Archive pour la catégorie ‘plumes à rêver’

Temps paisible…

mercredi 23 février 2022

.

.

« … Cette année encore, les lucioles sont apparues. Innombrables. L’année dernière, j’ignorais que c’étaient des lucioles miniatures. En comparaison des autres, lucioles genji ou heike, elles sont infiniment plus petites. À peine cinq millimètres sur le doigt qui s’en empare délicatement. À la différence des autres lucioles qui ne peuvent naître que près des eaux claires, les princesses sortent de terre. Elles pondent leurs œufs sur l’humus, les feuilles mortes ou les branches d’arbre tombées, elles vivent aussi dans les bois. Est-ce à cause de l’intensité de leur activité, non seulement près de l’eau de source, mais aussi dans la forêt profonde, elles brillent de leur belle lumière phosphorescente. Les lucioles qui s’étaient posées sur le blanc immaculé des fleurs m’ont donné l’impression d’une illumination féerique d’un vert merveilleux. Les mâles ne peuvent pas voler, mais ils ont le pouvoir d’émettre de la lumière, et ils se déplacent sur les arbres, sur les feuilles. Cette lumière vive clignotait un peu partout sur le marais…

.

Dans le calme de la péninsule, on s’aperçoit bien vite à quel point la télévision est vulgaire et gênante. Contrairement à la musique que je peux choisir selon mes goûts, j’ai beau changer de chaîne, je ne tombe que sur des émissions abrutissantes. Alors, j’éteins le poste et je sors sur la véranda.

Est-ce Buson qui a chanté l’« aveuglante lumière de la lune sur les rochers d’hiver » ? On croit entendre le craquement de la lumière sur les branches, sur la moindre pierre. Les ombres noires dans la forêt, la rangée des petits arbres devant l’entrée, la route qui passe devant la maison en plan incliné, tout déborde du crépitement silencieux des éclats tranchants du clair de lune. Moi, je me penche sur la profondeur des ténèbres silencieuses où ni voiture ni âme ne passe, et mon oreille savoure l’ineffable plaisir d’être absorbée par la densité du silence…

.

Les Kawahara sont allés tous les deux au jardin et ils ont coupé pour moi une branche de pêcher qui commençait à fleurir. J’hésitais, me demandant comment j’allais pouvoir l’emporter. Kawahara, qui ne parle pas beaucoup, a dit : « Qu’est-ce-que ça peut faire, si les fleurs se fanent ? Il suffit qu’elles tiennent aujourd’hui. »… »

.

Faire une pause dans sa vie, qui n’en n’a pas rêvé ?

La narratrice qui vit et travaille à Tokyo, possède une cabane entre forêt et falaises. Elle y vient régulièrement, pour de courts séjours. Arrivée à un âge mûr, elle s’éloigne de la ville et vient s’immerger dans ce lieu de beauté avec son chat, pour un temps indéterminé. Elle a besoin de se retrouver, de faire un point.

Ici, elle vit au jour le jour, cultive ardemment son jardin, se promène sur les chemins, pénètre dans la forêt avoisinante, fait plus ample connaissance avec de rares voisins. C’est un retour aux sources, elle observe, écoute, se nourrit de tous les trésors offerts par la nature, les jours s’égrainent sans jamais se ressembler. Elle vit au rythme du calendrier traditionnel japonais qui divise l’année en 24 saisons. Elle guette les signes, travaille la terre, débroussaille, sème, plante, récolte… La vie est calme, sa présence au monde lui fait faire des découvertes. Elle réfléchit à ce qu’elle ne veut plus et petit à petit définit ce qu’elle veut… C’est un très joli moment de lecture, d’une incroyable douceur, les descriptions nous emportent dans des tableaux, nous sommes nous-aussi sur cette péninsule…

.

Extraits de : « La péninsule aux 24 saisons »  Inaba Mayumi  1950-2014.

Illustrations : 1/ « Oiseaux et kakis »  Kobayashi Kiyochika   1847-1915   2/ « Chutes de Yuhi à Shiobara »  Hasui Kawase  1883-1957.

…..

