Archive pour mai 2010

Histoire d’âme…

Lundi 31 mai 2010

“J’en ai toujours voulu aux morts de prendre la poudre d’escampette…


… Mais où s’en vont les larmes non pleurées ? Quelle nappe souterraine vont-elles alimenter ?


…Nombre de mes amis me sont restés fidèles. D’autres ont laissé se perdre leurs traces comme j’ai moi-même pour eux brouillé les miennes : il faut savoir rendre à la mer les conques vides…




… Souvenez-vous que vous avez vu et non pas que vous avez cessé de voir. Ces choses là, ces choses indicibles ne sont saisies que par fulgurations…



… Tout sur terre est porté par nos visions. Toute guerre a son début dans les yeux d’un vivant… “


Histoire d’âme”  Christiane Singer 1943-2007

Tableaux : 1/ ” Nature morte aux coquillages ” Adriaen Coorte 1665-1707

2/ ” Coucher de soleil ” Caspar David Friedrich 1774-1840

…..


Lumineuse Christiane Singer… sur quelle Étoile laisse-t-elle aller sa Plume ?

BVJ – Plumes d’Anges.

A toutes les mamans…

Dimanche 30 mai 2010

du ciel et de la terre,

pour vous dire en chantant

sur le plus beau des airs,

comme notre amour est grand…

Recevez quelques fleurs…

venues du fond du cœur…

A vous, plein de bonheur…

“BONNE FÊTE MAMAN”

TRÈS JOYEUX DIMANCHE À TOUTES

et à tous…

…..

“… J’ai enfin compris ce qu’était l’amour, c’est remercier l’autre d’exister…”

Alexandro Jodorowsky

“La Danse de la réalité “  2002

BVJ -Plumes d’Anges.

Merveilleux nectar…

Vendredi 28 mai 2010

Imaginez une douce soirée d’été, imaginez les vacances, imaginez un jardin, une grande tablée d’amis chers à votre cœur, un moment de partage…

Pour fêter ce moment,

je vous souhaite de savourer ce sublime breuvage,

et s’il reste quelques fruits sur un bigaradier de votre connaissance,

n’hésitez pas à le fabriquer vous-même, il n’en sera que meilleur !

Je vous livre le secret du :

VIN D’ORANGES

Ingrédients : 5 oranges amères, 1 orange douce, 1 citron, 1 bâton de vanille (ou de cannelle), 1 kg de sucre en poudre, 1 litre d’alcool à 45°, 5 litres de vin rosé.

Coupez les fruits rincés et non traités en petits morceaux. Déposez-les dans une bonbonne en verre. Ajoutez la vanille, le sucre, l’alcool et le vin rosé.

Fermez la bonbonne avec un bouchon en liège. Secouez-la énergiquement.

Laissez reposer ce doux mélange pendant 45 jours, puis filtrez le dans de jolies bouteilles.

Vous pourrez alors être en vacances, un soir d’été, entourés de ceux qui sont chers à votre cœur, vous dégusterez un délicieux nectar avec plaisir et…modération !

Tableau de Francisco de Zurbaran 1598 – 1664

“Plat avec citrons, panier avec oranges, tasse avec rose” 1633

Plumes d’Anges a un mois aujourd’hui, un mois de plaisir et de partage dont je vous remercie…

Tchin-tchin…

…..

Il faut se créer des petits moments festifs, cela ravit notre âme…

BVJ – Plumes d’Anges


Lumière, obscurité…

Jeudi 27 mai 2010


Un moine passe la journée avec un vieux maître. Le soir, il s’apprête à rentrer chez lui mais la nuit est obscure. Il retourne auprès du maître et lui dit : “Je ne vais pas pouvoir rentrer chez moi à cause de l’obscurité.”

Alors le maître lui dit :”Attends ! Je vais te donner une bougie.”

Il prend une bougie allumée, la tend au moine mais au moment de la lui donner, il l’éteint et l’élève s’illumine.”

