Célestes nourritures terrestres…

4 décembre 2016

.


.

Un lever de soleil, un bord de mer,

une forêt, un rire d’enfant,

une main offerte, une main tendue,

une musique de Mozart, un gâteau fait maison,

un flocon de neige, un hasard heureux,

un instant d’ivresse, une plume d’oiseau,

un champs de pâquerettes, un repas partagé,

un livre de François Cheng, un moment de tendresse,

un petit voyage, une nuit étoilée,

une infinie douceur, un bouquet de pivoines,

un couple d’amoureux, un instant de silence,

un sourire complice, un long baiser,

un brin de générosité, une gaieté légère,

une secrète lumière, une pensée aimante,

un rêve éveillé, un décor harmonieux,

une balade en montagne, un croissant de lune,

un parfum poudré, un air de paradis…

.

À VOUS DE CONTINUER LA LISTE DE CES PETITS BONHEURS

QUI ILLUMINENT CHAQUE JOUR,

ELLE EST SANS FIN ME SEMBLE-T-IL,

À NOUS DE PRENDRE CONSCIENCE DE CES MERVEILLES…

.


Illustrations : 1/“Danaë” (détail)  Orazio Gentileshi 1563-1639   2/“Roses trémières” Adelia Armstrong Lutz 1859-1931.

…..

Il est l’heure de s’éveiller…

BVJ – Plumes d’Anges.

Questions ouvertes…

1 décembre 2016

.


.


“… Tu sais, ce qui m’intéresse, ai-je poursuivi, c’est de comprendre de quoi nous sommes constitués, fabriqués. Par quelle opération nous parvenons à assimiler certains évènements, certains souvenirs, qui se mélangent à notre propre salive, se diffusent dans notre chair, quand d’autres restent comme des cailloux coupants au fond de nos chaussures. Comment déchiffrer les traces de l’enfant sur la peau des adultes que nous prétendons être devenus ? Qui peut lire ces tatouages invisibles ? Dans quelle langue sont-ils écrits ? Qui est capable de comprendre les cicatrices que nous avons appris à dissimuler ?…”


.


Extrait de : “D’après une histoire vraie” 2015 Delphine de Vigan.

Illustrations : 1/“Cachemire” 2/“Chardons”  John Singer Sargent 1856-1925.

…..

Tenter de comprendre pour mieux accepter…

BVJ – Plumes d’Anges.

Singularité…

28 novembre 2016

.



.


“… Que fera de sa vie celui à qui nul n’a appris à demeurer seul avec soi ? Quelle sorte de son rendra-t-elle, si la musique n’éveille en lui qu’un vague tressaillement ? Quelle intelligence, si nulle question ne lui est plus posée ? Quel signe saura-t-il tracer, s’il n’aime ni la langue ni la terre ? Quelle parole s’il ne connait rien du silence ? Quelle clef s’il n’a aucune porte à ouvrir ?…


.


… Il fut un temps où je poussais dans mes racines de par ici, ne connaissant des lointains que la rêverie et de la langue des mots les plus approximatifs. Mais j’ai quitté l’allée de buis et le petit jardin. Je ne m’alimente plus en eau par les racines mais par le ciel…”

.



Extraits de : “Une histoire de bleu” suivi de “L’instinct du ciel” 2005  Jean-Michel Maulpoix.

Illustrations : 1/“Forêt à l’automne”  2/”Hortensias”  Hishida Shunso 1874-1911.

…..

Faire fleurir notre singularité…

BVJ – Plumes d’Anges.

Souplesse…

24 novembre 2016

.


.

“…  pour jouir d’une vie heureuse et accomplie, la clé est l’état d’esprit. C’est là l’essentiel…

.