Faire une pause dans un lieu paisible…

BVJ – Plumes d’Anges.

Déploiement d’un monde…

vendredi 11 février 2022

.

.

Je ne sais si vous partagerez ce que j’observe, je crois aux signes…

Imaginez un livre qui tombe d’une étagère

et qui « git »sur le sol ouvert à une page…

En voici plusieurs lignes, il s’agit d’un conte amazonien…

.

« … « Un homme chuchote : Dieu, parle-moi :

Un oiseau se met à chanter

Mais l’homme ne l’entend pas.

L’homme répète :

Dieu, parle-moi.

Une cigale cachée sous l’herbe lance un trille

Mais l’homme ne l’écoute pas.

L’homme regarde autour de lui :

Dieu, laisse-moi te voir.

Une étoile brille dans les cieux

Mais l’homme ne la remarque pas.

L’homme se met à crier :

Dieu, montre-moi un miracle.

Un enfant naît,

Mais l’homme ne comprend pas la force de la vie.

Alors l’homme se met à pleurer et se désespère :

Dieu, touche-moi.

Laisse-moi sentir que tu es là,

Avec moi.

Et un papillon se pose sur son épaule.

D’un geste machinal

L’homme chasse

Le papillon de sa main

Et déçu

Poursuit son chemin

Seul et triste,

Le cœur plein de peur. »

Tout est là, à chaque instant autour de nous, mais nous ne voyons rien. Nous savons ce que nous voulons voir, et nous négligeons le reste. Alors nous passons à côté de tout, de l’amour, de la beauté, de la merveille et de la vie même.

Écoutez ! un rire, un sanglot, une parole, le chant du vent dans les pins. Regardez ! une goutte de pluie qui brille dans le soleil, des yeux attentifs, la trace des saisons sur un visage.

Ne nous laissons pas enfermer en nous-mêmes, ne verrouillons pas les portes et les fenêtres, mais laissons entrer l’air et le soleil et la pluie, toute l’Amazonie, ici même, et le monde entier, et tout l’univers.

Notre cœur est assez grand pour tout contenir… »

.

Tout cela me questionne et m’enchante.

Ne pensez-vous pas qu’il est important :

de croire aux miracles pour que ceux-ci adviennent ? 

de croire en soi pour trouver sa vraie place dans la vie ? 

de croire en sa chance pour que celle-ci apparaisse ?

de croire en la beauté du monde pour l’attirer à nous ? …

Le reste n’est peut-être que bavardage,

aérons notre esprit, ouvrons notre cœur,

les trésors se cachent souvent dans un certain silence,

les signes attrapent la lumière …

.

Extrait de : « Journal de mon jardin zen – Le papillon sur notre épaule » 2009  Joshin Luce Bachoux.

(Un autre extrait –>  ICI )

Photos BVJ – Plage de l’Almanarre dans le Var – 29/01/22.

…..

Observer le monde qui nous est offert…

BVJ – Plumes d’Anges.

Spams…

vendredi 21 janvier 2022

.

.

« … Et oui, ne pas remettre au lendemain ce qu’il faut dire ou taire le jour même !…

.

…Pas gai, pas gai… C’est la rançon des âmes vagabondes. Seuls vos mots sont aires de repos. C’est bien la seule chose un peu tangible à quoi se raccrocher. La douceur d’une voix, une bouche, une intention, un regard, son mystère effleuré, l’anecdote de chair, tout me sert, tout me sert, pour que je puisse m’agripper, reprendre mon vieux souffle et me calmer un peu.

Non, nous ne nous sommes jamais rencontrés. Vous êtes sans le savoir « la sœur de charité ». Celle sur qui poser un cœur bien malmené, ma clairière, une plage de sable fin et lumineux au milieu des brisants.

Comment c’est arrivé ? Je n’en sais fouchtre rien. Il me fut un jour donné, après des ronds d’éternité, de reprendre contact avec quelques échantillons d’humanité. Ce fut comme une grâce, un répit qui m’était accordé…

.

