Des marches…

22 avril 2015

.


.

“… En ville, la ronde des pensées d’Harold s’était figée. Mais maintenant qu’il était revenu en plein air, les images naviguaient de nouveau librement dans son esprit. En marchant, il libérait le passé qu’il cherchait à éviter depuis vingt ans, et ce passé bavardait et folâtrait comme un fou dans sa tête avec son énergie propre.

Harold n’envisageait plus la distance en termes de kilomètres. Il la mesurait avec ses souvenirs…

.

… Harold était persuadé que son voyage débutait pour de bon. Il croyait l’avoir entamé au moment où il avait décidé de gagner Berwick à pied, mais il comprenait maintenant qu’il s’était montré naïf. Les départs pouvaient avoir lieu plus d’une fois, ou prendre des formes différentes. On pouvait se croire en train de recommencer alors qu’en réalité ce qu’on faisait continuait comme avant. Il avait affronté ses insuffisances, il les avait surmontées et donc c’était seulement maintenant que les choses sérieuses commençaient pour la marche…

.

… Il visita la cathédrale et s’assit dans la lumière froide qui se déversait sur lui. Il se souvenait que des siècles auparavant, des hommes avaient construit des églises, des ponts et des navires qui, à bien y réfléchir, étaient autant d’actes de foi et de folie. Discrètement, il se mit à genoux et sollicita une protection pour ceux qu’il avait laissés derrière lui et ceux qu’il allait rencontrer. Il demanda qu’on lui donne la volonté de poursuivre sa route. Et il s’excusa de ne pas être croyant…

.


.

… Harold fit un bout de chemin avec ces inconnus tout en les écoutant. Il ne portait de jugement sur personne (…) il avait un peu de mal à se souvenir si l’inspecteur des impôts était dépourvu de chaussures ou s’il portait un perroquet sur l’épaule. Tout cela n’avait désormais plus d’importance. Il avait appris que chez les autres, c’était cette petitesse qui l’émerveillait et l’attendrissait, et aussi la solitude que cela impliquait. Le monde était constitué de gens qui mettaient un pied devant l’autre ; et une existence pourrait paraître ordinaire simplement parce qu’il en était ainsi depuis longtemps. Désormais Harold ne pouvait plus croiser un inconnu sans reconnaître que tous étaient pareils et que chacun était unique ; et que c’était cela le dilemme de la condition humaine.

Il marchait d’un pas si sûr que c’était comme s’il avait attendu toute sa vie le moment de se lever de sa chaise…

.

… “…Ce rétablissement est quelque choses d’inhabituel. Je ne sais comment vous avez fait. Mais c’est peut-être de cela que le monde a besoin. Moins de raison et plus de foi…”…

.

… De nouveau, il ressentit profondément l’impression d’être en même temps à l’intérieur et à l’extérieur de ce qu’il voyait ; d’être à la fois connecté et de passage. Il commença à comprendre que c’était également vrai de sa marche. Il faisait et il ne faisait pas partie des choses (…) Il s’apercevait que lorsque quelqu’un se mettait à l’écart de ce qu’il connaissait et n’était plus qu’un passant, les choses inconnues prenaient un sens nouveau. Dans cette optique, il était important qu’il accepte de suivre son instinct et non pas l’avis des autres…

.

… “… Quand on s’arrête et qu’on écoute, on n’a pas de raison d’avoir peur de quoi que ce soit…”…”

.


Extraits de : “La lettre qui allait changer le destin d’Harold Fry” 2012  Rachel Joyce.

Tableaux : 1/”Plage près de Trouville”  2/”Forêt de Fontainebleau”  3/”Bord de mer à Palavas”  Gustave Courbet 1819-1877.

…..

Suivre son intuition…

BVJ – Plumes d’Anges.

Merveilleux moelleux…

20 avril 2015

.

.

“… Connais-tu le pays où fleurit l’oranger,

Le pays des fruits d’or et des roses vermeilles,

Où la brise est plus douce et l’oiseau plus léger,

Où dans toute saison butinent les abeilles,

Où rayonne et sourit, comme un bienfait de Dieu,

Un éternel printemps sous un ciel toujours bleu…”


La délicatesse des vers de Goethe est à l’image de celle de ce gâteau…

Pour fêter la saison nouvelle,

son exquise légèreté vous fera chavirer vers un monde enchanteur,

vous ne regretterez pas le voyage…

.

