Archive pour novembre 2014

Eclat…

Jeudi 27 novembre 2014

.


.

“Quand vous serez au milieu de la grande vie paysanne,

Au milieu d’un champs dans les loins

Ou au cœur d’une forêt en automne,

Vous comprendrez qu’il y a loin de vous

Au cœur du monde,

Qu’il y a loin de votre coupe

Aux lèvres de l’éternel,

Et vous écouterez bruire l’automne

Et vous entendrez les feuilles

Tomber de vos arbres intérieurs,

Vous entendrez la voix de la terre,

Et le présent vous sautera aux yeux

Comme un écureuil qui plonge

Sur l’arbre de la vie.

Croyez en l’extase des nuages

Qui traversent les grands horizons,

Au petit vent du soir,

Au cœur de l’été chaud.

Croyez en la douceur

D’une amitié, d’un amour,

À la main qui serre votre main.

Car demain,

Mais n’y pensez pas,

Demain éclateront peut-être

Les nuages

Et l’orage emportera vos amours.

Tenez-vous serrés,

Ne vous endormez pas sur un reproche non formulé,

Endormez-vous réconciliés.

Vivez le peu que vous vivez dans la clarté.”

.


Extrait de : “Mon terroir, c’est les galaxies” 1978   Julos Beaucarne.

Illustrations : 1/“Lac Sevan au coucher du soleil”  2/”Bosquet de bouleaux”  Gevork Bashindzhagian 1857- 1925.

…..

Faire que la lumière dissolve l’ombre…

BVJ – Plumes d’Anges.

Battements…

Lundi 24 novembre 2014

.

.

“…  -  LE PAPILLON  -

Ce billet doux plié en deux cherche une adresse de fleur…

.

- AU JARDIN  -

La Rose  : – Me trouves-tu belle ?

Le Frelon : – Il faudrait voir les dessous.

La Rose : – Entre…

.

-  UNE FAMILLE D’ARBRES  -

C’est après avoir traversé une plaine brûlée de soleil que je les rencontre.

Ils ne demeurent pas au bord de la route, à cause du bruit. Ils habitent les champs incultes, sur une source connue des oiseaux seuls.

De loin, ils semblent impénétrables. Dès que j’approche, leurs troncs se desserrent. Ils m’accueillent avec prudence. Je peux me reposer, me rafraîchir, mais je devine qu’ils m’observent et se défient.

Ils vivent en famille, les plus âgés au milieu et les petits, ceux dont les premières feuilles viennent de naître, un peu partout, sans jamais s’écarter.

Ils mettent longtemps à mourir, et ils gardent les morts debout jusqu’à la chute en poussière.

Ils se flattent de leurs longues branches, pour s’assurer qu’ils sont tous là, comme les aveugles. Ils gesticulent de colère si le vent s’essouffle à les déraciner. Mais entre eux aucune dispute. Ils ne murmurent que d’accord…

Ces arbres m’adopteront peu à peu, et pour les mériter j’apprends ce qu’il faut savoir :

Je sais regarder les nuages qui passent.

Je sais aussi rester en place.

Et je sais presque me taire…”

.



Extraits de : “Histoires naturelles”  Jules Renard 1864-1910.

Tableaux : 1/“Papillon (détail d’une nature morte)”  Carstian Luyckx XVIIème  2/“Soir”  Paul Hoecker 1854-1910.

Ne pas s’égarer, observer l’essentiel…

BJV – Plumes d’Anges.

Limpidité…

Jeudi 20 novembre 2014

.


“… Un lieu qui m’ouvrait la magique profondeur du Temps. Et si j’avais pensé le mot “paradis”, c’était aussi, probablement, parce que je respirais mieux sous ce ciel, comme quelqu’un qui retrouve la terre natale. Quand on quitte la périphérie pour se rapprocher du centre, on se sent plus calme, plus assuré, moins inquiet de disparaître, ou de vivre en vain. Ces “ouvertures” proposées au regard intérieur apparaissaient ainsi convergentes, tels les rayons d’une sphère ; elles désignaient par intermittences, mais avec obstination, un noyau comme immobile. Se tourner vers cela, ce devait être appréhender l’immémoriale haleine divine (en dehors de toute référence à une morale ou à une religion) ; et, du même coup, rester fidèle à la poésie qui semble en être une des émanations…

.

