Archive pour mai 2011

Vérité…

Mardi 31 mai 2011

.

.

” La Vérité – est inamovible -

Osons présumer – que les autres forces bougent

C’est – donc – sur elle qu’on peut le mieux se reposer -

Quand les plus vieux Cèdres vacillent -

.

.

Et que les Chênes dénouent leurs poings -

Et que les Montagnes – affaiblies – penchent -

Comme c’est parfait d’avoir un Corps, qui

Tient debout sans Squelette -

.

.

Quelle vigueur dans une Force

Qui se tient sans Soutien -

La Vérité s’étaye Elle-même – ainsi chaque homme

Qui lui fait confiance – reste debout – fièrement.

.

Poème 882/1864 d’Émily Dickinson 1830 – 1886.

Tableaux : 1/ “Femme tenant une rose” 2/ “Été” 3/ “Dans le jardin” 4/  “Printemps”   Thomas Wilmer Dewing 1851 – 1938.

…..

Rechercher la lumière de la Vérité…

BVJ – Plumes d’Anges.

Une chanson douce…

Samedi 28 mai 2011

.

POUR TOUTES LES MAMANS…

.

.

“Une chanson s’élève

Vers les hauteurs du Rêve,

Elle évoque la vie

Multiforme et ravie,

Les oiseaux dans les branches

Pour mieux voir se penchent

Les villes aux toits vermeils

Caressent leur sommeil,

Les paisibles collines

En phrases sibyllines

Délivrent leur plaisir

L’Air commence à rosir.

La sombre violette

Nous offre sa palette,

Le dansant écureuil

Étale son orgueil,

La symphonie immense

Dans nos cœurs recommence.”

.

.

QUE CE JOUR DE FÊTE SOIT UN JOUR PROFONDÉMENT HEUREUX !

NOUS POUVONS LE DÉCIDER AINSI,

ALORS DÉCIDONS-LE…


“Symphonie” Extrait de “Le pas des songes”  François Brousse 1913 – 1995.

Tableaux : 1/ “Le duo”  James Sant 1820 – 1916  2/ “Roses et papillons” Ottmar Elliger 1633 – 1679.

…..

Fêter les mamans, les honorer, remercier la vie…

BVJ – Plumes d’Anges.

Reconnaissance…

Jeudi 26 mai 2011

.

Je n’ai pu les retenir…

Elles se sont échappées d’un très joli rosier,

elles voulaient remercier :

.

.

Nathanaëlle, du blog

LES ÉTOILES D’ArtLubie

.

.

pour le cadeau de cet Award, n°1…

.

.

Kenza de :

THÉ AU JASMIN

et

Karine de :

FENÊTRE SUR RÊVES

.

.

pour le cadeau de cet autre Award, n°2…

.

.

MERCI, MERCI, MERCI,

à vous trois, du fond de mon cœur…

(un MERCI pour chacune)

.

… C’est le printemps,

le moment que choisissent les roses

pour nous remercier d’exister…

.

Les règles concernant ces distinctions, nous disent :

- Il faut remercier (c’est la moindre des choses, on n’est pas des sauvages !!!)…

Mettre en lien le blog qui offre cette “médaille”

- Faire apparaître le Logo

- Partager cet Award avec sept autres personnes

.

.

Petites distinctions entre les deux “Award” :

Pour le n°1, il nous faut divulguer sept secrets…

- ( Je vis sur un petit nuage (très joli),

je suis gourmande (des bonnes choses de la vie),

j’aimerais que le monde ne soit que rose (!!!),

j’ai 55 ans (c’est terrifiant, déjà ?),

je trouve le Terre EXTRAORDINAIRE (il suffit d’ouvrir les yeux, les miens sont verts…),

j’ai fait, depuis longtemps,  une découverte : l’amour EST est le secret de la vie !

et le septième, c’est un secret secret, alors vous comprendrez bien, je ne peux le divulguer à personne.)

.

Pour le n°2, il nous faut prévenir les sept personnes auxquelles on pense…

J’y vais de ce pas,il y a tant de jolis lieux sur la blogosphère…

.