.

MOELLEUX À L’ORANGE

(recette de Martha Stewart)

.

Ingrédients : 1 tasse ( 240 ml) de farine tamisée – 1/2 tasse + 2 c.à s. de sucre en poudre – 1/2 c.à c. de levure chimique – 1/2 c.à c. de bicarbonate de soude – 1 pincée de sel – 1/2 tasse de beurre fondu – le zeste et le jus d’une orange bio – 1 yaourt au lait entier – 2 petits œufs.

.

Réalisation : mélanger tous ces ingrédients dans l’ordre d’énumération. Verser cette pâte dans un moule beurré et enfourner 30 à 35 minutes à 180° (200° dans mon four). Démouler et saupoudrer largement de sucre glace après refroidissement.

.

Tableau : “Orange”  Rafael Romero Barros 1832-1895.

Photos BVJ

…..

Réveillons en nous les charmes de la gourmandise…

BVJ – Plumes d’Anges.

Invisibles liens…

16 avril 2015

.

.

“… Le secret qui donne accès à la compréhension profonde de soi-même, des autres et des phénomènes est d’une grande simplicité. Il consiste à comprendre que tout est relié. Tout est interdépendant. Tout est unifié. Je rencontre bien des personnes dont la vie est douloureuse parce qu’elles n’ont pas compris cela. Elles souffrent de se sentir séparées – faute de réaliser que le monde extérieur et leur monde intérieur sont nés ensemble. Depuis toujours je sais que la vie universelle vit à travers moi. Mes souvenirs les plus anciens sont éclairés de joie – la joie du grand corps du monde s’animant dans mon corps d’enfant…

.

… J’ai eu la chance de grandir dans un monde où l’on célébrait le don de la vie, dans une communion des hommes et de la nature. Depuis, la pollution des éléments s’est étendue à la terre nourricière, à l’eau des fleuves et des océans, à l’air que nous respirons. Cela, sur les cinq continents. Il en résulte un sentiment de profonde insécurité. Grande est la difficulté de trouver la paix intérieure, quand on a perdu l’ancrage instinctif dans l’unité du vivant.

J’ai grandi avec une sensation de vitalité, à la fois centrée en moi et ouverte. C’était une énergie partant de mon esprit vers l’infini et me revenant sous forme d’une vibration d’amour universel. En y repensant, je me dis que, sur le Toit du monde de mon enfance, la notion de limites n’existait pas…

.

.

… Je n’ai parlé à personne de l’expérience de la prison. Ni à mes proches. Ni à mes maîtres. Lorsque j’ai rencontré le Dalaï-lama après mon évasion, je n’ai pas eu besoin de lui décrire mon supplice. Il ne sait que trop ce qui se passe dans les prisons du Toit du monde. Sans me poser aucune question, il m’a serré contre lui, dans une étreinte silencieuse. Puis il a simplement dit ” Trois mois d’emprisonnement et de torture ! C’est une épreuve terrible ! Mais pour d’autres, ça dure dix ans, vingt ans ! Certains en meurent !”

J’ai compris à quel point il est important de relativiser ses souffrances et de ne pas s’enfermer dans un passé douloureux, ce qui prolonge indéfiniment le calvaire subi. On devient alors son propre bourreau…

.


.

… Avec bienveillance, Geshe Ake Gyupa me mettait en garde contre les fausses interprétations préjudiciables à ma pratique. Il insistait sur un point en particulier : “On traduit tsa par “canal” mais n’oublie pas que, littéralement, ce mot signifie “racine”. La racine, sous terre, est invisible. Mais c’est elle qui transforme l’énergie de la terre mère en sève nourricière. De même, dans notre corps, les canaux restent invisibles. Ils n’apparaissent pas à la manière des vaisseaux sanguins, des nerfs ou des tendons. Car ils sont immatériels, de la nature de l’esprit. Pourtant c’est dans ces canaux subtils que le corps puise son énergie et que la vie circule. Seuls des êtres clairvoyants, qui ont développé la vision interne, peuvent voir le réseau de canaux éclairant de l’intérieur le corps physique. La terre des canaux est ton esprit. Tu peux les animer et les contrôler en méditation, par l’esprit.”…

.