… Ce matin l’eau voile l’herbe

l’écume revient aux roseaux,

plume par le vent poussée ! …

.

… Ciel. Miroir de la perfection. Sur ce miroir, tout au fond, c’est comme si je voyais une porte s’ouvrir. Il était clair, elle est encore plus claire.

Pas de clochers. Mais dans toute l’étendue, l’heure de l’éternité qui bat dans des cages de buée.

Suprême harmonie, justice de l’Illimité. On aurait dit que chacun recevait sa part, la lumière qui paraît infinie distribuée selon l’aérienne convenance…”

Extraits de : “Paysages avec figures absentes” 1970  Philippe Jaccottet.

Tableau : “Meules de foin sur les marais de Newburyport”  Martin Johnson Heade 1819-1904.

…..

Quand tout s’éclaire… cadeau des cieux…

BVJ – Plumes d’Anges.



Vibration d’enfant…

Lundi 17 novembre 2014

.

.

” Lorsque l’enfant était enfant,

il marchait les bras ballants,

il voulait que le ruisseau soit rivière

et la rivière, fleuve,

que cette flaque soit la mer.

Lorsque l’enfant était enfant,

il ne savait pas qu’il était enfant,

tout pour lui avait une âme

et toutes les âmes étaient une.

Lorsque l’enfant était enfant,

il n’avait d’opinion sur rien,

il n’avait pas d’habitudes,

il s’asseyait souvent en tailleur,

démarrait en courant,

avait une mèche rebelle

et ne faisait pas de mine

quand on le photographiait.

Lorsque l’enfant était enfant,

les pommes et le pain suffisaient à le nourrir,

et il en est toujours ainsi.


Lorsque l’enfant était enfant,

les baies tombaient dans sa main

comme seules tombent les baies

et c’est toujours ainsi,

les noix fraîches

lui irritaient la langue,

et c’est toujours ainsi,

sur chaque montagne, il avait le désir

d’une montagne encore plus haute

et dans chaque ville, le désir

d’une ville plus grande encore,

et il en est toujours ainsi,

dans l’arbre, il tendait le bras

vers les cerises,

exalté,

comme aujourd’hui encore,

était intimidé par les inconnus

et il l’est toujours,

il attendait la première neige

et il l’attend toujours.

Lorsque l’enfant était enfant,

il a lancé un bâton contre un arbre,

comme une lance,

et elle y vibre toujours.”

.

.

Texte de Peter Handke

extrait du film “les Ailes du désir” de Wim Wenders 1987.

Illustrations : 1/“Regarder les bateaux”  Winslow Homer 1836-1910  2/“Fraises et noix” 1840  F.Küchlin 3/“Eucalyptus”  Guy Rose 1867-1925.

…..

Être soi-même, être fidèle à soi-même…

BVJ-Plumes d’Anges.


Trésors enfouis…

Jeudi 13 novembre 2014

.

.

“… Pluton est le dieu de l’autre monde.

Il est Celui qui voit dans l’ombre.

Shakespeare a écrit : Pluton ferme les yeux tandis que joue Orphée.

Le ploutos en Grèce ancienne définissait la fortune qui brille dans la nuit, la fortune en argent et en or.

Ploutôn était le dieu Recéleur-des-trésors-enfouis-sous-la-terre.

Plutarque – ploutarchos -voulait dire en grec le maître des richesses enfouies…

.

… La mer était sans écume, lissée, extrêmement brillante, resplendissante. Chaque vague était comme une grande tuile d’or qui s’élevait, qui avançait…

.

… Il n’existe pas dans la nature de fragments. Le plus petit des morceaux est encore le tout. Chaque miette est l’univers …

.

… L’aurore tire une fumée de brume au-dessus des rivières et des lacs. C’est un voile qui s’interpose entre le soleil qui se hisse et son reflet qui se répand dans la région de l’air qui l’entoure. C’est sa propre chaleur qui en rend impossible la vision à l’instant de sa naissance. Nous ne connaissons jamais ce qui commence à son début. Toute cause en nous est récapitulée et fictive.

