Puissance…

26 février 2015

.


“… On apprend à marcher à petits pas, un pied devant l’autre. On tombe ? Pas grave. Ça arrive à chacun de nous. On se relève et on repart, pour ne jamais plus ramper…

.

… La peur est une maladie insidieuse et très grave, qu’on ne peut éradiquer que quand on se rend compte de sa progression et de ses ravages en nous. Malheureusement, certains d’entre nous ne s’en apercevront jamais. D’autres se rassureront en se disant qu’ils sont juste prudents, sur leurs gardes…

.

… Existe-t-il en français une… maxime, un proverbe équivalent à

“Great oaks from little accorns grow” ?

(…) – Euh… Les petits ruisseaux font les grandes rivières, traduisis-je en anglais.

(…) – Oh, j’aime beaucoup… Je trouve cela encore plus évocateur que les chênes. Oui, une goutte d’eau, une autre, un ruisseau, une rivière, un fleuve, un immense océan. En japonais, ce serait peut-être “Chiro mo tsumoreba yama ta naru”.

- Qui signifie ?

- À force d’accumuler de la poussière, on obtient une montagne…

.

… Grains de sable, nous sommes des montagnes en devenir si nous arrêtons un jour de ne penser qu’à nous, nous-mêmes, petits grains de sable isolés. Nous sommes l’infime particule de la véritable puissance. Une puissance belle, calme, généreuse…”

.


Extraits de : “Et il me parla de cerisiers, de poussières et d’une montagne…” 2014  Antoine Paje.

Illustrations : 1/“Lac, près d’Ischl”  2/”Paysage de montagne”  Gustave Doré 1832-1883.

…..

Réaliser notre puissance…

BVJ – Plumes d’Anges.

Beau Temps…

23 février 2015

.


.

“Le temps viendra

où, avec allégresse,

tu t’accueilleras toi-même, arrivant

à ta propre porte

et chacun sourira et souhaitera la bienvenue à l’autre

et dira, assieds-toi là. Mange.

Tu aimeras à nouveau l’étranger que tu étais.

Donne du vin. Donne du pain. Redonne ton cœur

à toi-même, à l’étranger qui t’a aimé

toute ta vie, que tu as ignoré

qui te connaît par cœur…

Assieds-toi. Fais-toi une fête de ta vie.”

.


“L’Amour après l’amour” extrait de “Raisins de mer” 1976  Derek Walcott (traduction Jean-Claude Ameisen).

Illustrations : 1/“Fille au bouquet comme une allégorie au printemps”  Christian Landenberger 1862-1927  2/“Les apprêts de la soirée” (détail)  Herman Richir 1866-1942.

…..

Le temps est proche de re-connaître notre belle lumière…

BVJ – Plumes d’Anges.


Mouvement et repos…

19 février 2015

.

“Un poème est une peinture invisible.

Une peinture est un poème visible”

Guo Xi

.

.

.

.

.



“À l’homme d’intelligence plaît l’eau ;

À l’homme de bonté, la montagne.

À l’un le mouvement,

Et à l’autre le repos.”

Confucius

Tableaux : 1/“Lever de soleil sur un paysage italien” 2/“Cascade près d’Allevard” 3/“Vue sur les chutes à Tivoli” 4/Torrent à San Cosimato” 5/“Vue sur le ravin de San Cosimato” Jean-Joseph Xavier Bidault 1758-1846.

…..

Mouvement et repos, l’équilibre coule de source…

BVJ – Plumes d’Anges.


Sursaut…

16 février 2015

.

.

“… Agnès de Mille “J’étais perdue et inquiète de ne pas pouvoir faire confiance à mon échelle de valeurs… Je confesse que j’avais un désir brûlant d’être parfaite et aucune confiance de pouvoir l’être.”