“En soufflant la bougie, le maître dit:

” Tu es la bougie. Tu es la lumière. Ne viens pas me demander la lumière. Nous sommes illuminés. La réalité est la même pour nous tous.”…

…” Va dans l’obscurité ! Trouve-toi toi-même ! “


Koan et interprétation (extrait)

Alexandro Jodorowsky

“Le doigt et la lune” 1997

Bonne pleine lune à vous…

…..

Il nous faut nous révéler à nous-mêmes…

BVJ – Plumes d’Anges.

L’envol…

Mercredi 26 mai 2010

…” Pauvre Fletcher, ne te fie pas à tes yeux mon vieux. Tout ce qu’ils te montrent, ce sont des limites, les tiennes.

Regarde avec ton esprit, découvre ce dont, d’ores et déjà, tu as la conviction et tu trouveras

la voie de l’envol “…

Richard Bach

“Jonathan Livingston le goéland” 1970

” Mouette blanche “

Johann Friedrich Nauman 1780 – 1857

…..

Si je peux me permettre ( oui, je me permets !!! ), j’aurais envie d’ajouter : regarde avec ton cœur…

BVJ – Plumes d’Anges.

Angelica archangelica…

Mardi 25 mai 2010

Cette plante de la famille des Ombellifères est communément appelée : Angélique des jardins. Parmi toutes les variétés d’Angéliques, Angelica archangelica est la plus belle espèce.

Ses fleurs ailées, à rayons nombreux, ont une délicieuse odeur suave. Son feuillage est ample et élégant.

Elle entre dans la composition de certaines liqueurs. Avec ses jeunes tiges, les confiseurs préparent des fruits confits.

Au Moyen-Age, on l’appelait “l’Herbe aux Anges”. On disait qu’elle possédait des vertus magiques et merveilleuses, elle était sensée protéger des maléfices et envoûtements. Une légende raconte qu’un Ange aurait révélé, l’espace d’un rêve, le pouvoir de cette plante pour guérir la Peste.

A la Renaissance, on l’appelait “l’Herbe du Saint Esprit”. Paracelse parle des “grandes et divines propriétés de sa racine”.

Elle a longtemps joué un grand rôle en médecine, surtout dans les domaines respiratoires et digestifs. D’après bon nombre de botanistes, cette plante n’est pas utilisée à la hauteur de ses possibilités. Ses propriétés énergétiques seraient semblables à celles du Ginseng…

…..

Symbole floral :”Vous faites naître en moi de nobles pensées, je suis aux Anges.”

…..

ANGELICA ARCHANGELICA

“Exercice de botanique à l’usage des commençants”

J.C.Philibert – 1801

…..

Et nous, faisons-nous usage de tous les dons que nous a offerts la nature?

BVJ-Plumes d’anges

L’illumination…

Lundi 24 mai 2010

“… c’est quoi ?

Un mendiant était assis sur le bord d’un chemin depuis plus de trente ans. Un jour, un étranger passa devant lui.

“Vous avez quelques pièces de monnaie pour moi ?” marmotta le mendiant en tendant sa vieille casquette de baseball d’un geste automatique.

“Je n’ai rien à vous donner”, répondit l’étranger, qui lui demanda par la suite :”Sur quoi êtes-vous assis ?”

“Sur rien, répondit le mendiant, juste une vieille caisse. Elle me sert de siège depuis aussi longtemps que je puisse m’en souvenir.”

“Avez-vous jamais regardé ce qu’il y avait dedans ?” demanda l’étranger.

“Non, répliqua le mendiant, pour quelle raison? Il n’y a rien.”

“Jetez-y donc un coup d’œil”, insista l’étranger.

Le mendiant réussit à ouvrir le couvercle en le forçant.

Avec étonnement, incrédulité et le cœur rempli d’allégresse, il constata que la caisse était pleine d’or.