J’offre en partage l’Award n°1, l’Award n°2…

.

.

à

Claudine de ELPHEMÈRE NÉRÉIDE

Dominique de À SAUTS ET À GAMBADES

Cléophile de LES PETITES HEURES

Nout de L’ÉVEIL

Aifelle de LE GOÛT DES LIVRES

Anne de UNE FILLE-DES FILS : L’ARTIS-ANNE

Isa d’ UN AIR DE FAMILLE (pour qu’elle nous revienne vite…)

.

.

Partez à leur découverte et

“cueillez dès aujourd’hui les roses de la vie”,

leur parfum est si doux.

…..

Des champs de roses à cultiver dans notre cœur…

BVJ – Plumes d’Anges.




Pierre précieuse…

Mercredi 25 mai 2011

.

À NINA…

.

.

…” Venir au monde Quelle meilleure expression pour dire le moment inouï du passage, de ce franchissement lent, extrême et cependant tranquille, où sa mère, m’a-t-on dit, bellement l’a poussée depuis l’obscurité tiède, feutrée, du dedans jusqu’à l’éblouissement du dehors où son père l’attendait, tout palpitant ? …

.

… Dans le creux de sa main, ta jolie tête nacrée posée sur le coussin de son poignet à la confluence des veines bleutées qui font battre plus fort le cœur, ainsi ton père te présente, endormie…

.

… Du pré sauvage tu prends possession. Plus jamais il ne sera le même, ni pour toi, ni pour nous avec toi dedans.

Je me dis : tes deux jambes potelées réinventent la marche à ses origines.

Ta marche est la nôtre. Celle de l’humanité tout entière…

.

… Je suis grand-mère, ma mère, pour admirer le ricochet de ces petites pierres vermeilles sur l’étendue de la mémoire. Les regarder bondir. Rebondir. Je me dis : un jour, les ricochets se feront sans moi, mais la pierre que j’ai été sera de la partie…

.

… Et me voilà repartie à travers le miroir. Hop ! Dans l’avenir cette fois car je vois déjà tous nos tête-à-tête, tous nos déjeuners jusqu’au plus lointain des lointains. Je me dis : cette conversation est la première d’une longue suite probable de conversations semblables où la grand-mère que je suis – de moins en moins jeune – et la petite fille que tu es – de plus en plus grande – ne seront guère différentes pourtant d’aujourd’hui. Je pense à d’autres maux, d’autres peurs que la vie te réserve – ta vie de femme – forcément et à la nécessité soudain absolue que je sois toujours là pour les entendre, les comprendre, dans n’importe quelle langue…

.


“Au pays des vermeilles.” – 2009  – Noëlle Chatelet.

Illustrations : 1/ “Portrait d’Irina Kustodiev”  Boris Kustodiev 1878-1927  2/ “Fille sur la plage”  Giuseppe de Nittis 1846-1884.

…..

Sublime et précieuse grand-maternité…

BVJ – Plumes d’Anges.


Chemin céleste…

Lundi 23 mai 2011

.

.

…” Le vieux peintre Wang-Fô et son disciple Ling erraient le long des routes du royaume de Han.

Ils avançaient lentement, car Wang-Fô s’arrêtait la nuit pour contempler les astres, le jour pour regarder les libellules. Ils étaient peu chargés, car Wang-Fô aimait l’image des choses, et non les choses elles-mêmes et nul objet au monde ne lui semblait digne d’être acquis, sauf des pinceaux, des pots de laques et d’encre de Chine, des rouleaux de soie et de papier de riz…Son disciple Ling, pliant sous le poids d’un sac plein d’esquisses, courbait respectueusement le dos comme s’il portait la voûte céleste, car ce sac, aux yeux de Ling, était rempli de montagnes sous la neige, de fleuves au printemps, et du visage de la lune d’été…

.

… On disait que Wang-Fô avait le pouvoir de donner la vie à ses peintures par une dernière touche de couleur qu’il ajoutait à leurs yeux…

.

… Tu m’as menti Wang-Fô, vieil imposteur…

.

… Le seul empire sur lequel il vaille la peine de régner est celui où tu pénètres, vieux Wang, par le chemin des Mille Courbes et des Dix Mille Couleurs…

.