Martha me dit très calmement : “Il y a une vitalité, une force de vie, une énergie, une accélération qui se traduit en action à travers toi, et parce qu’il existe un seul exemplaire de toi dans toute l’éternité des temps, cette expression est unique. Et si tu la bloques, elle n’existera plus jamais par un autre canal et sera perdue. Le monde ne l’aura pas. Ce n’est pas ton affaire de décider combien elle est bonne, ni combien elle est valable, ni si elle est comparable à d’autres expressions. C’est ton affaire de te l’approprier clairement et sans détours, de garder le canal ouvert. Tu n’as même pas à croire en toi ou en ton travail. Tu as à te garder ouverte et consciente des élans qui te motivent. Garde le canal ouvert…”

Extrait de : “La vie et le travail de  Martha Graham”  Agnès de Mille 1905-1993

(Extrait découvert sur le très beau site Sankalpa )

Photographie : “Danse” Yva 1900-1942.

…..

Se centrer pour s’ouvrir à la danse de la vie…

BVJ – Plumes d’Anges.


Ligne de vie…

12 février 2015

.

.

“… Car toujours revient la question

comment

dans la mouvance des choses

choisir les éléments

fondamentaux vraiment

qui feront du confus

un monde qui dure

et comment ordonner

signes et symboles

pour qu’à tout instant surgissent



des structures nouvelles

ouvrant

sur de nouvelles harmonies

et garder ainsi la vie

vivante

complexe

et complice de ce qui est –

seulement :

la poésie.”

.

.

Trouver l’inspiration entre ciel et mer…

Extrait de : “Le grand rivage” 1980 Kenneth White.

Illustrations : 1/“Mer d’orage sur les falaises” 2/“Au large des Cornouailles” 3/“Vagues et rochers”   William Trost Richards 1833-1905.

…..

Naviguer poétiquement sur l’océan de la vie…

BVJ – Plumes d’Anges.

Harmonie partagée…

9 février 2015

.

.

” Dans une petite ville entre les collines, un mendiant erre dans les ruelles tortueuses et sordides. Il parvient à la place du marché, quelqu’un le bouscule, il s’assoit sur une pierre levée, on lui sert un bol de soupe de riz. Puis il va vers la rivière, tout le long s’étalent les échoppes. Le mendiant se met à son endroit favori près du pont de l’Harmonie.

Parmi les échoppes se trouve une boutique en bois rouge sans enseigne, la boutique du marchand de thé. Le mendiant observe la foule aller et venir. Un homme riche et bien vêtu entre dans la boutique. C’est la première fois qu’il le voit. On n’entend rien, on ne sait ce qui se dit mais, quand l’homme ressort, le marchand sur le pas de la porte, le salue profondément. L’homme porte une boite en laque que le mendiant reconnaît : c’est un thé de collection, rare, qui vient des montagnes lointaines. Le mendiant interroge, on lui répond que cet homme est un amateur de thé réputé, poète également. Il vit dans le quartier des vastes demeures qui se trouvent derrière le temple de la Paix Sublime. Le mendiant va de ce côté.

À la porte d’entrée de la maison de l’amateur, il répond au portier qu’il est venu goûter le thé : “Votre maître a la réputation d’être un amateur, un grand connaisseur de thé, je désire parfaire ma connaissance et éprouver nos goûts.”

Le serviteur rapporte ses paroles à son maître. Celui-ci a des sentiments mêlés, il est surpris, intrigué, flatté et heureux d’une possible rencontre. Il le fait entrer. Le maître découvre dans ce mendiant un homme agréable et cultivé, il l’invite dans le jardin.

Dans le pavillon de la Lune Pourpre, on prépare le thé. La cascade résonne, son ténu entre les bambous, qui rafraîchit cet après-midi d’été. Le mendiant apprécie : “Ce thé est un thé de printemps de première récolte, mais la théière est trop neuve, cela amoindrit le goût !”

En effet, le serviteur l’avoue. Le maître est impressionné de sa sûreté de jugement. Le mendiant ajoute qu’il peut améliorer le goût. Comment ? s’exclame le maître. Comme ceci, et le mendiant sort de la manche de sa veste une théière. Une petite théière, ronde, de terre cuite brun foncé. Le couvercle est surmonté d’une tortue tête levée. Théière polie par les années, couverte de la patine des mains… Elle l’accompagne depuis des années, depuis toujours, murmure-t-il, le regard embué…

Le mendiant prépare le thé. Excellent !