Des messages qui choisiraient leurs destinataires en quelque sorte…

Brusquement me vient une vive inquiétude : serais-je moi-même dans cet entre deux que vous décrivez ? Une âme errante n’ayant pas su trouver le repos ? Comment autrement expliquer tous ces derniers évènements survenus dans ma vie avant la réception de vos mails sur mon écran d’ordinateur ?

Serions-nous quelques uns, vous, moi, des milliers, dans cet état de demi-sommeil qui, loin de nous diminuer, nous élève dans une supra conscience si difficile à supporter ? Ni morts, ni vivants, observant le Monde de notre point culminant, regardant les Hommes se débattre avec un sentiment de totale impuissance…

.

Pardon pour l’anecdote. Encore un truc qui est remonté bien malgré moi à la surface. On en a tous de ces débris amers ou délicieux provenant de nos cales, de nos vaisseaux rouillés ayant coulé au large de nos âges. La plus petite perle dans un coffre de fer au fond des océans garde tout son éclat. C’est ainsi, même après. Alors débrouillez-vous avec cette bimbeloterie pour vous en faire des colliers rutilants, rivières de rubis, humbles vaisseaux d’opales.

Vous verrez, pour nous vieux naufragés, comme le moindre bout de verre, la goutte de rosée, un regard, surgissant là, d’un coup nous inonde de joie. C’est un éclair dans un ciel noir… »

.

 Qui donc est mort ? Qui donc est vivant ? Imaginez votre âme, coincée entre deux mondes, dont les « pensées » s’impriment sur les écrans d’ordinateurs de parfaits inconnus. Il leur faut lire jusqu’à la fin ces spams pour que ceux-ci disparaissent. Quel inconfort pour cette âme en peine, que de questions pour ses lecteurs !

Les réponses sont diverses et variées, il y a Mariam et Sarah, pleines d’écoute, de délicatesse et de compassion, il y a R.Thomas, digne et curieux, il y a le jeune Louis qui se questionne et se questionne encore sur la finalité de la vie… Il y a ceux qui refusent, raillent, se moquent, bref, il y a tous les comportements humains qui fusent vers ce pauvre Gaspard Stacatto.

Sont-ce les regrets d’une âme vagabonde ? Que lui manquait-il dans son existence pour qu’elle erre ainsi ? Un peu d’amour, de relations humaines, de douceur, de poésie visiblement. Le non-exprimé est là, à l’état brut et se déverse en un tourbillon d’images et de mots. Ne nous faudrait-il pas partager tout cela avant de nous éteindre pour que notre âme s’envole doucement ?

C’est encore une fois un très beau recueil d’Alain Cadéo qui nous interroge, le langage emprunte des chemins rugueux ou doux, touche à l’absolue poésie, l’imagination est riche et profonde.

Merci pour ce cadeau de lumière, à découvrir, à lire avec délectation…

.

Extraits de : « Confessions (ou les spams d’une âme en peine) »  2021  Alain Cadéo.

Illustrations : 1/« Rochers à Belle-Île »  2/ « Buste de femme de profil »  Georges Clairin  1843-1919.

…..

Avoir le courage d’être soi, sans blesser l’autre, pour s’élever…

BVJ – Plumes d’Anges.

Mères de la lumière…

jeudi 13 janvier 2022

.

.

« … Vois-tu, ma petite Dyja, contrairement à l’homme, les plantes se tournent vers la lumière. Ma grand-tante affectionnait ce genre d’équations, l’humain et le végétal, l’humain et l’animal…

.

Sous

un

ciel

nouveau

une

nouvelle

terre

on

entend

un

oiseau…

.

