Archive pour septembre 2012

Sourire de l’Ange…

Jeudi 27 septembre 2012

.

.

Hasard ou coïncidence ?

Imaginez une balade au bord de l’eau par un beau dimanche ensoleillé,

puis la visite d’un parc aux diverses essences méditerranéennes,

certaines splendides !!!

Imaginez-vous suivre un mystérieux petit sentier  menant à un somptueux belvédère…

ET LÀ,

TOUT À COUP,

votre œil est attiré par un  panonceau négligemment posé sur le sol :

.

.

Incroyable, non ?

La main de l’homme, la main de l’Ange ?

Chacun croit ce qu’il veut bien croire,

moi j’ai choisi l’Ange, l’ai imaginé ainsi

.

.

et  l’ai entendu chuchoter

L’image de tout ce qui est beau, de tout ce qui charme, passe, en un moment, des yeux au fond du cœur, par un chemin si doux, si facile, que la force et le courage ne peuvent lui résister…”

J’ai alors senti que l’Ange me souriait !

Extrait du sonnet VIII de Michelangelo Buonarotti dit Michel-Ange 1475 – 1564.

Illustrations : 1/”Jour de soleil à Shinnecock Bay”  William Merritt Chase 1849-1916 2/ Panonceau découvert au Parc du Mugel à la Ciotat 3/“Procession des Mages” (détail) Benozzo Gozzoli 1421-1497.

…..

Ouvrir l’œil, tout est surprise…

BVJ – Plumes d’Anges.



Voie intérieure…

Mardi 25 septembre 2012

.

.

“Aucun magasin au monde ne vend de la bonté, il vous faut l’édifier en vous-même. Bien qu’il soit possible de transplanter des cœurs, il est toutefois impossible de transplanter en même temps la chaleur, le sentiment humain.”

.

.

“J’ignore si l’univers, avec ses innombrables galaxies, étoiles et planètes, a une signification profonde ou pas, mais, à tout le moins, il me paraît clair que nous, qui vivons à la surface de la terre avons pour tâche de faire notre propre bonheur. Par conséquent, il importe que nous découvrions ce qui nous vaudra le plus haut degré de bonheur.”

Paroles de  : Tenzin Gyatso XIVème Dalaï-lama.

Tableaux : 1/”Sommets de la Sierra” 2/”Jour pluvieux dans le Grand Canyon”  Thomas Moran 1837-1926.

…..

Construire notre chemin vers les sommets du bonheur…

BVJ – Plumes d’Anges.

Douceur du monde…

Dimanche 23 septembre 2012

.

.

Nobles Châtelaines, nobles Châtelains,

OUI, le titre peut paraître pompeux à certains MAIS il s’impose quand on est convié à goûter une DOUCEUR DU MONDE…

J’ai bien compris que les mots chemiser, tamiser, zester, saupoudrer, mousser, glacer, napper… n’avaient plus de secret pour vous !

En un tour de main et trois tours de cuiller à pot, vous pourrez réaliser un dessert raffiné qui fera office de fromage ET de dessert, le célèbre Jules Gouffé aurait aimé en son temps inscrire cette recette dans son merveilleux “Livre de pâtisserie”.

Voici, RIEN QUE POUR VOUS – si si si ! – LA recette du :

.

.

CHEESECAKE

.

Ingrédients : 500 g de fromage frais (brousse ou ricotta), 10 cl de crème fraiche, 220 g de sucre en poudre, 4 œufs, 1 citron non traité, 2 c. à soupe de farine de maïs (BIO), 1 sachet de sucre vanillé, 1 noix de beurre.

.

Réalisation : Allumez le four sur 180°/200°, beurrez un moule à manqué et parsemez-le de sucre. Rincez le citron, râpez son zeste et pressez-le pour obtenir son jus.

Dans une jatte, mixez le fromage frais, les 4 jaunes d’œufs, la crème, le jus et le zeste du citron, le sucre et la farine de maïs. Incorporez alors délicatement les blancs d’œufs battus en neige et le sucre vanillé.

Versez cette préparation dans le moule à manqué.

Enfournez pendant environ 45 minutes, le gâteau doit être doré.

Retirez-le du four et laissez-le reposer 15 minutes avant de le retourner sur un plat de service. Laissez-le refroidir ainsi 30 minutes avant de retirer le moule.

Servez ce gâteau à température ambiante ou bien frais, selon votre humeur, selon la saison.

.

.

Nobles Châtelaines, nobles Châtelains,

sentez-vous enfin LA DOUCEUR DU MONDE auprès de vous ?

Recette trouvée il y a bien longtemps dans ELLE à TABLE.

Tableau : “Bol avec citrons” Giovanna Garzoni 1600-1670.

