Archive pour octobre 2013

Vitalité…

Mercredi 30 octobre 2013

.

.

“… Shojin ryori signifie en japonais “cuisine pour l’avancement spirituel et la dévotion”. Elle a pour but de faire progresser spirituellement ses adeptes à travers l’acte de préparer et de consommer les repas.

L’entraînement à ce genre de cuisine exige de la part de celui qui la pratique un sens de l’effort total ainsi qu’un parfait contrôle de soi, deux qualités élémentaires et essentielles dans le bouddhisme zen. Elles impliquent le choix d’aliments de saison, des préparations variées, le respect et le goût des ingrédients, l’économie dans les gestes, l’exactitude et à travers tout cela l’appréciation de la vie en général, la recherche d’encore plus d’harmonie avec le reste du monde et un parfait accord avec soi-même.

C’est un véritable entraînement à la simplicité et à la frugalité (même les épluchures, dans les temples zen,  doivent être utilisées), une activité de caractère sacré. Mais c’est aussi faire de l’ordinaire une expérience extraordinaire, ce dont on retire une volupté certaine. Dans la pratique de cet entraînement, couper un navet n’est pas moins important que lire ou méditer. Esthétique, morale, éthique, santé, économie, tout y a trait.

Les principes de la cuisine Shojin :

- La qualité des ingrédients ;

- L’arrangement de la nourriture par couleurs selon les saisons ;

- Le gâchis interdit…

.

.

… Quoique nos vies modernes soient devenues très confortables, explique le zen, nous nous sommes graduellement éloignés de notre environnement naturel et de l’appréciation des saisons. Nous oublions peu à peu la brise soufflant dans la cime des arbres et les doux rayons du soleil. Regarder la verdeur d’un bois, la couleur d’une fleur ou le vol d’un oiseau ne requiert aucune attention spéciale et, pourtant, ce n’est pas perdre son temps : on recouvre ainsi la santé qui est le fondement de tous les autres biens qu’on peut avoir en cette vie. C’est nourrir, en fin de compte, son “équilibre”…

… Contrairement à ce que l’on pense, nourrir sa forme physique ne suffit pas à maintenir sa vitalité. Ce n’est pas tant son corps qu’il faut nourrir, mais son énergie, son dynamisme intérieur. La maladie est un étiolement de l’énergie. C’est souvent la peur de tomber malade qui crée une obstruction intérieure. On ne peut obtenir du jour au lendemain l’accès à la sérénité, dont dépendent santé et longévité. Le stress, mot récent, exprimant, sous l’excès de l’excitation, ce qui trouble et désorganise notre vitalité, est exactement le contraire de “nourrir sa vie”. La nourriture (plus largement le régime) devrait avoir pour but de se concentrer en premier sur sa capacité à déployer et à conserver son potentiel vital. Pour cela il ne faut plus s’embarrasser du monde entier, des choses, des soucis…”

.

.

“Nous sommes ce que nous mangeons” dit Jane Goodall…

Prenons du recul, réfléchissons, n’acceptons pas les poisons de la société industrielle : se bien nourrir est une belle fête qui nous rend légers et joyeux !

Extrait de : “L’art de la frugalité et de la volupté” 2009  Dominique Loreau.

Tableaux : 1/“Fruits et objets d’ornementation”  Anonyme du XIXème  2/“Asperges et groseilles”  Adriaen Coorte 1683-1707  3/”Raisins et vases de porcelaine” Max Streckenbach 1863-1936.

…..

Remettre en cause nos nourritures…

BVJ – Plumes d’Anges.


Magnifique liberté…

Lundi 28 octobre 2013

.

La liberté doit s’exercer dans le respect de l’autre…

.

.

… La liberté n’est ni une invention juridique ni un trésor philosophique, propriété chérie de civilisations plus dignes que d’autres parce qu’elles seules sauraient la produire ou la préserver. Elle résulte d’une relation objective entre l’individu et l’espace qu’il occupe, entre le consommateur et les ressources dont il dispose…”

Extrait de “Tristes tropiques”  Claude Lévi-Strauss 1908-2009.

.

.

- 28 octobre 1886 -

Inauguration de

” LA LIBERTÉ ILLUMINANT LE MONDE”

(Si vous désirez en savoir plus, un petit clic –> ICI)

Sur la base de cette illustre statue

est gravé la fin du sonnet d‘Emma Lazarus intitulé “Le nouveau Colosse” :

“Garde Vieux Monde tes fastes d’un autre âge, crie-t-elle

Donne-moi tes pauvres, tes exténués,

Qui en rangs pressés aspirent à vivre libres,

Le rebut de tes rivages surpeuplés,

Envoie-les moi, les déshérités, que la tempête m’apporte

De ma lumière, j’éclaire la porte d’or !”

.

.

Aux quatre coins du globe,

depuis la nuit des temps,

combien de peuples,

combien d’hommes privés de liberté ?

Une fois encore, quelque chose est à changer dans notre comportement, notre éducation, notre regard…

Illustrations : 1/ et  2/ Assemblages de “la Statue de la Liberté” Photographies d’Albert Fernique 1841-1898  3/ “Île et Statue de la Liberté” Fred Pansing 1844-1912.