Sans doute, au moment où tu peignais, assis dans une vallée solitaire, tu remarquas un oiseau qui passait, ou un enfant qui poursuivait cet oiseau. Et le bec de l’oiseau ou les joues de l’enfant t’ont fait oublier les paupières bleues des flots. Tu n’as pas terminé les franges du manteau de la mer, ni les cheveux d’algues des rochers…

.

… Wang commença par teinter de rose le bout de l’aile d’un nuage posé sur une montagne. Puis il ajouta à la surface de la mer de petites rides qui ne faisaient que rendre plus profond le sentiment de sa sérénité. Le pavement de jade devenait singulièrement humide, mais Wang-Fô, absorbé par sa peinture, ne s’apercevait pas qu’il travaillait assis dans l’eau. Le frêle canot grossi sous les coups de pinceau du peintre occupait maintenant tout le premier plan du rouleau de soie. Le bruit cadencé des rames s’éleva soudain dans la distance, rapide et vif comme un battement d’aile…

.

… Ces gens ne sont pas faits pour se perdre à l’intérieur d’une peinture… La mer est belle, le vent bon, les oiseaux marins font leur nid. Partons mon Maître, pour le pays au delà des flots…

.

… Le sillage s’effaça de la surface déserte, et le peintre Wang-Fô et son disciple Ling disparurent à jamais sur cette mer de jade bleu que Wang-Fô venait d’inventer. “…

.

Extraits de : “Comment Wang-Fô fut sauvé.”   Marguerite Yourcenar 1903 – 1987.

Illustrations : 1/”Fauvette et bambou.”  2/”Grenouilles dans un étang.”   Watanabe Shoteï 1851 – 1918.

…..

Être l’artiste, peintre de sa vie…

BVJ – Plumes d’Anges.

Madras…

Samedi 21 mai 2011

.

Je vous entends déjà me dire :

“Encore un voyage ?”

Et moi, de vous répondre : – “Oui, je ne m’en lasse pas !

Je me sens un esprit voyageur…”

.

.

La musique me porte et m’emporte,

vers un papillon aux couleurs de soleil couchant…

.

“Réveille-toi, réveille-toi

et deviens mon compagnon

papillon qui dort”

Bashô 1644-1694.

.

- MADRAS -

.

.

Cette nouvelle broche est

entièrement réalisée à la main…

.

.

… perles de verre et cristaux…

.

.

… rebrodés sur un ruban doublé d’un gros grain beige.

- 8.5 x 4 x 2cms -

.

.

La broche

MADRAS

est en vente sur

LA BOUTIQUE PLUMES D’ANGES.


Tableau : “Portrait de Kadambari, joueuse de Sitar”  Raja Ravi Varma 1848 – 1906.

- Broche BVJ -

Création exclusive.

…..

Vivons, avec légèreté…

BVJ – Plumes d’Anges.




“Jeux d’enfants”…

Jeudi 19 mai 2011

.

.

…” En Inde, il existe une histoire sur Dieu, Brahma, qui se trouvait tout seul. Rien d’autre n’existait que Brahma, et il s’ennuyait à mourir. Il décida donc de jouer à un jeu, mais il n’y avait personne avec qui jouer. Il créa donc une déesse magnifique, Maya, simplement pour pouvoir s’amuser. Lorsque Maya apparut et que Brahma lui expliqua le but de son existence, elle dit :

” D’accord, jouons donc au jeu le plus merveilleux qui soit. Mais tu dois faire ce que je dis.”

Brahma donna son accord, et suivant les instructions de Maya, créa l’univers tout entier. Il créa le soleil et les étoiles, la lune et les planètes. Puis il créa la vie sur terre : les animaux, les océans, l’atmosphère. Tout.

Maya lui dit :

“Ce monde d’illusion que tu as créé est magnifique. Je veux maintenant que tu crées une sorte d’animal qui soit si intelligent et conscient qu’il apprécie ta création.”

Brahma créa donc les humains. Et quand il eut achevé la création, il demanda à Maya quand le jeu allait commencer.

