Vraies richesses…

.

.

« … Le mariage eut lieu quelques semaines plus tard. Don Salvatore bénit leur union. Puis Elia convia tous les invités au trabucco pour un grand festin. Michele, le fils de Raffaele, avait dressé une longue table au milieu des filets et des poulies. Toute la famille était là. La fête était simple et joyeuse. Les victuailles en abondance. À la fin du repas, Donato se leva, calme et souriant, demanda le silence et se mit à parler :

« Mon frère, dit-il, tu t’es marié aujourd’hui. Je te regarde, là, dans ton costume. Tu te penches sur le cou de ta femme pour lui murmurer quelque chose. Je te regarde lever ton verre à la santé des invités et je te trouve beau. Tu as la beauté simple de la joie. Je voudrais demander à la vie de vous laisser tels que vous êtes là, intacts, jeunes, pleins de désirs et de forces. Que vous traversiez les ans sans bouger. Que la vie n’ait pour vous aucune des grimaces qu’elle connaît. Je vous regarde aujourd’hui. Je vous contemple avec soif. Et lorsque les temps se feront durs, lorsque je pleurerai sur mon sort, lorsque j’insulterai la vie qui est une chienne, je me souviendrai de ces instants, de vos visages illuminés par la joie et je me dirai : N’insulte pas la vie, ne maudis pas le sort, souviens-toi d’Elia et de Maria qui furent heureux, un jour au moins, dans leur vie, et ce jour tu étais à leurs côtés. »…

.

… « Les générations se succèdent, don Salvatore. Et quel sens cela a-t-il au bout du compte ? Est-ce qu’à la fin, nous arrivons à quelque chose ? Regardez ma famille. Les Scorta. Chacun s’est battu à sa manière. Et chacun, à sa manière, a réussi à se surpasser. Pour arriver à quoi ? À moi ? Suis-je vraiment meilleur que ne le furent mes oncles ? Non. Alors à quoi ont servi leurs efforts ? À rien. Don Salvatore. À rien. C’est à pleurer de se dire cela.

– Oui, répondit don Salvatore, les générations se succèdent. Il faut juste faire de son mieux, puis passer le relais et laisser sa place. »

 Elia marqua un temps de silence. Il aimait, chez le curé, cette façon de ne pas tenter de simplifier les problèmes ou de leur donner un aspect positif. Beaucoup de gens d’Église ont ce défaut. Ils vendent à leurs ouailles le paradis, ce qui les pousse à des discours niais de réconfort bon marché. Don Salvatore, non. À croire que sa foi ne lui était d’aucun réconfort.

 » Je me demandais justement, reprit le curé, avant que tu n’arrives, Elia, qu’est devenu ce village. C’est le même problème. À une autre échelle. Dis-moi, qu’est devenu Montepuccio ?

– Un sac d’argent sur un tas de cailloux, dit amèrement Elia.

– Oui. L’argent les a rendu fous. Le désir d’en avoir. La peur d’en manquer. L’argent est leur seule obsession.

– Peut-être, ajouta Elia, mais il faut reconnaître que les Montepucciens ne crèvent plus de faim. Les enfants n’ont plus la malaria et toutes les maisons ont l’eau courante.

– Oui, dit don Salvatore. Nous nous sommes enrichis, mais qui mesurera un jour l’appauvrissement qui est allé de pair avec cette évolution ? La vie du village est pauvre. Ces crétins ne s’en sont même pas aperçus… »

.

Extraits de : « Le soleil des Scorta »  2004  Laurent Gaudé.

Illustrations : 1/« Paysage italien »  Henryk Siemiradzki  1843-1902  2/« Coquillage »  Odilon Redon 1840-1916.

…..

Choisir avec le coeur…

BVJ – Plumes d’Anges.

15 commentaires sur “Vraies richesses…”

  1. Mathilde dit :

    Une très belle lecture dans mon petit matin calme …des lignes qui nous ramènent à l’ essentiel…:-)
    Que ta journée soit belle Brigitte

  2. Daniel dit :

    Beaucoup pense que les vraies richesses sont des biens matériels…..Mais la richesse est ailleurs ….

  3. Tania dit :

    « Il faut juste faire de son mieux » : paroles de sagesse et bienfaisantes, merci Brigitte.

  4. Dominique dit :

    quel livre magnifique
    en lisant le titre de ton billet j’ai souri car c’est un titre de Giono que j’aime beaucoup

  5. Aifelle dit :

    Je n’ai pas lu Laurent Gaudé, il écrit magnifiquement bien dans cet extrait. Et les tableaux d’Odilon Redon me touchent toujours autant. Bon week-end Brigitte 🙂

  6. Adrienne dit :

    j’ai beaucoup aimé ce livre!
    j’aime encore le discours du frère 🙂

  7. Colo dit :

    Bonjour Brigitte, je ne connais pas l’auteur mais l’extrait m’enchante, tant pour le style que pour le fond. Je vais le chercher…
    Ah les vraies richesses…de tout temps elles se trouvent ailleurs que dans l’argent.
    Bon week-end, bisous.

  8. Poussy dit :

    S’entendre dire ces mots le jour de son mariage et la force qu’ils donnent pour toujours…..

    Si beaux extraits de ce livre, si beaux extraits.
    On me l’avait prêté et je ne l’ai pas lu, ça m’ennuie d’être passée à côté de cette puissance, alors merci Bribri de mon coeur.

  9. Magistral Laurent Gaudé.

  10. Florinette dit :

    J’aime beaucoup la plume de cet auteur !
    Merci pour ce bel extrait et beau dimanche Plumes d’Anges, je t’embrasse.

  11. ulysse dit :

    Oui il faut juste faire de son mieux et ne s’occuper que des vrais richesses …

  12. bizak dit :

    Tout n’est pas dans la richesse matérielle comme le disait Daniel, ce sont les cœurs qui devraient s’ouvrirent aussi, sinon on perd notre âme. Bise Brigitte

  13. Binh An dit :

    Merci pour cette leçon de vue et de vie….J’aime aussi les tableaux que tu as choisi. Je ne les ai pas vus et ne connais pas Henryk Simiradzki. Je vair lire sur lui. Merci. Bises.
    (j’ai change l’adresse de mon blog, celle notée ici est la bonne)

  14. Binh An dit :

    J’oubliais: peux-tu aussi corriger mon adresse dans tes liens ? Merci!

  15. christinegio dit :

    Ah, l’éternelle histoire du Veau d’Or… Mais ici et maintenant, on est une belle bande de crétins… en France.
    Re-bises

Laisser une réponse

*