Archive pour février 2011

Boule de cristal…

Samedi 26 février 2011

.

” TOUT EST RÉPONSE, SI SEULEMENT ON CONNAISSAIT LA QUESTION !”

Paul- Éerik Rummo.

.

.

Je “m’envole” quelques jours …

et vous remercie du fond du cœur de vos visites…

À très bientôt !

“La boule de cristal”  John William Waterhouse 1849 – 1917.

…..

Fermer les yeux pour mieux voir à l’intérieur de soi…

BVJ – Plumes d’Anges.


Trésors…

Mercredi 23 février 2011

.

.

“… Les ans ont pu modifier le corps, quand donc le trésor du coeur a-t-il changé ? Le coeur peut être enfoui, scellé, il demeure une pièce de jade qui reluit même au sein des ténèbres…

.

.

… Maintenant que les deux prédestinés se sont véritablement retrouvés, aucun obstacle, aucune maladie, ne pourra plus entraver leur route !…

.

.

… La vie de chacun, longue traversée et long détour, n’apporte-t-elle pas sa part de lumière pour éclairer le sens de leurs retrouvailles ?…

.

.

… Il y a tant de choses qui restent à dire. Cette vie y suffira-t-elle ? Parlons calmement et lentement, c’est cela. Nous avons attendu si longtemps, nous connaissons la vertu de la patience, n’est-ce-pas ? Laissons d’abord le vent printanier qui a l’habitude de résorber la pluie sécher nos larmes. Laissons ensuite le soleil d’été qui fait tout s’épanouir, réchauffer nos rêves, gelés dans la nuit de l’attente. Sais-tu que les vrais trésors sont délicats et cachés, et que le cœur d’une femme est riche et profond comme un jardin ? Pour atteindre la vraie profondeur, il faut suivre des sentiers plein de méandres ; il faut longer des sentiers plein de secrets. Il y a encore par delà les feuillages, l’humble étang avec les libellules qui l’effleurent, des feuilles de lotus qui l’abritent. Sauras-tu t’asseoir auprès de cet étang, prêter l’oreille à ce qui y murmure, prêter le cœur à ce qui y palpite ? Les pétales de fleurs, gorgés de rosée, y éclosent en un geste d’accueil ; trop ouverts, ils prennent le risque de se détacher, de se faner. Sauras-tu alors capter non seulement la beauté qui se montre en surface, mais qui jaillit de la racine, le désir même de beauté qui ne tarit jamais ? Et puis surtout, il y a l’eau transparente qui, apparemment est peu de choses mais qui contient tout un autre ciel. La lune s’y mire toujours pareille, toujours nouvelle ; les nuages s’y déploient, à l’infini…

.

.

… Chacun butine ce qu’il cherche ; chacun entend ce qui lui chante…”

“L’éternité n’est pas de trop.” 2002  François Cheng.

Tableaux : 1/”Portrait de Julia Foster Ward” 2/”La fiancée” 3/”Nymphe aux liserons”   Jules Joseph Lefebvre 1836 – 1911  4/”Nymphe”  Henryk Siemiradzki 1843 -1902  5/”Le printemps”  Franz Xaver Winterhalter 1805 – 1873.

…..

Apprendre la patience pour accéder aux trésors…

BVJ – Plumes d’Anges.

Saisir l’instant…

Mardi 22 février 2011

.

.

“Saisir l’instant tel une fleur

Qu’on insère entre deux feuillets

Et rien n’existe avant après

Dans la suite infinie des heures.

Saisir l’instant.

.

Saisir l’instant. S’y réfugier.

Et s’en repaître. En rêver.

À cette épave s’accrocher.

Le mettre à l’éternel présent.

Saisir l’instant.

.

Saisir l’instant. Construire un monde

Se répéter que lui seul compte

Et que le reste est complément.

S’en nourrir inlassablement.

Saisir l’instant.

.

Saisir l’instant tel un bouquet

Et de sa fraicheur s’imprégner.

Et de ses couleurs se gaver.

Ah ! Combien riche alors j’étais !

Saisir l’instant.

.

Saisir l’instant à peine né.

Et le bercer comme un enfant.

À quel moment ai-je cessé ?

Pourquoi ne puis-je… ?”

.


“Saisir l’instant” 1981  Extrait de “Je cours après mon ombre” 1981 Esther Granek.

Tableaux : 1/“Coquillages” 2/“Mouettes” Albert Joseph Moore 1841 – 1893.

…..

Saisir l’occasion qui se présente, quand elle se présente…

BVJ – Plumes d’Anges.


Clarté…

Dimanche 20 février 2011

.