… Même si elle ne croyait pas en l’homme, ma grand tante avait foi en l’enfant. Ou disons plutôt : elle ne croyait en l’homme qu’en deçà de 50 cm. Cela correspond également au récit de ses collègues de la maternité. Selon elle, il y avait d’une part l’être humain et d’autre part l’enfant. Tout ce qui était petit, et de préférence plus petit que petit, vulnérable et faible, suscitait son intérêt et éveillait sa tendresse, que ce soit dans le monde des hommes, dans le règne animal ou végétal. La progéniture de toutes les espèces, surtout juste après la naissance, les chatons, les agneaux, les poulains d’un jour, le premier pissenlit du printemps, les œufs fragiles des oiseaux, les jeunes dans leur nid, les mouches et les abeilles, et jusqu’aux pommes de terre grenailles, suscitait en elle admiration et sensation de beauté. Elle préférait les petites baies des montagnes aux grosses gorgées de sucre, les graines et les bourgeons plutôt que les plantes arrivées à maturité, elle se réjouissait de voir paraître les petites pousses fines et vert tendre sur une tige et les caressait du bout des doigts en disant : la gracilité est un signe qui ne trompe pas. Elle s’inquiétait aussi beaucoup de tout ce dont l’existence était menacée dans la nature, les animaux et les plantes trompés par la promesse illusoire d’un printemps imminent, avec sa lumière froide qui s’infiltrait dans les moindres recoins avant de disparaître sans crier gare sous une épaisse couche de neige au moment précis où les arbres commençaient à bourgeonner et où les brebis mettaient bas.

Là où les manuscrits se contredisaient, c’est que même si ma grand-tante prévoyait la disparition de l’être humain, elle supposait qu’il y aurait dans le monde du futur une place non seulement pour les animaux et les plantes, mais aussi pour les enfants.Et pas uniquement eux puisque deux autres catégories y seraient également représentées. D’une part les gens qui avaient conservé leur âme d’enfant, qui s’amusaient à souffler sur les graines de pissenlit et savaient s’étonner, et d’autre part – ce qui n’a rien de surprenant, a souligné ma sœur – les poètes… »

.

.

Encore une lumineuse histoire, en terre de glace,  de cette auteure tant aimée  !

La narratrice, Gyja, exerce le beau métier de sage-femme – mère de la lumière en islandais -, comme sa grand-tante Fifa, qui, à son décès, lui a légué son appartement et tout ce qu’il contenait, des manuscrits entre autres choses et quels manuscrits, ils fourmillent d’éclairages sur la complexité de la nature.

Il y a dans ce roman mille et un détails du quotidien qui, suite à la traversée de l’ombre, trouvent résolution dans l’arrivée de la lumière.

Les fils conducteurs nous montrent l’importance des relations humaines et de l’observation de la nature, la richesse infinie des beaux souvenirs qui sont une éternelle force intérieure.

La générosité, le courage, le don de soi, la connaissance, la transmission entre générations, les « hasards heureux » illuminent l’existence de ceux qui y croient, les vrais poètes de la vie !

Ce fut pour moi un très doux moment de lecture…

Dasola en avait parlé —>

Extraits de : « La vérité sur la lumière »  2021  Audur Ava Olafsdottir.

Illustrations : 1/« Ours polaire »  et  3/ « Scène d’été »  Thorolf Holmboe  1866-1914  2/ « Le monde de la mer »  Planche XXXI – Développement du Pluvier doré – Alfred Frédol  1804-1863.

…..

Rechercher les sources de lumière et les transmettre…

BVJ – Plumes d’Anges.

Texte fondateur…

vendredi 7 janvier 2022

.

.

« Au moment d’être admis(e) à exercer la médecine, je promets et je jure d’être fidèle aux lois de l’honneur et de la probité. Mon premier souci sera de rétablir, de préserver et de promouvoir la santé dans tous ses éléments, physiques et mentaux, individuels et sociaux.

Je respecterai toutes les personnes, leur autonomie et leur volonté, sans aucune discrimination selon leur état ou leurs convictions. J’interviendrai pour les protéger si elles sont affaiblies, vulnérables ou menacées dans leur intégrité ou leur dignité. Même sous la contrainte, je ne ferai pas usage de mes connaissances contre les lois de l’humanité.

J’informerai les patients des décisions envisagées, de leurs raisons et de leurs conséquences.

Je ne tromperai jamais leur confiance et n’exploiterai pas le pouvoir hérité des circonstances pour forcer les consciences.

Je donnerai mes soins à l’indigent et à quiconque me les demandera. Je ne me laisserai pas influencer par la soif du gain ou la recherche de la gloire.