… La compassion est une énergie de guérison car elle purifie les poisons mentaux et rend ainsi possible l’accès au niveau subtil de l’esprit…”

.


“La méditation m’a sauvé”  2014  Phakyab Rinpoche.

Photos BVJ

…..

Sentir en soi les battements de l’univers…

BVJ – Plumes d’Anges.


Brins de pensées…

13 avril 2015

.

.

“… Dès l’instant où je l’ai vu, j’ai su qu’il m’était destiné, dis-je à Perla.

-Oui, les êtres destinés à s’aimer se reconnaissent tout de suite…

.

… Les gens ne correspondent pas toujours à leur apparence, constate-t-il enfin. On a tous un secret quelque part…

.

… De temps à autre, je disais à ma mère que ça m’attristait d’attendre en vain qu’une bonne camarade vienne sonner à la porte pour demander si je voulais sortir jouer. Elle répliquait que la vie se résume à attendre et qu’on sous estimait la valeur de l’ennui dans la société contemporaine. Le vide de l’ennui recélait d’innombrables possibilités et engendrait des créations remarquables. Les plus grandes œuvres de l’esprit humain étaient précisément issues de l’ennui – crois-tu peut-être que Brahms ne s’est jamais ennuyé ? me grondait-elle. Si je lui avais répondu que je souffrais, elle m’aurait rétorqué que la souffrance alliée au désir était précisément à la base de toute créativité. Et elle n’aurait sans doute pas manqué d’ajouter : On se souvient de la souffrance l’espace d’une demi-journée ; c’est le poète qui lui confère sens et durée. Car l’homme tourmenté est en quête de beauté…

.

… Il faut multiplier les expériences pour grandir et s’ouvrir au monde…

.

… La vie bifurque constamment. Il n’est pas de personne plus mûre que celle qui change sept fois par semaine sa façon de penser…”

.


Extraits de : “L’exception” 2012   Audur Ava Olafsdottir.

Tableaux : 1/“Jeune femme en bleu arrangeant un bouquet” 2/“Autoportrait”  Frederick Carl Frieseke 1874-1939.

…..

De brin en brin, se fait et se défait le bouquet de la vie…

BVJ – Plumes d’Anges.

Sève…

10 avril 2015

.

.

“… Au printemps, la neige fond sur les collines, et la terre la boit. Le soleil est encore si pâle, comment croire que c’est lui qui fait fondre l’hiver ? Les arbres gouttent et battent de sève, les torrents s’agitent et craquent et les pierres éclatent dans la mousse. La neige et la glace s’en vont par plaques. Couvertures, draps arrachés aux matelas bosselés. Les glaciers fondent, cerveaux de la montagne, ils sourdent de leur vallée, coulent lentement, retenus par leur gélatine plissée qui finit par lâcher : rien ni personne ne peut les arrêter…

.

… Avec Joseph, je travaille pour de vrai, je plonge et replonge mes jeunes mains dans la terre, jambes pliées, dos courbé. Ensemble, nous semons, et les pousses vert clair sortent de la terre. Nous traçons des parcelles, nous les ensemençons et elles produisent. Les légumes poussent, ils fleurissent, les fleurs deviennent des fruits que nous regardons grossir, se colorer, et les framboises, et les groseilles, les herbes aromatiques, le fumier, la pluie, le soleil, l’engrais vert, les influences lunaires…

.

… “Raconte-moi les oiseaux, Jeff.

- C’était des animaux qui volaient. Comme quand on nage, tu vois ? mais dans l’air. Ils n’agitaient leurs bras qui s’appelaient des ailes que pour atterrir ou pour décoller. Le reste du temps, ils planaient. Comme on fait la planche, mais eux, dans le ciel. Et leur chant, le bruit qu’ils faisaient, comment te le décrire…”

Il fait grincer la porte, tourne un doigt mouillé sur le haut d’un verre en cristal ou souffle dans la conque de ses mains refermées. (…)

“Qu’est-ce qu’ils mangeaient, les oiseaux ?

- À l’origine, du grain, des insectes, des baies. Ensuite, n’importe quoi. C’est ça qui les a tués. Un genre de farine, du mouton en poudre, je crois. Nous aussi, on les mangeait.