Avec respect, le maître prend la théière, regarde dedans. La paroi est tapissée d’une épaisse couche. Il la tourne dans ses mains. Reflets profonds. Traces de chaque thé bu, accumulées…

Autrefois, le mendiant, amateur lui aussi, possédait des théières fabuleuses, pièces uniques dans lesquelles il buvait des thés assez rares. Puis, un jour, le vent a tourné, les affaires moins bonnes, il a tout vendu. Sauf cette théière qu’il porte sur lui. Le maître veut l’acquérir, il propose un bon prix, le mendiant refuse ! Le maître pose le double de la somme, le mendiant accepte de vendre ! Il vend la moitié de sa théière !

Chaque jour, le mendiant vient chez l’amateur. Dans le pavillon de la Lune Pourpre, l’amitié résonne entre cascade et bambou. Le maître offre le thé, il le fait préparer dans la théière qu’offre le mendiant. Tous deux partagent ce moment… Harmonie parfaite…”

.


Extrait de : “Contes de la chambre de thé” 2010  Sophie de Meyrac.

Illustrations : 1/ et  2/  “Fleurs de Lotus” Peintre anonyme – Chine XVIIème.

…..

Clarté lumineuse de l’harmonie partagée…

BVJ – Plumes d’Anges.

Magie blanche…

4 février 2015

.

.

“… Vouloir comprendre, c’est chercher à reconquérir un savoir perdu…

.

… Le soleil se couche sous les nuages, comme de l’essence en feu.

La couche de glace s’est formée l’année dernière dans l’océan Arctique. De là, elle s’est développée entre le Svalbard et la côte est du Groenland, a descendu jusqu’au cap Farewell et a été poussée le long de la côte ouest.

Elle a été créée dans la beauté. Un jour d’octobre, la température chute de 30° en quatre heures, la mer est immobile, un miroir prêt à refléter un miracle de la création.  Les nuages et la mer tissent ensemble un rideau de soie grise. L’eau devient visqueuse et légèrement rosâtre, pareille à de la liqueur de myrtilles. Des nappes bleutées montent à la surface de l’eau et glissent sur le miroir. L’eau se solidifie. Le froid fait émerger de la mer sombre un jardin de roses blanches, un tapis de cristaux d’eau de mer. Ils ont une durée de vie de quatre heures à deux jours.

À ce moment, la structure des cristaux de glace est basée sur le chiffre six. L’eau figée dessine un nid d’abeilles entourant un hexagone, six bras se tendent vers six autres cellules qui, à leur tour, se divisent en hexagones – comme le montrent les photographies prises avec avec un filtre de couleur et fortement agrandies.

Puis se forme le frasil, la glace pelliculaire, la glace en crêpes dont les plaques gèlent et donnent naissance à des glaçons flottants – les floes. La glace décompose les molécules de sel, la mer gèle par dessous. La glace se brise. Le tassement, les précipitations et le gel créent cette surface ondulée. Pour finir, la glace se dilate et dérive.

Au loin, c’est le hiku, la glace éternelle…”

.

… – Pour les gens qui ont de la ressource, les choses arrivent comme elles doivent arriver. Elles ont l’air de coïncidences mais, en fait, elles sont nécessaires…”

.


Extraits de : “Smilla et l’amour de la neige” 1992  Peter Hoeg.

Illustrations : 1/“Allégorie de l’hiver” (détail)  Jersy Siemiginowski-Eleuter 1660-1711  2/“Allégorie de l’hiver” (détail)  Ambrogio Lorenzetti 1285-1348.

…..

Entre le ciel et la terre, juste le miracle de la Création…

BVJ – Plumes d’Anges.

Privilège…

2 février 2015

.

.

Vénérer en chaque être le Bouddha à venir.