Plaisir…

.

.

Partage…

.

.

Beauté…

.

.

Énergie…

.

.

Joie…

.

.

Bonne humeur…

.

.

Ciel bleu…

.

.

Parfums…

.

.

Lumière…

.

.

TRÈS BEAU DIMANCHE À TOUS ET À TOUTES…

…” Le soleil ne travaille pas.

Il ne pense pas :

” Je vais envoyer mes rayons sur tel homme pour le réchauffer,

sur tel champ pour que l’orge y mûrisse,

sur tel pays afin que ses habitants jouissent de la lumière.”

Mais parce qu’il est le soleil,

chaud et lumineux par essence,

il éclaire, réchauffe et donne vie à tous les êtres.”

.

Alexandra David-Néel 1868 – 1969.

…..

Être le soleil de l’autre…

BVJ – Plumes d’Anges.

Ispahan…

Vendredi 18 février 2011

.

ISPAHAN

.

“… Ispahan aux musiques du matin

Réveille l’odeur des roses de ses jardins

J’ai parfumé mon âme

À la rose

Pour ma vie entière…”

.

Merci l’ami,

j’ai ressenti le souffle des poètes et des jardiniers,

j’ai senti le parfum des roses de Damas, des roses d’Ispahan, de toutes ces roses sublimes et délicates…

.

.

ISPAHAN,

Je vous présente “Ispahan”…

.

.

broche festive entièrement réalisée à la main

.

.

avec perles de verre sur tissu ancien.

.

.

C’est la troisième d’une série…

.

.

que j’ai plaisir à vous montrer…

.

.

au fil du temps.

.

.

Création BVJ.

Vers extraits de “Ispahan”  Guillaume Appolinaire 1880 – 1918.

Illustrations : 1/“Rosa Gallica Aurelianensis” 2/“Rosa Gallica flore giganteo”  Pierre Joseph Redouté 1759 – 1840.

…..

Faire fleurir nos roses intérieures…

BVJ – Plumes d’Anges.

Répertoire céleste…

Mercredi 16 février 2011

.

.

“… Dans ce geste de l’enfant, j’ai revu le tien, ta manière de prendre soin de ceux que tu aimes, ton souci des plus petites choses. Je suis maladivement attentif à ce genre de détails. Rien ne me bouleverse plus dans cette vie que ces gestes pauvres, indispensables pour que le jour succède au jour. Mes maîtres sont des musiciens, des poètes, des peintres, des mages. Mes maîtres sont des petits enfants…

.

… Un tête-à-tête permanent avec Dieu, dans cette vie, serait accablant. Il faut à l’amour un peu d’absence…

.

… J’ai dans le cœur un arbre. Les grands airs de Mozart font luire ses feuilles comme sous le sacre d’une pluie d’été…

.


.

… L’amour est une matière plus dure que le diamant, donnée sans condition par Mozart quand Mozart joue, donnée par le silence, la solitude, la pluie et la lumière quand Mozart dort…

.

… Les mains aristocratiques des nouveaux nés, délicatement fermées  sur une prise invisible, et le bégaiement de deux notes dans une sonate de Mozart, sont deux bons exemples de ce qu’est un miracle.

J’aimerais savoir prier, j’aimerais savoir appeler au secours, j’aimerais savoir remercier, j’aimerais savoir attendre, j’aimerais savoir aimer, j’aimerais savoir pleurer, j’aimerais savoir ce qu’on ne peut apprendre, je ne le sais pas, je ne sais que m’asseoir et laisser Dieu entrer pour faire le travail à ma place, Dieu ou le plus souvent, il ne faut pas trop exiger, un de ses intermédiaires, la pluie, la neige, le rire des enfants, Mozart…
.

.


… Les moments les plus lumineux de ma vie sont ceux où je me contente de voir le monde apparaitre. Ces moments sont faits de solitude et de silence. Je suis allongé sur un lit, assis à un bureau ou marchant dans la rue. Je ne pense plus à hier et demain n’existe pas. Je n’ai plus aucun lien avec personne et personne ne m’est étranger. Cette expérience est simple. Il n’y a pas à la vouloir. Il suffit de l’accueillir, quand elle vient. Un jour tu t’allonges, tu t’assieds ou tu marches, et tout vient sans peine à ta rencontre, il n’y a pas à choisir, tout ce qui vient porte la marque de l’amour…

.

… Dieu descend à terre aussi naturellement que la musique de Mozart monte au ciel, mais il nous manque l’oreille pour l’entendre…

.

… Les heures silencieuses sont celles qui chantent le plus clair…

.