- Pour pouvoir voler ?

- Non, parce que c’était bon. (…)

J’ai du mal à y croire. Des animaux qui nageaient dans le ciel sans tomber. Dix mille fois plus gros que n’importe quel insecte. De leurs plumes, on bourrait les couettes et les oreillers, il paraît.

- “Des canards, des hiboux, des aigles…

- Encore.

- Des moineaux, des pintades, des corbeaux, des hirondelles…”…

.

… La douleur est peut-être un organisme vivant, invisible mais réel, qui habite à l’intérieur de notre corps. Parfois, il se réveille, s’agite violemment, mais le reste du temps, il dort…

.

… Les jours rallongent. L’air est si doux qu’on s’appuit sur nos bêches, pour respirer. L’heure dorée nous illumine. Jeff sent la terre, la tige de tomates, le vert, et il m’embrasse moi qui sens la ville, la poussière et le gasoil du bac. Jeff me prend dans ses bras, me serre fort et danse avec moi.

“Attention, les salades !” je ris.

On enjambe la frontière de paille de cheveux coupés, on sort du potager et on danse, sans musique, tous les deux, sur l’herbe vert vif en train de repousser. On tournoie dans la lumière dorée, l’air est tendre, on se presse l’un contre l’autre, des figures que je croyais oubliées, on se croise, on se retrouve, on danse à en perdre le souffle…”

.


Extraits de : “Monde sans oiseaux” 2013 Karin Serres.

Illustrations : 1/“Oiseau mécanique” 1688  Photothèque allemande 2/“Marécages” Denis Miller Bunker 1861-1890   3/Etude pour une illustration de Dante Gabriel Rossetti 1828-1882.

…..

S’enrichir de la sève ardente de l’univers…

BVJ – Plumes d’Anges.

Doux rêves…

7 avril 2015

.

“Ceux qui rêvent éveillés ont conscience de mille choses

qui échappent à ceux qui ne rêvent qu’endormis.”

Edgar Allan Poe

Dessin publicitaire- Manufacture James Pyle-1900

…..

Imaginer puis laisser faire la vie…

BVJ – Plumes d’Anges.

Eclore…

3 avril 2015

.


.

Nous sommes tous à la recherche d’un autre monde,

avec plus d’amour, de joie, de partage…

et si nous ne pouvons l’atteindre, “l’autre” en est responsable.

Pourquoi ne pas croire en notre pouvoir ?

Nos pensées sont créatrices,

ne serait-il pas temps de les transformer dans un nid de bienveillance ?

Quelles valeurs voulons-nous voir éclore ?

Ne l’oublions-pas, tout se passe d’abord à l’intérieur de nous…

.

.

BELLES FÊTES DE PÂQUES À TOUTES ET À TOUS.

Illustrations : 1/“Oeuf de Vautour fauve”  Henry Seebohm 1832-1895  2/“Oeufs et nid de pinsons” John Gerrard Keulemans 1842-1912.

…..

Couver des yeux notre regard intérieur…

BVJ – Plumes d’Anges.

Règles d’or…

31 mars 2015

.

.

“… Le Qi-Kong l’aurait-il vraiment sauvée ?

Un jour, en visitant le temple de Tao, j’appris par hasard qu’un moine pratiquait cette magie. Alors je demandais un entretien et lui posais une question assez agressive : De quelle façon votre Qi-Kong prétend-il soigner le corps humain ? Le moine taoïste ne fut pas du tout vexé, il me sourit avant de m’expliquer avec patience : Tout objet dans l’univers, comme l’univers lui-même, se maintient dans un équilibre complet, le Yin et le Yang doivent être rigoureusement égaux, un rien de plus ou de moins dans la balance du positif-négatif, et l’objet se détruit et se transforme en un autre. Dans le corps humain, le Yin et le Yang sont représentés par deux Qi qui s’entretiennent, qui s’alimentent, et qui bien sûr perdurent. L’un est le positif l’autre le négatif, l’un le chaud l’autre le froid, l’un la joie l’autre la tristesse, l’un la bonté l’autre la méchanceté, l’un la force l’autre la tendresse, l’un l’amour l’autre la haine, l’un la beauté l’autre la laideur, l’un le mouvement l’autre l’immobilité… Ces deux Qi tourbillonnent ainsi chaque seconde dans notre être et nous font agir selon le côté fort de l’instant. C’est pourquoi une même personne peut paraître méchante ou bonne à des moments différents, et tombe malade ou recouvre la santé selon les circonstances. La maladie de quelqu’un revient ainsi à un agissement incorrect de ses Qi…

.