Admis(e) dans l’intimité des personnes, je tairai les secrets qui me seront confiés. Reçu(e) à l’intérieur des maisons, je respecterai les secrets des foyers et ma conduite ne servira pas à corrompre les mœurs.

Je ferai tout pour soulager les souffrances. Je ne prolongerai pas abusivement les agonies. Je ne provoquerai jamais la mort délibérément.

Je préserverai l’indépendance nécessaire à l’accomplissement de ma mission. Je n’entreprendrai rien qui dépasse mes compétences. Je les entretiendrai et les perfectionnerai pour assurer au mieux les services qui me seront demandés.

J’apporterai mon aide à mes confrères ainsi qu’à leurs familles dans l’adversité.

Que les hommes et mes confrères m’accordent leur estime si je suis fidèle à mes promesses ; que je sois déshonoré(e) et méprisé(e) si j’y manque. »

.

J’aime à lire ces textes fondateurs emplis d’une belle humanité,

souvenez-vous, nous avions relu ensemble

« La déclaration des droits de l’Homme«  , aujourd’hui voici

« Le serment d’Hippocrate » ( ici texte revu et corrigé par l’Ordre des médecins en 2012).

Ces mots nous disent l’élan fraternel qui unit les hommes, une vision du monde,

l’engagement avec humilité et désintéressement… C’est beau !

N’est-il pas important qu’une société avance

derrière des valeurs de bienveillance, de liberté, de partage et ré-union ?

.

J’ai parfois l’impression en croisant des écrans,

que certaines et certains ont oublié ces mots,

quel dommage et que de dommages,

souhaitons que notre monde prenne un autre chemin

et laissons la place à la poésie…

 .

« Il ne faut pas laisser les intellectuels jouer avec les allumettes

Parce que Messieurs quand on le laisse seul

Le monde mental Messieurs

N’est pas du tout brillant

Et sitôt qu’il est seul

Travaille arbitrairement

S’érigeant pour soi-même

Et soi-disant généreusement en l’honneur des travailleurs du bâtiment

Un auto-monument

Répétons-le Messsssieurs

Quand on le laisse seul

Le monde mental

Ment

Monumentalement. »

Jacques Prévert « Il ne faut pas » dans « Paroles » – 1946.

.

1/ « À chacun son masque  »  Ridolfo Ghirlandaio  1453-1561.  2/ « Le château de cartes »  Jean-Baptiste Siméon Chardin  1699-1779.

…..

Tenir nos engagements…

BVJ – Plumes d’Anges.

Beau miracle…

vendredi 31 décembre 2021

.

.

« Si cette vie qui bat le vent de mille maux

Est plus fragile encore qu’une bulle sur l’eau

Il est miraculeux, après avoir dormi,

Inspirant, expirant, de s’éveiller dispos ! »

.

Nagarjuna « Lettre à un ami » 1°siècle.

.

2022

Ayons foi, foi en notre pouvoir :

Inspirons la beauté, la liberté, la douceur, la tendresse…

Expirons la confusion, le mensonge, la violence, la laideur…

Croyons aux miracles, créons les miracles !!! 

Je vous souhaite LE MEILLEUR pour cette année nouvelle,

tenons-nous la main pour nous sentir plus fort(e)s,

avançons la joie au cœur.

.

Illustrations : 1/« Dans le New Hampshire »  George Inness  1825-1894  2/« Hérons blancs » Frank Weston Benson  1862-1951.

…..

Prendre un envol…

BVJ – Plumes d’Anges.

Panorama intérieur…

lundi 29 novembre 2021

.

.

« …  Colette et Lucien

Au cœur de mon prénom ma maman s’est donnée une place.

Une sorte de petit banc modeste, mais bien ancré sur ses quatre lettres,

Et toujours bienvenu, lorsque l’on a besoin d’un peu de repos, d’une halte sur sa route, d’un repaire pour inviter les siens, ou se retrouver soi-même, lorsqu’à perte de vue, il n’y a plus personne.

Elle s’appelait Colette Sabe.

À l’époque c’était le nom du mari qui primait et qui transmettait le sien à toute la lignée.

