnée de sentiers et d’histoires. Puis un jour, comme on perd un mouchoir, elle avait perdu sa disposition au bonheur…

.

« Nous marchons en ce monde

sur le toit de l’enfer

en regardant les fleurs »

Issa

.

… Dans les temps chaotiques du Moyen Âge japonais que les chroniqueurs d’alors appelèrent un monde à l’envers, un samouraï esthète, également habile à l’art du sabre et à celui de la calligraphie, revenait périodiquement à sa maison de Kagoshima sur l’île de Kyûshû. Là se trouvaient sa femme et son fils et, dans le jardin intérieur bordé de galeries de bois, un érable magnifique. Quand l’enfant fut assez grand pour exprimer le désir de parcourir l’archipel, son père lui montra l’arbre aux feuilles flamboyantes d’automne et lui dit : Toutes les mutations sont en lui, il est plus libre que moi ; sois l’érable et voyage de tes métamorphoses… »

.

Ce livre est doux, c’est un voyage sur les ailes d’un blanc papillon.

En douze chapitres

– 12, cycle complet, qui une fois achevé nous permet d’en

commencer un autre, d’emprunter un nouveau chemin –

douze chapitres qui sont douze tableaux « portés » par une fleur ou un arbre,

l’auteure nous amène de l’ombre à la lumière.

On traverse ces pages comme on traverserait un jardin, on y rencontre un champs de pivoines, des œillets rouge sang, des azalées buissonnants, un bosquet de bambous…

Il y a l’histoire, celle de Rose, botaniste, perdue dans sa vie solitaire , qui porte en elle une grande blessure. En suivant le fil d’or, par petites touches de couleurs, on la suit dans son voyage à Kyoto, elle y vient en effet recevoir l’héritage d’un père japonais qu’elle n’a jamais connu. C’est pour elle un difficile retour à la source de sa vie. L’histoire est très subtile, des plans se superposent et se rencontrent.

C’est un élixir à déguster chapitre par chapitre. Entre deux, le temps est suspendu, on plonge intérieurement dans la profondeur d’une fable, on imagine les paysages, on imagine les personnages, ils prennent corps, leurs traits, leurs costumes, leurs gestes apparaissent, le langage est délicat. On parcourt rapidement la laideur de certains lieux, on ne s’y arrête pas, la destination est un jardin fabuleux.

Les évocations poétiques sont ciselées par une main experte, ce livre est un véritable livre d’art, une potion magique, un voyage méditatif en royaume de beauté, une fois encore.

Vous l’aurez bien compris, j’ai adoré cette lecture.

.

Extraits de : « Une rose seule »  2020  Muriel Barbery.

Illustrations : 1/ « Étude de chardons »  2/ « Étude d’azalées »    Sophia L.Crownfield    1862-1929.

…..

Métamorphoser nos jardins intérieurs…

BVJ – Plumes d’Anges.

Mois de nagori…

lundi 12 octobre 2020

.

.

C’est un entre-deux, entre chaleur du passé et froid du futur,

doux moment perché sur le fléau de la Balance…

La lumière baisse et devient insuffisante pour la production de chlorophylle.

Le soleil semble choir, les feuilles des arbres l’imitent.

Cela s’appelle l’automne.

.

.

– « Eau tonne », une région de France vient de la vivre dans sa chair,

une immense douleur. –

.

.

Ici se vit une expérience.

Ici est une ancienne mer,

le royaume des ocres, où des jaunes, des orangés, des rouges incroyables

sculptent un paysage irréel

et répondent à des verts d’une intensité inégalée.

.

.

L’imaginaire vagabonde et se pose sur d’autres sphères,

bulles de couleurs qui vibrent haut et fort, une sorte de printemps et d’été en automne.

.

.

Les tonalités évoquent la chaleur estivale.

On se sent nostalgique, les japonais nomment cette émotion nagori,

littéralement, « reste des vagues ».

.

.

Dans la cérémonie du thé, voyage par excellence,

octobre est appelé « mois de nagori » nous dit l’auteure Ryoko Sekiguchi.

.

.

