Penser autrement…

.

.

« … En bon Jardin, j’ai toujours distingué des êtres qui sortent du cadre (out of the box) de ceux qui dessinent un autre cadre (la box elle-même). La deuxième ethnie est évidemment la plus rare.

Un jour que je surveille des enfants en tant que moniteur de colonie de vacances en Suisse, je m’aperçois que chaque soir un petit garçon reste hypnotisé par la présentatrice météo d’une chaîne helvétique, juste avant le JT local. Je discute avec lui et comprends avec stupeur qu’il assiste religieusement à ce rituel télévisuel car il est persuadé que la jeune femme ne prévoit pas le temps qu’il fera le lendemain, mais qu’elle ordonne aux éléments : « Demain il neigera le matin et à midi des éclaircies apparaîtront « , etc. Le cerveau de ce petit garçon évolue dans un tout autre cadre que le mien, un cadre magique où il est possible – quand on en a le pouvoir – de donner des ordres au soleil et aux nuages. Au lieu de détromper le gamin, je le félicite d’être le seul du chalet à avoir repéré une aussi grande magicienne. Il me sourit, heureux que j’accepte de rentrer dans son cadre où la journaliste météorologue, sur sa dévote lancée, peut faire se lever le soleil ou le sommer d’aller faire dodo.

Il ne faut jamais décourager un être humain qui a la grâce de s’échapper des références des autres. Dès que nous réintégrons le référentiel du commun, nous mourons un peu. Dès que nous réinventons le monde avec une grâce d’enfant, nous redevenons de grands vivants… »
.

Sujet de méditation inspiré par Alexandre Jardin : Réinventer le monde…

 Cela commence par l’enfance, période fabuleuse où tout est possible mais où , trop souvent, des êtres formatés se chargent d’éteindre les rêves. La confiance en soi disparait doucement, l’enfant suit la pensée des autres – adhère à la pensée unique,  cela est tellement plus simple – il est ainsi accepté au sein du groupe, cela le rassure. 

Si l’enfant se sentait soutenu dans sa différence, son imagination fleurirait, plus tard il réfléchirait autrement, il serait source d’abondance. De magnifiques initiatives ont lieu chaque jour, des hommes et des femmes sortent du rang courageusement pour proposer une vision autre, alors, qu’attendons-nous ?

Nous avons la chance de pouvoir CHOISIR qui l’on veut être, c’est précieux !

Il y a dans ce livre beaucoup d’autres sujets, cette lecture est légère et vivifiante…

.

Extrait de : « Les MAGICIENS »  2022  Alexandre Jardin.

Illustrations : 1/ « Paysage » attribué à Paul Gauguin 1848-1903  2/ « Arbres blancs »  Anita Rée  1885-1933.

…..

Créer nos propres pensées…

BVJ – Plumes d’Anges.

18 commentaires sur “Penser autrement…”

  1. Fiorenza dit :

    Oh, que j’aime cette histoire « jardinière » !

    Souvent les enfants, à travers leurs mots, leurs jeux, leurs conférences
    comme disait l’un de mes petits-enfants, entrouvrent des portes
    sur des univers inconnus de tous :
    c’est exactement ce que nous faisons chaque nuit…dans nos rêves 🕊

    Rien ne nous interdit de poursuivre ces parcours imaginaires,
    Proust lui-même disait qu’il n’y avait de vies que RÊVÉES 🌟
    Brisons les barrières qui s’élèvent sur la route des inventeurs de…
    VIE BONNE 💖

    Merci, chère Brigitte, les arbres blancs sont un enchantement !

  2. Quel beauté dans ces arbres blancs ! Un doux humour aussi dans ce texte d’A. Jardin…. le tout fait sourire et on en a un grand besoin. Merci à vous et belle journée

  3. Les « fêlés » totalement hors cadre laissent, par leurs fêlures, passer plus de lumière dit-on, ….et j’adhère totalement !
    Merci Brigitte pour cette belle référence.

  4. Marie Minoza dit :

    Les extraits que tu proposes me font penser à « Terre des Hommes », Saint-Ex disait :
    « Je me penchai sur ce front lisse, sur cette douce moue des lèvres et je me dis : voici un visage de musicien, voici Mozart enfant, voici une belle promesse de la vie… » Puis, plus loin : « Mozart enfant sera marqué comme les autres par la machine à emboutir. Mozart fera ses plus hautes joies de musique pourrie, dans la puanteur des cafés-concerts. Mozart est condamné. » Puis encore plus loin : « Et je regagnai mon wagon. Je me disais : ces gens ne souffrent guère de leur sort. Et ce n’est point la charité ici qui me tourmente. Il ne s’agit point de s’attendrir sur une plaie éternellement rouverte. Ceux qui la portent ne la sentent pas. C’est quelque chose comme l’espèce humaine et non l’individu qui est blessé ici, qui est lésé. Je ne crois guère à la pitié. Ce qui me tourmente, c’est le point de vue du jardinier. Ce qui me tourmente, ce n’est point cette misère, dans laquelle, après tout, on s’installe aussi bien que dans la paresse. Des générations d’Orientaux vivent dans la crasse et s’y plaisent. Ce qui me tourmente, les soupes populaires ne le guérissent point. Ce qui me tourmente, ce ne sont ni ces creux, ni ces bosses, ni cette laideur. C’est un peu, dans chacun de ces hommes, Mozart assassiné. »

  5. Anne dit :

    Belle notation. J’ai relevé justement ceci aujourd’hui: « Cessez d’être ce que vous étiez et devenez ce que vous êtes », mais entre l’enfant que nous étions et nous, il y a le parcours d’une vie.
    En général, Alexandre Jardin me semble un peu léger; lui aussi a grandi semble- t-il.

