Archive pour mars 2013

Renaissance…

Vendredi 29 mars 2013

.

.

“… Le rituel chrétien multiplie les symboles de la vie renaissante : bénédiction de l’eau purificatrice, célébration du feu nouveau, de la lumière nouvelle…

L’eau de Pâques, l’eau nouvelle qui régénère et purifie, a suscité des jeux comme les aspersions du Lundi de Pâques en Pologne et en Hongrie, pour chasser les démons, conjurer le mauvais sort, favoriser la fécondité des femmes et du bétail, assurer la fertilité des champs. Les jeunes gens poursuivaient les jeunes filles pour les asperger de quelques gouttes d’eau parfumée… ou d’un plein seau d’eau glacée tirée du puits ! En retour, il arrivait que les jeunes filles se saisissent, à plusieurs, d’un garçon, et le jettent à la rivière ! En Allemagne centrale, l’eau puisée à la veille de Pâques était conservée et considérée comme un médicament, pour les bêtes comme pour les gens. En Italie du Sud, le même usage était réservé à l’eau bénite de Pâques. En outre quand sonnaient les cloches, le jour de la Résurrection, on aspergeait d’eau bénite tous les recoins de la maison, tout en faisant le plus de bruit possible, afin de chasser les démons.

Célébrations du feu nouveau, les feux de joie de Pâques sont une tradition bien implantée dans une grande partie de l’Allemagne. Allumés sur des collines dites “montagnes de Pâques”, leur lumière, leur fumée, leurs cendres sont autant d’éléments bénéfiques. En Angleterre, en Autriche, en Suisse, on faisait de tels feux pour “brûler Judas”, la veille ou le jour de Pâques.

Symboles de l’abondance retrouvée, les gâteaux de Pâques sont caractérisés, dans toute l’Europe, par une débauche de lait, de fromage blanc et d’œufs, mariés en une infinité de combinaisons selon la richesse d’invention propre à chaque pays…

En Pologne, préparé selon les rites et béni par le prêtre le soir du Samedi Saint, le baba trônera dans toute sa gloire au milieu de la table du festin de Pâques…”

Extraits de : “Fêtes et gâteaux de l’Europe traditionnelle de l’Atlantique à l’Oural” 1993  Nicole Vielfaure.

.

.

“La cuisson des babas de Pâques est toujours un évènement plein d’émotion. Autrefois, la cuisinière et toutes les femmes de la maison s’enfermaient à clé pendant la préparation. Aucun homme ne pouvait pénétrer. Elles passaient au tamis le plus fin la plus blanche de leur farine de froment. Dans des terrines, elles mélangeaient des centaines de jaunes d’œuf avec des dizaines de kilos de sucre. Elles faisaient fondre du safran dans de la vodka et l’ajoutaient à la pâte pour lui donner une belle couleur et un parfum épicé. L’une moulait les amandes, l’autre triait les raisins de Corinthe, la troisième pilait la vanille qui embaumait la cuisine, et la dernière préparait le ferment avec du levain. Les moules remplis de pâte étaient recouverts de nappes de lin, car un baba “qui prenait froidne lèverait pas bien. On calfeutrait les fenêtres et les portes de peur des courants d’air. Une fois la pâte levée, les babas étaient mis au four, parfois dans celui du boulanger, avec d’infinies précautions. Lorsqu’on les retirait enfin des profondeurs du four brûlant, sur une pelle de bois, on entendait parfois des cris de désespoir. Le baba était trop cuit, ou insuffisamment gonflé, et c’était le ridicule sur la maison. On posait les babas sortis du four sur des édredons en duvet, afin qu’ils ne se déforment pas en refroidissant. On parlait en chuchotant, car le bruit de la voix risquait de faire retomber le baba. Une fois refroidis, ils étaient recouverts de sucre glace, et parfois décorés de motifs de couleurs.”

Extrait du “Le livre de Pâques” 1986  François Lebrun.

.

.

Bientôt, dans Plumes d’Anges, la recette du baba à la polonaise ?

Et vous, de quelle renaissance rêvez-vous ?

Je vous souhaite de passer de très belles fêtes de Pâques.


Illustrations : cartes anciennes de Pâques 1/ Autriche 2/ Amérique 3/ Vieille Russie.

…..