Et les jeunes filles acceptaient sans mots dire, la violence sans nom de ce marquage au fer, refoulant dans les limbes leurs rêves entrevus d’un avenir immense, que les airs de la noce avaient faits s’envoler. 

Quand je suis née, ma mère ne savait pas si je vivrais longtemps mais elle voulait laisser une trace d’elle, aussi imperceptible et définitive que l’enregistrement d’un prénom sur un registre d’État civil, aussi précise que l’entaille d’une pointe à graver sur la stèle de marbre veiné.

Pour ne jamais oublier cette mise au monde, dont elle était la reine secrète, discrète, impériale.

Alors comme l’on brode au point de croix sur le bavoir du nourrisson les lettres fondatrices de son nouveau prénom, elle a tramé dans Isabelle en douce, le fil de chaîne de son nom.

C’est peut-être là qu’a commencé ma curiosité pour les mots, pour leurs cœurs et leurs tripes et mon envie de palper, d’ausculter d’entendre, les mystères cachés dans leurs ventres gravides.

Aucun prénom n’est jamais donné au hasard, mais seul le hasard donnera du sens au vôtre…

.

Point à la lune

J’aime le point du i

Et la lune dans la nuit.

J’aime son ventre noir qu’un trait de plume souligne,

J’aime son ventre blanc porté par les ténèbres.

Et l’oreille attentive à leur matrice tressaillante

Attend patiemment,

Que les mots accouchent d’un sens,

Et la nuit de la lumière…

.

Mare nostrum

De vos naissances,

Je garderai toujours

Le souvenir vivant

De cette vague sauvage,

Puis du plaisir

Débordant et total,

Qui a déferlé sur mon corps

Pendant que vous atteigniez

La rive des humains…

.

… La femme des sables

Comment nourrir ces feuilles ?

Comment y faire germer la graine de mes mots ?

J’appelle la caresse généreuse du semeur

Sur ce lopin de terre vierge,

Je pleure les mots écrits et repris,

Le geste étroit et malhabile,

La main qui retient sans y croire

Le sable fluide et tiède de la vie…

.

… Rigoletto

La mort me serre dans son travelling,

Haletante, violente, éreintante.

Crissements de freins sur fond glissant d’autoroute,

Cris de femme et de tôle,

Entrelacs de chair et de ferraille,

Éclats d’asphalte sous pluie cinglante.

 

Aux berges des plaies encore ouvertes,

Des sourires en boursouflure

Tracent des lèvres qui ne rient plus.

 

Comme de petites bouches muettes,

D’où l’on distingue au fond

La griffe ultime de l’existence,

Trempée dans l’encre rose-sanguine.

… Coupez !… »

.

Un livre « pittoresque » qui porte le titre de « Concertina » , le mot a deux significations nous dit-on, « Le concertina est un type de fil de fer barbelé… » mais aussi « Le concertina est un instrument de musique ressemblant à l’accordéon… ».

Une très belle couverture expose à notre regard une photographie, celle d’un généreux fil d’or taché de rouge sur fond d’océan cosmique, sorte de papier reliure résultat de moult couches de peinture sur la coque immergée d’embarcations, apprend-on, – l’eau salée et le temps ont fait leur grand œuvre –   le photographe – Jacques Guyomar – est lui aussi talentueux.

Le ton est donné, nous sommes invité(e)s à suivre les notes poétiques portées sur la partition d’une vie, celle de l’auteure. Les mots chantent, dansent, jouent, chuchotent, crient… ça swingue, ça décoiffe, ça ose, les poèmes en vers ou en prose se succèdent de sa naissance à aujourd’hui, de la jeunesse au vieillissement, des faits, des impressions, des ressentis comme des bulles, l’écriture est très belle, sensuelle, le propos intime, joyeux, profond, le questionnement riche d’humanité,

l’artiste épure et épure encore, c’est magnifique,

je vous avoue là un immense coup de cœur,

à découvrir, absolument !

.

Extraits de : « Concertina »  2021  Isabelle Forno.

Calligraphies d’Ambrosius Perlingh  1657-1718.

…..

Polir nos aspérités…

BVJ – Plumes d’Anges.

Terre d’ombre…

lundi 22 novembre 2021

.

.