…..

La liberté sous toutes ses formes est un joyau…

BVJ – Plumes d’Anges.



Bonnes nouvelles…

Vendredi 25 octobre 2013

.

.

NOUS SOMMES AUX ANGES !

Saviez-vous que si nous étions au Canada, il nous faudrait dire

“NOUS SOMMES AUX OISEAUX” ?

Que de jolis mots pour illustrer les doux moments de la vie !

Illustration : “Allégorie de la musique”  Jacob de Wit 1695-1754.

…..

Apprécier chaque instant

BVJ – Plumes d’Anges.

Se détendre…

Mercredi 23 octobre 2013

.

Vacances…

.

.

Se détendre, quelques jours, avec les enfants…

Aujourd’hui, une chance inouïe à savourer :

quelques petits nuages dans le ciel mais une température estivale qui nous donne le choix d’aller sur le sable ou à la cueillette des champignons !!!

.

.

“Les enfants sont des sages” disait René Barjavel,

Ici et maintenant, une fois de plus, tout est bien !

Tableaux : 1/“Enfants sur le sable” 2/“L’été”  Johannes Evert Akkeringa 1861-1913.

…..

Délasser notre esprit…

BVJ – Plumes d’Anges.

Art vivant……

Lundi 21 octobre 2013

.


.

“L’art désigne deux choses.

1/ D’une façon générale, l’art renvoie au savoir-faire et à la technique parfaitement maîtrisée. Le virtuose dans son domaine est dit être passé “maître” dans l’art de faire ceci ou cela.

2/ Par-ailleurs, l’art renvoie à la manifestation humaine du beau. Si en effet, il existe le beau naturel, qui est cette harmonie que la Nature peut dispenser à travers tel ou tel élément, il existe aussi le beau artistique, qui est l’harmonie que les hommes peuvent inventer et susciter à travers telle ou telle œuvre. Kant a vu dans le génie -qui est la capacité qu’a l’homme de s’élever au-dessus de la Nature- la source de l’art. Du fait de sa liberté, l’artiste possède un domaine illimité : celui de la nouveauté. Ce qui est aussi une limite. Car quand la nouveauté devient le critère de l’art, le risque est grand de voir taxer d’art n’importe quoi.

L’art doit-il être vrai en servant la vérité et donc “imiter la nature” ? Ou bien doit-il être libre et ne pas hésiter, comme le disait Baudelaire (1821-1867), à aller “au fond de l’inconnu pour trouver du nouveau” ? Tout le génie de l’art est de savoir réconcilier vérité et liberté en donnant à voir, à entendre, à goûter et à vivre des objets et des œuvres vivant pour eux-mêmes.”

Extrait de : “ Le dico de la philosophie  - L’art -“  Bertrand Vergely.

.

Ce week end, je suis allée au fond de l’inconnu pour trouver du nouveau : j’ai expérimenté l’art du mariage entre la poire et le chocolat grâce à la recette de Julie V. et j’en conclu que l’art est vivant et se doit d’être partagé !!!

Un bonheur pour commencer la semaine, ça ne se refuse pas… ?

.

.

LE CHOCOPOIRE

Ingrédients : 200 g de chocolat noir – 125 g de beurre – 100 g de sucre en poudre – 5 bonnes cuillères à soupe de farine – 1 sachet de levure – 1 sachet de sucre vanillé – 5 petits œufs – une boite de poires au sirop.

Réalisation : Faire fondre le chocolat et le beurre, ajouter les jaunes d’œufs, la farine tamisée, la levure, les sucres.

Bien remuer, incorporer les blancs d’œufs battus en neige puis les morceaux de poires.

Cuire environ 40 minutes dans un four à 200°( 50′ dans mon four).

.

Tableau : “Coupe de fruits”  Givanna Garzoni 1600-1670.

Photos BVJ.

…..

S’initier à du nouveau…

BVJ – Plumes d’Anges.

Ailleurs…

Vendredi 18 octobre 2013

.

.

“On me demande pour quelle raison j’habite la montagne verte

Je souris alors sans répondre, le cœur spontanément en paix

Les fleurs de pêchers s’éloignent ainsi au fil de l’eau

Il est un autre Ciel, une autre Terre que parmi les êtres”

“Dialogue en montagne”  Li Po 701-762.

.

.

“Que de fleurs ! en boutons, en désordre…

Que d’envols ! tant d’abeilles, de papillons…

J’habite à l’écart, paresseux ou actifs

Un visiteur arrive… que désire-t-il ?”

“Quatrain”  Tu Fu 712-770.

.

Extraits de : “Les yeux du dragon” Anthologie de poésie chinoise, traduction de Daniel Giraud.

Illustrations : 1/“Pink Fuji”  Takeuchi Seiho 1864-1942  2/“Psittacus pacificus”  Georg A. Foster 1754-1794  3/“Lotus et libellules” Kim Hong-do 1745-1806.

…..

Se mettre à l’écart du bruit du monde…

BVJ – Plumes d’Anges.

Grâce…

Mercredi 16 octobre 2013

.