“Julley” est la salutation du Zanskar. Exprimé avec respect, “Julley” signifie : “Je vénère le dieu qui est en toi.” On joint alors les mains à la hauteur de la poitrine.

“Julley” signifie aussi “bonjour, au revoir, merci, bonne chance, c’est assez, s’il te plaît” suivant l’intonation avec laquelle on le prononce et la gestuelle qui l’accompagne.

Gestes et paroles sont intimement liés.

Si l’on offre ou si l’on reçoit un objet, on le fait toujours des deux mains, la gauche légèrement en retrait, car ce qui nous est offert est une grâce, ce que l’on donne à l’autre est une offrande.

Rien n’est jamais dû. Recevoir ou donner est toujours un privilège.”

.

Honorer l’être lumineux qui est en chacun…

Extrait de : “Si loin des Hommes, si près des Dieux” 1997  Olivier Föllmi.

Illustration : Chaine de l’Himalaya – Photo de la NASA.

…..

Rien n’est jamais dû dans la vie…

BVJ – Plumes d’Anges.

Lumineux voyage…

29 janvier 2015

.


.

“… Lorsque nous étions réunis à table, et que la soupière fumait, maman disait parfois :

“Cessez un instant de boire et de parler”.

Nous obéissions. “Regardez-vous” disait-elle doucement.

Nous nous regardions, sans comprendre, amusés.

“C’est pour vous faire penser au bonheur” ajoutait-elle.

Nous n’avions plus envie de rire. “Une maison chaude, du pain sur la nappe, des coudes qui se touchent, voilà le bonheur” répétait-elle à table, puis le repas reprenait tranquillement.

Nous pensions au bonheur qui sortait des plats fumants, qui nous attendait au soleil, dehors, et nous étions heureux.

Papa tournait la tête, comme nous, pour voir le bonheur jusque dans le fond du corridor, en riant, parce qu’il se sentait visé. Il disait à ma mère : “Pourquoi tu nous y fais penser à ce bonheur ?”

Elle répondait : “Pour qu’il reste avec nous, le plus longtemps possible…”

.

Extrait (trouvé sur le net) de : “Les pieds nus dans l’aube” Félix Leclerc 1914-1988.

.

Que diriez-vous d’un lumineux voyage au pays des papilles ?

Mes ancêtres du bout de la terre faisait ce gâteau,

et j’avoue que plus j’avance en age, plus je le trouve extraordinaire,

il a le goût du bonheur !!!

.

.

FAR BRETON

.

Ingrédients : 250 g de farine, 200 g de sucre roux, 1 litre de lait entier cru, 4 oeufs, une pincée de sel, environ 250 g de pruneaux (trempés 2  heures dans du thé), 2 cuillères à soupe de rhum, un peu de beurre pour le plat.

.

Réalisation :

Battre les œufs et le sucre dans une terrine, ajouter petit à petit (pour éviter que ne se forment des grumeaux) la farine et le lait puis le sel et le rhum. Verser dans un plat en porcelaine ou en terre émaillée largement beurré, disperser les pruneaux et enfourner environ 10 minutes à 220 ° et 50 minutes à 200°. Laisser refroidir dans le four, porte fermée. Vous pourrez le servir avec une bolée de cidre, le bonheur n’en sera que plus grand !

.

Illustration : “Atlas-Carte de Bretagne et de Normandie“  Gerardus Mercator 1512-1594.

Photos PJ.

…..

Faire silence pour entendre le souffle du bonheur…

BVJ – Plumes d’Anges.

Sources ressourçantes…

26 janvier 2015

.

.

“… ” Ce sont les différents besoins dans les différents climats qui ont formé les différentes manières de vivre, et ces différentes manières de vivre ont formé les diverses sortes de lois.”

Montesquieu – “L’Esprit des lois”.