Photos BVJ.

…..

Goûter, si on le désire, à la douceur du monde…

BVJ – Plumes d’Anges.


Cercle de vie…

Mardi 18 septembre 2012

.

“La race humaine n’aura aucune chance de se relever de ses pensées les plus inférieures tant que vous ne vous soulèverez pas jusqu’à vos idées les plus élevées…

.

.

…Ce que vous pensez, vous le créez. Ce que vous créez, vous le devenez…

.

.

…Ce que vous devenez, vous l’exprimez. Ce que vous exprimez, vous en faites l’expérience…

.

.

…Ce dont vous faites l’expérience, vous l’êtes. Ce que vous êtes, vous le pensez…

.

.

…LE CERCLE EST COMPLET.”…

Extrait de : “Conversations avec Dieu – Tome 3″ 1999   Neale Donald Walsch.

Tableaux : 1/“Violon et musique” et 3/“Lettre à Thomas B.Clarke”   William Michael Harnett 1848-1892  2/“Petit rat de bibliothèque”  Édouard Swodoba 1814-1902  4/“Jeune émigrant, le regard vers la fortune” Nicholas Chevalier 1828-1902.

…..

Aidons-nous, le ciel nous aidera…

BVJ – Plumes d’Anges.

Grains de vie…

Samedi 15 septembre 2012

.

…” Il y a une forme de légèreté et de grâce dans le simple fait d’exister, au-delà des engagements politiques et de tous ordres, et c’est uniquement de cela que j’ai voulu rendre compte. De ce petit plus qui nous est donné à tous : le sel de la vie…

.

.

… Avoir une prédilection pour ce qui se murmure, se chuchote, parvient à l’oreille comme des gouttes de cristal coulant le long des stalactites, vivre dans la fidélité à ses idées, ses amis, ses amours, avoir de grandes bouffées d’enthousiasme mais aussi d’inquiétude…

… jouer avec ses doigts, parvenir à se sentir comme une pierre close sur elle-même et dans sa vie dans les moments d’intense frayeur, inconfort ou émoi, frapper à une haute porte en bois avec un heurtoir de cuivre, fermer les yeux pour mieux entendre le bruit du vent dans les hauts peupliers de Bodélio et en sentir le souffle sur son visage…

… se faire donner un sou pour ne pas couper l’amitié quand on a offert à quelqu’un un couteau ou un coupe-papier, goûter les saillies spirituelles, les traits d’humour, même les facéties ou l’ironie, mais détester le sarcasme, repérer d’instinct l’insolite, l’incongru, la discordance, la lueur du bizarre qui passe en un éclair, mais aussi le mouvement plein de grâce, le joli geste de la main, la façon souple de se relever d’un fauteuil, savoir que réfléchir fait passer le temps à toute allure et qu’on en sort tout décontenancé, aimer le menton pointu de Gloria Grahame, son œil qui pétille et son rire en cascade, craindre les sables mouvants ou le sol qui s’éboule ou le pied qui tourne ou partir à la renverse ou les marches hautes et étroites des pyramides de Mexico, avoir fait de somptueux bouquets d’hortensias, répondre par un sourire à la silencieuse interrogation des tout jeunes bébés : “Mais qui es-tu ?”.



Comme vous pouvez le constater, très cher Jean-Charles, il ne s’agit pas là de hautes spéculations métaphysiques ni de réflexions très profondes sur la vanité de l’existence ni de l’intimité brûlante de tout un chacun. Il s’agit tout simplement de la manière de faire de chaque épisode de sa vie un trésor de beauté et de grâce qui s’accroît sans cesse, tout seul, et où l’on peut se ressourcer chaque jour…

.

… L’évènement s’envole, mais reste l’essentiel, inscrit dans le corps, qui ressurgit au charme furtif d’une évocation, au frisson d’une sensation, à la force étonnamment vive et parfois incompréhensible d’une émotion…

.

… Le monde existe à travers nos sens avant d’exister de façon ordonnée dans notre pensée et il nous faut tout faire pour conserver au fil de l’existence cette faculté créatrice de sens : voir, écouter, observer, entendre, toucher, caresser, sentir, humer, goûter, avoir du “goût” pour tout, pour les autres, pour la vie.”

.


Extraits de : “Le sel de la vie” 2012  Françoise Héritier.

Tableaux : 1/“Jeune femme lisant une lettre”  Alfred Edward Chalon 1780-1860  2/“Cinq chatons autour d’un bocal”  Louis Eugène Lambert 1825-1900  3/“Fleurs d’été et fruits” Henry Fantin-Latour 1836-1904.

…..

Inventorier les mille et un instants d’une journée qui font notre richesse…

BVJ – Plumes d’Anges.