… Si la compassion, la gentillesse et l’affection vous animent, du même coup cela vous donne la clé de votre serrure intérieure et vous communiquez bien plus facilement avec les autres. La chaleur humaine permet l’ouverture. Vous découvrez que tous les êtres humains sont comme vous, tout simplement. Et il vous est bien plus facile d’instaurer une relation. Tout cela vous met dans des dispositions amicales. Vous avez moins besoin de vous cacher. Spontanément, la peur, le doute et l’insécurité se dissipent…

.

… La compassion se définit sommairement comme un état d’esprit non violent, non offensif, non agressif. C’est une posture mentale fondée sur le souhait de voir les autres se libérer de leur souffrance, et qui va de pair avec le sens de l’engagement, de la responsabilité et du respect d’autrui…

.

… L’essentiel, c’est que chacun consente un effort sincère pour développer sa capacité compassionnelle. Jusqu’à quel point en est-on réellement capable ? Qui peut le dire ? Cela dépend de tant de choses. Mais si chacun déploie tous ses efforts de bonté, si chacun cultive la compassion pour aller vers un monde meilleur, alors il pourra se dire : “Au moins, j’ai fait de mon mieux.”…

.

… C’est la souplesse d’esprit qui nourrit la faculté de changer de perspective, de “varier les angles”. Le suprême avantage de cette souplesse d’esprit, c’est qu’elle permet d’embrasser toute l’existence – de se montrer pleinement humain, d’être pleinement en vie…

.

… Être souple, malléable, savoir s’adapter ne signifie pas qu’il nous faille tous devenir des caméléons, nous imprégner du premier système de pensée qui se présente, changer d’identité, absorber passivement toutes les nouvelles idées auxquelles nous sommes exposés. Les étapes supérieures de la maturité et du développement dépendent du système de valeurs qui nous guide, qui confère à l’existence sa continuité et sa cohérence, et permet de prendre l’exacte mesure de ce que l’on vit. Ce système de valeurs aide à décider quels objectifs en valent vraiment la peine et si ce que l’on cherche a un sens ou n’en a pas. Toute la question est de savoir si nous sommes capables de nous y tenir avec constance et fermeté, sans rien perdre de notre souplesse.

Le dalaï-lama semble y être parvenu en ramenant son système de pensée à quelques données fondamentales : 1/ Je suis un être humain. 2/ Je veux être heureux et je refuse de souffrir. 3/ D’autres êtres humains, tout comme moi, veulent aussi être heureux et refusent de souffrir. En mettant l’accent sur les points communs plutôt que sur les différences, il finit par se sentir lié avec tous les êtres humains et cela le conduit à croire fondamentalement en la valeur de la compassion et de l’altruisme…”

.


Extraits de : “L’art du bonheur” 1999  Sa Sainteté le DALAÏ-LAMA et Howard Cutler.

Illustrations : 1/“Fleurs et boutons de tulipes” Anonyme indien du XVIIIème   2/“Fleurs et scarabées”  Hans Hofmann 1530-1591.

…..

S’assouplir…

BVJ – Plumes d’Anges.

Feuilles d’or…

21 novembre 2016

.

ENVIE DE MERVEILLEUX…

.


.

IMAGINONS UN INSTANT :

Si les arbres,

inspirés par le bleu du ciel et l’air du temps…

.


.

écrivaient sur leur feuillage,

de folles romances ?

.


.

Les forêts se transformeraient en d’immenses bibliothèques.

À l’automne, le travail d’écriture terminé…

.


.

ces feuilles d’or s’envoleraient,

telles des offrandes porteuses d’histoires cosmiques…

.


.

Le cœur des hommes prêterait-il attention à ces poèmes d’un autre monde ?

.


.

Au printemps suivant, tout recommencerait,

au gré du bleu du ciel et de l’air du temps…

.


.

“Une rafale de vent

puis les feuilles

se reposent”

Bashô

Photos BVJ

…..

Se laisser porter par un vent de rêve…

BVJ – Plumes d’Anges.


Eaux douces…

18 novembre 2016

.


.

“Je cherche une goutte de pluie

Qui vient de tomber dans la mer.