« … Les japonais entretiennent avec les saisons une relation particulière (…) Ce n’est pas seulement l’année avec son tour des quatre saisons, qui est comparée à la durée d’une vie humaine ; chaque saison contient une vie entière, traversée par différents êtres vivants, chacun doté d’une vie propre…

.

.

Ainsi, il existe trois termes différents pour décrire l’état de saisonnalité d’un aliment : hashiri, sakari et nagori. Ils désignent l’équivalent de « primeur », de « pleine saison », et le dernier, nagori, de l’arrière-saison, « la nostalgie de la saison qui vient de nous quitter »…

.

.

… (…) Dans la cérémonie du thé, il y a un rituel concret appelé nagori no cha, « le thé de nagori » : c’est la cérémonie organisée en automne, avec les restes du thé de l’année précédente. On boit le thé nouveau à partir de novembre. Nagori no cha est donc la fin du thé de l’année courante dans le cycle du thé, avant d’ouvrir une nouvelle année avec le thé frais…

.

.

… (…) Dans nagori, attachement, nostalgie et temporalités se mêlent. 

Nagori évoque à la fois une nostalgie de notre part, pour une chose qui nous quitte ou que nous quittons, et la notion de quelque chose qui décale légèrement la saison, comme si cette chose même (par exemple des fleurs, la neige) ne quittait qu’à regret ce monde, et la saison qui est la sienne… »

.

.

Étonnant petit livre sur le goût qui relate de courtes histoires.

On le lit, on le relit avec délectation, le propos est délicat, poétique,

un tantinet nostalgique.

C’est un entre deux mondes qui y est décrit et cette émotion

je l’ai ressentie sur le sentier des ocres.

J’ai bien vu que l’on vivait en ce moment un changement total de paysage,

souhaitons qu’une belle lumière arrive et que la joie efface enfin la peur,

il nous faut en avoir la volonté…

.

.

Il ne nous reste plus qu’à nous servir une tasse de thé, qu’en pensez-vous ?

Extraits du très joli petit livre « Nagori – La nostalgie de la saison qui s’en va »  2018  Ryoko Sekiguchi.

Un autre très joli titre de cette auteure –> ICI

Photos BVJ – Sentier des ocres Roussillon – octobre 2020.

…..

Ressentir un ailleurs…

BVJ – Plumes d’Anges.

Plongement…

mercredi 30 septembre 2020

.

.

« … Elle parcourt la baie argentée du regard. Et, l’espace d’un instant, il est là avec elle, à tel point qu’elle sent l’odeur des croûtes de sel sur sa peau. C’était pourtant dans une autre vie. Elle était quelqu’un d’autre. Elle est venue s’occuper des affaires de son défunt mari, sans songer que ces autres fantômes allaient refaire surface. Si elle avait réfléchi davantage, elle ne serait jamais venue. C’est ici qu’elle s’est sentie elle-même pour la dernière fois. Elle avait presque oublié cette sensation…

.

… La fin du jour approchait et la lumière s’estompait déjà, diluée par d’immenses ombres diaphanes. Les pierres et les rochers impassibles semblaient faire écho à ses souvenirs. Debout dans la bruine, face à la baie qui s’assombrissait, elle s’est soudain sentie insignifiante. Comme si elle se confondait avec la broussaille brune parsemée de mégalithes et de moutons, les montagnes grises et l’étendue de la mer métallique. Était-ce ce qu’avait ressenti Caspar David Friedrich sur son rocher en regardant loin dans la brume ? Ou l’impétueux Cortés quand, de son regard d’aigle, il fixait le pacifique ? Freud rejetait ces sentiments qui s’apparentaient pour lui à la religion. Mais ce n’était pas nécessairement de cela qu’il s’agissait. N’était-ce pas aussi tout simplement une mesure de la conscience humaine ? Un désir de transcendance qui nous mène au-delà du banal ? Le besoin de donner un sens à ce qui, si souvent, n’en a pas ? …

.

