Archive pour octobre 2010

Fleur de joie…

Dimanche 31 octobre 2010

.

LE CHRYSANTHÈME.

Fleur d’or,

emblème de la famille impériale du Japon depuis le XIIIème siècle…

.

.

Cette fleur merveilleuse aux mille formes et aux mille couleurs,

a même, dans ce pays, une journée qui lui est dédiée :

le 9 septembre.

On appelle cette fête “le Festival de la joie”.

Quelle chance ont ceux qui naissent ce jour-là !

.

.

Jour des chrysanthèmes -

en peignant mes cheveux mouillés

une pluie de gouttes.”

.

Hisajo Sugita 1890-1946.

Illustrations : 1/“Différentes variétés de chrysanthèmes” New International Encyclopedia 1902  – 2/“Chrysanthèmes blancs”  Alexander Promet 1879-1938.

TRÈS BON DIMANCHE JOYEUX À TOUS ET À TOUTES.

…..

De la terre vers le ciel…

Profitons, profitons de ce feu d’artifice, et de la joie qui lui est associée…

BVJ – Plumes d’Anges.



Trucs en plumes…

Vendredi 29 octobre 2010

BILLET POUR DAMES

(pardon Messieurs…)

.

Il y a des jours où l’on se réveille avec de la brume dans la tête et du gris dans le cœur…

Il y a des jours où l’on se réveille avec une furieuse (et délicieuse) envie de renouveler notre garde-robe ! Mais, mais, mais…

Cela tient-il au féminin ? Je ne sais. Lorsque l’on porte certains vêtements, on se sent bien à l’intérieur de soi, on se sent plus forte, plus gaie ou plus riche, c’est très étrange.

Alors, si par hasard notre moral prend des teintes sombres, il ne faut pas hésiter à réfléchir sur le choix du meilleur habit à endosser.

Et puis, quelques poudres ou quelques crayons magiques feront le reste… Quelle chance nous avons, nous les filles, de pouvoir teinter nos joues pour donner l’illusion d’une bonne mine, et nos lèvres pour afficher un sourire éclatant !

.

Et si, en plus, nous ajoutons ces trois petits “trucs” infaillibles pour nous sentir légères… Je sais, il en existe d’autres, mais il nous faut faire des choix…

.

S’adresser des compliments lorsque l’on croise un miroir…

.


.

S’offrir des fleurs et s’écrire des mots doux…(à moins, bien sûr, que quelqu’un le fasse pour nous !)

.

.

Refuser d’entendre ce qui est négatif…

.

.

Ainsi, joliment parées et pomponnées, dopées par ces “trucs” infaillibles, la journée va nous sembler rose et lumineuse à souhait.

.

Et comme le dit si bien ce petit proverbe :

La belle plume fait le bel oiseau.”

.

TRÈS BELLE JOURNÉE.

Tableaux : 1/ et 2/ “Le regard admiratif” et   “Le billet” Auguste Toulmouche 1829-1890  3/  “Mary Ann Yates” Tilly Kettle 1735-1786.

…..

Soyons de beaux oiseaux pour voler joyeusement dans notre ciel…

BVJ – Plumes d’Anges.


Grain de raison…

Jeudi 28 octobre 2010

.


” Raisin vert, raisin mûr, raisin sec. Tout n’est que changement, non pour ne plus être mais pour devenir ce qui n’est pas encore.”

.

.

” Nous ne sommes pas perturbés par les faits, mais par notre perception de ceux-ci.”

Épictète – Philosophe grec stoïcien 50-127.

Tableau : “Corbeille de fruits”  Théodore Aman 1831-1891.

…..

Chemin de la vie…

BVJ – Plumes d’Anges.

Énergie solaire…

Mercredi 27 octobre 2010

.

PETITES FANTAISIES

- SUITE -

(cf.”mes petites plumes”du 15/06/2010)

.

“Petite fantaisie solaire en hommage au Grand Architecte des Jardins.”

.

Corolle, calice, pistil..

.

.