Harmonie…

Mercredi 12 septembre 2012

.

.

…”Emmanuel Kant, en effet, a eu raison de le rappeler : on confond souvent l’agréable et le beau. Si un vin de Bordeaux qui flatte nos papilles peut être dit “agréable”, une symphonie de Beethoven n’est pas agréable mais belle. Pourquoi ? Parce qu’elle ne s’adresse pas à nos papilles mais à notre pensée. Elle ne vise pas nos sens mais du sens.

Qu’est-ce que le sens ? Le sens est lié au symbole, et le symbole à la représentation. Ainsi une symphonie de Beethoven est belle parce qu’elle symbolise quelque chose. Quoi ? Un monde. On écoutait des sons, et soudain voilà que ce ne sont plus des sons, mais ici la grâce d’un chant d’oiseau un matin de printemps, là le tonnerre un soir d’orage. Le son s’est fait vision. Nous voyons des paysages et, à travers ces paysages, nous voyons tous les sentiments de l’homme défiler afin de nous parler de la condition humaine, qui doute, qui espère, qui lutte et qui aime. Si, dès lors, le son peut se faire image et n’être pas un simple son, n’est-ce pas là le signe que la condition humaine peut échapper à la banalité parce qu’il y a plus dans un son qu’un simple son ? N’est-ce pas dans cette capacité qu’a une œuvre de transfigurer le réel, afin de l’élever à la dignité d’un sens, que réside la beauté ? Le beau n’est-il pas cette alchimie faisant découvrir du sens là où il n’y aurait pu avoir que du banal ou de l’agréable pour les sens ?

Revenons à la séduction. Quand une femme se fait belle, est-ce si superficiel ou si rusé que cela ? N’est-ce pas aussi transformer le monde des apparences afin d’élever celui-ci ? Une femme qui est belle parce qu’elle a su se faire belle ne devient-elle pas une apparition révélant les possibilités insoupçonnées de la féminité ? Où est la ruse quand la séduction devient ainsi un art, et l’art une élévation de ce que l’on touche ?

La beauté est harmonie. Promesse également. Est beau le fait de passer du désordre à l’ordre, de surmonter le chaos. La beauté en ce sens, vient de loin…”

.

Extrait de : “Petit précis de philosophie – Vivre” 2005  Bertrand Vergely.

Tableaux : 1/“Pianiste” 2/“Demoiselle du château”  Albert von Keller 1844-1920.

…..

Entendre la musique de la beauté…

BVJ – Plumes d’Anges.

Expériences…

Dimanche 9 septembre 2012

.

.

“… La clef de la patience réside dans la prise de conscience que tout est comme il devrait être, que chaque évènement fait partie d’un plan d’ensemble…

.

… Le plus important, c’est de trouver notre propre pouvoir. Si l’on est agressé, il faut réagir et dire : “Non, là ça ne va plus !” Mais quand c’est la vie qui dicte le scénario, il faut trouver le moyen d’accepter paisiblement la situation telle qu’elle est. La vie est une série d’expériences auxquelles nul n’échappe.. Chacune a sa raison d’être, même si nous n’en avons pas conscience et délivre un enseignement nécessaire à notre évolution. Mais l’impatience rend difficile l’assimilation de ces leçons. Il faut simplement vivre l’expérience, et non la rejeter, se plaindre ou s’efforcer de la modifier…

.

… Tous les évènements de votre vie, bons ou mauvais, se produisent pour que l’être parfait que vous êtes puisse naître au monde… Détendez-vous et laissez le cours de la vie se dérouler…

.

… À tout moment, chacun peut trouver une merveilleuse paix intérieure grâce à sa capacité à lâcher prise…

.

… Il faut lâcher prise quand on est épuisé, quand on n’a plus la force de maitriser une situation. Il faut abandonner afin de se libérer de ce désir illusoire et mortel de contrôler les évènements et afin de mettre un terme à cette lutte incessante aux effets si destructeurs. Ce combat nous éloigne de l’instant présent, nous empêche de vivre des relations heureuses, détruit notre créativité et mine notre aptitude au bonheur. La lutte engendre la peur, laquelle nous pousse à vouloir contrôler à tout moment chaque aspect de notre vie. C’est une voie sans issue : il est temps de renoncer à tout contrôle, de se laisser porter par sa monture là où elle va, de nager avec le courant et non contre lui…

.

… Pour lâcher prise, il suffit simplement de se dire le matin en se levant : “Que ta volonté soit faite” et non “Que ma volonté soit faite”…

.