“Mozart et la pluie”  – 1997  -  Christian Bobin.

Tableaux : 1/“Deux enfants jouant avec des rubans de soie”  Johann-Baptist Reiter 1800-1886   2/et 4/ “Magnolia et velours rouge”  Martin Johnson Heade 1819-1904   3/“Paysage d’hiver”  Gunnar Äberb 1869-1894.

…..

Musique céleste, musique de l’amour…

BVJ – Plumes d’Anges.


Sainte Valentine…

Lundi 14 février 2011

.

Petite lettre à

VALENTINE,

ma grand-mère paternelle,

que j’ai profondément aimée…

Bonne fête !

.


.

Toute ta vie, tu as aimé Camille,

tu as eu huit enfants, vingt-sept petits enfants…

Tu n’as jamais pensé qu’aux autres.

Tes gâteaux à la crème de lait nous ravissaient,

tes tartes aux pommes nous comblaient,

tes confitures aux fruits du jardin étaient un pur délice…

Je ne peux  penser à toi qu’avec plaisir et tendresse,

merci d’avoir existé et de nous avoir tant donné,

SAINTE VALENTINE !

“Jour de la Saint Valentin”  John Callcott Horsley 1817 – 1903.

…..

L’amour est contagieux…

BVJ – Plumes d’Anges.


Lettre d’amour…

Samedi 12 février 2011

.


.

“Mon cœur, c’est la vie terrestre, tu l’as ; mon âme, c’est la vie céleste, tu l’auras. Ce sont là les deux formes de l’amour ; sur la Terre, pensée, sang, chair ; hors de la Terre, pensée, flamme et lumière ; nos bouches dans la tombe qui est la vraie vie, échangeront des baisers de clarté. Je demande à Dieu, je demande à nos deux anges envolés, je demande à la haute providence éternelle et aux douces providences aimées et vivantes là-haut, de mesurer, minute à minute, ma vie à la tienne. Vivre tant que tu vivras, partir quand tu partiras, voilà mon vœu profond et ma prière ardente…  Je crois à la prière, tu le sais. Une fourmi, au moment où mon pied va l’écraser, ne joindrait pas en vain ses deux petites pattes misérables vers moi. Je serais bon pour elle. Pourquoi Dieu ne serait-il pas bon pour moi ? Je le supplie de me pardonner mes fautes, dont aucune n’a jamais effleuré mon cœur, ma conscience, ni mon âme ; je le supplie de m’accorder ta destinée, ta vie, ta mort, ta transfiguration, ton éternité. Être à jamais, dans cette vie et dans l’autre, utile et aimé ; utile au bien, aimé par toi ; toute mon ambition est là. Aime-moi comme je t’aime, ô mon doux ange adoré. Finissons et commençons ainsi toutes nos années ici-bas, et tous nos siècles là-haut.”

.


Lettre de Victor Hugo à Juliette Drouet - 31 décembre 1867.

Illustrations : 1/“Jeune femme en costume japonais” (étude) William Meritt Chase  1849 – 1916 2/“Fleurs de pommier” Japon – auteur inconnu – avant 1279.

…..

Écrire les mots de l’âme… Décrire les maux de l’âme…

BVJ – Plumes d’Anges.

Natures vivantes…

Mercredi 9 février 2011

.


.

“…” C’est une coupelle ancienne, me disait-il. Observe sa ligne admirable. Il te faut apprendre à goûter cette forme d’art. Achète-la, tu vivras avec elle jusqu’à la fin de tes jours. Elle t’apportera la pureté que tu dois trouver dans ton esprit pour travailler.”

Une fois, comme j’avais fait la moue devant un bol, il a éclaté de rire :

“Tu n’y connais rien : c’est une céramique de l’époque Song d’une rare qualité.”

Il me désignait une poussière sur la surface :

“C’est la technique de la”poussière d’étoiles”, elle suggère le cosmos.”

Il m’expliqua les résurgences des mythes chinois à travers les petits personnages figurant sur le côté, comment on reconnaissait l’époque à laquelle les céramiques avaient été fabriquées. Leur présence au monde, même menue et modeste, devenait source de pensée. Ce n’était pas la ressemblance illusoire avec le réel que l’objet représentait qui nous intéressait, mais sa présence vivante.