.

” La grâce engendre la beauté. La grâce est simplement l’aura qui entoure une relaxation totale.

Si vous avancez spontanément, chaque instant décide de ce qu’il est. Cet instant ne va pas décider du suivant, aussi restez simplement ouvert. L’instant suivant décidera de ce qu’il sera ; vous n’avez pas de plan, pas de modèle, pas d’attentes.

Aujourd’hui se suffit à lui-même ; ne planifiez pas le lendemain, ni même l’instant suivant. Aujourd’hui se termine et demain arrivera, frais et innocent, sans manipulateur. Il s’ouvre de lui-même, sans le passé. C’est cela la grâce. Observez une fleur qui s’ouvre le matin. Observez simplement… C’est la grâce. Il n’y a aucun effort – la fleur suit simplement la nature. Ou observez un chat qui s’éveille, sans effort, avec une grâce infinie. La nature entière est pleine de grâce, mais à cause des divisions intérieures, nous avons perdu cet état de grâce.

Avancez tout simplement et laissez le moment décider – n’essayez pas de le diriger. C’est ce que j’appelle laisser-faire – et tout découle de là. Essayez ! “

.


Extrait de : “Au coeur du présent”  – Méditation 14 – Osho 1931-1990.

Illustrations : 1/“Poème de l’âme n°13″  Louis Janmot 1814-1892 2/ “Lys d’Humbolt”  Albert Robert Valentien 1862-1925.

…..

S’ouvrir au vaste présent…

BVJ – Plumes d’Anges.

Joli refrain…

Lundi 14 octobre 2013

.

.

“… Il faut garder en tête et fredonner les refrains de notre enfance, de notre adolescence, ou de l’âge adulte, mais ne pas oublier de se demander pourquoi certains nous reviennent si précisément et à ce moment-là.

Par exemple celui-ci, de Jean Sablon, me traverse l’esprit :

“Dans la vie faut pas s’en faire

Moi je ne m’en fais pas

Toutes ces petites misères

Seront passagères

Tout ça s’arrangera

Je n’ai pas un caractère

À me faire du tracas

Croyez-moi sur terre

Faut jamais s’en faire

Moi je ne m’en fais pas”

Curieuse rengaine, non ?

Il faudrait être capable de ne pas se faire du souci pour rien. Les chansons nous y aident. Ce n’est pas un don, cela s’apprend, tout comme s’apprennent les petits et grands plaisirs quotidiens. J’ai par exemple, au dessus de l’évier, dans ma cuisine, une verrine dans laquelle se trouve une belle rose fraîche que je change dès qu’elle pâlit. Et d’autres verrines sont accrochées selon ce même principe aux murs de mon salon.

Apprenons à regarder le ciel et les oiseaux par la fenêtre et à saisir au vol ce qui est agréable, ou intéressant, ou plaisant, dans ce qui nous entoure ou passe à notre portée – même si c’est la pluie ! Comme dit la chanson : “Un p’tit coin de parapluie, un p’tit coin de paradis…”

.

… Les bouteilles sont souvent à demi pleines.

Les pessimistes les voient à moitié vides. Ils se désolent à l’avance qu’il n’y ait pas suffisamment de quoi boire durant le repas et se gâchent ce repas sans raison.

Les optimistes se réjouissent qu’elle soit à moitié pleine et qu’il y ait suffisamment à boire pour ce repas.

C’est vraiment une manière indécrottable de voir les choses qui empoisonne la vie de certains et ensoleille la vie des autres.

Je me situe résolument du côté de la bouteille à moitié pleine…”

.


Extraits de : “Ici et maintenant, vivons pleinement” 2013  Anne Ancelin Schützenberger.

Tableaux : 1/“Roses”  Alexander Koester 1864-1932   2/“Verres et bouteille”  Albert Anker 1831-1910.

…..

Tout s’apprend…

BVJ – Plumes d’Anges.

Voir…

Vendredi 11 octobre 2013

.


.

“Ce n’est pas ce que vous regardez qui compte,

c’est ce que vous voyez.”

Henry David Thoreau

.


.

Exercer notre regard,

être animé par le désir de voir, de découvrir en toute conscience la bonté, la beauté, l’humanité…

facilite la présence à soi-même…


Illustrations : 1/ “Début d’automne” 2/“Libellule sur un bambou”  Qian Xuan 1235-1305.

…..

Un petit changement en soi peut entraîner un grand changement dans notre vie…

BVJ – Plumes d’Anges.

Jardin foisonnant…

Mercredi 9 octobre 2013

.

Dans mon jardin foisonnant…

.

.

… COMME DANS LA VIE, D’AILLEURS, …

.

.

… au NORD, au SUD, à l’EST, à l’OUEST…

.

.

L’ARBRE  peut ne pas CACHER LA FORÊT !

Il suffit juste de S’ÉLEVER, juste de SE MOUVOIR et TOUT APPARAIT.

.

.

Regardons la vie dans son ensemble pour en apprécier la grande beauté !

Photos BVJ

…..

Porter son regard et son cœur sur l’ensemble…

BVJ – Plumes d’Anges.