Retrouver le sens, redonner du sens…

BVJ – Plumes d’Anges.

Se faire confiance…

Mercredi 27 mars 2013

.

.

“… Nous crevons d’espoir que quelqu’un enfin s’intéresse à nous, et nous restaure dans notre sentiment de confiance. Et quand c’est enfin le cas, c’est la fuite éperdue ! Comme si nous faisions tout pour conserver notre manque de confiance. Stop ! Regardons les choses en face. Notre entourage ne réagit pas tant à notre personne qu’à nos comportements et attitudes. Modifions-les, leurs réactions seront en conséquence. C’est le retrait que nous manifestons qui écarte les autres, et non notre manque d’intérêt…

.

… Celui qui donne se vit comme opulent, puissant. Celui qui n’a que le droit de recevoir se vit débiteur, dévalorisé, inférieur. Quand le pouvoir de l’un sur l’autre est supérieur à celui de l’autre sur l’un, la loi de la réciprocité est empêchée, entraînant soumission et dépendance…

.

.

… Souvenons-nous que lorsque nous ne réussissons pas ce que nous désirons, il y a le plus souvent une raison. Cherchons-là plutôt que de douter de nos compétences…

.

… La question à se poser n’est pas : “Ai-je la compétence ?” mais : “Puis-je développer telle ou telle compétence ?” Et surtout, bien sûr, : “Ai-je envie de la développer ?”…”

.


Extraits de : “Fais-toi confiance ” 2005 Isabelle Filliozat.

Tableaux : 1/“Odalisque couchée” Ferdinand Max Bredt 1860-1921  2/”Corbeille de Lilas” et 3/”La Ronde”  Carl Massmann 1859-1929.

…..

Prendre conscience de notre richesse profonde, la célébrer…

BVJ – Plumes d’Anges.

Goût du monde…

Lundi 25 mars 2013

.

.

“… Personne ne se souvient des mêmes détails d’un même évènement car le souvenir est fait comme un patchwork, il est composé de morceaux de vérité…

.

… On me dit souvent : “Tout ça, c’est parce que tu avais un bon tempérament !” Ce mot tempérament, nous l’employons dans les théories de l’attachement mais il n’a rien à voir avec la génétique ou l’inné. Le tempérament traduit le fait qu’au cours des interactions précoces, c’est à dire dès les premiers mois de la vie, si l’on est entouré par une mère, par une famille ou un substitut maternel sécure, cet adulte transmet quelque chose de cette sécurité qui lui appartient. Ma mère m’a certainement transmis quelque chose de cette sécurité, car lorsque je suis arrivé ici, à la synagogue, en ce jour de janvier 1944, j’étais très gai. C’est probablement ce tempérament -qui est une acquisition pré-verbale très précoce, dès les premiers mois de la vie, peut-être même les derniers mois de la grossesse- qui a fait que j’ai réussi, avec pas mal de chance tout de même, à résoudre ce problème invraisemblable et à m’évader.

Le tempérament, c’est l’apprentissage d’un style de relation. C’est une sorte de “goût”, c’est ce “goût du monde” que l’on acquiert très tôt dans la vie. Il y a des gens qui goûtent le monde de manière amère, d’autres qui le goûtent de manière sucrée, il y a des goûteurs gais et des goûteurs tristes, des goûteurs accueillants et des goûteurs hostiles. Et ce “goût du monde” explique nos réactions souriantes ou méfiantes, intellectuelles ou désespérées. Ce goût du monde est une empreinte très précoce…”

.


Extraits de : “Je me souviens…” 2009  Boris Cyrulnik.

Tableaux : 1/“Madone et enfant” 2/“Portrait d’enfant”  Marianne Stokes 1855-1927.

…..

Nous avons l’immense pouvoir de transmettre…

BVJ – Plumes d’Anges.

Réunion gourmande…

Vendredi 22 mars 2013

.

.