… Quand votre esprit s’imprègne de cet endroit sauvage, c’est là que votre poésie est la meilleure. Comme si le paysage était capable de se souvenir. Quand vous décrivez la lande sombre, les falaises et les tourbières, vous ne semblez pas, comme Yeats, créer des symboles mais plutôt comme Hopkins révéler l’essence des choses. Et cette essence – c’est du moins ce qu’il me semble – est l’individualité intrinsèque et la solitude innée de toutes les choses animées et inanimées. Il y a quelque chose de sauvage dans vos poèmes. (…)

L’acte de regarder et d’attendre correspond à ce qui est, au sens le plus large du terme, beau et même si c’est un mot difficile à utiliser dans la culture contemporaine, spirituel. Comme si, tant qu’on est mus par le désir, la beauté ne pouvait pas apparaître. Vous capturez ce paradoxe… »

.

Martha, enseignante à Londres, vient de perdre son mari, Brendan, cinéaste de documentaires, passionné d’art. Il possédait un petit cottage en Irlande – son pays d’origine – dans le Kerry face aux îles Skellig,  il y venait écrire et travailler. Elle prend la décision de le vendre et doit le « vider ». Elle a bien connu ce lieu mais il y a très longtemps qu’elle n’y est pas retournée. Dans ce moment difficile, triant lettres, papiers, livres et photos, des souvenirs remontent, des rencontres anciennes refont surface, de nouveaux liens se nouent : elle se rapproche de son époux, leurs déchirures les avaient éloignés et l’on comprend pourquoi au fil des pages…

L’écriture est belle, la force des paysage nous emporte, le monde change, l’Irlande change, la vie de Martha change. C’est un roman qui parle du deuil, des deuils que l’on doit vivre, traverser et dépasser, chacun avec ses forces et ses fêlures. C’est un roman dont le fil conducteur est l’importance de la parole donnée. Pour que la vie continue, il faut mettre au jour le passé, pardonner et se pardonner.

.

Extraits de : « Le chant de la pluie »  2020  Sue Hubbard.

Illustrations : 1/« Lumière et ombre »  John H.Vanderpoel  1857-1911  2/« La mer »  James Hamilton Hay  1874-1916.

…..

Plonger courageusement dans le passé pour soigner nos blessures…

BVJ – Plumes d’Anges.

Royaume des songes…

vendredi 25 septembre 2020

.

.

Vision d’une pluie d’or, le lac ensommeillé s’étire, accueillant

en ses rides la poudre étincelante d’un soleil levant…

.

.

Ils furent nombreux jadis, à se presser sur ces rives…

.

.

… pour en vivre les émerveillements et gouter la sérénité.

.

.

Ici, l’air du temps offre des ondes paisibles,

juste quelques bruits de clapotis, une végétation luxuriante.

.

.

Les questions sont inutiles, nul besoin de réponses.

.

.

Être là, témoin de l’instant, de la vie et de sa grandeur…

.

.

… observateur, observatrice d’une force lumineuse entre sommets et profondeurs…

.

.

… au moment où la saison nouvelle souffle sur la précédente.

Une douce flânerie en pays d’Italie !

.

« … L’ESSENTIEL EST ENCORE AILLEURS. La pensée transforme l’univers. Elle le change en autre chose. Elle ne cesse jamais de lui apporter du nouveau. Elle y introduit la surprise et l’attente. Elle le colore. Elle l’anime. Elle en fait un théâtre où chacun joue son rôle, une œuvre d’art, un trésor. Elle suffit à l’enchanter. La pensée des hommes est l’enchantement du monde.

Le monde ne devient beau – mais qu’est-ce- que la beauté ?… qu’avec et par les hommes et les femmes. Les formes, les couleurs, les fleuves entre les collines, les arbres et les fruits, les montagnes au loin entrent enfin dans l’histoire… « 

Extrait de : « Un hosanna sans fin »  Jean d’Ormesson  1925-2017.

D’autres extraits —>  ICI

Photos BVJ – Lac de Garde – Septembre 2020.

…..

Ressentir la vibration du lieu…

 BVJ – Plumes d’Anges.

Aube…

dimanche 30 août 2020

.

.