Je suis moi-même cet étranger qui n’a rien à vous donner et qui vous dit de regarder à l’intérieur. Non pas à l’intérieur d’une caisse, comme dans cette parabole, mais dans un lieu encore plus proche de vous : en vous-même.”

Le pouvoir du moment présent - 1999 - Eckhart Tolle

Tableau : Sainte Lucie - Francesco del Cossa -1436-1478


…..

Le trésor est à l’intérieur de nous et non à l’extérieur, il ne demande qu’à être découvert. Il nous faut peut-être arrêter de courir après ce qui brille au dehors et nous poser… ?

BVJ – Plumes d’Anges.

Pivoines, reines des fleurs…

Dimanche 23 mai 2010

C’est un enchantement…

Elles feraient naître…

RICHESSE, HONNEUR…

NOBLESSE, BONHEUR…

CHANCE…

PAIX, PROSPÉRITÉ…


Très bon dimanche à vous…

…..

“Nous sommes ce que nous pensons. Avec nos pensées, nous bâtissons notre monde.”

Bouddha

BVJ – Plumes d’Anges.

L’Oiseau Bleu…

Vendredi 21 mai 2010

Féerie théâtrale en six actes et douze tableaux de Maurice Maeterlinck.

Deux jeunes frère et sœur, Tyltyl et Mytyl, enfants d’un pauvre bûcheron, partent à la recherche de l’Oiseau Bleu à la demande de la Fée Bérylune dont la fille est malade…

Cette pièce fut jouée pour la première fois le 30 septembre 1908, au Théâtre Artistique de Moscou, théâtre créé par Vladimir Nemirovitch-Dantchenko et Constantin Stanislavski.

Ce dernier, comédien, metteur en scène et théoricien a révolutionné le théâtre.

Pour lui, l’acteur doit abandonner le jeu théâtral exagéré de l’époque pour arriver à un jeu sincère et vrai, il doit chercher l’inspiration à l’intérieur de lui-même .

Il fut passionné par cette pièce symboliste, œuvre majeure de M.Maeterlinck sur l’homme et la quête du bonheur.

Les enfants vont traverser dans leur voyage initiatique les grands thèmes de l’existence, à la recherche de la vérité, symbolisée par l’Oiseau Bleu.

Bien sûr, l’Oiseau Bleu est insaisissable…

Photographies  de Karl Fischer – 1908

Cette féerie est une merveille, j’aurais aimé vous l’offrir là, sur-le-champ, dans son intégralité…

Mais c’est chose impossible, je vous en livre quelques lignes pour le plaisir.

J’espère que votre gourmandise vous poussera à continuer le voyage…


… la Fée – Mais il faut voir les hommes avec la même audace !… C’est bien curieux les hommes… Depuis la mort des fées, ils n’y voient plus du tout et ne s’en doutent pointHeureusement que j’ai toujours sur moi tout ce qu’il faut pour rallumer les yeux éteints… Qu’est-ce-que je tire de mon sac ?…

Tyltyl – Oh ! Le joli petit chapeau vert ! Qu’est-ce qui brille ainsi sur la cocarde ?

la Fée - C’est le gros Diamant qui fait voir…

TyltylAh !…

la FéeOui ; quand on a le chapeau sur la tête, on tourne un peu le Diamant : de droite à gauche, par exemple, tiens, comme ceci, vois-tu ?… Il appuie alors sur une bosse de la tête que personne ne connaît, et qui ouvre les yeux…

Tyltylça ne fait pas mal ?

la Fée - Au contraire, il est fée… On voit à l’instant même ce qu’il y a dans les choses ; l’âme du pain, du vin, du poivre par exemple…

Mytyl - Est-ce qu’on voit aussi l’âme du sucre ?…


la Fée – …  Ah ! j’allais oublier… ( Montrant le Diamant.) Quand on le tient ainsi, tu vois… un petit tour de plus, on revoit le Passé… Encore un petit tour, et l’on voit l’Avenir… C’est curieux et pratique et ça ne fait pas de bruit…