Dans sa rapide verticale

Elle luisait plus que les autres

Car seule entre les autres gouttes

Elle eut la force de comprendre

Que, très douce dans l’eau salée,

Elle allait se perdre à jamais.

Alors je cherche dans la mer

Et sur les vagues, alertées,

Je cherche pour faire plaisir

À ce fragile souvenir

Dont je suis seul dépositaire.

Mais j’ai beau faire, il est des choses

Où Dieu même ne peut plus rien

Malgré sa bonne volonté

Et l’assistance sans paroles

Du ciel, des vagues et de l’air.”

.


“La goutte de pluie” poème extrait de “La Fable du monde”  Jules Supervielle 1884-1960.

Illustrations : 1/“Vent du nord à la villa Narcisse à Capri”  Charles Caryl Coleman 1840-1928  2/“Mes yeux au moment des apparitions”  August Natterer 1863-1933.

…..

Entretenir nos douces pensées pour fortifier leur vie, même si…

BVJ – Plumes d’Anges.

Emotions…

14 novembre 2016

.


.

“… Aimer, c’est être un instrument aux cordes bien tendues. Une brise, un effleurement font chanter cette infinie palette. Alors d’instinct, on sait ce que l’autre contient, ce que l’autre déverse, on est à la source de l’humaine complainte.

Immensité de l’émotion.

“S’immerger. Faire silence. S’immerger. S’oublier. Faire silence.”…

.

… Un jour, j’ai entendu un chant de femme. Je ne sais plus où, je ne sais plus quand. Mais j’écoutais, j’écoutais et cette voix montait.

Je pensais : “Va plus loin, va plus loin, plus haut…”

Je savais qu’elle pouvait atteindre ce point qui éclate le monde.

Et elle s’est arrêtée. Et j’ai été plein d’amertume.

Depuis, j’ai entendu beaucoup de timbres. J’aimais le chant. Chaque fois, c’était la même histoire. J’accompagnais silencieusement ces voix en leur soufflant : ” tu peux, tu peux.” Elles se taisaient toujours à la limite des fractures. Tout retombait.

Pourtant, je sais que l’homme peut retourner le monde comme un gant. Je sais qu’il peut crever les parois qui nous séparent de la perfection…

.

… Comment peut-on résister au clin d’œil, aux formes soulignées, à la chaleur d’une mélodie, à un mot, à un bout de peau, à un moment de tiédeur, à l’ourlet d’une lèvre, rien quoi !

Mais moi avec ce rien, j’en faisais une histoire, un coin de la mosaïque de ma vie. Aujourd’hui, ce sont des milliers de petits carreaux épars qui voltigent autour de moi. J’en attrape parfois quelques uns. C’est étrange, tous ont une relation entre eux et rien n’est un hasard. Ce sont de merveilleuses ébauches. Mais là où je vais tout cela sans doute est inutile. C’est autre choses qu’on réclamera de moi.

On me dira : “Qu’as-tu fait de tes dons ?”

Et je répondrai : “J’en ai fait du mortier, du raphia, des soudures pour rassembler ce qui était dans l’air, ce qui passait, ce qui me frôlait, ce qui me croisait.”

À l’emporte-pièce, c’est vrai, mais avec amour.

À tire-d’aile, c’est vrai, mais avec amour…

.


.

… “C’est ainsi qu’un jour, en plein combat, je découvris le métier à tisser. C’était dans la pénombre d’une misérable échoppe. Un vieil homme tissait (…) :

Mais que fais-tu vieillard ? Tu devrais fuir ou te cacher sinon tu vas mourir.

Il me répondit en souriant :

“Vois et ne t’inquiète pas. Je réécris le Monde.”

Je vis alors devant lui un merveilleux tapis, comme une grande page inachevée, un tableau frémissant de couleurs, un ruisseau de sérénité bordé d’un semis de signes paradisiaques, se frayant un passage au beau milieu du sang, de la fumée et des hurlements.