Mais non, nous ne sommes pas en automne, vous allez mieux comprendre…

Une bonne nouvelle n’arrive jamais seule ! Nous sommes le 20 mars, c’est l’équinoxe de printemps, la pluie honore le jardin puis  une brise légère efface  les nuages, laissant le ciel d’un bleu immaculé…

De doux amis passent fêter ce jour, apportant avec eux un magnifique “Irish cake made with love in my kitchen just for you” m’avait écrit la belle pâtissière…

Oh ! Que le printemps est beau, que cette saison commence avec grâce, raisins blonds et raisins bruns s’allient dans une parfaite harmonie, on se plait à rêver que le monde entier vibre au même diapason, il suffit de peu, la verte Erin nous le dit au travers d’un merveilleux gâteau qui nous emmène loin, dans les vastes étendues des plaines du Connemara, merci les doux amis…

.

.

GÂTEAU IRLANDAIS AU THÉ

.

Ingrédients : 225 g de raisins bruns, 225 g de raisins blonds, 375 ml de thé noir (fort et brulant), 450 g de farine, 225 g de cassonade, 1 œuf, 1 cuillère à café de quatre épices, 1 sachet de levure.

.

Réalisation : Préchauffer le four à 170° (190°dans mon four)

Faire tremper toute la nuit les raisins secs dans le thé.

Le lendemain, mélanger dans un saladier la farine, la cassonade, la levure, le quatre épices et l’œuf battu. Incorporer au mélange de raisins au thé, bien remuer. Verser dans un moule à cake beurré et enfourner pendant 1h.30.

.

J’ai mangé ce gâteau au goûter, servi avec du thé : il était délicieux.

Je l’ai mangé au dessert, avec une boule de glace vanille : il était délicieux.

Je l’ai mangé au petit déjeuner avec thé et jus de fruit : il était délicieux.

Après, je ne peux plus vous en parler… il n’en restait pas la moindre miette.

Ah ! Gourmandise, quand tu nous tiens !!!

.


Tableau : “Grappes de raisins” Nicolas de Largillière 1656-1746.

Photos BVJ.

…..

Chaque instant peut être une fête…

BVJ – Plumes d’Anges.



Printemps…

Mercredi 20 mars 2013

.

.

“Au printemps de quoi rêvais-tu ?

Vieux monde clos comme une orange,

Faites que quelque chose change,

Et l’on croisait des inconnus

Riant aux anges,

Au printemps de quoi rêvais-tu ?

.

.

Au printemps de quoi riais-tu ?

Jeune homme bleu de l’innocence,

Tout a couleur de l’espérance,

Que l’on se batte dans la rue

Ou qu’on y danse,

Au printemps de quoi riais-tu ?

.

.

Au printemps de quoi rêvais-tu ?

Poing levé des vieilles batailles,

Et qui sait pour quelles semailles,

Quand la grève épousant la rue

Bat la muraille,

Au printemps de quoi rêvais-tu ?

.


Au printemps de quoi doutais-tu ?

Mon amour que rien ne rassure

Il est victoire qui ne dure,

Que le temps d’un Ave, pas plus

Ou d’un parjure,

Au printemps de quoi doutais-tu ?

.

.

Au printemps de quoi rêves-tu ?

D’une autre fin à la romance,

Au bout du temps qui se balance,

Un chant à peine interrompu

D’autres s’élancent,

Au printemps de quoi rêves-tu ?

.

D’un printemps ininterrompu.”

.

.

BON PRINTEMPS À TOUS !

QUE DE GRANDS RÊVES FLEURISSENT DANS NOS CŒURS,

FAISONS-NOUS ABEILLES, PAPILLONS, OISEAUX…

ET BUTINONS LES JOYEUSEMENT POUR QU’ILS SE RÉALISENT !

“Au printemps de quoi rêvais-tu ?” Paroles (et musique) de Jean Ferrat 1930-2010.

Tableaux : 1/“Pommiers en fleurs”  Pal Szinyei Merse 1845-1920  2/“Arbres en fleurs” John William Godward 1861-1922    3/“Printemps dans le village”  Karl Buchholz 1849-1889  4/“Printemps”  Adolf Kaufmann 1848-1916  5/“Fleurs de printemps” Joseph Krachkovsky 1854-1914  6/“Printemps”  Thomas Millie Dow 1848-1919.

…..

Rêver GRAND…

BVJ – Plumes d’Anges.

Vibration…

Lundi 18 mars 2013

.

.