… Le bonheur ne dépend pas des évènements de notre vie, mais de la manière dont nous les percevons et interprétons, ce qui est déterminé par notre engagement. C’est là que l’équilibre se fait. Préférons-nous voir le pire ou le meilleur chez autrui ou dans la vie ? Nos choix déterminent notre devenir. En considérant notre passé sous un mauvais jour, en le croyant dépourvu de sens, nous semons les graines d’un avenir qui lui ressemblera comme deux gouttes d’eau. C’est pour cela que nous assimilons le passé à un fardeau, parce que c’est quelque chose qui est lourd à porter. C’est cette partie de nous-même qui continue à nous peser et qui ralentit notre progression vers la félicité…

.

… Le bonheur est tout aussi possible dans les circonstances actuelles qu’il le sera demain…

.

… La vie est traversée d’orages mais ceux-ci passent…

.

… Si l’on avait protégé des ouragans les terrains où se sont creusés les canyons, on ne pourrait pas contempler ces paysages fantastiques que l’érosion a sculpté au fil des siècles…”

.


Extraits de : “Leçons de vie”  Élizabeth Kübler-Ross et David Kessler.

Tableaux : 1/”Ève après sa chute” 2/“Ève et la grenade” Johann Köler 1826-1899.

…..

Croire en notre immense pouvoir…

BVJ – Plumes d’Anges.

Amplitude…

Jeudi 6 septembre 2012

.

.

…” La conscience claire est un état d’esprit qui peut tout embrasser – le vol des corbeaux à travers le ciel, les fleurs sur les arbres, les gens assis là aux premiers rangs et les couleurs qu’ils portent -, il nous faut avoir cette amplitude de conscience qui exige que l’on examine, que l’on observe, que l’on remarque la forme de la feuille, la forme du tronc, la forme qu’a la tête du voisin, ce qu’il est en train de faire. Avoir cette amplitude de conscience, et agir sur ces bases – c’est cela, avoir conscience de la totalité de son être. Ne disposer que d’une capacité partielle, d’un fragment de capacité ou d’une capacité morcelée, cultiver celle-ci et fonder notre expérience sur la base de cette capacité qui est limitée – cela donne un esprit de qualité médiocre, limitée, étroite. Mais avoir conscience de la totalité de notre être – compris grâce à la perception de chaque pensée, de chaque sentiment, sans qu’on oppose de limites à cette perception, mais en laissant fleurir toutes les pensées, tous les sentiments -, être par conséquent pleinement conscient, voilà qui est tout autre chose qu’une action ou une concentration qui ne sont qu’une simple capacité, et qui sont de ce fait limitées.

.

.

Laisser fleurir une pensée ou un sentiment demande de l’attention – pas de la concentration. J’entends par laisser fleurir une pensée le fait de lui permettre de se déployer en toute liberté, et observer le résultat, voir ce qui se passe dans votre pensée, dans vos sentiments. Tout ce qui fleurit a besoin de liberté, de lumière, et ne peut être assujetti à aucune restriction. On ne peut pas l’évaluer, on ne peut pas dire : “C’est bien, c’est mal ; ceci est acceptable, cela na l’est pas” – car c’est ainsi qu’on limite la floraison de la pensée. Or la floraison ne peut avoir lieu qu’à la lumière de cette conscience-là. Donc, si vous allez au fond des choses, vous découvrirez que la floraison de toute pensée en est aussi la fin ultime.”…

.


Extrait de : “Le livre de la Méditation et de la Vie” 19 juin  Jiddu Krishnamurti 1895-1986.

Illustrations : 1/et 3/Artiste chinois anonyme – XIXème – Collection William Farquhar 2/“Trochilus falcatus”  William Swaison 1789-1855.

…..

Simplement observer avec attention…

BVJ – Plumes d’Anges.

Faire son chemin…

Lundi 3 septembre 2012

.

.

… “Le bonheur n’arrive pas automatiquement, ce n’est pas une grâce qu’un sort heureux peut répandre sur nous et qu’un revers de fortune peut nous enlever ; il dépend de nous seuls.

.

.

On ne devient pas heureux en une nuit, mais au prix d’un travail patient, poursuivi de jour en jour.

.

.

Le bonheur se construit, ce qui exige de la peine et du temps.

.

.

Pour devenir heureux, c’est soi-même qu’il faut savoir changer.”…

Extrait de : “La science du bonheur” 1998  Luca et Francesco Cavalli-Sforza.

Tableaux : 1/”Capri, jardin avec pergola”  Ernst Hanfstaeng 1840-1897  2/Véranda en Algérie” et 3/“Route vers la mer en Algérie”  Pavel Brullov 1840-1914  4/ “Dunes de sable à Tanger”  Alexander Mann 1853-1908 .

…..

Choisir le chemin heureux…

BVJ – Plumes d’Anges.