« … Les jambes allongées au soleil, on ne parlait pas vraiment avec Charlie, on échangeait des pensées qui nous couraient dans la tête, sans bien faire attention à ce que l’autre racontait de son côté. Des moments agréables, où on laissait filer le temps en sirotant un café. Lorsqu’il m’a dit qu’il avait dû faire piquer son chien, ça m’a surpris, mais sans plus. C’est toujours un peu triste un clebs qui vieillit mal, mais passé quinze ans, il faut se faire à l’idée qu’un jour ou l’autre il va mourir.

– Tu comprends, je pouvais pas le faire passer pour un brun.

– Ben, un labrador, c’est pas trop sa couleur, mais il avait quoi comme maladie ?

– C’est pas la question, c’était pas un chien brun, c’est tout.

– Mince alors, comme pour les chats, maintenant ?

– Oui, pareil…

.

Quelque temps après, c’est moi qui avais appris à Charlie que le Quotidien de la ville ne paraîtrait plus. Il en était resté sur le cul : le journal qu’il ouvrait tous les matins en prenant son café crème !

– Ils ont coulé ? Des grèves, une faillite ?

– Non, non, c’est à la suite de l’affaire des chiens.

– Des bruns ?

– Oui, toujours. Pas un jour sans s’attaquer à cette mesure nationale. Ils allaient jusqu’à remettre en cause les résultats des scientifiques. Les lecteurs ne savaient plus ce qu’il fallait penser, certains même commençaient à cacher leur clébard !

– À trop jouer avec le feu…

– Comme tu dis, le journal a fini par se faire interdire.

– Mince alors, et pour le tiercé ?

– Ben mon vieux, faudra chercher tes tuyaux dans les Nouvelles brunes, il n’y a plus que celui-là. (…)

Après, ça avait été au tour des livres de la bibliothèque, une histoire pas très claire, encore.

Les maisons d’édition qui faisaient partie du même groupe financier que le Quotidien de la ville étaient poursuivies en justice et leurs livres interdits de séjour sur les rayons des bibliothèques… »

.

Charlie et le narrateur nous racontent leurs journées bousculées par de nouvelles lois absurdes. Ils ferment les yeux, les acceptent, ils veulent vivre comme « avant » mais se laissent dépasser.

Un tout petit livre – onze pages écrites dans la langue de tous les jours – qui nous parle du danger de la pensée d’un seul, de la montée des totalitarismes, il nous incite à demeurer lucides, il y a toujours de vieux démons qui rodent… Une fois le processus, éternellement insidieux à ses débuts, mis en marche, il est de plus en plus difficile de s’en sortir, le peuple est bâillonné, l’ampleur des dégâts devient considérable.

Dans un pays sage, la voix – la voie – unique ne peut exister. Dans l’ombre permanente, on perd sa liberté de penser, de réfléchir, de créer. En étant soi-même, on apporte sa lumière au monde, ombre et lumière se révélant l’une par rapport à l’autre. Ensemble, nos différences nous aident à nous élever, à libérer les couleurs de la vie et exprimer notre humanité. Il est bon, me semble-t-il, de toujours parler, discuter, exprimer nos ressentis avec bienveillance, quelquefois faire silence…

J’ai vraiment aimé ce texte court et incisif, c’est un cri du cœur lancé en 1998 face à certains évènements, il est et sera toujours d’actualité.

RESTONS VIGILANTS …

.

Extraits de :  » Matin brun » 1998  Franck Pavloff  ici en audio-livre, il est bien-sûr publié en version papier aux éditions CHEYNE et en version illustrée chez ALBIN MICHEL.

Œuvre : « Saint Georges et le dragon »  – détail –  Giorgio Barbarelli dit Giorgione  1477-1510.

…..

Ne pas céder à la tentation de la facilité…

BVJ – Plumes d’Anges.

Grincements et grains semés…

lundi 11 octobre 2021

.

.

« Comment va la vie

me demande un ami

 

ça grince

de tous côtés

mais j’accorde

les grincements

et je m’en fais un orchestre

 

en attendant de jouer

un morceau

tendre comme la nuit… »

.