Nous ne connaissons jamais ce qui finit à l’instant de sa fin véritable. Tout adieu est un mot dont on veut croire qu’il conclut. Or il ne débute rien et il n’achève rien…

.

… Nous avons connu la vie avant que le soleil éblouisse nos yeux et nous y avons entendu quelque chose qui ne se pouvait voir ni lire…

.

… Nous venons de l’eau comme nous venons de la mer. D’abord nous descendons des bactéries. Puis nous descendons des singes.

Entre les bactéries et les singes il y eut les poissons. Les carpes qui vivent quatre fois plus que nous.

Au terme de nos doigts restent quelques écailles.

Nous aussi dérivons des astres et du soleil.
Tous les hommes et les montagnes, toutes les fleurs, tous les poissons, toutes les carpes, toutes les villes, tous les instruments de musique, tous les livres, tous nos visages tournent autour du soleil…”

.


Extraits de : “Les ombres errantes” 2002  Pascal Quignard.

Illustrations : 1/ “Sphère de verre (détail du Jugement de Pâris)” Lucas Cranach l’Ancien 1472-1553  2/ “Loïe Fuller dans l’Archange”  Koloman Moser 1868-1918.

…..

Faire rayonner l’Étoile qui danse en nous…

BVJ – Plumes d’Anges.

Ambiance…

Lundi 10 novembre 2014

.

.

“… Fais un délicieux bol de thé.

Dispose le charbon de bois de façon à chauffer l’eau.

Arrange les fleurs comme elles sont dans les champs.

En été, évoque la fraîcheur, en hiver, la chaleur.

Devance en chaque chose le temps.

Prépare-toi à la pluie.

Accorde à chacun de tes invités la plus grande attention…”

“Les sept règles du thé”  Sen Rikyù  1522-1591.

.


Illustrations :1/  Maria Oakey Dewing 1845-1927 2/“Feuilles de thé” (détail)  William Mac Gregor Paxton 1869-1941.

…..

Initier de belles ambiances…

BVJ – Plumes d’Anges.

Futur antérieur…

Jeudi 6 novembre 2014

.

.

“… Percevoir le passage du temps.

Percevoir que ce fleuve qui s’écoule en nous – que ce fleuve dans lequel nous nous écoulons – ne bat pas au rythme d’un métronome, ne bat pas au rythme d’un chronomètre, d’une horloge, mais émerge sans cesse au rythme de notre vie intérieure.

Ce que nous appelons notre conscience du présent, de l’instant présent, est une oscillation permanente entre mémoire et anticipation, entre souvenirs et désirs, entre nostalgie et attente. En fonction de nos souvenirs, de nos émotions, de nos espoirs et de nos craintes, en fonction de ce que nous avons déchiffré et compris du passé, et de ce que nous imaginons de l’avenir…

.

… Quand tout apparemment se tait en nous, quelque chose pourtant continue à parler dans le silence, quelque chose continue à aller son chemin en nous.

Pendant les moments où nous rêvons.

Et pendant les périodes où nous ne rêvons pas.

Quand il nous semble que nos activités mentales s’interrompent, se suspendent, et que tout s’est éteint en nous, que nous ne nous souvenons de rien, cette mer intérieure continue pourtant à nous animer, et à nous emporter dans un voyage, jusqu’au réveil.

“Mon âme est un orchestre caché”, dit Fernando Pessoa…

.

.

… Nous sommes faits de mémoire.

De l’empreinte qui demeure en nous de ce qui a disparu.

Et une partie de cette empreinte remonte à la nuit des temps.

Il y a plus d’un siècle et demi, la révolution darwinienne nous a révélé que nous partageons avec l’ensemble du monde vivant une généalogie commune. Et ce qui nous sépare des autres espèces vivantes, ce sont des degrés d’éloignement sur le thème de la parenté.

Nous sommes des parents des oiseaux et des arbres, des papillons et des fleurs. Et pour comprendre l’extraordinaire diversité des êtres vivants qui nous entourent, et la place que nous occupons dans cette immense diversité, il nous faut plonger dans un lointain passé disparu, le reconstituer, le faire ré-émerger, le réinventer.

Nous portons en nous, dans notre corps, d’innombrables traces de l’immense succession des ancêtres qui nous ont donné naissance. Et certaines de ces traces, nous les partageons avec tous les êtres vivants qui nous entourent aujourd’hui.