“… Les noms qui parcouraient naguère la forêt, qui frissonnaient dans les brindilles, qui glissaient dans le vent d’une cime à l’autre, qui coulaient sous terre dans les galeries obscures, les noms qui parlaient par la bouche de chaque puits, on ne les entend plus. Les hommes silencieux ont percé leur propre cœur ; alors le cœur s’est arrêté de battre et le sommeil très long a pris la terre. Les hommes se sont endormis, ils ont fermé leurs yeux, et ils se sont quittés. Mais en entrant tous ensemble dans le sommeil, ils entraient dans un rêve interminable…

.

… Ailleurs, alentour, le monde ne s’écroule pas, ne pourrit pas. Il n’existe pas tout simplement. Il est en transit, somme de gestes, d’actes, d’argent, pour rien…

.

… Le combat des hommes n’étaient pas pour gagner quelques arpents de terre, mais pour sauver la parole vraie…

.

… Au centre de la forêt, la voix ne cesse pas de parler. Elle parle sans bouger les lèvres… Ici le regard s’éclaire, il brille comme le soleil, il vibre comme le cœur. Le regard sait voir ce qui va venir. Chaque homme est un prophète qui voit avec tout son corps, avec son visage, ses mains, sa poitrine. C’est la souffrance qui ouvre sa vue, la grande sècheresse, la longue attente. Mais la souffrance ne peut pas durer. Maintenant la terre vibre comme au lever du soleil, immobile et calme, puissante, nouvelle… “

.


Extraits de : “Trois villes saintes” 1980  Jean-Marie Gustave Le Clézio.

Illustrations : 1/“Mappemonde en forme de cœur” Oronce Fine 1494-1555 2/“Pavots”  John William Godward 1861-1922.

…..

La vibration du cœur peut ouvrir un nouveau chapitre de l’histoire du monde …

BVJ – Plumes d’Anges.

Noble poupe…

Vendredi 15 mars 2013

.

.

“Cause reconversion, Ange tombé du ciel TROQUE quatre ailes contre chevreaux laids.”

.

“Banquier ÉCHANGE chèque en bois contre vrai bouleau.”

.

“Si le TRAVAIL c’est la santé, pourquoi ne pas le confier aux MALADES ?”

.

“EVEREST… mais Adam part.”

.

“Végétarien cultivé qui ne mâche pas ses mots CHERCHE belle frisée sachant raconter des salades.”

.

“Il arrive parfois qu’on BÂILLONNE des GENS BONS !”

.

“Le RADIS ça me botte, le PARADIS ça me botte aussi.”

.

“Boutique de luminaires CHERCHE produits phares pour clients éclairés.”

.

“Au siècle des lumières, les poètes écrivaient des VERS LUISANTS.”

.

“Groupe leader dans le secteur de l’énergie RECRUTE des centaines d’illuminés pour éclairer le monde.”

.


.

Ces mots joyeux – et il y en a bien d’autres – sont empruntés à

–> AUGUSTE DERRIÈRE

Les jours où vous sentez un petit vent de blues souffler dans votre cœur,

allez donc lui rendre visite,

c’est un GRAND BONHEUR,

vous ne pourrez que RIRE et SOURIRE et ça, il ne faut pas s’en priver !!!

(Je vous en avais déjà parlé le 12 Janvier 2012 dans un billet intitulé : “Liebster blog”)

Illustrations :  Peintures abstraites : monochromes présentés au salon des arts incohérents – Album primo-Avrilesque

1/”Stupeur de jeunes recrues apercevant pour la première fois ton Azur, O Méditerranée !” 2/“Première communion de jeunes filles chlorotiques par un temps de neige.”    Alphonse Allais 1854-1905.

…..

Emprunter les chemins des rires et des sourires…

BVJ – Plumes d’Anges.

Riche présent…

Mercredi 13 mars 2013

.

.

“… C’est dans l’expiration et le relâchement que se réalise la tentative de devenir toujours plus un avec notre profondeur, la profondeur essentielle dans le rythme de la respiration, dans l’expiration et dans l’inspiration, qui vient de soi, qui est le don d’une expiration adéquate. Lâcher prise et prêter l’oreille à sa propre profondeur…

.

… La respiration est davantage qu’une alimentation de l’homme en oxygène. Elle est le mouvement vital absolu, non pas seulement sur le plan corporel, mais aussi sur le plan spirituel et celui de l’âme, sur lequel l’homme peut se donner par l’expiration, et se recueillir par l’inspiration… se laisser aller – loin de moi ; se laisser choir – vers toi ; se laisser devenir un – tout en toi ; se laisser devenir nouveau – nouveau à partir de toi.