  6. Nikole dit :

    Désolée … laisser rêver et imaginer les enfants, soit !, mais l’histoire de la météo me met très mal à l’aise, et je ne suis pas d’accord avec ce que n’a pas fait/fait le moniteur ; je trouve ça, au contraire, en l’occurrence, dangereux pour ce petit garçon de l’avoir laissé à ces chimères-là.

  7. Célestine dit :

    Alexandre jardin est un magicien lui-même.
    Des mots, de la fantaisie, et des possibilités infinies qui s’offrent à nous.
    Mais penser autrement, rêver, c’est difficile quand tout nous formate autrement.
    Merci pour ce joli billet ma Plume.
    •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

  8. Dominique dit :

    il y a une éternité que je n’ai pas lu cet auteur
    quelle belle histoire, en te lisant je pense à la conférence que j’ai écouté sur youtube de l’astrophysicien David Elbaz qui parle magnifiquement du Cosmos et des dernières découvertes, il dit plusieurs fois dans son livre combien il est important et fructueux d’avoir parfois un regard autre, et de suivre ainsi une voie qui n’est pas encore tracée

  9. Je n’ai jamais rien lu d’Alexandre Jardin mais cet extrait me touche : je pense aussi qu’il faut respecter les regards d’enfants et, surtout, quand on est devenu grand, conserver son propre regard d’enfant qui est de l’ordre du merveilleux. Sinon, comment cette peintre aurait-elle pu peindre ces si magnifiques arbres blancs ?
    Merci ! Bonne journée, visiblement ventée de ce côté-ci de la Rade – et sans doute de l’autre côté aussi.

  10. Aifelle dit :

    Je n’aurais pas attribué le premier tableau à Gauguin ! Le deuxième tableau est magnifique. Je n’ai pas lu Alexandre Jardin, mais je pense aussi que l’on éteint trop vite les capacités d’imagination des enfants. Ça ne donne pas des adultes très créatifs et c’est vraiment dommage individuellement et collectivement. Bises Brigitte.

  11. thé ache dit :

    l’éducation quand elle préfère le dressage qu’il soit économique ou philosophique, fait des adultes obéissants (un peu bêtes et souvent méchants) quand l’imagination : developper l’imaginaire et la poésie et les arts devrait être au centre des préoccupations…

  12. Dédé dit :

    Réinventer le monde! Il y a du travail mais si on le fait au quotidien, il y a des chances que le monde soit meilleur. Dans mon travail, avec les gens dont je m’occupe, j’essaie toujours dans mes entretiens de faire surgir les compétences des personnes mais aussi leurs rêves, leurs passions. Quand j’arrive à faire cela, j’ai l’impression de leur réapprendre à réinventer leur monde. Bises alpines.

  13. Béa Kimcat dit :

    J’aime beaucoup Alexandre Jardin…
    Penser autrement… Un côté magique…
    Joliment illustré ton extrait.
    Bises Brigitte

  14. Den dit :

    Oh ! que j’aime le thème de ton billet Brigitte, qui pense autrement.
    Cette histoire d’Alexandre Jardin à la vie extra-ordinaire, vers tous les possibles, et qui adulte continue de rêver son existence, avec ses yeux d’enfant gracieux…. a bien raison !
    Tes mots habillés par le tableau d’Anita Rée et Paul Gauguin, hors cadre, qui s’échappent sur la page, me plaisent bien par ta lumière diffusée.
    A méditer longuement.
    Merci à toi, et douce journée.

  15. Colo dit :

    Penser, voir autrement, est absolument nécessaire et, c’est vrai, les enfants non encore « formatés » nous y aident si on les suit ! Des magiciens, oui, souvent !
    Merci, bonne journée, un beso

  16. Michèle Loss dit :

    L’innocence en vision d’un soleil et d’une lune… la spontanéité d’une manifestation magique qui peut devenir opérationnelle…l’infini des mondes s’ouvre à l’imagination constructive…
    Lovées dans les pensées volages de chaque être humain, ( quelque soit l’âge ) tant d’idées novatrices !
    Belle journée à toi Brigitte,
    Douce pensée, Michèle

  17. eki eder dit :

    merci Brigitte la magicienne de nous faire partager ce billet.
    Bon wk

  18. Ulysse dit :

    Je suis aussi maître du temps car je décide qu’il fait beau même quand il pleut ou qu’il neige car j’y éprouve de merveilleuses sensations….Beau week end Brigitte

Laisser une réponse

*