« … « Et si nous tournions le dos aux vents qui viennent de la ville ? Ils ne sont pas seulement alourdis par la poussière du désert, mais asséchés par la soif de l’or. Le pouvoir nous méprise, il ne s’intéresse pas à nos âmes, il vit trop loin de nous. Et de toute façon, il nous transforme en esclaves, regardez d’ailleurs le tigre : il ne s’attaque qu’aux hommes courbés. Donc fuyons-le, rendons-nous maîtres de notre bref passage en ce monde. Recommençons, comme avant, à nous mettre à l’écoute du ciel, des animaux, des nuages, des arbres, des insectes, des serpents, des fleurs, des plantes. Et puisque la vie et l’eau sont les seules vérités qui tiennent, occupons-nous de la vie et de l’eau. »

Ce furent des mots très clairs en somme. Très simples, à la portée de tout un chacun, des phrases limpides et fluides, la vérité lui coulait de la bouche sans le moindre arrangement ni ornement. « Si vous voulez de l’eau, dit Djambo ce soir-là pour la première fois, commencez par la chercher au fond de vous, soyez à vous même une source. Et ensuite, rappelez-vous que la nature est un corps, un corps immense, dont nous ne sommes, nous, les humains, qu’une infime partie. Mais si petits soyons-nous, nous nous en sommes pris à ce corps et l’avons gravement blessé. Donc à nous de le guérir. Non par une religion de plus, mais par une nouvelle façon de vivre, une humble façon. Car nous ne changerons le monde en grand que si nous commençons, misérables corpuscules que nous sommes, par le changer en tout petit. Et soyons patients, car le seul lieu des hommes, ce n’est ni leur champs ni leur village, ni leur ville, ni même leur pays. C’est le Temps. »…

.

… Les guerres éclatent quand on commence à appeler vraies des choses qui sont fausses. Et fausses des choses qui sont vraies…

.

… Vous ne trouverez pas ici de dieu de la peur ou des menaces. Et encore moins des pensées qui se tordent sur elles-mêmes et se perdent en complications. Le Suprême est partout dans la Nature, comme je vous l’ai dit, et par conséquent il est en nous, les hommes. Nous les Vingt-Neuf, quand nous nous levons, chaque matin avant l’aube, nous n’avons qu’une seule interrogation : savoir par quels actes nous illustrerons cette parcelle de divin qui nous a été remise avec la vie. Nous estimons l’homme à ce qu’il fait, non à ce qu’il raconte. Et pour le juger, nous ne nous posons que deux questions. La première : a-t-il dit et respecté la vérité ? La seconde : le feu de la violence, en lui, a-t-il réussi à l’éteindre ?… »

.

L’histoire relatée est celle de Djambo « la merveille », rejeté par sa famille et son village, au XVème siècle, en Inde , à la limite du désert du Thar.

Ce jeune garçon suit les pas d’un magicien puis d’une danseuse de rue. Les puissants se font construire d’incroyables palais, coupent les forêts, assèchent le désert, asservissent les pauvres… Djambo, lui, après errance et souffrance,  veut croire en un autre monde,  une poignée d’hommes et de femmes l’accompagne, au fil du temps d’autres les rejoignent ; ils existent toujours 5 siècles plus tard, ce sont les Bishnoïs. Ils ont établi 29 règles qui prônent le respect de l’Homme et de la Nature, et nous questionnement quant à notre rôle sur terre.

Ce livre parle de l’orgueil qui mène à la barbarie, de l’humanité, de la vraie écologie, pas de l’écologie politique, c’est une lecture qui nous emporte, inspirée et inspirante. Rien n’est jamais acquis dans notre existence, tout est fragile et tout doit être respecté sinon le monde bascule. L’auteure a fait une belle recherche et nous livre ici un texte sensible.

.

Claudie en avait très bien parlé —> ICI

.

Extraits de : « La Forêt des 29 »  2011  Irène Frain.

Illustrations : 1/« Tête de tigre »  Raden Saleh  1811-1880   2/« Séléné » illustration du poème de John Keats « Endymion »  William James Neatby  1860-1910.

…..

Fuir les bavardages en tous genres, créer l’aube d’un nouveau jour…

BVJ – Plumes d’Anges

Émotions profondes…

mardi 18 août 2020

.