“On commence tout de suite .” dit-elle.

Elle prit Brahma et le coupa en milliers de minuscules morceaux qu’elle mit en chaque être humain. Elle dit alors :

“Le jeu commence. Je vais te faire oublier qui tu es, et tu essaieras de le découvrir par toi-même ! Maya créa le Rêve, et à ce jour Brahma essaie toujours de se rappeler qui il est. Brahma est là, en vous et Maya vous empêche de vous souvenir de qui vous êtes.

Lorsque vous vous éveillez du Rêve, vous redevenez Brahma et vous recouvrez votre divinité. Alors si Brahma en vous, dit :

“- Bon, je suis éveillé ; mais qu’en est-il du reste de moi ?”

Comme vous connaissez les astuces de Maya, vous pouvez partager la vérité avec d’autres qui pourront aussi s’éveiller.”…

.


Extrait de “La maîtrise de l’amour” 1999 - Miguel Angel Ruiz.

Tableaux : 1/ “La petite fille à la poupée”  Andreï Petrovitch Riaboutchkine 1860 – 1904  2/ “Enfants à la pêche”  Illarion Mikhailovich Pryanishnikov.

…..

Partager nos sentiments, nos idées, nos sensations, nos connaissances… pour mieux nous découvrir…

BVJ – Plumes d’Anges.

Lumineuse énergie…

Mardi 17 mai 2011

.

PLEINE LUNE

.

“Soyez à vous-même votre propre flambeau”

Bouddha

.


.

…” Quelque activité que vous entrepreniez,

dédiez-là au bien des êtres,

et une fois votre tâche terminée,

offrez à ces derniers les mérites que vous aurez acquis.

C’est ainsi que vos actes produiront des bienfaits à long terme.

Déposée sur une pierre chaude,

une goutte d’eau s’évapore en quelques instants.

Versée dans un lac,

elle dure des siècles.” …

.

Extrait de : “La Citadelle des neiges” 2005  Matthieu Ricard.

Tableaux : 1/“Une fille”  Frederick Leighton 1830 – 1896  2/“Bord de lac au clair de lune”  Guiseppe Canella 1837 – 1913.

…..

Se laisser habiter par l’énergie du jour…

BVJ – Plumes d’Anges.

Châteaux…

Lundi 16 mai 2011

.

” Si un homme ne marche pas au pas de ses camarades,

c’est qu’il entend le son d’un autre tambour.”

.

.

“Si vous avez construit des châteaux dans les nuages,

votre travail n’est pas vain ; c’est là qu’ils doivent être.

À présent donnez-leur des fondations.”

.

.

“Tu dois vivre dans le présent,

te lancer au devant de chaque vague,

trouver ton éternité à chaque instant.”

Citations de Henry David Thoreau 1817 – 1862.

Tableaux : 1/ “Au bord de la mer”  William Meritt Chase 1849 – 1916  2/ “Hudson New York – Front de mer”  Colin Campbell Coopter 1856 – 1922.

…..

Entendre et écouter sa musique intérieure…

BVJ – Plumes d’Anges.

Ouverture…

Jeudi 12 mai 2011

.

Jour J…

c’est bien normal, nous sommes jeudi…

.

.

Je vous attendais pour ouvrir les portes de…

LA BOUTIQUE PLUMES D’ANGES

ENTREZ, ENTREZ…

.

.

J’espère de tout mon cœur qu’elle vous plaira…

Je vous laisse “magasiner” tranquillement,

revenez quand vous le voulez…

et si elle vous inspire,

n’hésitez pas à en parler autour de vous…

.

.

Faîtes-moi part de vos impressions et autres suggestions,

j’en serai ravie…

MERCI

À bientôt…

.

MERCI À CEUX QUI M’ONT AIDÉE DANS CE PROJET…

Illustrations : 1/ “Portrait de Marguerite van Mons” Theo Van Rysselbergue 1862 – 1926  2/ et 3/ détails d’affiches publicitaires Fritz Rehm 1871 – 1928 , Giovanni Beltrami 1860 1926.

…..

Avancer…

BVJ – Plumes d’Anges.