C’était comme un écran, une barrière d’étoiles et de fleurs de lumières. Des flammes, des feuilles, des arbres protégeaient le vieil homme et son antre du monde. (…) Je demeurais figé dans l’irréalité de ce nouveau silence rouge et lourd qui montait de la trame. L’étincelle bleue de la navette poursuivait son obsédante trajectoire.

Je voyais se construire un cyprès.

“Il pousse vers le ciel” me dit le vieillard.

“Regarde, il emporte l’humain vers le haut. Il boit dans son feuillage nos erreurs et nos fautes et s’élance vers le divin. La source et la flamme. Tu me crois maintenant ? Tu voudrais essayer ?”…

.

… Si seulement les vivants connaissaient la valeur du verbe ! Ils ne perdraient plus un instant à gaspiller les mots.

Prononcés avec exactitude, ils ont chacun la force d’un éclatement solaire.

Et nous qui écoutons, nous sommes des vitraux, des filtres transparents recueillant les liqueurs d’éblouissantes vies.

Les sons de nos voix se répercutent dans l’espace et lui donnent matière à respirer.

Ce qui contracte l’univers, le bloque au point de l’étouffer, ce sont les refus, les incessants besoins de juger. L’homme n’a toujours pas pris possession de sa géographie.

Tourner en rond dans un tiède et sombre bourbier lui tient lieu de terre. Il est aveugle, bavard par couardise et tue par lâcheté.

Qui oserait, s’il pouvait l’éprouver en lui-même, détruire la perfection ?…”

.


Extraits du texte : “FIN” 1999  Alain Cadéo.

Illustrations : 1/“Pommier aux fruits rouges” 2/“Digitales” 3/“Arums et Iris”  Paul-Elie Ranson 1861-1909.

…..

Faire vibrer nos plus belles cordes…

BVJ – Plumes d’Anges.

Casser des noisettes…

10 novembre 2016

.


.

Que diriez-vous d’un petit voyage au Royaume des délices ?

Il vous suffirait de casser des noisettes,

- le noisetier serait, semble-t-il, symbole de sagesse et de justice -

d’y ajouter quelques pommes et autres ingrédients,

de vous régaler pour oublier une météo mondiale attristante

et mettre ainsi un peu de magie dans la vie ?

Un vrai gâteau d’automne pour honorer dignement cette belle saison…

Et si une musique doit accompagner ce doux moment pâtissier,

glissez-vous donc dans les pas de la —> Fée Dragée …

Gardons confiance en la danse de la vie…

.


.

- GÂTEAU SUÉDOIS AUX POMMES ET AUX NOISETTES -

.

Ingrédients : 125 g. de beurre, 125 g. de sucre en poudre, 2 œufs, 200 g. de farine, 1 sachet de levure chimique, 15 cl. de crème fraîche, 4 pommes, 200 g de noisettes décortiquées.

.

Réalisation : Faire fondre le beurre. Hacher grossièrement les noisettes. Battre les œufs et le sucre jusqu’à obtention d’un mélange mousseux. Incorporer petit à petit la farine et la levure tamisées. Ajouter le beurre fondu, la crème fraîche. Bien mélanger.

Peler et râper les pommes au dernier moment pour éviter qu’elles ne s’oxydent, les incorporer à la pâte avec 150 g. de noisettes;

Verser dans un moule à manqué, saupoudrer avec du sucre en poudre et le reste des noisettes.

Enfourner 1 heure à 180° (200° sur mon four), vérifier la cuisson et démouler.

.

Le temps de cuisson indiqué est de 35 minutes, temps trop court à mon avis, je l’ai presque doublé… C’est un gâteau très riche, pour un goûter d’hiver, à partager entre 8 gourmands gourmets…

.

Recette trouvée sur le net, dans “la p’tite cuisine de Pauline”.

Illustration : Nature morte à la souris (détail)   Georg Flegel 1566-1638.