.

« … Les sapins sont les arbres préférés des nuages.

Ils poussent spontanément vers eux leurs cimes. Les nuages viennent, ils tournent, ils s’approchent, ils s’accrochent. Soudain ils pèsent. Ce sont des compagnons sûrs et certainement de merveilleux amants. Les pics, les troncs, les fûts, l’écorce qui les cerne, se haussent davantage pour saisir leur étoffe mystérieuse et pour la retenir. Alors les nuages les enveloppent d’humidité de façon passionnée, en tout cas si fréquente, si récurrente.

Ils reviennent, ils s’alourdissent encore. Ils coulent. Ils sont fidèles.

Ils haïssent la lumière.

Ils aiment la neige que le ciel crée mystérieusement…

.

Plus la montagne s’élève, plus elle entre en contact avec le froid du ciel. Plus le gel en disloque la masse, plus elle épointe les roches que la glace fragmente encore. Les débris roulent sur les pentes ; les pluies les perforent ; les torrents balafrent les volumes les plus imposants avant de les amenuiser. La neige glissant des crêtes s’accumule dans les fonds et forme des glaciers qui eux-mêmes poussent et pressent les parois des cavités qui les contiennent. Peu à peu les glaciers les aménagent en cirques d’où s’écoulent des fleuves. Les fleuves enfin creusent lentement les énormes sillons des vallées en contrebas des flancs.

C’est ainsi que les montagnes sont exhaussées et que la nature se sculpte.

C’est ainsi que plus le volume est saillant, plus la hauteur aiguë, plus l’érosion puissante, plus le flanc déchiqueté, plus le ruissellement se fait torrentueux et blanc.

Le fragment dans ce monde est l’éclair…

.

L’apparence de « sphère » que le ciel se donne, à l’instant où surgissent les étoiles, n’est elle-même qu’une fiction, qu’invente le regard qui se lève vers les spasmes de lumière qui tournent…

.

Dans la neige actuelle qui tombe dans l’aube (une fois qu’on en voit la masse continue qui brille, qui scintille, qui émerveille en ouvrant la fenêtre au sortir du sommeil), la neige d’antan tombe avec elle.

La neige actuelle apporte avec son éblouissante blancheur son étrange et lointain silence de jadis.

On ouvre la fenêtre et on s’enfonce dans le Temps à jamais… »

.

Ce récit est un long poème, il nous emmène

– et parfois nous égare – dans de lointaines brumes,

au temps de la création de la langue française.

C’est un retour aux origines,

une mise au monde dans la douleur et la lumière.

On y parle de deux frères jumeaux, Nithard et Hartnid,

petits fils de Charlemagne, que tout oppose.

L’auteur joue avec l’Histoire et avec les mots,

les images sont magnifiques, c’est doux, sombre et puissant à la fois,

c’est  un chant, une prière dont cet auteur est vraiment le virtuose.

On se laisse emporter par cette écriture éclatante et tellement poétique…

.

Extraits de : « Les Larmes«   2016  Pascal Quignard.

Illustrations : 1/« Brouillard du matin dans les montagnes »  Caspar David Friedrich  1774-1840   2/« Mont Krivan »  Peter Michal Bohun  1822-1879.

…..

Se laisser submerger… par la poésie…

BVJ – Plumes d’Anges.

Profonde blessure…

lundi 20 juillet 2020

.

.

…  » Pauvre petit grand-père inconnu qui ne pouvait se douter à ce moment-là que, la guerre finie, une fois ses bourreaux exécutés, sitôt dévidée cette pelote de faits et de gestes qui passe par la Bretagne, le nord de la France et l’Allemagne, les trains de la peur, les cargaisons de prisonniers effondrés, l’usine à fusées, la boue glacée, le fils ainé de son fils cadet le pisterait soixante dix ans plus tard… Lui, pris au piège de la lumière glauque du baraquement avec sa tête de bagnard. Sa pâleur aussi. Sa maigreur. Ce qui le ronge, ce qui le terrasse. Lui, l’Indochinois, le Brestois, l’époux de Jeanne, le père de Lucie, Ronan et Pierre. Lui, l’enfant des presqu’îles. Lui, dans sa minuscule et si fragile éternité, arc-bouté puis broyé…

.