Mais cette mémoire ancienne est aussi la mémoire des innombrables empreintes qu’ont inscrites en nous les métamorphoses qui nous ont peu à peu éloignés de nos ancêtres, et de tous les autres membres, proches ou lointains, de cette grande famille du vivant à laquelle nous appartenons.

Depuis nos origines, il y a trois milliards et demi à quatre milliards d’années, l’univers vivant n’a cessé de se transformer. De se réinventer. Sous des formes toujours nouvelles.

Et la merveilleuse histoire du très long voyage du vivant à travers le temps est une histoire faite à la fois d’innombrables extinctions, et d’innombrables naissances, d’innombrables variations faisant continuellement émerger, à partir de ce qui précède, la nouveauté et la diversité.

Une histoire faite de retours aux origines et de départs vers l’inconnu.

De fidélité et de séparation.

De continuité et de discontinuités.

De conservation et de ruptures.

De mémoire et d’oubli…

.


… Nous sommes faits de l’empreinte de ce qui a disparu. De ceux qui ont disparu.

De la présence de l’absence. De ce qui demeure en nous de tous ceux qui nous ont fait naître.

Tout sourire d’enfant est d’abord un écho au sourire d’une mère. Toute main tendue vers l’autre, tout geste de tendresse, toute consolation sont d’abord un écho à une main tendue, un geste de tendresse, un consolation que nous avons reçus. D’une personne qui l’avait elle-même reçu, et rendu à un autre, à une autre, qui ne lui avait encore rien donné.

La langue que nous parlons, le nom que nous portons, notre histoire familiale et collective, notre culture, presque tout ce que nous croyons connaître du monde et de nous-mêmes, nous a été transmis, mémoire des vivants et des morts que nous avons faites nôtre et que nous partageons sans l’avoir vécue. (…) Et dans différents endroits du monde, et à différentes périodes, naissent et renaissent des conflits de mémoire, des mémoires tronquées, blessées, ou des formes d’amnésie collective, surtout quand la mémoire collective a une dimension morale et concerne des traumatismes, des injustices, des crimes… (…) Combien y-a-t-il de ces mémoires collectives construites sur la dépossession, la transformation, l’effacement de la mémoire des autres ?

Sur la justification ou l’oubli de la violence faite aux autres. (…) Et si nous voulons apaiser ces blessures, il nous faut sans cesse reconstruire une mémoire nouvelle, vivante, ouverte, toujours recommencée, qui donne sa place à ceux que nous appelons les autres – qui ne les exclut pas, qui ne les instrumentalise pas, qui ne les efface pas.

Il nous faut sans cesse écouter, dialoguer – car comment savoir ce qui demeure de souffrance dans les mémoires, sans écouter, sans dialoguer ?

Revisiter le passé pour le redécouvrir et le réinventer.

Alors seulement, nous pourrons faire naître une véritable mémoire commune, qui nous inclut et nous dépasse – la mémoire de notre commune humanité…”

.


Extraits de : “Sur les épaules de Darwin - Tome 1 – Les battements du temps” 2012  Jean-Claude Ameisen.

Illustrations : 1/“Thalie, muse de la Comédie” et  4/“Polymnie, muse de la Poésie lyrique”  Giovanni Baglione 1566-1643  2/“Chutes de Yosemite” et 3/“Mont Cervin”  Albert Bierstadt 1830-1902.

…..

Transformer les chants de guerre en champs de paix…

BVJ – Plumes d’Anges.

Rêverie…

Lundi 3 novembre 2014

.

.

Suivre le cours du ruisseau…

.

.

… d’un pas léger, contourner l’improbable colline…

.

.

… jusqu’à l’apparition de feu l’arbre enchanté.

.

.

À ses pieds, des offrandes,

.

.

des dentelles légères,

.

.

d’impermanents tableaux,

.

.

de luxueuses parures d’entrelacs verdoyants.

.

.

Le bois mort reste source de vie !

.

.

La pierre n’a soufflé mot mais ici chantaient tous les oiseaux du monde…

Photos BVJ – Massif des Maures.

…..

Se laisser porter par la douceur de l’air ambiant…

BVJ – Plumes d’Anges.