Légèreté des jeunes êtres…

.

.

« … Je saute à pieds joints dans les flaques. N’y voyez pas malice, c’est mon bonheur ! J’aurai trois ans en juillet : je marche sur le ciel.

Je cours derrière les papillons et bavarde avec les fourmis.

Si j’avale à petites gorgées l’eau de mon bain, ne vous affolez pas : je suis un buveur d’eau tiède. J’aime ce qui est doux et chaud. Après tout, le temps n’est pas si lointain où j’étais une espèce de poisson, nageant dans le ventre de maman.

Pardonnez-moi si j’arrache les pétales des fleurs et fais tomber les livres de la bibliothèque.

Je vide et je remplis. Je construis et détruis. Je fais, puis je défais. J’ai compris qu’en cette vie l’on doit répéter sans cesse les mêmes gestes…

.

Je voudrais respirer les mots comme on respire le parfum des fleurs. Les cueillir sur le papier et les disposer en bouquets dans des vases si transparents qu’on en oublierait l’eau. Alors on se prendrait à croire que ces mots-fleurs coupés se tiennent debout tout seuls… Le livre dont je rêve, ce serait cela : un bouquet de fleurs parfumées plantées dans une eau invisible. Une sorte de miracle. Comme on en rencontre précisément dans les livres. Des fleurs sans histoire et sans ombre. Et pourquoi pas sans tiges, suspendues comme des étoiles au ciel. Ou comme des papillons…

.

– Dessine-moi un poème !

Papa trace un rectangle sur la page et le remplit d’étoiles :

– Un poème, c’est une fenêtre qui brille. On voit le monde à travers… On peut aussi s’enfuir par là…

.

La pluie est une jolie dame, pieds nus dans l’escalier. Sage et gracile, elle se repose sur chaque objet. Encore demeure-t-elle peu, vernis infime, pellicule précaire. Le monde est propre, il étincelle. Feux de la pluie. Quantité de minuscules planètes déboulent ainsi dans l’herbe comme les œufs blancs des papillons.

Elle ne se divise pas. Venue de nulle part, elle retourne chez elle. Douceur de la pluie dans la paume : rêve d’une poignée de pluie.

Chuchotis et tressaillements, furtives confidences, mailles, tissu, lacis, bruits doux et voix ; il faut pour dire le marivaudage de la pluie de grosses voyelles rondes en forme de gouttes d’eau. Le ciel sepose des questions bleues après l’averse… »

.

.

Il faut un grand talent et beaucoup d’amour pour faire un tel Exercice de style, tout n’y est que poésie.  L’auteur fait ici un cadeau à son fils mais aussi à lui-même. Avoir dans sa tête et dans son cœur ce qui faisait de nous des enfants est un trésor… Un très joli moment de lecture que je vous recommande.

Extraits de : « Journal d’un enfant sage »  2010  Jean-Michel Maulpoix.

Illustrations : 1/« Visages d’enfants »  Hannah Frosterus-Segerstrâle   1867-1946  2/« Hydrangeas et autres fleurs »  Giovanni Segantini   1858-1899.

…..

Chausser nos yeux d’enfants…

BVJ – Plumes d’Anges.

16 commentaires sur “Légèreté des jeunes êtres…”

  1. Merveille des mots de J.-M. Maulpoix. Je ne m’en lasse pas, et je ne connaissais pas ceux-là : petit cadeau du matin.
    Merci du partage, Brigitte.

  2. Quelle fraicheur, quelle poésie ! L’auteur est en lien direct avec son tout jeune temps, il n’en n’a rien perdu, mais a acquis la capacité de le décrire…et de nous ravir.
    Merci Brigitte aussi pour la douce candeur de ces trois têtes blondes qui illustre si parfaitement le texte.
    Je te souhaite un beau week-end, peut-être ensoleillé dans le Sud et je t’embrasse. Claudie.

  3. Dominique dit :

    Toute la magie de l’enfance

  4. angedra dit :

    Merci pour ce cadeau. Ce merveilleux texte sur l’enfance me touche profondément.

  5. Aifelle dit :

    Un texte qui réchauffe le coeur, il est plein de fraîcheur et de sensations. Bon week-end Brigitte 🙂

  6. Fiorenza dit :

    Nous retournons toujours à la fontaine de l’enfance, disait François Mauriac…

    Le plus simple serait de ne l’avoir jamais quittée…n’est-ce pas, Brigitte ???

    Belles journées lumineuses !

  7. Tania dit :

    Merci pour ces beaux extraits, Brigitte. Quelles jolies frimousses, ces trois-là !

  8. Merci pour ces mots… Cela fait deux fois en quelques jours qu’on me parle de cet auteur…. C’est super.
    Bon weekend.

  9. daniel dit :

    Les extraits que tu as choisis sont très poétiques. La plume est légère et très talentueuse !!

  10. Célestine dit :

    J’ai beaucoup aimé…
    je suis une éternelle enfant, aucun mérite !
     •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

  11. Ulysse dit :

    Magie de l’enfance qui invite à retrouver l’enfant qui dort en nous ! Bon dimanche Brigitte

  12. Florinette dit :

    Tout ces mots réveillent cet enfant intérieur qui demande qu’à s’exprimer, s’émerveiller !! Merci Plumes d’Anges pour ce beau moment. Belle soirée et bon début de semaine, je t’embrasse.

  13. Colo dit :

    Que c’est frais et joli, merci beaucoup!
    Le tableau m’enchante aussi…un beso

  14. eki eder dit :

    c’est beau et plein de fraîcheur! je pense qu’il est important de garder son âme d’enfant.
    bon lundi Brigitte

  15. merci pour ces belles minutes de lecture poétique…Ne jamais étouffer l’enfant qui est en nous : une recette du bonheur de vivre ? peut-être ! Belle journée à vous.

  16. Mâyâlîlâ dit :

    Extraordinaire ! J’adore…

Laisser une réponse

*