La question qui surgit, immédiate, est de savoir si ces réponses singulières sont archaïques, c’est-à-dire dépassées au regard de notre développement et de nos “progrès modernes” : trop singulières pour nous concerner, car trop éloignées de nos modes de vie contemporains ? Ou si elles nous concernent, pourquoi et en quoi ? Pour progresser, il faut s’attacher à identifier ce que nous avons de commun, ce que nous avons de singulier, et ce que nous pouvons éventuellement apprendre de l’espace qui s’ouvre entre nous. La réponse est là, évidente, qui devrait nous sauter aux yeux. Que nous soyons kogi, inuit, touareg, parisienne, qatari ou danois, nous sommes toutes et tous confrontés à une seule et même question que nous pourrions formuler ainsi : comment sur nos chemins de vie grandir en conscience, apprendre à vivre ensemble, en interdépendance avec des espaces naturels limités, en tenant à distance violence et barbarie ? ou, dit autrement, comment “être” humains ensemble ?…

.

… Dans nos sociétés modernes, profanes, nous nous sommes mis en dissonance avec la nature, nous ne puisons plus nos réponses dans le vivant, ses principes et son organisation. Nous préférons les imaginer et les faire évoluer au gré de nos envies de transformation, de nos peurs, de nos pulsions et de notre conscience fluctuante du réel. C’est ainsi que nous avons inventé des lois et des règlements qui ne s’inscrivent plus dans le prolongement des principes du vivant, mais qui, au contraire, s’en éloignent pour les soumettre au risque – contradictoire – du déséquilibre et de la mort. Nous avons appelé cela la “Liberté”. Mais de quelle liberté s’agit-il, qui oppose la Loi des hommes à celles de la Nature ? Des députés qui s’auto-amnistient, les limites d’un parc national qui fluctuent selon nos besoins, des ressources naturelles que l’on exploite sans limites, faisant passer pour rétrograde celui qui émet l’ombre d’un doute…

.

… “Les indiens luttent comme ils peuvent pour rester indiens dans leur diversité sur des terres indiennes. Ils supportent en silence les jugements de valeur, les regards condescendants de la société occidentale qui, non contente de les reléguer dans les zones les plus difficiles ou inhospitalières, les menace d’éradication, réduisant les derniers survivants à la mendicité et à la dépendance. Pendant ce temps, cette société occidentale, prétendument “civilisée”, au nom du développement et de façon aveugle et inconsciente, travaille à la disparition de la planète. Quelle est cette société “occidentale”, noyée sous des études, des expertises, saturée de centres de recherche universitaires, d’études et d’analyses de haut niveau, qui refuse de voir et d’entendre ce qui compose son environnement, qui se contente d’utiliser ce qu’elle y trouve et de le jeter en fonction de ses besoins ? Que lui a apporté l’exploration de l’espace, la recherche de nouvelles formes de vie, sinon l’opportunité de pouvoir les détruire, puisqu’elle ne comprend pas et détruit systématiquement toute vie sur terre, jusqu’à sa propre vie ? Quelle est cette société qui dispose de connaissances, mais qui refuse de connaître et de rencontrer les savoirs et les connaissances des communautés indiennes  ? Cette société qui, au nom d’une prétendue civilisation ou d’un prétendu développement, se permet de marquer les autres, les Indiens, de l’étiquette d’”archaïques” ou de “sauvages” ? Quelle erreur et quel aveuglement, car être “sauvage” pour les Indiens, c’est être libre. L’homme capable d’établir une relation avec les arbres, les rivières, l’air qu’il respire ou l’eau qu’il boit est un homme libre. Quelle tristesse de voir l’usage que nous faisons de notre intelligence, ces énergies, ces compétences que nous mobilisons pour augmenter notre capacité de destruction.”

.

… Nous sommes au monde, mais nous ne le percevons plus…”

.


Extraits de : “Voyage dans le monde de Sé” 2014  Eric Julien.

Tableaux : 1/“Chutes de Tequendama, près de Bogota”  Frederic Edwin Church 1826-1900  2/“Au fond des rocheuses”  Albert Bierstadt 1830-1902.

…..

S’enrichir d’autres regards…

BVJ – Plumes d’Anges.