Étamine, pollen, couleur, parfum…

Quel riche et délicieux vocabulaire !

.

BVJ – 1997.

” Il y a des fleurs partout pour qui veut bien les voir.”

Henri Matisse 1869-1954.

…..

Soyons des soleils, pour réchauffer les cœurs et faire naître des fleurs…

BVJ – Plumes d’Anges.

Plaisirs…

Mardi 26 octobre 2010

.

.

…” Le plaisir est un chant de liberté,

Mais ce n’est pas la liberté.

C’est l’épanouissement de vos désirs,

Mais non leur fruit.

C’est la profondeur qui en appelle à la hauteur,

Ce n’est ni le bas ni le haut.

C’est l’encagé qui prend son essor,

Mais point l’étreinte de l’espace.

Oui, en vérité, le plaisir est un chant de liberté.

Et je souhaiterais fort que vous le chantiez de tout votre cœur ; prenez garde, pourtant, de ne perdre vos cœurs dans ce chant…

.

.

… Comment distinguer entre ce qui est bon dans le plaisir et ce qui ne l’est pas ?

- Allez dans vos champs et vos jardins, et vous apprendrez que le plaisir de l’abeille consiste à butiner le miel de la fleur.

Et que le plaisir de la fleur consiste à céder son miel à l’abeille.

Car pour l’abeille, la fleur est fontaine de vie

Pour la fleur l’abeille est messagère d’amour,

Pour toutes les deux, abeille et fleur, donner et recevoir du plaisir est un besoin et une extase.

Peuple d’Orphalèse, soyez en vos plaisirs tels les fleurs et les abeilles.”…

.


“Le Prophète” Khalil Gibran 1883-1931.

Illustrations : 1/ “Le Rossignol” H.C.Andersen 1805-1875   couverture G.I.Narbut – 1912  2/ “Roses et abeille” Paul de Longpré 1855-1911  3/ Miel  “Tacuina Sanitatis” XIVème siècle.

…..

Donner et recevoir… recevoir et donner…

BVJ – Plumes d’Anges.

Des airs de voyage…

Lundi 25 octobre 2010

.

.

” Née dans les montagnes lointaines, une rivière s’éloigna de sa source, traversa maintes contrées, pour atteindre enfin les sables du désert. Elle avait franchi tous les obstacles, elle tenta de franchir celui-là. Mais à mesure qu’elle coulait dans le sable, ses eaux disparaissaient. Elle le savait pourtant : traverser le désert était sa destinée. Même si cela semblait impossible. C’est alors qu’une voix inconnue, comme venant du désert, se mit à murmurer :

” Le vent traverse l’océan du sable, la rivière peut en faire autant.”

La rivière objecta qu’elle se précipitait contre le sable, qui l’absorbait aussitôt : le vent, lui, pouvait voler, et traverser le désert.

” En te jetant de toutes tes forces contre l’obstacle, comme c’est ton habitude, tu ne peux traverser. Soit tu disparaîtras toute entière, soit tu deviendras un marais. Le vent te fera passer, laisse-le t’emmener à ta destination.

- Comment était-ce possible ?

- Laisse-toi absorber par le vent.”

La rivière trouvait cela inacceptable : après tout, elle n’avait encore jamais été absorbée, elle ne voulait pas perdre son individualité. Comment être sûre, une fois son individualité perdue, de pouvoir la recouvrer ?

” Le vent, dit le sable, remplit cette fonction, absorbe l’eau, lui fait traverser le désert puis la laisse retomber. L’eau tombe en pluie et redevient rivière.

- Comment en être sûre ?

- C’est ainsi. Tout ce que tu peux devenir, si tu ne l’acceptes pas, c’est un bourbier, et même cela peut prendre très longtemps. Et un bourbier, ce n’est pas la même chose qu’une rivière…

- Est-ce-que je ne peux pas rester la même, rester la rivière que je suis aujourd’hui ?