… Une lettre toute simple, blanche et rectangulaire, était arrivée ce matin-là, sans crier gare, dans ma boîte. Après la parution de l’un de mes précédents livres, j’avais donné une interview au magazine Bretons, évoquant l’histoire de ma famille brestoise, et l’un des lecteurs m’écrivait. Ses premiers mots me firent l’effet d’un coup de tonnerre. Je dus m’asseoir. L’auteur du courrier avait quatre-vingt-deux ans, Yves J…, il vivait en Bretagne, il avait hérité d’une maison de famille à Plomodiern et, durant la guerre, sa mère avait été la secrétaire de Paol aux Chantiers de Bretagne au moment où l’entreprise de BTP avait été, comme beaucoup d’autres, utilisée ou réquisitionnée par l’Organisation Todt… ».

……

.

Nous avons tous besoin de savoir qui nous sommes, bien sûr,

mais aussi d’où nous venons.

Et quand des secrets, des non-dits familiaux laissent nos questions sans réponses,

vient un jour où l’on se met en quête d’une vérité…

C’est ce qu’a fait l’auteur, la blessure familiale au sujet de Paol, le grand-père,

était si présente qu’il ne pouvait plus vivre libre

et avancer dans son existence.

Il y a des bagages dans la vie que nous pouvons porter très longtemps,

d’une génération à l’autre,

mais arrive un moment où l’on comprend que ce n’est plus possible,

qu’il faut trouver une solution,

tenter de comprendre et soigner l’arbre… généalogique.

C’est là une très belle lecture, une démarche nécessaire faite dans une grande solitude,

parce qu’elle n’est pas accessible à tous, n’ayant pas les mêmes forces,

les mêmes ressources.

Le contexte est terrible, celui de la période nazie, des camps,

c’est une quête, une enquête, avec des éléments vrais glanés pendant de longues années,

et d’autres imaginés par un écrivain de grand talent…

Aifelle en avait parlé —>

.

Extraits de : « La part du fils«  2019  Jean-Luc Coatalem.

Illustrations : 1/« Bretonnes au bord de la mer »  2/« Soleil couchant sur la côte bretonne »   Ferdinand du Puigaudeau  1864-1930.

…..

Faire lumière sur le passé pour envisager le présent et construire l’avenir…

BVJ – Plumes d’Anges.

Réminiscences…

samedi 6 juin 2020

.

.

« … Nous étions les enfants d’un monde latin, méditerranéen. D’avoir grandi au bord de la méditerranée, dans la familiarité des oliviers et des pins parasols, des palmiers et des géraniums en pots, nous donnait cette vague supériorité sur les habitants du reste de la France. Comment pouvait-on lire Virgile à Paris, dans la grisaille et les fumerolles des poêles à charbon ?

Pourtant chaque été, à Sainte-Marine, en Bretagne, nos convictions étaient bousculées. Par le vent, le crachin, les marées, les tempêtes, ou tout simplement par les champs de pommiers et la lande.

La lande, nous avions appris à la reconnaître. Par la langue bretonne d’abord : en Bretagne, lann cela ne veut pas dire n’importe quoi. Cela veut dire les étendues d’ajoncs, cette fourrure gris-vert qui recouvre la terre, qui s’empare de tous les lieux inhabités. Est-ce que nous savions qu’elle était cultivée ? Je ne me souviens pas d’avoir vu des tombereaux de cette plante qui servait de nourriture aux chevaux de trait et au bétail, ni d’avoir entrevu dans la cour des fermes l’appareil à main qui permettait de la déchiqueter. Cela avait probablement déjà disparu dans l’après-guerre. (…) Al lann, c’était la plante indispensable à cette économie. À la fin de l’été, elle produisait un spectacle de fleurs jaunes, au moment où les genêts ouvraient leurs pétales d’or, et la bruyère ses lacs roses et rouges…

.