C’est ici que la prise de souffle, en tant qu’inspiration, prend son sens spirituel. On ne peut pas faire une inspiration, on la reçoit. Nous recevons un cadeau, pour peu que nous ayons su nous donner adéquatement et complètement…”

Extraits de : “Sagesse et amour”  Karlfried Graf Dürckeim 1896-1988 .

Tableau : “Psyché”  John Reinhard Weguelin 1849-1927.

…..

Le souffle de vie est un précieux cadeau…

BVJ – Plumes d’Anges.


Merveilleuse cohabitation…

Lundi 11 mars 2013

.

.

Le message était clair… Aller vers la lumière !

.

.

Accueillir les changements…

.

.

Avoir confiance en la main de la modernité…

.

.

Admirer le travail des anciens…

.

.

Admirer la pierre éternelle…

.

.

Admirer l’une des fiertés de la ville…

.

.

Découvrir le nouveau…

.

.

Délicates dentelles et lignes abruptes, comme dans la vie…

.

.

Protection de la Terre…

.

.

Protection du ciel…

.

.

Impermanence…

.

.

Nous pouvons cohabiter le monde, nous nous enrichissons les uns et les autres…

.

.

C’est une histoire de volonté !

Photos BVJ

(1/: Toulon 2/et suivantes : Marseille)

…..

Mettre en valeur la lumière de chacun…

BVJ – Plumes d’Anges.

Tarte princière…

Vendredi 8 mars 2013

.

.

“… La narratrice voit en rêve de grosses pommes rouges. Les rêves de nourriture sont généralement de bon augure. Encore faut-il y regarder de plus près : fraîcheur, abondance et autres détails ont aussi leur importance. Ce qu’on mange en rêve n’a pas le même goût qu’à l’état de veille. Les plats des rêves peuvent en revanche se rapprocher de ceux des romans. Le gâteau aux grosses pommes rouges est un bon exemple de plat onirique et romanesque. Dans la réalité, bien entendu, on choisirait plutôt des pommes vertes. En matière de tarte aux pommes, on ne compte plus les variantes… “

Extrait de : “L’Embellie” 2004  Audur Ava Olafsdottir.

Tableau : “Pommes”  Arpad Feszty 1856-1914.

.

J’en avais rêvé et Monsieur Plumes a réalisé mon rêve :

il excelle (entre autres) dans l’art de la tarte Tatin

(la preuve en image ci-dessous)

et, par le petit trou de la serrure, j’ai pu voir comment il s’y prenait :

.

.

TARTE TATIN

.

Ingrédients : Une pâte brisée faite avec 300 g de farine, 150 g de beurre, 2 œufs, une pincée de sel, 1 cuillère à café de sucre en poudre.

6 grosses pommes, un peu de beurre, de la cannelle, du sucre blanc et de la cassonade.

Réalisation : Dans un moule à tarte en métal à bords hauts, faites fondre directement sur le feu, 40 g de beurre et 4 cuillères à soupe de cassonade, ajoutez les pommes en quartiers, laissez caraméliser (elles doivent être bien dorées), saupoudrez de cannelle et d’un peu de sucre blanc. Mettez un couvercle et laissez cuire 15 minutes à feu doux.

Recouvrez de la pâte brisée, en appuyant bien sur les bords.

Enfournez environ 50 minutes à 210°(selon les fours !).

Dégustez tiède, avec une crème chantilly sans sucre,

ou une boule de glace à la vanille,

ou les deux à la fois, c’est vous qui voyez, il y en a qui ont essayé et ils n’ont pas eu de problèmes !!!

.

Y-aurait-il des noms pré-destinés quant à la célébrité ?

Quand j’apprends ceux des demoiselles Tatin, j’en viens à me le demander, elles se seraient prénommées Stéphanie et Caroline !!!

Les princesses Tatin, elles,  nous ont  légué la recette de la huitième merveille du monde, c’est royal !

.

Photos BVJ

…..

Se faire Roi, dans un domaine, pour le plaisir de tous…

BVJ – Plumes d’Anges.