Situations extrêmes…

.


.

“… Chaque année, la chaleur risque de me tuer. La ville se vide et nous, les chiens, nous finissons dans la rue. La première année fut la plus dure. Je ne savais que faire, j’étais perdu. J’errais dans les rues vides, rien à manger.(…) J’ai résisté, j’ai pleuré, j’ai dormi, puis j’ai regardé le ciel et j’ai vu descendre un ange, avec de grandes ailes blanches. Je l’appelle comme ça, mais je ne suis pas sûr, je l’avais déjà vu d’autres fois de loin, je ne fais pas très attention au ciel. J’ai pensé que c’était un ange parce qu’il s’était adressé à moi.

Quand une créature descend du ciel et te veut justement toi, ce doit être un ange. Il est venu au devant de moi et m’a fait une caresse blanche de son aile. Je l’ai regardé et il m’a dit : “Suis-moi.” Sa voix était celle de l’eau de pluie, “Suis-moi”, il a dû me le dire encore, parce que je ne réponds pas la première fois. Je pense que j’ai rêvé un ordre, une invitation, et j’attends donc une confirmation. Je me suis dressé sur mes pattes, j’avais la tête qui tournait. Il faisait la chaleur volcanique de ces terres jaunes du sud, tuf et soufre. L’ange m’a conduit hors du territoire connu. Je suis paresseux, sans curiosité pour le grand monde, j’aime les habitudes. Mais je me sentais en danger. L’ange m’a ouvert les routes, il y avait partout des chiens perdus qui traînaient en quête d’une occasion. Il m’a trouvé un coin et m’a apporté à manger, j’ai demandé pourquoi il m’aidait, il a répondu que c’était sa mission. Il avait des ailes pour ça, pour attirer le regard des créatures vers le ciel. Il apprenait à s’adresser en haut quand le bas nous abandonne.

“Tu as regardé en haut, c’est pour ça que je suis descendu. Si tu avais gardé les yeux à terre, je n’aurais pas pu. Je viens seulement chez ceux qui ont besoin du ciel.”

Je ne savais pas que j’en avais besoin, mais il est vrai que j’avais levé les yeux en quête d’un nuage de pluie. Les hommes s’abritent, nous non, pour nous c’est la plus belle des caresses.

Je n’avais pas mangé de poisson avant cet été-là, j’ai découvert que c’était très bon, il me l’apportait tout frais de la mer. Il me disait que la mer aide quand la terre se ferme. Je n’avais pas pensé à la mer, au ciel, la terre me suffisait. Les anges aident à penser.

“Ange, dis-je, tu connais le monde, tu le surveilles depuis les airs, dis-moi quelle est ma faute.

- Je vois les montagnes, mais je ne distingue pas les prises, je vois la grandeur mais je ne reconnais pas les détails. Je suis en exil quand je descends sur terre, je vis au ciel. J’ai vu de loin des chiens lécher la main de l’employé de la fourrière et d’autres mordre celle de leur maître. Les torts et le mérites sont répandus pêle-mêle sur la terre. La faute d’un autre retombe sur toi et à un autre revient le mérite d’une de tes bonnes actions. Ce n’est qu’à le fin qu’on fait les comptes et qu’on répond de chaque chose.

- Même de l’abandon ? ai-je demandé.

- Oui”

Les jours passaient, bouillants, dans la rue les marginaux s’organisaient en meutes. La nécessité rend dangereux. La police est intervenue et elle a arrêté un grand nombre d’entre nous. Je m’enfuyais en suivant par terre l’ombre des ailes devant ma course. La ville était sans protection, mais moi j’étais sous celle de l’ange…”

.


Extrait de : “Le plus et le moins” 2015  Erri De Luca.

Illustrations : 1/“L’Annonciation” – détail - Jacopo Pontormo 1494-1557  2/Etude -  Sir Edwin Henry Landseer 1802-1873.

…..

Se sentir sous la protection de l’Ange…

BVJ – Plumes d’Anges.

13 commentaires sur “Situations extrêmes…”

  1. Lily says:

    C’est beau, un peu troublant, très symbolique certainement. J’ai lu deux romans de De Luca et j’ai beaucoup aimé. Son humanité, son écriture et son côté un peu singulier. J’ai chez moi “Le poids du papillon” qui ne m’avait pas accrochée dans les premières pages … Dans quelques temps, peut-être … Bises Brigitte

  2. Dominique says:

    un texte qui apporte un peu de chaleur dans ces jours neigeux

  3. Aifelle says:

    Un texte qui donne envie d’en savoir davantage. L’Annonciation est très belle.

  4. Binh An says:

    Je me demande s’il s’agit vraiment des chiens dont on parle et l’idée m’effraie. J’évite de penser plus loin, et regarde les images qui sont très belles. Ce n’est pas en préférant regarder les images que la réalité n’existe pas. Il fait très chaud, il fait très froid, et le monde souffre.

  5. Céleste says:

    Mon ange ne me quitte pas, et je sais que c’est une chance.
    J’en suis consciente.
    Bisous chère plume
    ¸¸.•*¨*• ☆

  6. JC says:

    Si seulement tous les malheureux savaient s’abriter sous l’aile de leur ange ! Il n’y en aurait plus ou ils le seraient moins ! Douce soirée à toi. Bises; Joëlle

  7. Daniel says:

    Je parle à mon ange et lui demande de l’aider….Amon avis, il doit le faire ……

  8. Daniel says:

    Et lui demande de m’aider( oups !)

  9. Aloysia* says:

    Quel beau texte ! Merci Brigitte pour cette merveille.

  10. Tania says:

    J’ai du mal à entrer dans ce texte, mais l’ange de Pontormo me laisse rêveuse.
    Le ciel bleuit en cette fin de matinée, glaciale.

  11. Colo says:

    Très symbolique ce texte en ce moment précis. Moi aussi j’aimerais en lire plus, de Luca me plaìt, me parle beaucoup.
    tes illustrations sont, comme toujours magnifiques, merci!

  12. Ariaga says:

    Un grand texte très symbolique, tu m’as donné envie d’en lire plus. Amitiés.

  13. christinegio says:

    La musique, c’est un ange aussi… J’ai vu à la télé une femme de 109 ans qui a survécu aux camps de la mort et qui tapait encore sur son piano comme une petite fille, qu’elle est redevenue grâce au temps, aux camps de la mort et à la musique…
    Elle aussi à réjoui ma journée… comme le fond outremer derrière les fraises rouges…

    Des bises

    PS : des commentaires en rafale car j’étais plus vraiment là – je vidais mon grenier. Alors forcément, j’ai pris du retard…

Laisser une réponse

*