Photos BVJ

…..

Se changer les idées en douceur…

BVJ – Plumes d’Anges.

Vers une autre vie…

7 novembre 2016

.


.

“… Alors elle avait parlé des chevaux, des montagnes, d’une autre vie ; elle avait parlé de cet amour des chevaux qu’elle avait toujours eu et que Samuel aussi avait eu si longtemps en partage avec elle, même si depuis un an ou deux c’était un peu passé, c’est vrai. Mais les chevaux pourraient l’aider à reprendre goût à la vie, à comprendre des choses qui semblaient ne plus le toucher ou le concerner. Elle voulait qu’il sache prendre le temps de regarder un ciel de nuit, de s’émerveiller devant une montagne, elle voulait qu’il sache respirer et souffler, parce qu’elle voulait qu’il entende comment on pense par le souffle et que c’est par lui que la vie circule en nous…

.

… Ils se parlent peu, ils économisent leurs forces et se concentrent sur ce qu’ils ont à faire, ce qu’ils voient, ce qu’ils entendent, ce qu’ils ressentent. Les mots sont ici comme tous ces poids morts dont on se débarrasse parce qu’ils ne servent qu’à alourdir les bagages…

.

… Elle voudrait reprendre ses esprits, retrouver le calme. Ou pouvoir simplement reprendre un à un tous les éléments de la soirée et les remettre chacun à sa place, en faire un beau jardin à la française, bien ordonné, comme si tout pouvait sortir de la confusion, de l’agitation et trouver une place où tout, à la fin,  participerait de la même organisation, de la même planification logique et rassurante, comme une cosmogonie tracée, ordonnée simplement, sans efflorescence ni chaos, sans accident ni profusion ni rhizomes. Mais la vérité c’est que le monde part totalement en vrille, il se déploie en lianes, en racines, il défonce les pavés et l’ordre des idées, il est comme une tumeur, organique, viscéral – elle veut juste arrêter de penser, calmer son esprit, ça suffit ; elle essaie de souffler lentement, comme quelqu’un qui vient de courir veut retrouver sa respiration. Elle marche et même si elle a froid, le froid n’est pas un ennemi, il lui fait du bien, la redresse. La blessure qu’il lui inflige est bonne, vivifiante…

.

… Si on a peur des autres, on est foutu. Aller vers les autres, si on ne le fait pas un peu, même un peu, de temps en temps, tu comprends, je crois qu’on peut en crever. Les gens, mais les pays aussi en crèvent, tu comprends, tous, si on croit qu’on n’a pas besoin des autres ou que les autres sont seulement des dangers, alors on est foutu. Aller vers les autres, c’est pas renoncer à soi…”

.


Extraits de : “Continuer” 2016  Laurent Mauvignier.

Illustrations : 1/“Lever de soleil” 2/“Arc en ciel”  Arkhip Kuindzhi 1842-1910.

…..

Retrouver le  fil de notre histoire…

BVJ – Plumes d’Anges.

Déconnexion…

28 octobre 2016

.


.

“Je suis lumière et nuit

je vois toujours et encore

que je suis lumière et nuit

les deux me disent

l’absence totale

de toute certitude

dans ma pensée

je n’ai que cette ouverture

intime, ressentie au soir

de ma vie finie, d’être une goutte

de clarté dans l’espace et le temps infinis

née de la rencontre des sens d’un corps

de milliards de neurones

de soleils et de vents inconnus”

.

Poème extrait de : “Derrière le dos de Dieu – Neuropoèmes” 2010 Lorand Gaspar.

.


.

Une petite pause…

Je vous laisse dans les collines,

entre chênes, pins et bruyères,

les oiseaux y bavardent joyeusement,

les couleurs chantent,

de suaves parfums nous enrubannent,

mais à l’horizon… point encore de champignons !

Patience…

Photos BVJ

…..

Se tenir en repos…

BVJ – Plumes d’Anges.