Tyltyl - Papa me le prendra…

la Fée - Il ne le verra pas; personne ne peut le voir tant qu’il est sur ta tête… Veux-tu l’essayer ?… (elle coiffe Tyltyl du petit chapeau vert) A présent, tourne le Diamant… Un tour et puis après…

(A peine Tyltyl a-t-il tourné le Diamant, qu’un changement soudain et prodigieux s’opère en toutes choses. La vieille fée est tout à coup une belle princesse merveilleuse ; les cailloux dont sont bâtis les murs de la cabane s’illuminent, bleuissent comme des saphirs, deviennent transparents, scintillent, éblouissent à l’égal des pierres les plus précieuses. Le pauvre mobilier s’anime et resplendit ; la table de bois blanc s’affirme aussi grave, aussi noble qu’une table de marbre, le cadran de l’horloge cligne de l’œil et sourit avec aménité, tandis que la porte derrière quoi va et vient le balancier s’ entr’ouvre et laisse s’échapper les Heures, qui, se tenant les mains et riant aux éclats, se mettent à danser aux sons d’une musique délicieuse. Effarement légitime de Tyltyl qui s’écrie en montrant les Heures.)

Tyltyl - Qu’est-ce que c’est que toutes ces belles dames ?…

la Fée – N’aie pas peur ; ce sont les heures de ta vie qui sont heureuses d’être libres et visibles un instant…

Tyltyl - Et pourquoi que les murs sont si clairs ?… Est-ce qu’ils sont en sucre ou en pierres précieuses ?…

la Fée - Toutes les pierres sont pareilles, toutes les pierres sont précieuses : mais l’homme n’en voit que quelques-unes…”

“… la Nuit - Quoi ?… Qu’est-il donc arrivé ? …

la Chatte - Je vous ai déjà parlé du petit Tyltyl, le fils du bûcheron, et du Diamant merveilleux… Eh bien, il vient ici pour vous réclamer l’Oiseau-Bleu…

la Nuit - Il ne le tient pas encore…

la Chatte - Il le tiendra bientôt, si nous ne faisons pas quelque miracle… Voici ce qui se passe : la Lumière qui le guide et qui nous trahit tous, car elle s’est mise entièrement du parti de l’ Homme, la Lumière vient d’apprendre que l’Oiseau-Bleu, le vrai, le seul qui puisse vivre à la clarté du jour, se cache ici, parmi les oiseaux bleus des songes qui se nourrissent des rayons de lune et meurent dès qu’ils voient le soleil… Elle sait qu’il lui est interdit de franchir le seuil de votre palais ; mais elle y envoie les enfants ; et comme vous ne pouvez pas empêcher l’Homme d’ouvrir les portes de vos secrets, je ne sais trop comment tout cela finira… En tout cas, s’ils avaient le malheur de mettre la main sur le véritable Oiseau-Bleu, nous n’aurions plus qu’à disparaître…”


Devant le rideau qui représente de beaux nuages.

“la Lumière – Je crois que cette fois nous tenons l’Oiseau-Bleu. J’aurais dû y penser dès la première étape… Ce n’est que ce matin, en reprenant mes forces dans l’aurore, que l’idée m’est venue comme un rayon de ciel… Nous sommes à l’entrée des jardins enchantés où se trouvent réunis sous la garde du Destin, toutes les Joies, tous les Bonheurs des Hommes…

Tyltyl - Il y en a beaucoup ? Est-ce qu’on en aura ? Est-ce qu’ils sont petits ?…

la Lumière - Il en est de petits et de grands, de gros et de délicats, de très beaux et d’autres qui sont moins agréables… Mais les plus vilains furent, il y a quelques temps, expulsés des jardins et cherchèrent refuge chez les Malheurs. Car il faut remarquer que les Malheurs habitent un antre contigu, qui communique avec le jardin des Bonheurs et n’en est séparé que par une sorte de vapeur ou de rideau subtil que le vent qui souffle des hauteurs de la Justice ou du fond de l’Éternité soulève à chaque instant… Maintenant, il s’agit de s’organiser et de prendre certaines précautions. En général, les Bonheurs sont fort bons, pourtant il en est quelques-uns qui sont plus dangereux et plus perfides que les plus grands Malheurs…”