… En Bretagne, la violence de la mer, du vent, de la pluie, et aussi la brûlure du soleil certains jours. La solitude des criques, encombrées de galets géants, trouées de grottes où les vagues explosent. Et la lande où parfois surgit une pierre levée, un menhir, dont le vrai nom en breton est peulven, le pilier de pierre…

.

… Je me souviens d’avoir collé mon oreille contre le granite des dolmens pour entendre la vibration électrique qu’ils émettaient, et je l’ai entendue ! Ce qui me paraissait extraordinaire, incroyable, ce n’étaient pas ces constructions archaïques, c’était que les Bretons étaient arrivés un jour dans ce pays et qu’ils avaient été reçus par ces dieux, qu’ils les avaient respectés, parfois craints, et que les dieux les avaient laissés s’installer chez eux. Sans doute parce que je venais d’ailleurs, que je n’étais jamais chez moi nulle part, balloté, baladé entre la Maurice de mon père, la Bretagne de mes ancêtres et la Nice de mon enfance – il y avait donc cette étrangeté au monde, cette déroute, cet exil et les piliers de pierre dressés vers le ciel, les allées couvertes pareilles à des écailles de dragon, les vaisseaux couchés dans les ajoncs me disaient qu’il y avait un autre monde monde avant le mien, que j’étais juste de passage… »

.

À l’instant même où il « fête » son 80ème anniversaire, J.M.G. Le Clézio nous offre deux magnifiques textes sur l’enfance et ses réminiscences, entre pays de Bretagne et pays de Provence. Il n’y a pas d’ordre chronologique, ce sont des images exhumées de sa mémoire ou de ses émotions. Le premier conte parle de vacances en Bretagne, il dépeint la puissance des paysages, leurs couleurs, leurs parfums, il dit la langue, les caractères, les relations, les moments heureux…

Après nous avoir ouvert le cœur, l’auteur explore dans un deuxième conte, ses cinq premières années de vie, pendant la guerre. Sa mère, son frère, ses grands parents, mènent une existence recluse dans un tout petit village de l’arrière pays niçois. Tout est « doucement » douloureux et ce dont il a le plus souffert, nous dit-il, c’est de la faim, la faim qui a laissé un vide au fond de lui et l’a marqué profondément. Il y a les silences, les non-dit, les gens admirables, pendant toute sa vie, il a cherché à comprendre les traces que laisse la violence de la guerre.

Une très très belle lecture, une fois encore…

.

« … Être né dans une guerre, c’est être témoin malgré soi, un témoin inconscient, à la fois proche et lointain, non pas indifférent mais différent, comme pourrait l’être un oiseau, ou un arbre. On était là, on a vécu cela, mais ça n’a pris de sens que par ce qu’on a appris par les autres, plus tard (trop tard ?)… ».

.

Extraits de : « Chanson bretonne suivi de L’enfant et la guerre »  2020  J.M.G. LE CLÉZIO.

Illustrations : 1/« Le soir aux grèves de Roscoff »  Jean-Edouard Dargent  1824-1899  2/« Pâtre au crépuscule en Provence »  Emile-René Ménard  1862-1930.

…..

S’abreuver aux sources les plus douces…

BVJ – Plumes d’Anges.

Pom pom pom pom…

lundi 20 avril 2020

.

.

Vous qui passez par là, venez donc lire ces quelques lignes :

– LE PARTAGE DE LA TERRE –

« Prenez le monde, dit un jour du haut de son trône, Jupiter aux hommes, prenez-le, il est à vous, je vous le donne pour en jouir à tout jamais, sachez seulement en faire un partage fraternel. »

Alors on vit accourir tous ceux qui pouvait en prendre une part, jeunes et vieux arrivèrent à la hâte : le laboureur s’empara du produit des champs, le gentilhomme de la forêt, le marchand remplit ses chariots, l’abbé choisit le vin chaleureux, le roi mit une barrière sur les ponts et les chemins et s’écria : »La dîme est à moi ! ».

Longtemps après que le partage était terminé, arriva le poète. Il venait de loin, hélas ! et il ne restait plus rien, chaque chose avait son maître.

– « Malheur à moi ! faut-il que je sois ainsi seul entre tous oubliés, moi, ton fils le plus fidèle ? » Il exhalait ainsi sa plainte et se jeta devant le trône de Jupiter.