- De toute façon, tu ne peux rester la même, dit le murmure. Ta part essentielle est emportée et forme à nouveau une rivière. Même aujourd’hui tu portes ce nom parce que tu ne sais pas quelle part de toi-même est la part essentielle.”

.

.

Ces paroles éveillèrent en elle des résonances… Elle se rappelait vaguement un état où elle – elle ou une part d’elle-même ? – s’était trouvée prise dans les bras du vent. Elle se rappelait aussi – ou était-ce cette part en elle qui se rappelait ? – que c’était cela qu’il fallait faire, même si la nécessité ne s’en imposait pas.

La rivière se leva, vapeur d’eau, jusque dans les bras accueillants du  vent, puis s’éleva légère, sans effort, avec lui. Le vent l’emporta à mille lieues jusqu’au sommet d’une montagne où il la laissa doucement retomber.

La rivière, parce qu’elle avait douté, fut capable de se rappeler et d’enregistrer avec plus d’acuité le déroulement de l’expérience.

” Maintenant, se dit-elle, j’ai appris quelle est ma véritable identité.” La rivière apprenait. Et les sables murmuraient :

” Nous savons, parce que nous voyons cela arriver jour après jour, et parce que nous nous étendons de la rive à la montagne.”

.

.

C’est pourquoi il est dit que les voies par lesquelles le Courant de la Vie doit poursuivre son voyage, sont écrites dans les Sables.”

“Contes derviches”  Idries Shah 1924 – 1996.

Tableaux : 1/”Chutes du Niagara” John Frederick Kensett 1816-1872 2/ “Panorama Mesdag” Hendrik Willem Mesdag 1831-1915  3/ “Allégorie de la Sagesse” Benedetto Luti 1666-1724.

…..

Étirer notre conscience, étendre nos champs d’expériences…

BVJ – Plumes d’Anges.

Rouge de Mars…

Dimanche 24 octobre 2010

.

Derniers sursauts…

.


.

… d’un été …

.


.

… consumé…

.


.

La nature généreuse nous offre ces derniers bouquets…

.

.

… Que l’énergie de Mars soit en nous !

.

.

TRÈS BEAU DIMANCHE À VOUS TOUS ET TOUTES.

L’homme regarde la fleur,

la fleur sourit.”

koan zen

…..

Se remplir des souffles de la nature…

BVJ – Plumes d’Anges.


Gratitude…

Jeudi 21 octobre 2010

.

.

…” Car sans connaissances, sans vision et sans fertilité imaginaire, toute société sombre tôt ou tard dans le non-sens et l’agression…

… Rendre hommage met en mouvement une machinerie secrète qui ouvre les prisons…

… Chaque être tente à sa façon la difficile traversée de la vie…

.

.

… À force de traiter les œuvres d’art comme de la matière, et non comme des visions hissées jusqu’à la visibilité, on perd la trace de l’essentiel : le lieu où la vision a germé, a surgi, s’est déployée. C’est à ce lieu qu’il faut s’attarder. C’est celui de notre humanité co-créatrice, la grande pépinière de l’aujourd’hui…

… Ce qui dort en l’homme dormira jusqu’à la fin des temps si rien ne vient l’éveiller…

… Tout ce qui ne commence pas par un éblouissement n’a pas d’avenir…

… Plus nous sommes dans la présence – dans cette attention paradoxalement aigüe et flottante à la fois – plus nous sommes vivants et plus le passé et l’avenir convergent dans l’instant et lui confèrent cette densité saisissante. Car, loin de me retenir en arrière, le passé est au contraire cette force dans le dos qui me protège et me donne la force de m’élancer…

.

.

… L’enfant est la clef de voûte de toute culture, de toute civilisation, TOUT repose sur lui…

… Le bonheur, le vrai est volatil, il ne dresse nulle part ses tentes. Il surgit et s’esquive…

… Nous ne sommes pas appelés à nous tolérer les uns les autres mais à nous rencontrer…

… Il faut oser le voir : les hommes sont très différents les uns des autres. De même que les cultures. S’ils sont égaux, c’est en différence…

… Et si l’essentiel de la vie consistait à accueillir l’ébranlement, la secousse, le dérangement causé par l’autre ?…

… L’espoir d’un monde de justice et de compassion est notre dignité et nous honore…

.