… “L’homme et le ciel ne font qu’un, notre corps est un univers en petit, chacune de nos cellules est un amas d’étoiles.”…

.

… “Est-ce facile d’apprendre à canoter ? demandai-je un jour à ma mère.

- Oui, c’est facile lorsqu’on sait déjà nager.

- Mais je veux dire faire de la barque, insistai-je, quel rapport avec nager ?”

Ma mère eut un sourire presque moqueur avant de me répondre :

“Parce que, sachant nager, tu ne te soucieras plus de l’eau. Comme on dit : un bon nageur oublie l’eau. Alors tu canoteras comme si tu marchais sur le sol…”…

.

… ” Devant mon temple, dans la montagne de Jio-Hua, une vieille femme qui vend des bougies pleure tous les jours. On la surnomme la Dame aux sanglots. Un jour, je lui ai posé une question :

“Pourquoi pleures-tu ?

- J’ai deux filles, me répondit-elle, l’aînée a épousé un marchand de chaussures, et la cadette un vendeur de parapluies. Quand il fait beau, je pense que personne n’achète les parapluies de ma pauvre petite fille et lorsqu’il pleut, je m’inquiète pour ma fille aînée qui ne vendra sûrement pas ses chaussures. Voilà pourquoi je pleure.”

“Alors je lui ai dit qu’elle devait inverser l’ordre de ses filles, penser à sa fille marchande de parapluies quand il pleut et à sa fille aînée qui vend bien ses chaussures quand il fait beau. C’est ce qu’elle a fait, et la joie ne la quitte plus.”…

.

… La connaissance de l’Univers ne réside pas dans la quantité ni dans la qualité des concepts que nous faisons sur Lui, mais dans la profondeur et dans la finesse de ce que nous sentons de Lui…”

.


Extraits de : “Le cercle du petit ciel” 1992  Ya Ding.

Illustrations : 1/“Mes enfants”  Abbott Handerson Thayer 1849-1921   2/“Soleil”  Mikalojus Konstantinas Ciurlionis 1875-1911.

…..

Affiner nos perceptions…

BVJ – Plumes d’Anges.

Sage message…

29 mars 2015

.

IL NOUS FAUT NOUS RESSAISIR, NOUS RECENTRER…

.

.

Si parole leur était donnée, qu’auraient donc à nous dire

ces fleurs de printemps

laissant exploser joyeusement la vie ?…

.

.

- Hâtons-nous,

abandonnons ce qui nous dérange,

soyons tout à la création du nouveau…

.

.

… Portons notre regard vers la beauté du monde,

laissons-nous envahir

par cette mystérieuse perfection…

.

.

… Faisons confiance à l’énergie qui nous habite,

laissons-la circuler, sans peur,

accueillons ce printemps intérieur…

.

.

Pas de temps à perdre en vaines critiques,

les mots doux demandent à prendre racine,

ils veulent fleurir dans le quotidien des hommes,

POURQUOI LEUR FAIRE BARRAGE ?

.

.

“Matin de printemps

mon ombre aussi

déborde de vie”

Kobayashi Issa

.

Photos BVJ

…..

S’unir à la beauté du monde…

BVJ – Plumes d’Anges.

Que sais-je ?…

26 mars 2015

.

.

Que sais-je ? Pas grand chose mais j’observe…

Le monde inspire, le monde expire…

Des gens souffrent,

notre esprit et notre cœur aimeraient tant savoir :

pour quelle raison un oiseau de métal est-il devenu poussière ?

Nous questionnons, nous cherchons à comprendre,

que veut nous dire la vie ?

Peut-être faut-il faire silence,

regarder ailleurs,

plus loin, plus haut ou, au contraire, plus à l’intérieur de nous-même :

si nous sommes en paix, le monde sera lui-aussi en paix,

face à ces tragédies, nous nous devons d’élever nos vibrations.

.

Photos BVJ

…..

Savoir la vie…

BVJ – Plumes d ‘Anges.