– « Ne m’accuse pas, répondit le Dieu, si tu t’égares dans l’empire des rêves. Où étais-tu lorsqu’on a partagé le monde ? »

– « J’étais, reprit le poète, près de toi. Mes regards contemplaient ta splendeur, mon oreille écoutait l’harmonie céleste. Pardonne à l’esprit qui, dans le charme de ta lumière, oublie les biens terrestres. »

– « Que faire, s’écria Jupiter, le monde est donné, les fruits, la chasse, les marchés ne m’appartiennent plus. Veux-tu venir dans mon ciel auprès de moi ? Chaque fois que tu voudras y monter, il te sera ouvert. »

.

– DÉSIR –

« Ah ! Si je pouvais trouver une issue à cette vallée profonde, sur laquelle pèse un froid nuage, oh,  que je serais heureux ! Là-bas j’apercevrais les belles collines toujours riantes et toujours vertes. Que n’ai-je des ailes pour m’élancer vers ces collines !

J’entends résonner les douces harmonies du ciel, et des vents légers m’apportent des parfums balsamiques. Je vois briller des fruits d’or sous un épais feuillage, et les fleurs qui s’épanouissent là ne seront la proie d’aucun hiver.

Oh ! qu’il doit être doux de vivre à cet éternel rayon de soleil, que l’air de ces collines doit être rafraichissant ! Mais un torrent fougueux me sépare de cette contrée, et la fureur des vagues épouvante mon âme.

Je vois une nacelle se balancer sur l’onde, mais, hélas, je ne vois point de batelier. Allons, courage, n’hésitons pas, les voiles sont enflées, il faut croire, il faut oser, sans attendre l’assurance des Dieux. Le miracle seul peut te porter dans la terre du miracle. »

.

et venez donc aussi admirer et écouter :

LA SYMPHONIE DU DESTIN

.

Textes et musique (merci R.T.) trouvés sur le net,

ces voyages virtuels nous font faire d’agréables découvertes, souvent très à propos,

les talents sont immenses et l’imagination galopante, ne trouvez-vous pas ?

Bien-sûr, une fois encore, il nous faut faire preuve de vigilance,

vérifier, croiser, encore et toujours, et ne pas tout gober comme de petites mouches.

Courage aminautes de France, de Navarre et d’ailleurs,

nous nous tenons la main silencieusement et

la musique du monde continue à jouer sa partition…

.

Poèmes de Friedrich Schiller  1759-1805.

Film de Edvard Grieg – Symphonie numéro 5

écrite par Ludwig van Beethoven entre 1804 et 1808

et jouée pour la première fois au Théâtre de Vienne le 22 décembre 1808.

Illustrations : 1/« Papillons et autres insectes » Jan van Kessel l’ancien  1626-1679   2/« L’eau silencieuse »  Sydney Laurence   1865-1940.

…..

Voyager joyeusement sur les ondes…

BVJ – Plumes d’anges

Transmutation…

vendredi 17 avril 2020

.

.

« Ce que la chenille appelle la fin du monde,

le Maître l’appelle un papillon »

.

« Il n’est jamais problème qui n’ait un cadeau pour toi entre ses mains.

Tu cherches des problèmes parce que tu as besoin de cadeaux »

.

Un petit livre lu il y a longtemps et relu ces jours derniers,

un petit livre tout simple, léger comme une bulle, un peu magique,

un éclat de lumière dans la vie.

Changer notre regard sur le monde me semble important,

c’est une volonté, cela ne se fait pas tout seul,

nous devons chercher, faire appel à notre imagination,

la laisser déborder,

elle nous étonnera certainement…

  Qu’en pensez-vous ?

.

Citations extraites de : « Illusions – Le Messie récalcitrant »  1977  Richard Bach.

Illustrations : 1/ « Chenille lunaire »  Abott Handerson Thayer  1849-1921    2/ « Papillon de l’Atlas »  Miniature anonyme du XVIIIème.

…..

Changer notre regard sur le monde…

BVJ – Plumes d’Anges.