Le vieux Lan poursuivait :

“Tente d’éprouver la plénitude de leur être dans l’espace du silence. Ils sont pleins du vide qui les fait être. Nés du chaos de la matière en fusion, comme ils paraissent tranquilles pourtant… Perçois la réserve, la retenue avec lesquelles ils livrent leur histoire… Déchiffre-la, décris la relation qu’ils entretiennent avec le monde. Saisis l’intelligence pure de leur forme intérieure. Essaie de pénétrer l’univers organique de leur matière ; il apportera à ton œuvre une dimension cosmogonique. Tu dois percevoir au bout de ton pinceau le flux et le reflux de la matière qui leur a donné vie. N’oublie pas, mademoiselle Fa, la perfection de leur forme dans leur maladresse. Elle est connaissance pure. Elle a le pouvoir de nous restructurer intérieurement. Aucun mot ne saurait traduire la joie qu’elle procure. Dans la clarté d’une glaçure ou la brillance lumineuse d’une porcelaine, nos pensées troubles disparaissent sans laisser de traces.

.


.

L’objet est reposant. Il possède réellement un pouvoir magique sur l’individu qui le contemple. Inconsciemment, inlassablement, peut-être recherchons-nous l’esprit originel. Tu dois savoir que ces objets de lettrés sont un ressourcement infini pour le peintre, le point de départ de toute méditation, de toute création. Tu en auras besoin autour de toi, dans ton atelier. Je ne parle pas, ici, de “natures mortes” comme vous dites en Occident, mais de “natures vivantes”. Comme nous, ces objets portent l’émouvante patine du temps. Ils sont gardiens de secrets.Ne crois pas qu’ils se livrent facilement ! Quel souffle mystérieux les anime ? Imagine ce que va nous raconter cette coupe en forme de feuille de lotus où le jade et l’ambre dansent sur un socle tortueux ; la glaçure légère d’une coupe sur pied des Ming ; les boîtes à thé aux odeurs de bois de camphre ; ce vase tripode à encens, gravé de veines de dragon ; ce pot en céladon dont l’embouchure représente l’Être suprême : cette coupe de verre mouchetée de signes des constellations ; ce bassin en grès dont la marbrure représente le feu de l’énergie vitale ; ce plat en forme de châtaigne d’eau ; ce bac à bulbes massif et raffiné des Tang ; ce bol noir, luisant comme la Voie lactée, destiné à mettre en relief la clarté du thé ; ce brûle-encens en bronze incrusté de “taches solaires” d’or ; ce vase-maillet d’une porcelaine rare, à glaçures unies “poudre de thé” ; cet assemblage de vases “sang-de-bœuf” ; ce bol lobé calorifuge en forme de fleur de lotus Song ; ces pots à alcool craquelés, mémoires vivantes d’une nature sèche. Ces objets sont pour moi des îles de repos où l’âme va, par instants, puiser quelques pensées cachées de sérénité.”…

.


Extrait de ” Passagère du silence” 2003  Propos de Maître Lan Yusong – Fabienne Verdier.

Illustrations : 1/“Oreiller en grès à englobe blanc” – XIIème siècle – Dynastie Song 2/“Vase” (détail) - XVIIIème siècle – Dynastie Qing- période Kangxi 3/ “Bol à thé en grès gris à couverte brune et grise dite en écaille de tortue” – XII/XIIIème - Dynastie Song.

…..

Le souffle qui anime…

BVJ – Plumes d’Anges.

Voyage voyage…

Lundi 7 février 2011

.

.

Qu’il voyage en solitaire ou bien accompagné(e),

qu’il voyage dans sa tête ou à travers le monde,

depuis la nuit des temps, et pour de multiples raisons,

l’Homme, pour vivre ou pour survivre, est poussé à découvrir…

.

.

Découvrir d’autres contrées, d’autres paysages,

d’autres hommes, d’autres cultures,

d’autres civilisations…

Se trouver…

.

.

Des hommes découvrent, avant ils dessinaient ou peignaient,

maintenant ils photographient…

Des livres sont écrits, précieux témoignages,

qui se transmettent de générations en générations…

.

.

Il y a des racines dans les arbres de vie,

ces joies et ces souffrances partagées,

et puis il y a tous les déracinés

qui ont du mal à écrire leur histoire personnelle.

.

.

Que de graines à semer, que de fruits à cueillir,

que de rêves à accomplir, que de trésors à découvrir,

que de richesses à partager !

Si simplement l’Homme voulait…

Illustrations : 1/“Carte de la Chine” Abraham Ortelius 1527/1598  2/“Litchi”  3/ “Ananas”  4/”Bananes”  5/”Mangues” Planches extraites de “Flora sinensis”  Michael Piotr Boym – Missionnaire jésuite polonais -1612-1659.

…..

Honorer ce et ceux  qui nous précèdent pour avancer, pas à pas…

BVJ – Plumes d’Anges.