“… Tyltyl - Il y a donc des Bonheurs à la maison ? …

(Tous les Bonheurs éclatent de rire.)

le Bonheur - Vous l’avez entendu !… S’il y a des Bonheurs dans ta maison !… Mais, petit malheureux, elle en est pleine à faire sauter les portes et les fenêtres !… Nous rions, nous chantons, nous créons de la joie à refouler les murs, à soulever les toits ; mais nous avons beau faire, tu ne vois rien, tu n’entends rien… J’espère qu’à l’avenir tu seras un peu plus raisonnable… En attendant, tu vas serrer la main aux plus notables… Une fois rentré chez toi, tu les reconnaîtras ainsi plus facilement… Et puis, à la fin d’un beau jour, tu sauras les encourager d’un sourire, les remercier d’un mot aimable, car ils font vraiment tout ce qu’ils peuvent pour te rendre la vie légère et délicieuse… Moi d’abord, ton serviteur, le Bonheur-de-se-bien-porter… Je ne suis pas le plus joli, mais le plus sérieux. Tu me reconnaîtras ?… Voici le Bonheur-de-l’air-pur, qui est à peu près transparent… Voici le Bonheur-d’aimer-ses-parents, qui est vêtu de gris et toujours un peu triste, parce qu’on ne le regarde jamais… Voici le Bonheur-du-ciel-bleu, qui est naturellement vêtu de bleu ; et le Bonheur-de-la-forêt, qui non moins naturellement, est habillé de vert, et que tu reverras chaque fois que tu te mettras à la fenêtre… Voici encore le Bonheur-des-heures-de-soleil qui est couleur de diamant, et celui du Printemps qui est d’émeraude folle…

Tyltyl - Et vous êtes aussi beaux tous les jours ?…

le Bonheur - Mais oui, c’est tous les jours dimanche, dans les maisons, quand on ouvre les yeux…”


L’oiseau Bleu – Maurice Polydore Marie Bernard Maeterlinck

1862 – 1949

Prix Nobel de littérature en 1911

Illustrations 1,2,3,4,5  de John James Audubon  1785 – 1851

…..

Et si… enfin, nous cherchions  l’inspiration à l’intérieur de nous-mêmes, juste pour tendre à être vrais et sincères ?

BVJ – Plumes d’Anges.

C’est l’histoire…

Jeudi 20 mai 2010

” C’est l’histoire d’une petite vague qui va, clapotant sur l’océan, s’amusant comme une folle. Heureuse dans le vent et le grand air jusqu’à ce qu’elle aperçoive les autres vagues devant elle, qui s’écrasent contre le rivage.

“Mon Dieu, c’est affreux, dit la vague, qu’est-ce-qui va m’arriver ?”

Ensuite arrive une autre vague. Elle voit la mine sombre de la première vague et lui demande :   “-Pourquoi  as-tu l’air si triste ?” La première vague répond : “-Tu ne comprends donc pas ! Nous allons tous nous écraser ! Nous allons toutes disparaître. C’est affreux.”





La deuxième vague lui dit :

” -Non, c’est toi qui ne comprends pas. Tu n’es pas une vague, tu es une partie de l’océan. ” …

…..

Mitch Albom écrivain, journaliste américain né en 1959

La dernière leçon “   2004.

Illustration : Utagawa Hiroshige - 1797 – 1858

La mer à Satta dans la province de Suruga

…..

Ne sommes-nous pas comme cette petite vague ?…

BVJ – Plumes d’Anges