Et vous, quels grains auriez-vous envie de semer aujourd’hui,

pour accorder les grincements de la vie,

des grains de folie, des grains de hasard, des grains de pluie,

des grains de malice, des grains de beauté ?

N’hésitez pas à déposer ici votre grain de sel…

.

Poème de Radu Bata découvert sur le net…

Tableau : « Hommage à Goya » Odilon Redon
1840-1916.

…..

Rester en vol libre…

BVJ – Plumes d’Anges.

Monde glacial…

lundi 4 octobre 2021

.

.

« … Depuis la mort de ses parents, Clara Roussel avait une conscience aiguë de la fragilité humaine. À l’age de vingt-cinq ans , et pour le reste de son existence, elle avait compris qu’on pouvait sortir un matin, serein et confiant, et ne jamais rentrer chez soi…

.

Ce matin-là, ils s’étaient levés comme tous les matins, ignorant qu’il ne leur restait que quelques heures de bonheur, de sérénité, et que le soir même leur vie aurait sombré dans un désastre qui n’avait pas de nom. Qui pouvait imaginer cela ? Elle aurait donné n’importe quoi pour revenir en arrière. Quelques heures. Seulement quelques heures. Dire non. Voilà tout. Non, vous n’allez pas jouer dehors. Il suffisait de rien, trois fois rien…

.

… Clara se sentait parfois si triste et si décalée. Ce n’était pas nouveau. Cependant cette sensation s’était accrue au cours des dernières années et, bien que dénuée d’amertume, était devenue douloureuse. Elle avait raté une marche, un épisode, une étape. Elle, à qui on avait offert 1984 et Fahrenheit 451 le jour de ses quatorze ans, elle qui avait grandi au milieu d’adultes toujours prompts à contester les dérives de leur époque (qu’auraient pensé Réjane et Philippe de celle dans laquelle elle vivait ?), elle qui venait d’un monde où tout devait sans cesse être questionné, pensé, avait regardé le train partir sans pouvoir monter dedans. Ses parents s’étaient trompés. Ils croyaient que Big Brother s’incarnerait en une puissance extérieure, totalitaire, autoritaire, contre laquelle il faudrait s’insurger. Mais Big Brother n’avait pas eu besoin de s’imposer. Big Brother avait été accueilli les bras ouverts et le cœur affamé de likes, et chacun avait accepté d’être son propre bourreau. Les frontières de l’intime s’étaient déplacées. Les réseaux censuraient les images de seins ou de fesses. Mais en échange d’un clic, d’un cœur, d’un pouce levé, on montrait ses enfants, sa famille, on racontait sa vie. Chacun était devenu l’admirateur de sa propre exhibition, et celle-ci était devenue un élément indispensable à la réalisation de soi… »

.

Une histoire glaçante, une histoire qui est ou pourrait être vraie.

L’évolution d’un monde où des gens ne vivent plus que par

téléphones interposés, réseaux sociaux, addictions, surconsommation,

un monde qui se raconte des histoires, plonge dans la folie,

un monde où l’humain a trébuché…

Ce roman parle de la quête de reconnaissance, de l’argent qui coule à profusion,

de ces parents délirants qui gavent leurs progénitures

de produits en tous genres, de malbouffe

et qui signent des pactes avec des compagnies douteuses.

Les dégâts psychologiques qui s’ensuivent sont considérables.

C’est une histoire très forte, admirablement écrite et construite,

elle nous interroge sur les chemins empruntés par notre société,

sur ces adultes qui ne pensent plus à protéger leurs enfants,

à leur transmettre des valeurs universelles,

une histoire terrible d’une cruelle actualité.

L’art, le grand art de Delphine de Vigan est encore présent,

souhaitons que l’humanité se réveille, s’élève et se lève !

.

Extraits de : « Les enfants sont rois »  2021  Delphine de Vigan.

Illustrations : 1/ « Charité »  Abbott Handerson Thayer  1849-1921  2/ « La ville »  Mikalojus Konstantinas Ciurlionis  1875-1911.

…..

Ouvrir l’œil de la vigilance…

BVJ – Plumes d’Anges.