.

… souviens-toi… La seule condition sine qua non, tu te la rappelles ? Oui voilà que la mémoire te revient : À CONDITION DE FAIRE TOUT CE QUE TU FERAS DANS UNE VIBRATION D’AMOUR, libérer la mémoire n’est pas si difficile. C’est le jeu de la main chaude auquel nous jouions  enfants.

Qu’est-ce-que nous aimons sur cette terre ? Qu’est-ce-que nous honorons ? Quelle pensée nous émeut ? De quoi avons-nous une nostalgie fervente ? Voilà la bonne direction : ça chauffe ! ça chauffe ! Tu es tout près de la vraie vie… Poursuis… Tu y es déjà.

Quelle pensée te coûte des efforts considérables ? Quelle évocation te vaut des maux de dos ? Une nuque douloureuse te fait perdre le goût d’avancer ? Là, ça gèle, ça gèle, ne continue surtout pas sur ta lancée ! Tu en mourrais !…

Si l’essentiel est partout, il ne manque plus que nos yeux s’ouvrent pour le voir… et si la seule voie de la souffrance  ne nous plaît guère, il nous reste à modifier notre relation au monde.
Ouvrir les yeux, sortir de l’anesthésie féroce de nos cœurs ! Nous laisser attendrir, toucher par la gratitude d’être vivants ! Non pas des voyeurs, des (télé)spectateurs consentants de la destruction du monde, mais des témoins de la merveille du monde créé !…

.


” N’oublie pas les chevaux écumants du passé” 2005 – Christiane Singer – 1943-2007.

Tableau : ” Le jardin des délices” 1504 – 1/ 2/ 3/ détails du panneau central  4/ 5/ détails du panneau gauche – Jérome Bosch 1450-1516.

…..

Mettre de l’amour dans nos actes et nos paroles pour honorer le monde…

BVJ – Plumes d’Anges.


Muse… Ô ma muse…

Mercredi 20 octobre 2010

.

PETITES FANTAISIES

- SUITE -

(cf.”mes petites plumes” du 15/06/2010)

.

” Petite fantaisie à la gloire de l’Homme et de sa muse.”

.

Hommage à l’oiseau, posé sur notre épaule…

.

.

… qui écoute l’air du temps et nous le chuchote à l’oreille…


BVJ – 2006.

…..

Entendre l’ inspiration de l’instant…

BVJ – Plumes d’Anges.

Joie…

Mardi 19 octobre 2010

.

.

… ” Ô les vagues, les vagues qui dévorent le ciel

Étincelantes de lumières, de vie dansante

Les vagues d’une marée de joie

Éternellement bondissantes.

.

Les étoiles sont bercées par elles

Et des pensées de toute nuance

Sont aspirées au fond de l’abîme

Et répandues sur les rivages de la vie.

.

La naissance et la mort montent et redescendent avec leur rythme

Et l’oiseau de mer qui hante mon âme

Ouvre ses ailes

Pour créer son éblouissement.”

.



” Je sens que toutes les étoiles palpitent en moi

Le monde jaillit dans ma vie comme dans une eau courante

Les fleurs s’épanouiront dans mon être

Tout le printemps des paysages et des rivières

Monte comme un encens dans mon cœur

Et le souffle de toute chose

Chante en mes pensées comme une flûte.” …

.


1/ ” L’offrande lyrique” 2/ “Le Jardinier d’amour” extraits – Rabindranath Tagore 1861-1941.

Tableaux : 1/ “Scène de plage” Albert Bierstadt 1830-1902  2/ “Sterne arctique” John James Audubon 1785-1851  3/ “Mariage mystique de St François d’Assise” détail  Sassetta 1392-1450.

Et quelque part, joyeusement, veille une petite Licorne…


…..

Mettre de la joie dans notre quotidien…

BVJ – Plumes d’Anges.